Ecureuils : Bénin – Tanzanie 1-1, comme un goût d’inachevé

Les Ecureuils recevaient cet après-midi, la Tanzanie en match amical au stade Mathieu Kérékou de Cotonou, dans une confrontation où chaque équipe a brillé par mi-temps , Stéphane Sèssegnon a ouvert le score sur un pénalty généreux à la demi-heure de jeu avant l’égalisation d’Elias Mugari à la reprise. Entre regrets et satisfaction, les supporters ont quitté le stade sur un goût d’inachevé.

 

Les buts

31e : Sur une tentative de frappe de Stéphane Sèssegnon, l’arbitre béninois du match , Rafiou Ligali, désigne le point de pénalty pour un maniement de ballon. Un pénalty généreux car c’est la main d’Olivier Verdon, le milieu béninois qui a ralenti la course du ballon. Le capitaine des Ecureuils ouvre le score sur un contre-pied parfait 1-0.

50e : Incursion de Yahyia Shiza dans la surface béninoise à gauche, sa frappe contrée se transforme en passe décisive pour Elias Maguri en renard des surfaces, il égalise. 1-1.

Homme du match : Yahya Abbas.

Il a été au départ de   tous les bons coups tanzaniens. Véritable régulateur du jeu de son équipe c’est lui qui dicte le rythme de jeu et oriente les premières relances avec calme et intelligence.  Avec peu de déchets chacune de ses prises de balle était un régal. Le numéro 14  des visiteurs a régné sur le jeu.

 

Le Bénin méritait mieux

On a vu qu’une équipe en première période. Les Ecureuils ont largement pris les devants  après un début de match un peu timide. Les Ecureuils ouvriront le score dans leur temps fort par Sèssegnon  sur un pénalty contestable qui contraste avec la qualité de jeu fourni et le flot d’occasions obtenues sous une fine et brève pluie. Le milieu de Montpellier a cadré la première béninoise sur un coup franc bien tendue, repoussée au premier poteau par le gardien Slum Manula (11e). L’ancien parisien sera maladroit à la conclusion d’une combinaison entre Rodrigue Fassinou et Jodel Dossou à droite. Le centre de ce dernier n’est pas bonifié.  L’ailier de l’Austria Lustenau qui se réveille et   va signer une percée solitaire incroyable à droite. Grand pont et puis crochet sur son dernier défenseur avant de déposer son centre au second poteau sur David Djigla qui voit sa frappe contrée. (28e)

L’ailier niortais aussi va mettre le feu sur  son côté gauche. Il malmène son défenseur dans une série passement de jambes avant de l’effacer puis sert David Kiki. Malheureusement l’arrière gauche brestois voit sa frappe fuir le cadre.

Dans la foulée, le Bénin va signer l’action référence de cette partie. Récupération basse de Dossou à droite qui s’appuie sur Steve Mounié qui élimine son défenseur d’un petit pont et coulisse pour Sèssegnon qui renverse le jeu à gauche sur Djigla. L’ancien joueur de Onze Créateurs s’offre un grand pont et un crochet pour passer son défenseur avant de délivrer un centre au second poteau sur la tête de Mounié qui ne cadre pas. (36e) Quelle action !

Bien en place, la Tanzanie va souffler et poser le ballon. Les Haifa Stars vont cadrer leur première frappe par le remuant Saimon Msuva, Farnolle était à la parade.  (39e)

Dossou manquera de doubler la mise en fin de première période alors que le gardien Manula était au sol.  (41e).  Les Ecureuils méritaient bien plus que cet avantage étriqué.

Le réveil tanzanien et une fin folle

A la reprise la confiance change de camp, les visiteurs pressent haut et gagnent tous les duels dans la moitié adverses. Bien qu’ils soient les premiers à revenir sur la pelouse, les Ecureuils avaient encore la tête au vestiaire et la Tanzanie égalise logiquement à la 50e Elias Maguri profite d’une défense béninoise trop attentiste rétablir la parité.

Les Ecureuils réagissent dans la foulée, Dossou dépose un nouveau centre dans les pieds de Mounié au point de pénaty qui ne cadre pas sa reprise. Enorme occasion (53e)

Abed Yusufu n’est pas loin de donner l’avantage aux bleus mais sa frappe tendue est repoussée des poings par Farnolle (60e). Le Bénin subit et commet plus de faute qu’en première période. La Tanzanie a pris le contrôle du jeu.

En fin de période,  avec les entrées de Chabel Gomez et Marcellin Koukpo la ligne offensive béninoise change de visage et ça s’anime. Chaque équipe aura sa balle de match. D’abord les Ecureuils, Koukpo travaille bien à droite et dépose un centre sur la tête de Gomez qui voit le cadre se dérober pour quelques centimètres. Le gardien était battu. Tout le stade a cru au but. (84e)

Le capitaine des visiteurs, Himid Mkami manque complètement son lob dans les 20 mètres après avoir été bien lancé seul dans le dos de la défense béninoise (89e).

Score final 1-1. Les deux équipes peuvent avoir des regrets on aura vu un bon match rythmé avec un goût d’inachevé.

Géraud Viwami

 

XI Bénin : Farnolle –  Hountondji , Adénon, Kiki , Fassinou – Verdon (Seibou 62e ), Koukou – Djigla (Gomez 70e ) , Dossou (Koukpo 80e) , Sèssegnon – Mounié (Poté 54e)

XI Tanzanie : Manula – Patric , Banda, Mkami , Kamagi – Abass (Chona 90e), Riziki (Mkude 76e) , Yahya (Migomba 66e) , Msuva (Maganga 88e)  – Maguri, Loth (Yusufu 54e)

Bénin – Tanzanie : Farnolle et Sèssegnon reviennent , Mounié présent , la compo officielle , match à suivre sur notre Twitter (@bjfoot_officiel)

Le sélectionneur des Ecureuils vient de dévoiler l’équipe qui débutera la rencontre amical à partir de 16h au stade Mathieu Kérékou contre la Tanzanie. Comme on pouvait s’y attendre , Fabien Farnolle fait son retour dans les buts tout comme  le capitaine Stéphane Sèssegnon au milieu. Ce sont les deux changements dans le onze qui était aligné face au Congo mercredi dernier. Incertain , Steve Mounié tiendra sa place à la pointe de l’attaque. Michael Poté, incertain , sera remplaçant. Les Ecureuils garderont leur configuration habituel en 4-2-3-1. Match à suivre en tweet live sur notre compte Twitter officiel  @bjfoot_officiel.

Billet de Géraud Viwami : Il faut respecter Gnamesso et tous les autres !

L’amateurisme de l’environnement de la sélection nationale a encore tristement fait ses preuves hier après-midi au stade Mathieu de Kérékou de Cotonou sous mes yeux. Lors de la dernière séance d’entraînement  des Ecureuils, notre confrère Ablam Gnamesso (photo) de Sportdrome essayait d’approcher les joueurs béninois afin de recueillir des impressions en fin de séance mais  ce dernier s’est vu recalé violement tristement par  un intendant de la sélection. Ce dernier l’a d’ailleurs menacé publiquement en ces termes «Il faut sortir du stade. Je ne veux pas te voir ici. On m’a parlé de toi. Tu n’es pas un béninois. Tu es un togolais. On m’a dit que tu écris mal et contre le Bénin. Après tu viens t’associer avec les autres journalistes. Il faut quitter le stade si non, je vais te frapper. Si tu réagis, je vais te cogner. Tu n’es pas béninois.»

Des propos graves qui sont passés sous silence car ça aurait pu être n’importe quel autre confrère de l’échiquier national comme international. Vous imaginez le scandale si l’agression était physique ?

Cet incident qui peut paraitre banal dans le contexte béninois mais c’est presque honteux et indigne d’une équipe nationale que des journalistes soient traités ainsi alors que pendant ce temps les fans étaient autorisés à faire des photos avec les joueurs et que d’autres individus avaient accès à la main courante pendant toute la séance d’entrainement sans être inquiété.

Une scène récurrente même pendant les rencontres officielles, on a pour habitude de voir, la main courante remplie de gens qui trainent et encombrent presque l’espace pour une raison inconnue voire inutile.

Dans la soirée du vendredi, notre confrère Epiphane Bognaho d’Ocean Fm a été interrompu en pleine interview avec Michael Poté à l’hôtel des joueurs. Les tendances claniques autour des Ecureuils engendrent bien des dommages collatéraux mais empêchent les professionnels de faire convenablement leur boulot. Quelle mentalité.

Qui doit-on accuser ?  quand  la fédération  béninoise de football et le ministère qui n’ont pas daigné organiser de conférence de presse après le retour de la sélection du Congo jeudi  et aucun avant le match de cet après-midi contre la Tanzanie. La communication comme toute l’organisation autour de la sélection ne semble pas s’améliorer d’un poil.  Quelle tristesse.

Afrique – Mondial 2018 : L’Afrique du Nord reçue 3 sur 5 !

Depuis que l’Afrique a droit à 5 représentants en coupe du monde (2002), jamais les pays du Nord du continent n’ont réussi à placer 3 représentants. Cette fois-ci, c’est fait. La « faute » au Ghana et à la Côte d’Ivoire, pas à leur niveau habituel, en transition entre générations ou tout simplement face à des adversaires Maroc et Egypte plus solides ? Un peu des trois !

Les pays d’Afrique du Nord ne représentent que 10% des pays affiliés à la Caf, même si pour les places en coupe du monde, cette région parvient souvent à envoyer 20 à 40% des représentants. Une question de moyens économiques, de meilleure structuration en général qui permettent à la région la moins peuplée d’optimiser sa représentativité.

Les équipes d’Afrique noire, (en plus grand nombre), doivent leur bonne représentativité à leurs talents évoluant très tôt en Europe et leurs icônes emblématiques (Eto’o, Drogba, Ayew, Gyan, Diouf) qui ont permis depuis 1998 aux pays subsahariens de combler le retard d’infrastructures et d’organisation. Tous ces avantages sont combinés à la difficulté pour les nord-africains de jouer dans la chaleur humide, sur des pelouses en moins bons états avec des conditions de réception parfois « limites ».

Cette fois-ci, l’Afrique du Nord revient en force face à une Afrique sub-saharienne dont les représentants les plus réguliers depuis 2006 : Côte d’Ivoire et Ghana ainsi que le représentant le plus emblématique, le Cameroun, ont pâti de plusieurs manques.

Les Eléphants pour leur part ont dû intégrer beaucoup de nouvelles choses : Un coach qui découvre l’Afrique, une demi-douzaine de nouveaux titulaires ou nouveaux leaders (Zaha, Cornet, Bailly et consorts). Le renouvellement de génération, la transition entre la génération Drogba/ Yaya Touré et celle actuelle est compliquée malgré le talent des nouveaux arrivants. Et malgré la présence de Gervinho et Salomon Kalou pour assurer le passage de flambeaux.

Le Ghana doit également faire face à la même question de transition générationnelle combinée une instabilité du staff technique.

Les Lions Indomptables du Cameroun, champions d’Afrique en titre ont eu du mal à lutter contre un environnement nocif avec un sélectionneur constamment sous le feu des critiques et une fédération inexistante.

La représentation du continent africain aura donc un accent arabe. Une première qui sera scrutée en Russie.

Aubay

Ecureuils : Tanzanie – Bénin, entre bons et mauvais souvenirs.

Demain après-midi, les Ecureuils reçoivent la Tanzanie en match amical au stade Mathieu Kérékou de Cotonou, une première à domicile depuis sept ans. Alors qui se souvient du dernier duel entre les deux nations en terre béninoise ?

Le foot béninois a entamé un renouveau au début des années 2000 avec un match référence le 3 septembre 2002 lors de la première journée des qualifications de la Can 2004. Le casier africain du Bénin était encore vierge, la fédération sortait d’une période de disette et une nouvelle génération de joueurs éparpillés en Europe était en train de naître.

Le doublé d’Adjamossi 

Alors cet après-midi-là, le stade René Pleven d’Akpakpa qui avait encore sa pelouse naturelle a affiché complet et les Ecureuils se sont baladés  4-0 avec le doublé d’un arrière gauche béninois qui était en fin de formation à Bordeaux Anicet Adjamossi (9e et 38e). Le numéro 15 des Ecureuils  a marqué les esprits ce jour-là tout comme Moussa Latoundji  (85e) et Omar Tchomogo (75e sp) qui ont aussi marqué. Le mythique capitaine Moudachirou Amadou portait le brassard.  Le sélectionneur de l’époque le belge René Taelman – qui s’est d’ailleurs marié à une béninoise- n’oubliera jamais sa première à la tête de l’équipe béninoise qu’il a dirigé pendant deux ans  jusqu’en  2003.

Cette campagne sera fructueuse pour le Bénin qui terminera en tête du groupe devant la Zambie , le Soudan et la Tanzanie avec 13 points pour décrocher sa première qualification à une coupe d’Afrique , Tunisie 2004 avec le ghanéen Cécil John Attuquayefio comme coach.

Maillot made in Bénin

Pour cette première journée de qualification, les Ecureuils arboraient une tunique blanche à domicile avec des dossards griffés en rouge. Le président de la FBF , Anjorin Moucharafou révelra quelques années plus tard que ce jeu de maillot avaient été confectionné par un couturier local dans le quartier populaire de Xwalacodji.

La raclée de Dar Es Salam

Mais la dernière confrontation entre les deux pays remonte à octobre 2014 en match amical à Dar Es Salam , sous Didier Ollé-Nicole , le Bénin a subi une sale défaite 4-1 au stade Benjamin Mkapa. Menés 4-0 (Canavaro 17e , Kiemba 40e, Ulimwengu 49e et Luzio 71e), les Ecureuils ont réduit le score grâce au premier but chez les A d’Abdel Fadel Suanon en fin de rencontre. Une petite revanche à prendre pour Stéphane Sèssegnon, Fabien Farnolle , Michael Poté , Jodel Dossou et David Djigla qui étaient tous titulaires  il y a trois ans.

Géraud Viwami

Ecureuils : Sèssegnon , Mounié et Poté , ce qu’il faut retenir de l’entraînement du jour

De retour à Cotonou, les Ecureuils se sont entraînés cet après-midi au stade Mathieu Kérékou de Cotonou. Voici les quatre infos à retenir de cette séance où Omar Tchomogo a dirigé un groupe de 19 joueurs.

 

Sèssegnon est bien présent…

Absent lors du déplacement au Congo mercredi dernier, le capitaine Stéphane Sèssegnon était présent après avoir rejoint le groupe plutôt. Le Montpelliérain sera donc bel et bien présent dimanche prochain face à la Tanzanie.

… Farnolle  aussi

Il était quant à lui présent en terre congolaise mais l’habituel numéro un des Ecureuils n’a pas été aligné parce que son passeport était expiré.  Un souci administratif qui devrait être réglé avant dimanche prochain puisque e portier de Yeni Malatyaspor s’est quand même entraîné normalement avec le groupe.

Séance écourtée pour Poté et Mounié

Après l’échauffement, le groupe s’est produit dans un exercice de conservation en opposition sur un demi-terrain mais Michael Poté n’a pas participé entièrement à la seconde partie de la séance. L’attaquant de l’Apoel Nicosie s’est arrêté à cause d’une gêne visiblement au bas du dos. Il a été pris en charge par le kiné immédiatement.

Même s’il a pu tenir pendant la majeure partie, Steve Mounié aussi a écourté sa séance à  cause d’un mal à la cuisse.  Il a fini avec une poche de glace sur la cuisse afin de calmer la douleur. Les deux devraient être sur pied  pour dimanche.

Les gestes de l’après-midi

On a vu de belles choses pendant l’opposition. Comme le râteau de Djiman Koukou , le lensois a régalé le public tout comme David Djigla qui s’est offert un petit pont vicieux sur Nabil Yarou même si ce dernier a commis la faute derrière. Steve Mounié a sans doute réaliser le geste de la soirée avec sa frappe enroulée des 18 mètres en lucarne sous les applaudissements du maigre public présent. L’attaquant d’Huddersfield a signé un doublé au passage pendant l’opposition. Enfin la dernière galette du jour porte la griffe de Marcellin Koukpo qui a aussi marqué d’un sublime retournée  acrobatique. Les Ecureuils sont déjà chauds !

Géraud Viwami

Ecureuils : Bénin – Tanzanie , une première depuis sept ans

Dimanche prochain , les Ecureuils accueillent la Tanzanie en match amical , une première depuis sept ans. En effet , le Bénin n’a plus jouer un match amical à domicile depuis le 6 janvier 2010 contre Lybie (1-0) lors de la préparation de la Can 2010 sous Michel Dussuyer. L’actuel sélectionneur des Ecureuils Omar Tchomogo avait participé à ce match en tant que joueur. Les Ecureuils se produiront en amical à domicile  au stade Mathieu Kérékou après  7 d’affilée matches à l’extérieur.

Géraud Viwami

Ecureuils : Les Ecureuils sont de retour !

Après le nul 1-1 obtenu en match amical contre le Congo hier à Brazzaville , les Ecureuils sont rentrés à Cotonou  ce midi. Le groupe reprendra le chemin de l’entraînement demain afin de préparer la réception de la Tanzanie dimanche prochain au stade Mathieu Kérékou.

Amical : Congo – Bénin 1-1 (terminé)

C’est terminé à Brazzaville , le match amical entre les Diables Rouges Congolais et les Ecureuils béninois s’est soldé par un nul 1-1. Tout s’est joué en fin de première période David Djigla ((45+2) a répondu à l’ouverture du score de Dylan Saint-Louis (45e)A pour les locaux. Le niortais marquait ainsi son deuxième but international.

Amical : Congo – Bénin 1-1, Djigla répond à Saint-Louis (Mi-temps)

C’est la pause au complexe de Kintélé à Brazzaville. La rencontre s’est emballée en fin de partie. Les Diables Rouges du Congo ont ouvert le score à la 45e minute par Dylan Saint-Louis  puis David Djigla a égalisé pour les Ecureuils dans la foulée  (45e+2). 1-1 à la pause.

Compo du Bénin

Amical : Congo – Bénin, la compo officielle avec Allagbé et Mounié.

Le sélectionneur Omar Tchomogo a dévoilé la compo des Ecureuils face au Congo cet après-midi au complexe de Kintélé à Brazzaville en match amical. Le Bénin jouera dans un 4-4-1-1. Michael Poté sera associé à Steve Mounié en pointe. Dans les buts Saturnin Allagbé est aligné , Fabien Farnolle n’est pas sur la feuille de match. Le milieu lensois , Djiman Koukou portera le brassard de capitaine.  Coup d’envoi à 15h30 de Cotonou.

Banc : Glodjinon , Yarou , Ogoulola , Koukpo, Gomez , Seibou 

Ecureuils : Sèssegnon absent , la compo probable face au Congo !

Omar Tchomogo , le sélectionneur national et les Ecureuils sont à Brazzaville depuis hier. Le groupe a effectué la traditionnelle reconnaissance de pelouse cet après-midi au stade Sambadeba de Kintélé qui accueillera le duel amical entre le Congo et le Bénin à partir 16h30 de Cotonou. Selon nos dernières informations , le capitaine  des Ecureuils Stéphane Sèssegnon n’a pas rallié le groupe , il ne jouera donc pas demain. Aucune raison officielle n’a été avancée pour justifier l’arrivée avortée du capitaine.

En l’absence , du meneur de jeu de Montpellier et Jordan Adéoti , Tchomogo qui a 18 joueurs disponibles devrait composer son onze en 4-2-3-1. Le quatuor défensif devrait rester le même que face au Gabon le mois dernier. Au milieu , on devrait retrouver un duo Koukou – Verdon à la récupération.

En attaque si sur les ailes David Djigla et Jodel Dossou devraient conserver leur poste  à la pointe , double buteur lors des deux derniers matches amicaux et brillant en club Michael Poté serait préféré à Steve Mounié , qui revient de blessure. On pourrait assister à la première titularisation de Marcellin Koukpo chez les A , le joueur des Buffles pourrait évoluer juste derrière l’attaquant de l’Apoel Nicosie.

Géraud Viwami  

Ecureuils : les énigmes du milieu   

En l’absence de Bello Babatoundé, blessé de longue date, le milieu des Ecureuils est en manque. Stéphane Sèssegnon  le capitaine, Ibrahim Ogoulola la pépite des Requins, Djiman Koukou remplaçant à Lens et Jordan Adéoti incontournable à Auxerre sont les milieux axiaux convoqués. Le sélectionneur Omar Tchomogo se passe toujours de plusieurs profils de  joueurs pourtant brillants en club qui ont rarement ou jamais fait leur apparition en sélection nationale qu’ils seraient pourtant intéressant d’essayer. Enigme, choix ou problème de riche.

 

Giscard Tchato , 21 ans , MFM (Nigéria)

Il sort d’un exercice accompli au Nigéria avec MFM.  Avec 3 buts en 34 matches  son club  a terminé Vice-champion et qualifié pour la prochaine ligue des Champions. L’ancien pétrolier des Mogas est devenu un cadre incontestable chez les Violets où il assure son rôle de box-to-box dans le trio de l’entrejeu. Il  a déjà connu la Can Junior en 2013 avec les Ecureuils, il est déjà apparu dans le sillage des A sous Didier Ollé-Nicolle en  2014. Mais il n’a jamais eu sa chance même au tournoi de l’Ufoa depuis la prise de fonction de l’actuel sélectionneur. Bizarre.

Arsène Loko , 22 ans, Darin Club Motema Pembe (RD Congo)

Bien connu sur le plan local où il s’est révélé  à Onze Createurs, il a passé quatre saisons avec progression dans le championnat ivoirien dont les trois dernières à l’Africa Sports d’Abidjan. Vainqueurs de la Coupe Nationale, il est apparu à 14 reprises pour 4 passes décisives et 1 but. L’international béninois qui n’a plus été convoqué par Omar Tchomogo depuis 2015 a vu sa bonne forme être récompensé avec un transfert chez les congolais du Daring Club Motema Pembe qualifiés pour la prochaine Coupe Caf. S’il est apparu le mois dernier sur la liste des A’ contre le Maroc, il n’a jamais reçu de billet d’avion pour rejoindre le groupe. Buteur en match amical avec son nouveau club il y a quelques jours, il devra encore patienter pour espérer revenir chez les Ecureuils.

Anaane Tidjani ,  20 ans, US Monsatir (Tunisie)

Après deux exercices d’apprentissage chez les jeunes de l’Espérance de Tunis,  il  découvre le haut tunisien cette année avec un prêt à l’Us Monastir. Milieu offensif polyvalent avec un gros volume de jeu, l’ancien pensionnaire d’Alodo prend ses aises avec 8 apparitions dont 3 titularisations. Prometteur, il a marqué son premier but pro contre son club propriétaire il y a une dizaine de jours. Une bonne curiosité.

Sèssi d’Almeida,  21 ans,  Blackpool (Angleterre)  

Après une saison galère en D2 où il n’a joué que 30 minutes de toute la saison la faute à une rupture des ligaments de croisés, il revit avec Blackpool en troisième division. Buteur cette semaine pour la première fois en pro, le milieu défensif formé à Bordeaux retrouve ses sensations, aligné à 11 reprises en championnat. Il n’a plus connu le groupe des Ecureuils depuis novembre 2015 et  le sélectionneur ne semble pas prêt à le faire revenir sitôt.

Géraud Viwami

Ecureuils : Les 20 retenus face au Congo et la Tanzanie avec Ogoulola et Mounié

Le sélectionneur national Omar Tchomogo a dévoilé les 20 joueurs convoqués pour le double rendez-vous international de  ce mois novembre face au Congo et la Tanzanie. Déjà convoqué en juin dernier, Ibrahim Ogoulola (17 ans) fait son retour dans le groupe des Ecureuils tout comme le but d’Huddersfield Steve Mounié.

Le Bénin jouera deux matches amicaux la semaine prochaine , le 8 novembre à Brazzaville contre le Congo puis à domicile le 12 face à la Tanzanie. Le sélectionneur national Omar Tchomogo a fait du classique avec une liste de 20 joueurs. Trois retours à noter.  L’attaquant d’Huddersfield Steve Mounié (22 ans) qui n’a plus joué en sélection depuis juin dernier, le  milieu prometteur des Requins Ibrahim Ogoulola (17 ans) convoqué pour la deuxième fois avec les A et le défenseur des Buffles , Nabil Yarou (24 ans)  qui n’était plus apparu dans le sillage des A depuis 2012. Ce dernier a été préféré à Moise Adilehou (Levadiakos/ Grèce) qui n’est pas retenu.

Annoncé Yannick Aguémon (25 ans , 6 buts en 11 matches ) avec OH Louvain en D2 belge ne fera pas le déplacement parce qu’il n’a pas été approché.

Le groupe devrait quitter Cotonou pour Brazzaville en début de semaine prochaine.

Géraud Viwami

La liste des 20 Ecureuils 

Gardiens  (3)

Fabien Farnolle (Yeni Malatyaspor/Turquie), Saturnin Allagbé (Niort), Steve Glodjinon (JA Cotonou)

Défenseurs (5)

Nabil Yarou (Buffles), Rodrigue Fassinou (Aspac),  Cédric Hountondji (Gazélec Ajaccio), Khaled Adénon (Amiens/France), David Kiki (Brest/France), Olivier Verdon (Bordeaux/ France)

Milieux (7)

Djiman Koukou (RC Lens/ France), Stéphane Sèssegnon (Montpellier/France), Jodel Dossou (Austria Lustenau/Autriche), Chabel Gomez (Esae) , Mama Seibou (Aspac ) , Ibrahim Ogoulola (Requins) , Jordan Adéoti (Auxerre),

Attaquants (3)

Marcellin Koukpo (Buffles), Mickael Poté (Apoel Nicosie/Chypre), Steve Mounié (Huddersfield/Angleterre)

Coach : Omar Tchomogo

 

 

Aspac : Décès d’un arrière gauche prometteur.

Hospitalisé depuis trois semaines pour causes d’infection pulmonaire au centre national hospitalier et universitaire  Hubert Maga , Ismael Orou (20 ans) est décédé ce matin. Il a donc succombé à la maladie malgré les multiples soutien de son club, l’Aspac , de la fédération béninoise de football et du ministre des sports , Oswald Homeky. La mort subite de cet arrière gauche prometteur passé par le Mogas est une grosse perte pour le foot béninois. Il faisait partie de la première génération des stagiaires béninois à Botafogo au Brésil en 2011, il  a également participé au stage des Ecureuils locaux en préparation du tournoi de l’Uemoa 2016 et  des qualifications  du  Chan 2018. Il devrait être inhumé demain selon nos informations. Bjfoot.com présente ses condoléances à la famille éplorée et aux proches . Paix à son âme.

Géraud Viwami

Ecureuils : Efficace  dans l’axe, Poté enfin à sa place ?

Etincelant en club, Mickael Poté (33 ans) buteur lors des deux derniers rendez-vous des Ecureuils se retrouve enfin dans son élément sous le maillot jaune, dans l’axe.

 

Comme face à la Guinée Equatoriale il y a un mois , Mickael Poté a encore marqué cet après-midi avec les Ecureuils face au Gabon à Marseille. L’attaquant de l’Apoel Nicosie aligné une nouvelle fois en pointe prouve déjà son efficacité ce qui n’a pas toujours été le cas sous le maillot national.

International béninois depuis septembre 2008, Poté totalise désormais 10 réalisations en une quarantaine de capes en neuf ans de carrière internationale.

Son utilisation en équipe nationale en est pour beaucoup mais le dédouane pas totalement. Souvent décalé sur un flanc d’abord par Razak Omotoyossi pendant plusieurs années. Sur les derniers exercices la concurrences s’est encore corsée avec les arrivées de Rudy Gestede. En réalité il n’a jamais eu les coudées franches dans l’axe de l’attaque des Ecureuils.

Pourtant en club où il est exclusivement aligné dans une position axiale, aucun de ses concurrents en attaque en sélection ne fait aussi bien que lui. 86 buts sur les six dernières saisons avec deux titres de meilleurs buteurs en deuxième division turque et dans l’élite Chypriote. Son efficacité ne souffre d’aucune contestation.

Trois matches dans l’axe, trois buts

Formé au poste d’attaquant axial, Poté rend bien des services sur le côté mais il n’a plus la percussion ou l’entrain de ses 20 ans qui lui permettaient de faire des différences sur le flanc.  On se souvient tous de son dernier match sur le flanc droit face à la Gambie à Cotonou où il n’ pas vraiment brillé.

Mais sur les trois derniers matches où il a été aligné dans l’axe en sélection national il marqué, contre le Sud Soudan en mars 2016 , la Guinée Equatoriale le mois dernier et le Gabon aujourd’hui.  Il a profite surtout des blessures de Frédéric Gounongbé et Steve Mounié  et de la retraite international de Rudy Gestede pour marquer des points.

La question de l’animation offensive et du système de jeu de la sélection aussi entrent en considération, depuis la prise de fonction d’Omar Tchomogo en juin 2015 , le Bénin joue à une seule pointe , son envie de jouer avec deux attaquants n’a pas tenu la route. Il est maintenant évidemment que Poté est bien plus efficace dans l’axe qu’ailleurs.

Géraud Viwami

Amical : Gabon – Bénin , la compo des Ecureuils avec Adéoti , Koukpo sur le banc !

Comme nous l’annoncions hier le sélectionneur Omar Tchomogo a confirmé notre composition probable. Il a conservé la même organisation comme face à la Guinée Equatoriale, le 4-2-3-1 , le mois dernier avec un seul changement dans le onze. L’Auxerrois Jordan Adéoti entre aux cotés du lensois Djiman Koukou au milieu. Le quatuor d’attaque reste le même. La compo officielle vient de tomber pour le match amical qui se joue face entre les Ecureuils et les Panthères du Gabon à Mallemort en France. Coup d’envoi à 15h de Cotonou.

G.V. 

Banc de touche : Allagbé- Verdon , Adilehou, Seibou, Gomez, Kotchoni , Koukpo

Ecureuils : Invincibilité, Abou Maiga et l’affaire des maillots, trois choses à savoir avant Gabon – Bénin

Avant de défier les Panthères du Gabon demain après-midi à Mallemort, Bjfoot.com révèle trois choses sur  les Ecureuils et  cette affiche que vous ignorez. Croustillant.

Enfin une victoire ?

Avant  la fin de la rencontre de demain, les gabonais peuvent toujours s’enorgueillir de n’avoir jamais perdu aux  béninois. Sur les neuf duels on note six victoires pour les Panthères et trois nuls, tel est le bilan. Les deux derniers duels qui étaient déjà des amicaux disputés en France se sont soldés par des nuls 2-2 en août 2007 et 1-1 en août 2009.  Un rescapé de ce dernier match ? Il y  en a. Le milieu Djiman Koukou, sociétaire d’Evian TG à l’époque ,  entré en jeu en seconde période. Un mythe tombera à Mallemort ?

Abou Maiga , le sauveur

On se souvient tous d’Abou Maiga (32 ans)  , l’ancien attaquant des Requins ?  Dans sa carrière internationale où il a souvent été taxé de « vendangeur » , il a marqué deux fois contre le Gabon.

En match amical à Créteil en  2007 il avait égalisé pour le Bénin à la 21e après l’ouverture du score de Chivastar Nzigou pour les Panthères (4e). score final 2-2.

Deux ans plus tard en 2009 , il a remis ça , dans un match encore disputé en France à Dieppe. Les Ecureuils cueillis à froid , Maiga va égaliser de la tête sur un service de Pascal Angan (10e). Actuellement en pré-retraite chez les amateurs de Chateaubriands en France , l’ancien cristolien devrait se rappeler de bons souvenirs demain après-midi.

La bourde de Johnson et L’affaire des maillots

Si vous avez oublié le dernier match amical face au Gabon, on va vous rafraîchir la mémoire. Un jeune défenseur béninois qui évoluait à Plymouth (D2 Anglaise) venait débarquer en sélection nationale est aligné par Michel Dussuyer qui était privé de plusieurs cadres dont Khaled Adénon et Stéphane Sèssegnon. Le colosse défense commence son match de la pire des manières avec une passe en retrait mal dosée dont profite  un certain Pierre Emerick Aubameyang pour battre Rachad Chitou dès la première minute. Même si derrière il s’en sort avec une prestation solide , Reda Johnson n’a pas oublié cet après-midi d’ août 2009.

La grosse fausse note de cet après-midi c’était le maillot des Ecureuils. En effet le Bénin a joué ce jour-là avec des maillots jaunes certes mais qui appartenait à Quevilly ( actuellement en Ligue 2 française) , club amateur à l’époque. En ce moment le Bénin avait un équipementier, Airness mais faute à une organisation défaillante l’équipe s’est retrouvée sans maillot sur le sol français. L’un des épisodes les plus rocambolesques du foot béninois. Huit ans plus tard , la sélection béninoise peine toujours à avoir un équipementier officiel et s’habille avec des tenues bons marchés. L’histoire bégaie.

Géraud Viwami