Entretien : Counou « accrocher une place Africaine »

Il totalise 18 apparitions sur 26 journées avec  Akwa United 4e en première division nigériane, le défenseur polyvalent Paterne Counou (21 ans) s’est confié à nous. L’ancien du Cifas nous parle de sa vie au Nigéria, son statut en club, les Ecureuils et son mercato. Entretien

 

 

Il y a quelques semaines vous avez affronté MFM de  Giscard Tchato dans un duel bénino-béninois c’est nouveau pour qui êtes à votre troisième saison  dans ce championnat de jouer des compatriotes?

C’était déjà arrivé avec Junior Salomon et Emmanuel Fabiyi. Ce n’est pas si nouveau que ça. Mais ça rajoute une petite motivation en plus. J’étais quand même fier d’affronter d’autres internationaux. A l’aller on s’était imposé 2-0 chez nous c’était une belle opération et je l’avais chambré. Au retour non a fait 0-0. J’étais remplaçant, lui était titulaire. Je suis entré en fin de match.

Vous étiez frustré d’être sur le banc ?

Personne n’est content d’être sur le banc. Dans la semaine j’ai été touché à l’épaule à l’entrainement, le docteur m’a soigné.  Mais le coach ne voulait pas prendre de risque. J’aurais aimé débuter mais bon.

Après un début de saison compliqué, la remontée de votre club au classement a coïncidé avec votre retour dans l’équipe, comment avez-vous vécu cela ?

Ce n’était pas ordinaire pour moi de voir mes coéquipiers jouer sans moi. Je négociais encore mon renouvellement avec la direction du club et cela pris un peu plus de temps que prévu. La saison a débuté avant que qu’on ne tombe d’accord. Ce qui a fait que j’ai manqué quelques matches en début de saison.

Vous vouliez un gros salaire…

Rires. J’avais un statut, je suis vice capitaine. Vous savez comment se passe les négociations il faut être pointu sur tous les points possibles. Et le club avait sollicité par d’autres clubs du championnat qui me voulait. Akwa voulait me prolonger finalement tout est rentré dans l’ordre.

Sur le terrain vous êtes trimbalé à droite et dans l’axe vous n’avez pas une préférence.

Ma polyvalence est un atout pour moi. Je ne suis pas du genre à me plaindre. Je m’adapte très vite entre les deux postes  j’ai mes repères et  je sais m’y prendre. J’ai une préférence pour le poste axial je suis vraiment dans mon élément à ce poste là.

Akwa United est 4e avec un match en retard vous êtes à un point du deuxième El Kanemi Warriors et mercredi prochain vous allez vous déplacez chez Remo Stars, c’est quoi l’objectif de la fin de saison

Accrocher une place africaine, ça serait un vrai dommage si on n’y arrive pas. Il faut être concentré pour aller au bout.   Chaque match est encore plus difficile.  Par exemple Remo Stars joue sa survie même s’ils sont dernier ce sera un match  compliqué.

Revenons sur votre parcours, le Niger puis le Nigéria depuis quatre ans vous êtes parti à l’étranger vous avez le goût de l’aventure ?

C’était l’une des conditions de ce métier, vous ne pouvez pas prétendre faire une carrière professionnelle en partant du Bénin si vous n’êtes pas prêt à voyager. Face à l’instabilité des compétitions locales j’ai vite eu des sollicitations étrangères. Je ne regrette pas ce choix. J’ai beaucoup appris aussi même si ce n’était pas assez facile.

Parlez-nous de votre adaptation au Nigéria…

Il faut avouer  que c’était compliqué. Quand on arrive au Nigéria on se dit que c’est proche du Bénin mais on oublie que le pays est très vaste. Donc on fait beaucoup de déplacement. La barrière linguistique elle est tombée petit à petit en plus je parle couramment le Yoruba, une langue populaire dans le pays. Je me suis fait à la vie à la nigériane.

Et vous êtes devenu un cadre dans votre club?

C’est une marque de confiance. Je l’ai mérité au fil de mes matches, ici on ne te donne rien surtout quand t’es étranger pour t’imposer tu dois  cravacher. Deux ans après mon arrivée je suis devenu vice-capitaine. Le club compte sur moi. Je fais partie des rares anciens. On a gagné la coupe nationale en 2015 et l’aventure continue.

D’ailleurs récemment vous avez décroché la coupe de votre Etat qui vous permet de prétendre au titre national

Oui c’est un bon pas vers le sacre nationale, le parcours est encore long on le connait. On sait comment ca fonctionne. On a célébré mais on reste concentré pour le prochain tour.

Donc  vous allez jouer toute votre vie à Akwa United.

Rires. Mais non je vais finir par découvrir autre chose. Il ne faut pas partir pour partir. Je suis dois aller vers quelque chose de mieux. Mon agent s’occupe de cet aspect.

Un départ prévu pendant ce mercato ?

Rien n’est à exclure. Le calendrier fait que nous sommes encore en plein championnat, on joue mercredi notre 26e journée on  est dans la dernière ligne droite. C’est difficile pour les clubs de laisser partir des joueurs dans cette période même si le marché est ouvert à l’étranger. Si il y une offre concrète sur la table on avisera.

Vous étiez présent à Bamako en septembre 2016 avec du recul comment analysez-vous cet echec ?

Beaucoup de regrets. J’étais triste, abattu , dégouté. On vit avec et on avance. Déjà c’est quelque chose d’énorme d’être convoqué en sélection nationale à mon âge. Comme je n’aime pas avoir de limites je continue mon parcours en club pour mériter d’être convoqué les prochaines fois. On a raté cette Can, j’espère qu’on accrochera le prochain wagon pour la Can 2019.

Entretien réalisé par Géraud Viwami

 

Journal des Transferts : L’Angleterre attend Mounié ,  un attaquant béninois à Witbank Spurs (Afrique du Sud) , Didavi courtisé en Turquie enfin les Buffles veulent un recrutement XXL

Chaque vendredi retrouvez les dernières infos sur l’actualité du mercato des béninois  pendant tout ce mercato estival. Cette semaine, à l’étranger : Steve Mounié est tout proche de s’engager avec le promu anglais d’Huddersfield. L’attaquant de l’UNB , Ghislain Debouto a  rejoint les sud africains de Witbank Spurs, les turcs de Trabzonspor courtisent Daniel Didavi. Enfin au Bénin, après Marcellin Koukpo , les Buffles veulent ratisser large. 

 

Au Bénin

Buffles : Koukpo , Yarou , Gozo , un recrutement XXL attendu

Les Buffles ne se cachent plus en vue de la prochaine saison au Bénin dont le démarrage est annoncé pour le 8 juillet. Le club septentrional se lance dans une opération de recrutement XXL et brandit un projet ambitieux pour attirer la crème des joueurs locaux.

Avant même l’annonce de la saison à venir les Buffles s’activaient déjà dans les coulisses, le club est passé à la vitesse supérieure depuis quelques semaines et la programmation de la prochaine saison. Le club phare de Parakou porté à bout de bras par le président Laurent Gnonssounou est prêt à investir pour afin de bâtir  une équipe capable de jouer le titre la saison prochaine et les compétitions africaines dans les années à venir.

A l’image des grands clubs européens comme Manchester City ou le PSG au puissant portefeuille le club espère attirer les meilleurs sur l’échiquier national et s’est déjà mis en route.

Koukpo pour commencer, Gozo et Yarou en attente

En décembre dernier, le club signait déjà son premier gros coup l’air de rien.  Ils avaient sorti le chéquier pour attirer Marcellin Koukpo de l’Aspac , qui venait à peine de rejoindre le club portuaire en provenance d’Energie. L’attaquant international qui sortait d’un très bon tournoi de l’Uemoa a été le premier  a cédé aux sirènes  du projet. Champion du Bénin 2010 et 2012,l’Aspac attendu comme un prétendant au titre pourrait perdre deux autres éléments majeures en route pour la cité des Kobourous. Les défenseurs internationaux Brice Gozo et Nabil Yarou, en fin de contrat au Port,  seraient déjà en négociations avancées avec le club. Mayouz Dada, gardien numéro un de l’Aspac depuis trois saisons est aussi attendu pour renforcer l’arrière-garde des Buffles.

Le titre ou rien

Champion du Bénin en 2014, le club s’est cassé les dents en Ligue des Champions l’exercice suivant face aux nigérians d’ Enyimba au premier tour.

En 2016, il a été  2e du groupe A derrière à l’Aspac à un point.

Pour apaiser son appétit, les hommes du coach togolais Idrissou Mountari ont  récemment remporté le tournoi de mise en jambes organisé au Bénin  en attendant le championnat. Un premier signal. La dernière fois que le club avait eu autant d’ambitions c’était quand le mécène Sébastien Ajavon tenait les rênes financières avec le français Xavier Bernain sur le banc en 2009-2010, ils avaient longtemps lutté pour le titre avant de finir 3e derrière l’Uss Kraké et l’Aspac. Cette fois-ci, ils veulent se donner les moyens de régner sans partage.

Géraud Viwami

A l’étranger

 

Afrique du Sud : Débouto arrive à Witbank Spurs

Après Kabirou Koutché, Witbank Spurs , 7e de la deuxième division sud africaine s’est attaché les service d’un second béninois. L’attaquant Ghislain Debouto s’est engagé avec le club jusqu’à la fin de la saison prochaine. Repéré  avec les Ecureuils locaux lors du dernier tournoi de l’Uemoa à Lomé quelques mois plus tard il a réalisé un essai concluant avec les Spurs.  Debouto formé au centre NQSA au Cameroun,  avant de s’envoler pour le pays de Nelson Mandela il était connu sur le plan local pour avoir brillé avec l’UNB en deuxième division.

Montpellier : Mounié va traverser la Manche

Steve Mounié  va quitter  Montpellier et la Ligue 1 dans les jours à venir.  Après une première saison réussie dans l’élite française où il a signé 14 buts, l’attaquant des Ecureuils serait tout proche d’Huddersfield.  Le club promu en Premiere League anglaise est déjà tombé d’accord avec Montpellier sur un transfert aux alentours de 13 millions d’euros comme annoncé cette semaine. De son côté Mounié aussi discute contrat avec le club. L’opération devrait être officialisée dans les jours à venir.

Trabzonspor sur Didavi

Malgré le maintien de Wolfsbourg , Daniel Didavi  serait sur le départ. Après l’intérêt d’Hamburg autre formation de Bundesliga , cette semaine à en croire les médias allemands ,  Trabzonspor , 6e du dernier championnat turc voudrait s’attacher les services du  milieu offensif germano-béninois.

Géraud Viwami

 

Ecureuils-Chan : Les 25 pour préparer la double confrontation face au Niger

Après cinq matches amicaux internationaux les Ecureuils locaux reprendront le chemin de la préparation demain soir. Omar Tchomogo a convoqué 25 joueurs pour la dernière ligne droite de la préparation avant d’affronter le Togo le 16 juillet prochain pour le premier tour des qualifications du Chan Kenya 2018. Le Bénin disputera deux matches amicaux face au Niger à Niamey le 30 juin et le 02 juillet prochain. Le sélectionneur verra son groupe à l’œuvre une dernière fois avant d’entrer en lice dans les qualifications. Il  d’ailleurs garder l’ossature qui a effectué les dernières semaines de préparation sans aucune surprise.

 

Gardiens

Marcel Dandjinou (ESAE), Steve Glodjinon (JA Cotonou ) , Imorou Yessouf (Requins)

Défenseurs

Dine Koukpéré (JA Cotonou) , Nabil Yarou (Aspac) , Rodrigue Fassinou  (Aspac) , Gaston Houngbédji (Aspac) , Ismael Yorou (Aspac) Mama Bah-Yéré (Buffles) Ramane Adjankou (JA Cotonou), Joel Tognon (Espoirs), Djalilou Orou (Aspac)

Milieux

Gérard Adanhoumè (JA Cotonou) , Mama Seibou (Aspac) , Ibrahim Ogoulola (Requins )  , Raimi Kola (Aspac) , Agnidé Osseni ( USS Kraké) , Waris Aboky (JA Cotonou) , Djibril Naim (Dragons) ,  Charles Tiesso (Buffles) , Djibril Naim (Dragons), Abdel Bouraima (Aspac)

Attaquants

Charbel Gomez (ESAE), Sylvain Ahouansè (USS Kraké) , Marcellin Koukpo (Buffles), Jules Elegbede (Energie), Ulrich Dah Achefon (ASVO) , Idriss Saliou (Panthères)

Entretien : Kiki « je veux découvrir la Ligue 1 »

Avant de reprendre le chemin de l’entraînement avec son club Niort, David Kiki (23 ans) nous a accordé un entretien exclusif. L’arrière gauche des Ecureuils revient sur sa saison dernière, son match face à la Gambie et parle de son mercato. Entretien.

 

A quelques jours de la reprise après une saison aussi longue en club et en sélection nationale comment on se remet en route ?

La saison été longue, c’est le haut niveau qui demande ça. De toute façon on joue pour jouer autant de matches. Je suis content de ma saison. Tant que je peux continuer à faire beaucoup de matches comme ça dans une saison  moi ça me va.

En début de saison en club, il y avait un nouveau coach, Denis Renaud et de la concurrence au poste d’arrière gauche avec Jonathan Brison venu de Saint Etienne, comment vous arrivez à surmonter tout cela pour terminer titulaire ?

C’est vrai que  quand on change de coach, ils aiment au départ les joueurs expérimentés. Donc Jonathan est un joueur expérimenté qui a joué à Saint Etienne. Pour moi au début c’était compliqué, le coach avait préféré faire jouer Jonathan parce qu’il avait l’expérience. C’est difficile. Quand t’es tout seul c’est compliqué. J’avais ma copine et mes amis autour. Après on continue de travailler sur le terrain montrer au coach qu’on a des choses à montrer.  On se donne après ça paie. Le coach fait tourner l’équipe. Quand on tourne et tu joues tu te donnes à fond. C’est petit à petit que je me suis imposé, j’ai gagné ma place. Franchement c’est difficile de vivre des situations comme ça surtout psychologiquement. Il faut être prêt quand le coach te fait appel parce que ça peut arriver à tout moment.

Quel a été le match du déclic pour  vous. ?

Je pense que le match au Red Star qu’on m’a titularisé et j’ai fais un bon match. Le coach savait déjà de quoi j’étais capable, ce match a plus confirmé.

Vous étiez en fin de contrat en juin mais vous avez prolongé jusqu’en 2019, est ce parce que vous n’avez pas eu mieux où Niort vous a convaincu ?

Je n’ai pas prolongé  parce que je n’avais pas d’offre ailleurs. Le club m’a convaincu qu’il me faisait confiance. Il fallait que je termine la saison avec eux. Niort c’était le premier club qui m’as donné mon contrat pro donc par respect je suis resté. Mais je n’ai pas prolongé parce que je n’avais pas d’offres. J’avais des offres. J’ai préféré continuer à Niort pour la confiance et à la fin de la saison on verra bien ce qui va se passer je n’ai que 23 ans.

Vous êtes un ancien attaquant replacé arrière gauche au fil du temps, quelle est la spécificité de ton poste actuellement  et vos références           ?

Le poste d’arrière gauche maintenant ce n’est plus comme avant où les gars défendent tout le temps.  Quand t’es arrière gauche maintenant ton premier rôle c’est de défendre après il faut apporter aussi  offensivement. Pour atteindre le haut niveau, il faut que je m’améliore dans tous les domaines. Je suis en Ligue 2, c’est parce que je n’ai pas encore atteint tous les niveaux que je suis encore là. Si j’étais exceptionnel je ne serai pas en Ligue 2, ça veut dire que forcement j’ai encore beaucoup de choses à apprendre, à progresser dans beaucoup de domaines. A voir mes références en Ligue 1, je suis beaucoup Benjamin Mendy de Monaco, Marcelo (Real Madrid)  et David Alaba (Bayern Munich) je m’inspire un peu de ces joueurs là.  Celui qui m’impressionne le plus c’est Marcelo , je  regarde beaucoup de ces résumés pour essayer de faire un peu comme lui mais en sachant que je suis David Kiki et j’ai aussi ma touche personnelle.

Face à la Gambie, le 11 juin dernier avec les Ecureuils vous avez pris beaucoup d’initiatives mais vous avez manqué quelques centres, en club vous seulement délivré deux passes décisives malgré toute votre qualité technique, il y a des progrès à faire…

Déjà le terrain était compliqué à jouer. Donc pour faire les passes décisives, il te faut des attaquants avec qui tu t’entends bien. De toute façon comme j’ai dis il faut que je travaille beaucoup déjà mes  centres à l’entraînement. Je me suis amélioré et il me reste encore  à faire. Je travaille au quotidien pour améliorer mes passes, mes centres toutes mes qualités c’est petit à petit. Il faut aussi de la réussite pour les attaquants devant les buts pour valider tout ce qu’on fait.

Le Bénin a débuté par une victoire, on pourrait  regretter de n’avoir gagné qu’un but à zéro face à un adversaire à sa portée lors du décompte final ?

La victoire est plus importante, on aurait pu marquer beaucoup de buts. Mais on fera les calculs après. Pour gagner au Bénin c’est compliqué. On a eu des occasions on n’a pas été efficace.  Le plus important c’était de bien commencer, pour le reste on verra comment ca va se passer.

Personnellement quand on enchaine deux bonnes saison en Ligue 2, c’est quoi votre prochain objectif ?

Je veux viser haut. Le mercato est ouvert donc on verra bien ce qui va se passer d’ici à la fin. L’objectif il reste toujours le même c’est de jouer en Ligue 1 ou à l’étranger en Angleterre ou Espagne. Pour l’instant je veux bien découvrir la Ligue 1 d’abord avant d’aller à l’étranger.

En 2015-2017 Niort s’est maintenu difficilement puis la saison dernière vous avez assuré votre survie rapidement, il y a du progrès collectif…

Je  pense que le changement de coach à redistribuer les cartes. Chacun se donnait un peu plus. Le club a été intelligent dans le recrutement. Il  y a eu de bonnes recrues. Le nouveau coach a apporté sa nouvelle philosophie, on a un bon groupe qui vivait bien. C’est grâce à tout ça on a fait une bonne saison.

Entretien réalisé par Géraud Viwami

 

Europe – Ligue des Champions : l’Apoel Nicosie de Poté fixé

Champion de Chypre, l’Apoel Nicosie débutera le 2e tour préliminaire de la Ligue des Champions européenne face à Dudelange, champion de Luxembourg. Le tirage au sort a eu lieu ce jour même. Le club de Michael Poté (32 ans) recevra le match aller le 11-12 juillet puis jouera le retour à l’extérieur une semaine plus tard. Pour accéder à la phase de groupe qui débute en septembre l’Apoel Nicosie devra passer le deuxième puis le troisième  tour préliminaires et  les barrages. Arrivé libre de Turquie cet été, Poté fera ses débuts avec son nouveau club par une compétition prestigieuse.

Géraud Viwami

Découverte : Ogoulola, du quartier au banc des Ecureuils

A 17 ans et 4 mois il a battu un record de précocité en prenant siège dimanche dernier sur le banc des Ecureuils contre la Gambie au stade Mathieu Kérékou, Ibrahim Ogoulola, le milieu de terrain prometteur des Requins vit un réveil éveillé. Récit d’un gamin passé de son quartier à l’équipe nationale en une année scolaire.

Il n’a pas eu sa première cape avec les Ecureuils mais il a vécu une après-midi qu’il n’oubliera pas de si tôt dimanche dernier. Quand nous l’avons rencontré le lendemain il ne réalisait toujours pas «je me disais que ce n’était pas vrai. j’étais touché et j’ai pleuré» disait-il. Avant d’en arriver à cette forte sensation dominicale, il a d’abord fait face à une première semaine de travail parmi ses idoles. Travailleur, il a été franc sur ses difficultés d’adaptation «la première séance à été dure. J’ai dû m’adapter au rythme des pros. Il y a eu l’ambiance lors du bizutage qui m’as mis à l’aise dans le groupe» nous a t-il raconté.

5 matches 2 buts avec les A’

Il faisait partie de la génération des juniors disqualifiés lors des qualifications de la Can 2017. Ensuite il a rejoint les Requins lors du tournoi de mis en jambe. Avec les Awissi-Wassa, il tape dans l’œil de tous malgré sa jeunesse et son gabarit peu impressionnant.

Avant d’être intégré chez les A, «Ib» a d’abord fait forte impression chez les A’ pour la préparation des qualifications du Chan 2018, où il s’est discrètement et progressivement imposé. Convoqué par Omar Tchomogo lors des premiers stages de la sélection locale en février dernier, il a vite gagné sa place de titulaire. En mars, il était aligné d’entrée au Caire  contre les Pharaons locaux. C’était sa première apparition sous les couleurs nationales et il avoue que son baptême n’a pas été facile « De tous nos matches amicaux c’était le plus difficile. Les égyptiens étaient trop rapides. Le rythme était élevé» analyse t-il. Mais il conserve sa place dans le milieu à trois du sélectionneur et rend des copies propres lors des quatre matches de préparation suivants. Il signera son premier but international contre le Burkina Faso à Cotonou le 21  mai dernier au stade Mathieu Kérékou (2-2). Il confirme sa bonne réussite du moment en marquant quelques jours plus tard contre Ghana à Accra (1-1). Lors du dernier match de la série face à la Côte d’ivoire à Abidjan, «Ib» se montre une fois encore à la hauteur. Quelques jours plus tard il fait partie des huit locaux intégrés à l’équipe  fanion  face à la Gambie pour la première journée des qualifications de la Can 2019.

Un peu d’Iniesta et de Verratti

Sa jeune carrière a débuté dans son quartier il y a quelques années à la Jeunesse Sportive de Wologuèdè. Puis il rejoint l’As Dongat en 2013 en troisième division amateur. A l’époque il était encore attaquant « j’étais attaquant de pointe, pour notre premier match de la saison à René Pleven contre Joaca , nos milieux étaient absents. Le coach Frédéric Acakpovi m’a replacé au milieu. Puis j’ai été désigné homme du match» Depuis cette performance  il a changé de poste . Doté d’une bonne vista et d’une qualité technique au dessus de la moyenne il fait aussi parler son intelligence de jeu. Il est aussi à l’aise dans un rôle de relayeur qu’en meneur de jeu.

Des qualités qui ne sont pas passées inaperçues. Il a impressionné des cadres de la sélection selon ses propres confidences  « Michael Poté m’a dit que je devais prendre plus d’initiatives pour plus servir les attaquants. Steve Mounié voulait à l’entraînement qu’on soit dans la même équipe pour que je lui fasse des passes» Des mots qui ont motivé le gamin qui veut devenir un mix entre Marco Verratti et Andres Iniesta. « Iniesta j’apprécie son comportement et son respect de l’adversaire. Verratti je prendrai ses gestes défensifs et sa manière d’organiser le jeu »

En attendant d’atteindre le très haut niveau, cet élève en classe de terminale littéraire  a vécu un réveil éveillé la semaine dernière car  « en novembre 2015 lors du match Bénin -Burkina Faso, je voulais toucher Stéphane Sèssegnon et j’ai été bousculé par les agents de sécurité. Et me voilà entrain de m’entraîner avec lui. Si on me l’avait dit je n’aurai pas cru»

Géraud Viwami

 

Finlande-J8 : OPS battu, Barazé exclu

Seidou Barazé (26 ans)  n’a pas été heureux ce soir avec OPS en deuxième division finlandaise lors de la réception de Honka, le leader du championnat. Le défenseur international béninois a été exclu à la 37e minute suite à un second carton jaune. A dix, OPS va s’incliner lourdement 3-0 devant son public. Titulaire indiscutable, Barazé qui faisait sa huitième apparition en huit journées de championnat sera suspendu. OPS est 3e avec 13 points.

Géraud Viwami 

Bénin – Gambie : les notes des Ecureuils

Vainqueurs hier 1-0 des Scorpions de la Gambie, Bjfoot.com a noté la prestation des Ecureuils.

 

 

Fabien Farnolle  5.5

Il n’a pas eu beaucoup de travail. Il a été décisif sur la frappe de Barrow en première période puis rassurant sur ses sorties aériennes en seconde période. Un match très tranquille et plein de confiance pour le gardien Havrais pas vraiment inquiété.

Oliver Verdon  5.5

Milieu défensif ou défenseur central, il n’a pas joué à son poste de prédilection. Aligné dans le couloir droit, il a montré ses qualités défensives en restant sur ses appuis en  un contre un. Mis en difficulté sur quelques accélérations il n’a rien laissé passé de grave sur son coté surtout en seconde période. Trop timide offensivement  sinon rien à lui reprocher. Correct.

David Kiki  6

Entreprenant sur son sur flanc il n’a pas toujours été en réussite mais il a tout faire pour. Son entente avec Dossou a été intéressante mais on aurait les voir plus efficaces. Le niortais a une  fois encore assumé et confirmé son statut sur le coté gauche. Des progrès à faire sur les centres quand même.

Cédric Hountondji 5.5

Pour une première apparition à Mathieu Kérékou ,  il a su gérer la pression  bien aidé par Khaled Adénon quand il s’est fait piégé sur quelques ballons dans son dos. Le défenseur du Gazélec Ajaccio a bien fait apprécier sa détente verticale sur les duels aériens. Il ne sait pas non plus compliqué la tâche sur ses relances. On a envie de le revoir.

Khaled Adénon 7

On pourrait dire qu’il a fait un match de chef. Toujours posé, il a couvert toute la défense à la perfection. Malgré les assauts gambiens il a donné l’impression de défendre avec une aise qu’on lui connait. Malgré son entaille à la tête, il a gardé sa combativité et son sérieux pendant tout le match. Boss.

Djiman Koukou 6

Beaucoup de courses, des ballons gagnés , aucune économie d’effort, il a eu une activité de tous les instant comme comme souvent dans le milieu des Ecureuils. Généreux il a été très présent notamment en début de match. Il s’est un peu éteint vers la fin. Pas grand-chose à lui reprocher.

Mama Seibou 6.5

Il a été l’une des satisfactions  hier après-midi. Motivé et souvent bien placé il a bien assumé son rôle de relayeur.  Il a régulièrement fait les bons choix et s’est montré aussi engagé dans ses interventions. Il aurait pu être buteur s’il avait été plus juste en première période. Une copie très propre.

Stéphane Sèssegnon 6

Il était souvent trop bas pour faire la différence mais il a eu l’inspiration et le coup de chance qu’il fallait sur son but.  Le capitaine a une fois encore fait apprécier sa palette technique ses touches de balles. Il a fait le plus dur en permettant à l’équipe de s’imposer.

Michael Poté 5.

Positionné à droite,  il a été généreux avec beaucoup d’appels et de courses vers le but. Il s’est crée deux bonnes occasions, une de la tête en première période et une frappe  croisée en seconde période. Altruiste il aurait pu être passeur décisif si Dossou avait plus prompt en première période. Un bon match dans l’ensemble. Apprécié du public,  il a eu droit à sa standing ovation à sa sortie .

Jodel Dossou 5.5

Mathieu Kérékou c’est son  jardin. Il s’est signalé dès l’entame avec deux grosses occasions. S’il a été sans aucun doute le béninois le plus remuant offensivement. Il a aussi vendangé. Il doit progresser dans sa finition. Sinon son entente avec Kiki sur le côte gauche a été appréciable jusqu’à sa sortie.

Steve Mounié 5

Il eu un match un peu compliqué. Rarement servi dans des conditions idéales, l’attaquant de Montpellier n’a pas eu d’aller au combat aérien. Transparent en première période il a eu deux bons ballons en seconde période. Une tête qui aurait pu faire mouche et son missile des trente mètres qui a soulevé le stade sans faire trembler les filets. Il a beaucoup couru dans le vide aussi.

Géraud Viwami

Qualif Can 2019: Bénin – Gambie 1-0: Sèssegnon assure pour les Ecureuils

Le Bénin entame avec une victoire sa campagne de qualification à la Can Cameroun 2019. Opposés à la Gambie cet après-midi Mathieu Kérékou, Les Ecureuils s’en sont remis à un exploit personnel du capitaine Stéphane Sèssegnon pour assurer l’essentiel.

Le but : Stéphane Sèssegnon va arracher un ballon à gauche dans les pieds de David Kiki. Le capitaine se recentre et décroche une frappe victorieuse des 30 mètres.
Homme du match: David Kiki
Il a été énorme sur côté gauche. l’arrière latéral de Niort à tout fait sur son flanc omniprésent, il a multiplié les montées et les centres. Il aurait pu être passeur décisif si Poté avait été adroit. Sa complicité avec Dossou à été d’un apport utile pour l’équipe . Il a presque tout fait ce soir. Gros match.
Ça commence fort !  
Les Ecureuils prennent le match par le bon bout en jouant haut. En feu, Jodel Dossou se signale deux grosses occasions. D’abord à la 3e minute sur une action bien construite par Mama Seibou, Michael Poté remet sur Dossou au centre, sa reprise est claquée en coner. Puis à la 9e minute sur une récupération haute du capitaine Sessegnon qui decale encore Dossou dans la surface de réparation. Il revient sur son pied droit et arme une frappe enroulée dégagée en coner.
Après cette vague, le Bénin va baisser en rythme. La   Gambie va reprendre le ballon mais se montre trop approximatifs dans les derniers mètres.
La meilleure occasion gambienne sera pour Barrow qui gagne un ballon dans les pieds de Khaled Adénon puis tire du droit. Fabien Farnolle prend le cuir en deux temps.
Le Bénin va se créer une dernière  situation sur une tête facile de Poté (38e).
Les Ecureuils rentrent aux vestiaires sans vraiment convaincre. La Gambie tient son nul
Merci Sessegnon!
Les beninois reprennent la seconde période comme ils avaient débute la première.Stephane Sessegnon va débloquer le match sur une initiative personnelle. Avec un peu de chance sa frappe est contrée mais file le fond. Il rend un hommage à Cheikh Tioté, l’internationale ivoirien décédé lundi dernier avec un t-shirt à son éffigie sous son maillot. Touchant. Le stade explose de joie. Soulagée, l’équipe beninoise se lâche enfin. Deux minutes plutôt , Steve Mounié place une tête plongeante sur un centre de Verdon claquée en coner par Jobe. Inspiré Mounié va tenter sa chance de loin. Son missile des trentes mètres est sorti en coner sur une belle horizontale par Jobe. (59e)
Le rythme retombe les beninois tentent de maîtriser la Gambie joue en contre sans se créer de grosses occasions. A la 78e minute, Sessegnon puis Mounié tentent deux reprises acrobatiques qui ne trouvent pas le cadre.
Le Bénin securise sa fin de match et s’impose 1-0. Les Ecureuils assurent l’essentiel dans son groupe D en attendant le duel entre l’Algérie et le Togo ce soir
Géraud Viwami
Bénin : Farnolle – Verdon, Hountondji, Adenon. Kiki – Koukou, Seibou, Sessegnon – Pote (Koukpo 78e) , Dossou (Bessan 85′) , Mounié

Bénin – Gambie : un 4-3-3 avec Seibou , Verdon et Hountondji , la compo officielle des Ecureuils

Le sélectionneur des Ecureuils Omar Tchomogo vient de dévoiler la compo des Ecureuils face à la Gambie cet  après-midi (16h) pour le compte de la première journée des qualifications de la Can Cameroun 2019. Cédric Hountondji et Olivier Verdon seront titulaires en défense. 

Omar Tchomogo est resté fidèle on système habituel le 4-3-3 mais il a effectué des choix forts notamment en défense.

Cédric Hountondji , le défenseur du Gazélec Ajaccio a  été préféré à Junior Salomon dans l’axe aux cotés de Khaled Adénon. Puis à droite, Olivier Verdon (Bordeaux, photo), occupera le flanc. Ces deux néo internationaux qui comptent une cape vivront leur première à domicile avec les Ecureuils. Au milieu comme attendu, c’est Mama Seibou de l’Aspac qui aura le rôle de relayeur aux cotés  de Stéphane Sèssegnon et Djiman Koukou. Puis le trio offensif sera composé de Dossou-Poté-Mounié avec ce dernier aligné en pointe.

Sur le banc de touche on aura, Saturnin Allagbé, gardien remplaçant. Junior Salomon, Richard Bakary, Jacques Bessan et Moise Adilehou. Puis deux joueurs locaux à savoir, le prometteur milieu Ibrahim Ogoulola (17 ans, Requins) et Marcellin Koukpo (Buffles) .

Géraud Viwami 

Bénin – Gambie : Les Ecureuils à suivre

A quelques heure du coup d’envoi de la rencontre de la première journée des qualifications de la Can Cameoun 2019 entre le Bénin et la Gambie au stade Mathieu Kérékou , Bjfoot.com vous présente les trois Ecureuils à suivre dans ce match.

Steve Mounié , la pépite

Son dernier match en sélection n’a pas été une grande réussite en septembre à Bamako. Titularisé il est passé dans cette rencontre décisive comme un fantôme.  Sa bonne saison en club (14 buts)  lui donne du crédit auprès du public qui hâte de le voir flamber au stade Mathieu Kérékou. Encore héraultais (du moins pour l’instant), il vivra sa première titularisation sur le sol béninois. Attendu de tout part il devra prouver qu’il a de l’or dans les pieds comme sur sa tête à l’image de sa nouvelle coupe peroxydée.

Cédric Hountondji , la curiosité

Brillant sur les pelouses de Ligue 2 depuis trois  saisons, le défenseur central du Gazélec Ajaccio a naturellement pris du galon dans l’effectif alors qu’il en est à son deuxième stage seulement. Le joueur de Rennes dégage une assurance digne d’un habitué. Intelligent et posé dans son jeu, il devrait former la paire avec Khaled Adénon dans l’axe. International béninois depuis mars dernier, il compte une seule cape face à la Mauritanie. Ce sera son baptême de feu au stade Mathieu et une bonne occasion de marquer les esprits.

Jodel Dossou, comme dans son jardin

Le stade Mathieu Kérékou , c’est son jardin. Il y a longtemps brillé avec les Requins dans le championnat béninois avant de s’expatrier. A chaque fois qu’il a foulé cette pelouse avec le maillot national, il a toujours sorti des matches très correctes sur son coté. A gauche comme droite il donne du tournis à la défense adverse, enflamme le public et pas que. Lors du dernier match des qualifications de la Can Gabon 2017 face à la Guinée Equatoriale, il avait signé deux passes décisives sur les deux buts béninois du match. Titulaire probable, le numéro 20 des Ecureuils devrait être le détonateur de l’équipe.

Géraud Viwami

Bénin – Gambie : Les Scorpions à suivre

A quelques heure du coup d’envoi de la rencontre de la première journée des qualifications de la Can Cameoun 2019 entre le Bénin et la Gambie au stade Mathieu Kérékou , Bjfoot.com vous présente les trois Scorpions à suivre dans ce match.

 

Tijan Jaiteh , la tour de contrôle

C’est l’homme de l’équipe. Dossard 5 dans le dos et positionné en sentinelle au milieu c’est par lui que passe tous les ballons. C’est lui qui dicte et dirige le jeu des scorpions. Le joueur de Bnei Yenuda (Israel) a rendu une copie de qualité face au Ghana A’ en milieu de semaine lors du stage de préparation à Accra. Souvent imperturbable par le pressing adverse. Si la Gambie doit bien jouer cet après-midi, il doit y être pour beaucoup. Il fait partie des plus expérimentés du groupe puisqu’il était là en septembre 2013 lors de la dernière victoire de la Gambie en qualifications contre la Tanzanie (2-0).

Boubacar Trawally, le dynamiteur

Il évolue à  Trapani dans le championnat chinois mais il ne faut pas le sous-estimer. Ailier affamé d’espace et de ballons, il n’a pas peur de provoquer de prendre son couloir pendant tout un match. Droitier mais souvent aligné à gauche, il aime rentrer sur son pied de prédilection et embrouiller la défense.  Il peut être la source de danger première avec son numéro 7 dans le dos.

Modou Barrow , la star

C’est le gambien le plus connu et le plus attendu. L’ailier de Swansea aime jouer aussi à droite pour fermer sur son pied gauche. Ses qualités de percussions et de dribles au dessus de la moyenne sont plus qu’utile pour une équipe où il est clairement au dessus du lot. Tous les regards seront évidemment sur lui.

Géraud Viwami

Bénin – Gambie : quels choix tactiques pour les Ecureuils ?

Après cinq jours de stage, nous avons parié sur les possibles choix tactiques que le sélectionneur devrait faire face à la Gambie dimanche prochain.

 

Le 4-3-3

C’est le système habituel. En l’absence de Babatoundé Bello , le sélectionneur devra faire confiance à Mama Seibou ou Moise Adilehou pour épauler Djiman Koukou et Stéphane Sèssegnon. Ensuite en l’absence Jordan Adéoti souvent replacé arrière droit et face au match peu convaincant de Richard Bakary à Nouakchott, Olivier Verdon pourrait être lancé dans le grand bain à Cotonou pour sa deuxième cape. Enfin en attaque , sans surprise Jodel Dossou  occupera un flanc et Michael Poté  serait décalé sur l’autre et laissera la pointe de l’attaque à Steve Mounié

Le 3-5-2

Tchomogo avait déjà essayé cette organisation sans grande réussite face à la Mauritanie en mars dernier. On pourrait retrouver le trio Hountondji – Adénon – Salomon en défense centrale. A gauche , David Kiki tiendra sa position de piston. A droite Verdon conserve un léger avantage sur Bakary. Au milieu , un duo de récupérateur Adilehou-Koukou puis Sèssegnon en meneur de jeu un plus haut derrière la doublette Mounié – Poté.

 

Le 4-4-2

Il a déjà essayé cette configuration sans grand succès il y a un peu plus d’un an face au Burkina Faso. Si on pourrait se réjouir de voir le duo Poté-Mounié en pointe. Derrière le sélectionneur Tchomogo devra faire des choix compliqués comme décaler Sèssegnon sur coté et en défense centrale choisir qui accompagnera Adénon entre Hountondji et Salomon.  Réponse dimanche après-midi.

 

Géraud Viwami

Bénin  – Gambie : la peur de l’inconnu

Avant le coup d’envoi de la campagne de qualification dimanche prochain, Bjfoot.com vous présente les adversaires du Bénin dans le groupe D. Deuxième escale en Gambie futur adversaire des Ecureuils dimanche prochain.

Annoncé comme le « petit » du groupe, la Gambie  jouera sans pression. 167e nation au classement Fifa , les Scorpions ne se sont jamais qualifiés pour une Can sénior. Brillants chez les jeunes, les gambiens n’ont jamais fait le poids dans la catégorie supérieur. Leur parcours s’arrête régulièrement lors des tours préliminaires.

Dirigé par  un sélectionneur autochtone, Sang Ndong , la Gambie arrive à Cotonou en outsider.  Dans un groupe composé de l’Algérie et du Togo  personne ne fera un procès aux Gambiens s’ils échouaient dans cette phase groupe.

En terme de jeu, les gambiens sont réputés pour un jeu physique et basé sur les cotés à en croire leur prestation en amical cette semaine face aux A’ du Ghana à Accra.

La défense n’est pas le point fort de cette équipe qui a encaissé seize buts sur ses dix derniers matches et son attaque qui n’a planté que quatre buts sur cette même période ne fait pas vraiment peur.

Une triste série

Si la Gambie n’a jamais participé à une Can les résultats y sont pour beaucoup.  Les rouges et bleus sont sur une incroyable série de dix matches de qualifications Mondial et Can confondues. Leur dernière  victoire en qualification aux éliminatoires du Mondial 2014 contre la Tanzanie 2-0. Omar Colley , le capitaine , Boubacar Sanney et le milieu Jaiteh étaient déjà présents.

La Gambie a surtout perdu ces quatre derniers matches de qualifications à  l’extérieur. Ce serait un véritable exploit s’ils glanaient un point au stade Mathieu Kérékou.

Mais quand on sort d’une débâcle comme celle de Bamako en septembre dernier et  d’un match amical perdu face à la Mauritanie, le Bénin doit hausser le ton pour éviter la peur de l’inconnu.

Géraud Viwami

Ecureuils : comment le Bénin débute les éliminatoires

Dimanche prochain, les Ecureuils débutent les qualifications de la Can Cameroun 2019 face à la Gambie. Revenons  sur les premiers pas des Ecureuils en éliminatoires depuis la Can 2004.

Quand le  Bénin commence à domicile

Ce cas de figue n’est arrivé que deux fois depuis 2004 et quand le Bénin a gagné son premier match sur ses terres il s’est qualifié par la suite.

Qualifications 2004 : Aux termes de ces qualifications le Bénin a décroché sa première participation à une coupe d’Afrique en Tunisie. Les Ecureuils avaient débuté de la meilleure des manières face à la Tanzanie au stade René Pleven avec le belge René Taelman sur le banc. Victoire 4-0 le 2 septembre 2002. Cet après-midi la un arrière gauche, jeune bordelais du nom d’Anicet Adjamossi avait brillé avec un doublé (9e et 28e). Oumar Tchomogo avait été buteur sur pénalty (75e) avant que Moussa Latoundji ne parachève le succès à cinq minutes.  Le Bénin avait terminé en tête de son groupe devant la Zambie, le Soudan et la Tanzanie.

Qualifications 2012 : 05 septembre 2010. Logé dans le groupe H en compagnie du Rwanda, Burundi et la Côte d’ivoire, sous les ordres du français Jean-Marc Nobilo , le Bénin a débuté sa campagne un nul inattendu 1-1 à domicile contre le Burundi. Quelques mois après la dissolution de l’équipe nationale au retour de la Can 2010, le technicien français avait ce jour là lancé plusieurs jeunes dans le grand bain comme Cédric Coréa, Djamal Fassassi ou encore Ousmane Makarimi. Le Bénin termine tristement  dernier de son groupe avec 5 points. L’ogre ivoirien a tout raflé en signant un sans faute avec 18 points au compteur.

 

Quand le Bénin commence à l’extérieur

Ce cas de figure est arrivé quatre fois depuis 2004. Comme si le Bénin avait besoin d’un électrochoc avant se qualifier pour la Can 2008 et 2010, les Ecureuils ont perdu d’entrée.

Qualifications 2006 : c’était des éliminatoires couplées Can et Mondial.  Dans un groupe très relevée en compagnie de la Côte d’ivoire, l’Egypte, la Libye,  le Soudan et le Cameroun.  Le Bénin débute par un déplacement chez les Lions Indomptables. Personne n’a oublié l’incroyable frappe de Seidath Tchomogo de plus de 40 mètres pour l’ouverture du score à la 11e. Derrière deux légendes Samuel Eto’o (43e) et Rigobert Song (45+2) offriront la victoire 2-1 aux locaux avant la pause même. Les Ecureuils finissent lanterne rouge avec 5 points glanés en dix journées.

Qualifications 2008 : 3 septembre 2006, qualifications de la Can Ghana 2008, le Bénin figure dans le même groupe que le Mali, la Sierre Leone et le Togo. Les Ecureuils débutent par un échec 2-1 à Lomé sous les ordres d’Edmé Codjo. Mené 2-0 sur des buts de Thomas Dossevi (15e) et  Komlan Amewou (75e), c’est le cristolien Abou Maiga qui réduira le score à la 85e minute pour le Bénin. C’était la première cape de Khaled Adénon. Malgré cette défaite initiale les Bénin va  relever la tête en signant trois victoires dont un cinglant 4-1 infligé aux togolais à Cotonou en  juin 2007. Avec 11  unités, les Ecureuils seront qualifiés en étant meilleurs deuxièmes derrière le Mali 13 points.

Qualifications 2010 : 1er juin 2008, les Ecureuils se déplacent à Luanda pour défier l’Angola, futur organisateur du tournoi. Le Bénin perd lourdement 3-0 d’entrée. Derrière le Bénin enchaînent quatre succès de rang face au Niger en aller retour, l’Angola et l’Ouganda à domicile pour sécuriser sa première place avec 12 unités. Michel Dussuyer avait bien terminé un boulot commencé par Wabi Gomez. Ensuite le Bénin est entré dans un second groupe de qualification avec le Mali, le Soudan et le Ghana. Les Ecureuils ont encore débuté cette seconde par une défaite contre le Ghana à Kumasi en mars 2009 1-0. Le Bénin accrochera sa  troisième qualification en terminant deuxième derrière le Ghana (13 points) avec 10 points  et devant le Mali (9 points)

Qualifications 2017 : 14 juin 2015, c’était le premier officiel d’Omar Tchomogo sur le banc des Ecureuils. En déplacement à Bata  pour affronter la Guinée Equatoriale, malgré l’ouverture du score de Stéphane Sèssegnon, les Ecureuils vont concéder un 1-1 dans un match bien à leur portée.  Bien placé jusqu’à l’ultime journée le Bénin va s’écrouler à Bamako et laisser filer la  qualification malgré ses 11 points.

Il faut noter que les qualifications la Can 2013, le Bénin a été éliminé au dernier tour dans un match couperet face à l’Ethiopie. Et pour les qualifications de la Can 2015, le Bénin a échoué lors du deuxième tour préliminaire contre le Malawi.

Géraud Viwami.

 

Qualifications Can Cameroun 2019 : le Togo en reconstruction.

Avant le coup d’envoi de la campagne de qualification dimanche prochain, Bjfoot.com vous présente les adversaires du Bénin dans le groupe D. Première escale chez les voisins du Togo qui entament une nouvelle ère.

 

Une nouvelle ère. C’est comme ça que le Togo définit son équipe nationale profondément secouée après une Can manquée au Gabon en début d’année. Serges Gakpé et Serge Akakpo habituels cadres de la sélection ont mis  un terme à leur carrière internationale pourtant ils sont loin d’être sur le déclin à 30 ans. Alaixys Romao et Floyd Ayité ont  zappés les amicaux de mars pour des raisons diplomatiques.

Le sélectionneur français des Eperviers a tôt compris que son équipe avait besoin d’un second souffle. Le championnat était de retour cette saison, avec ses adjoints ils ont sillonnés tout le territoire togolais à la recherche des perles rares.  Reconnu pour avoir détecté Trésor Mputu au fin de la RD Congo, Leroy veut s’appuyer une  base de jeunes joueurs locaux prometteurs.

Ils ne se trompent pas dans sa stratégie en multipliant les matches amicaux. Depuis sa prise de fonction en juin 2016 le Togo a disputé 9 matches amicaux avec parfois des adversaires de prestige comme le Maroc en novembre 2016 ou le Nigéria  le 04 juin dernier. Le Togo a perdu deux de ses quatre derniers matches amicaux contre des adversaires de taille (Nigéria et Egypte)  avant de s’imposer dimanche dernier contre les Comores. Quoi qu’on dise ça reste une bonne habitude.

Un géant et des mômes

Si vous n’avez plus regardé de matches des Eperviers vous risquez de méconnaitre la sélection désormais. Avant d’affronter l’Algérie le 11 juin prochain à Blida pour le compte de la première journée des qualifications de la Can Cameroun 2019, Le Roy a convoqué dix joueurs locaux sur vingt-trois.  Il récompense la bonne saison de certains mais préparent aussi l’avenir.

Champions du Togo  2016  avec l’As Togo Port et passé par l’Uss Kraké en 2015, le défenseur Hakim Ouro-Sama qui était déjà à la Can est devenu un titulaire en puissance depuis mars dernier. Défenseur  posé doté d’un bon sens d’anticipation, tout le Togo en dit le plus grand bien de ce garçon de 18 ans.

A la recherche d’un successeur à Kossi Agassa , retraité depuis la Can et désormais entraineur des gardiens des Eperviers , le Togo a placé ses espoirs en Edem Agblémagnon prometteur gardien des U19 du Havre a été lancé dans le grand bain en mars dernier à 18 piges à peine. Pour les rendez-vous de juin, c’est Alhassani Dida de Liberty Professionnal , gardien réputé dans le championnat ghanéen qui a été propulsé dans les cages à 19 balais seulement.

Comme un symbole, Elom Nya Védji pensionnaire du centre Planète Foot, repéré dans un tournoi des académies a fait des débuts rêvés en sélection nationale en marquant contre les Comores dimanche dernier quelques minutes après son entrée en jeu pour sa première cape. Sans jamais jouer en championnat au Togo, il séduit chez les A.

Ces jeunes profiteront évidemment des conseils de l’éternel capitaine Emmanuel Adébayor plus que jamais prêt pour les Eperviers.

Le Roy face à son objectif

La Can 2017 était un « miracle » pour le Togo. Le véritable objectif assigné à Le Roy c’est la Can 2019 et on y est. Même s’il a fait le pari de la jeunesse, il est bien placé pour savoir que les résultats décideront de son sort.  C’est sa septième  expérience à la tête d’une sélection africaine, les qualifications en Afrique c’est son jardin pour le coach qui compte neuf participations à la Can. Si le sorcier a toujours les bonnes astuces gros test en vue dès dimanche face à l’Algérie en attendant de recevoir les Ecureuils lors de la deuxième journée en mars 2018. Les voisins se retrouveront en novembre 2018 pour la manche retour. La dernière fois que le Togo et le Bénin était dans le même groupe lors des qualifications de la Can 2008. Les Ecureuils avait perdu 2-1 à Lomé  avant d’étriller les Eperviers à Cotonou 4-1 pour se qualifier pour la phase finale.

Géraud Viwami

Ecureuils : le programme complet du Benin

Ecureuils : le programme complet du Benin
Les Ecureuils entament dimanche prochain un long périple afin se qualifier pour la Can Cameroun 2019. Une campagne dont le point décisif sera probablement le double rendez vous en septembre 2018 contre l’Algérie. A noter que le Bénin recevra son voisin pour la dernière journée en novembre 2018.
Journée 1. 11 juin 2017 : Gambie – Bénin
Journée 2. 24 mars 2018 : Togo – Bénin
Journée 3. 3 septembre 3018 : Algérie – Bénin
journée 4. 10 septembre 2018 : Bénin – Algérie
journée 5: 9 octobre 2018 : Gambie – Bénin
Journée 6: 10 novembre 2018: Bénin – Togo

Bénin – Gambie : entrée libre et gratuite

Dimanche prochain, le Bénin accueille la Gambie pour le compte de la première journée des qualifications de la Can Cameroun 2019 au stade Mathieu Kérékou de Cotonou. La FBF et le ministère des sports ont décidé de rendre l’entrée au stade gratuite afin de mobiliser davantage les supporters autour des Ecureuils.
Géraud Viwami

Amical : La Gambie battue

Avant de rejoindre Cotonou aujourd’hui, la Gambie était en stage depuis lundi au Ghana. Les scorpions ont livré un match amical hier contre l’équipe nationale locale du Ghana. Les locaux se sont imposés 2-1 grâce à des buts de Thomas Abbey (51e) et Razak Abalora (77e). La Gambie avait pourtant égalisé Lamine Jallow (74e)
Le 11 Gambien:
Jobe- Colley, Danso, Sanney, Ngum, Ba Modou, Jaiteh, Barrow, Tcawally,Jallow.
coach : Sang Ndong

Géraud Viwami

Bénin – Gambie : Tchomogo sous pression 

Les Ecureuils ont débuté cet après-midi au stade Mathieu Kérékou le stage de préparation du match de la première journée des qualifications de la Can Cameroun 2019 contre la Gambie . Sur le terrain trois joueurs sont encore attendus dans les tribunes le public met déjà la pression.

Arrivés au camp de base de la sélection nationale hier soir, les 20 Ecureuils présents ont effectué leur première séance d’entrainement cet après-midi au stade Mathieu Kérékou de Cotonou. Omar Tchomogo a dirigé une séance plutôt tranquille composée essentiellement d’une partie d’opposition dix contre dix sur une surface réduite. La bonne nouvelle tous les joueurs présents étaient en jambe.  Le capitaine Stéphane Sèssegnon (Montpellier) , le gardien Fabien Farnolle  (Le Havre)  et le défenseur Junior Salomon (Plateau United), retenu en club devraient rejoindre le groupe ce soir.  Les 23 convoqués seront tous disponibles pour la double séance prévue demain.

« Tchomogo démission ! »

La poignée de supporters présents dans les tribunes du stade digèrent encore mal l’élimination de Bamako.  Chose rare depuis la prise de fonction du sélectionneur national en juin 2015, plusieurs supporters scandaient déjà des « Tchomogo démission !  Tchomogo demission ! » à la fin de la séance.  Une atmosphère qui rajoute une pression supplémentaire à l’enjeu du match de dimanche prochain. Une victoire serait un parfait sursit pour l’ancien  guingampais. Sinon la pression est bien là.

Géraud Viwami