Aspac : Décès d’un arrière gauche prometteur.

Hospitalisé depuis trois semaines pour causes d’infection pulmonaire au centre national hospitalier et universitaire  Hubert Maga , Ismael Orou (20 ans) est décédé ce matin. Il a donc succombé à la maladie malgré les multiples soutien de son club, l’Aspac , de la fédération béninoise de football et du ministre des sports , Oswald Homeky. La mort subite de cet arrière gauche prometteur passé par le Mogas est une grosse perte pour le foot béninois. Il faisait partie de la première génération des stagiaires béninois à Botafogo au Brésil en 2011, il  a également participé au stage des Ecureuils locaux en préparation du tournoi de l’Uemoa 2016 et  des qualifications  du  Chan 2018. Il devrait être inhumé demain selon nos informations. Bjfoot.com présente ses condoléances à la famille éplorée et aux proches . Paix à son âme.

Géraud Viwami

Ecureuils : Efficace  dans l’axe, Poté enfin à sa place ?

Etincelant en club, Mickael Poté (33 ans) buteur lors des deux derniers rendez-vous des Ecureuils se retrouve enfin dans son élément sous le maillot jaune, dans l’axe.

 

Comme face à la Guinée Equatoriale il y a un mois , Mickael Poté a encore marqué cet après-midi avec les Ecureuils face au Gabon à Marseille. L’attaquant de l’Apoel Nicosie aligné une nouvelle fois en pointe prouve déjà son efficacité ce qui n’a pas toujours été le cas sous le maillot national.

International béninois depuis septembre 2008, Poté totalise désormais 10 réalisations en une quarantaine de capes en neuf ans de carrière internationale.

Son utilisation en équipe nationale en est pour beaucoup mais le dédouane pas totalement. Souvent décalé sur un flanc d’abord par Razak Omotoyossi pendant plusieurs années. Sur les derniers exercices la concurrences s’est encore corsée avec les arrivées de Rudy Gestede. En réalité il n’a jamais eu les coudées franches dans l’axe de l’attaque des Ecureuils.

Pourtant en club où il est exclusivement aligné dans une position axiale, aucun de ses concurrents en attaque en sélection ne fait aussi bien que lui. 86 buts sur les six dernières saisons avec deux titres de meilleurs buteurs en deuxième division turque et dans l’élite Chypriote. Son efficacité ne souffre d’aucune contestation.

Trois matches dans l’axe, trois buts

Formé au poste d’attaquant axial, Poté rend bien des services sur le côté mais il n’a plus la percussion ou l’entrain de ses 20 ans qui lui permettaient de faire des différences sur le flanc.  On se souvient tous de son dernier match sur le flanc droit face à la Gambie à Cotonou où il n’ pas vraiment brillé.

Mais sur les trois derniers matches où il a été aligné dans l’axe en sélection national il marqué, contre le Sud Soudan en mars 2016 , la Guinée Equatoriale le mois dernier et le Gabon aujourd’hui.  Il a profite surtout des blessures de Frédéric Gounongbé et Steve Mounié  et de la retraite international de Rudy Gestede pour marquer des points.

La question de l’animation offensive et du système de jeu de la sélection aussi entrent en considération, depuis la prise de fonction d’Omar Tchomogo en juin 2015 , le Bénin joue à une seule pointe , son envie de jouer avec deux attaquants n’a pas tenu la route. Il est maintenant évidemment que Poté est bien plus efficace dans l’axe qu’ailleurs.

Géraud Viwami

Amical : Gabon – Bénin , la compo des Ecureuils avec Adéoti , Koukpo sur le banc !

Comme nous l’annoncions hier le sélectionneur Omar Tchomogo a confirmé notre composition probable. Il a conservé la même organisation comme face à la Guinée Equatoriale, le 4-2-3-1 , le mois dernier avec un seul changement dans le onze. L’Auxerrois Jordan Adéoti entre aux cotés du lensois Djiman Koukou au milieu. Le quatuor d’attaque reste le même. La compo officielle vient de tomber pour le match amical qui se joue face entre les Ecureuils et les Panthères du Gabon à Mallemort en France. Coup d’envoi à 15h de Cotonou.

G.V. 

Banc de touche : Allagbé- Verdon , Adilehou, Seibou, Gomez, Kotchoni , Koukpo

Ecureuils : Invincibilité, Abou Maiga et l’affaire des maillots, trois choses à savoir avant Gabon – Bénin

Avant de défier les Panthères du Gabon demain après-midi à Mallemort, Bjfoot.com révèle trois choses sur  les Ecureuils et  cette affiche que vous ignorez. Croustillant.

Enfin une victoire ?

Avant  la fin de la rencontre de demain, les gabonais peuvent toujours s’enorgueillir de n’avoir jamais perdu aux  béninois. Sur les neuf duels on note six victoires pour les Panthères et trois nuls, tel est le bilan. Les deux derniers duels qui étaient déjà des amicaux disputés en France se sont soldés par des nuls 2-2 en août 2007 et 1-1 en août 2009.  Un rescapé de ce dernier match ? Il y  en a. Le milieu Djiman Koukou, sociétaire d’Evian TG à l’époque ,  entré en jeu en seconde période. Un mythe tombera à Mallemort ?

Abou Maiga , le sauveur

On se souvient tous d’Abou Maiga (32 ans)  , l’ancien attaquant des Requins ?  Dans sa carrière internationale où il a souvent été taxé de « vendangeur » , il a marqué deux fois contre le Gabon.

En match amical à Créteil en  2007 il avait égalisé pour le Bénin à la 21e après l’ouverture du score de Chivastar Nzigou pour les Panthères (4e). score final 2-2.

Deux ans plus tard en 2009 , il a remis ça , dans un match encore disputé en France à Dieppe. Les Ecureuils cueillis à froid , Maiga va égaliser de la tête sur un service de Pascal Angan (10e). Actuellement en pré-retraite chez les amateurs de Chateaubriands en France , l’ancien cristolien devrait se rappeler de bons souvenirs demain après-midi.

La bourde de Johnson et L’affaire des maillots

Si vous avez oublié le dernier match amical face au Gabon, on va vous rafraîchir la mémoire. Un jeune défenseur béninois qui évoluait à Plymouth (D2 Anglaise) venait débarquer en sélection nationale est aligné par Michel Dussuyer qui était privé de plusieurs cadres dont Khaled Adénon et Stéphane Sèssegnon. Le colosse défense commence son match de la pire des manières avec une passe en retrait mal dosée dont profite  un certain Pierre Emerick Aubameyang pour battre Rachad Chitou dès la première minute. Même si derrière il s’en sort avec une prestation solide , Reda Johnson n’a pas oublié cet après-midi d’ août 2009.

La grosse fausse note de cet après-midi c’était le maillot des Ecureuils. En effet le Bénin a joué ce jour-là avec des maillots jaunes certes mais qui appartenait à Quevilly ( actuellement en Ligue 2 française) , club amateur à l’époque. En ce moment le Bénin avait un équipementier, Airness mais faute à une organisation défaillante l’équipe s’est retrouvée sans maillot sur le sol français. L’un des épisodes les plus rocambolesques du foot béninois. Huit ans plus tard , la sélection béninoise peine toujours à avoir un équipementier officiel et s’habille avec des tenues bons marchés. L’histoire bégaie.

Géraud Viwami

Ecureuils : le groupe est au complet, la compo probable des Ecureuils face au Gabon

Le groupe des 18 convoqués pour affronter le Gabon en amical demain à partir de 15h de Cotonou s’est entraîné ce soir à Mallemort en France au complet. Dernier attendu, le milieu défensif d’Auxerre Jordan Adéoti a rejoint les siens.

Le sélectionneur béninois Omar Tchomogo a son effectif et devrait aligner ses habituels titulaires. Comme le mois dernier en Guinée Equatoriale, les Ecureuils pourraient jouer en 4-2-3-1 demain après-midi avec trois changements  attendus dans le onze. Dans les buts, remplaçant en club, Fabien Farnolle devrait reprendre sa place au détriment du gardien de Niort Saturnin Allagbé , aligné aux guinéens. En défense, Khaled Adénon qui fait son retour sera probablement associé à Cédric Hountondji comme en juin face à la Gambie. Au milieu, Olivier Verdon devrait être poussé sur le banc par Jordan Adéoti qui formera la paire de récupération avec Djiman Koukou. Enfin sur la ligne offensive les habitudes devraient rester avec Jodel Dossou et David Djigla sur les flancs. Le capitaine Stéphane Sèssegnon en soutien de Michael Poté.

Grosse révélation du tournoi de l’Ufoa , Marcellin Koukpo devrait être sur le banc même s’il est attendu pour avoir du temps de jeu.

Géraud Viwami.

 

Les 18 convoqués

Gardiens

Fabien Farnolle (Yeni Malatyaspor/Turquie), Saturnin Allagbé (Niort)

Défenseurs

Moise Adilehou (Levadiakos/Grèce), Rodrigue Fassinou (Aspac) ,  Cédric Hountondji (Gazélec Ajaccio), Khaled Adénon (Amiens/France) , David Kiki (Brest/France), Jordan Adéoti (Auxerre), Olivier Verdon (Bordeaux/ France)

Milieux

Djiman Koukou (RC Lens/ France) , Stéphane Sèssegnon (Montpellier/France) , Jodel Dossou (Austria Lustenau/Autriche) , Chabel Gomez (Esae) , Mama Seibou (Aspac ) , David Djigla (Niort/France)

Attaquants

Marcellin Koukpo (Buffles) , Mickael Poté (Apoel Nicosie/Chypre), Christian Kotchoni (JA Cotonou)

Coach : Omar Tchomogo

 

Entretien : Adilehou « j’ai eu un appel de José Anigo »

Avant de rejoindre la sélection béninoise pour affronter le Gabon en match amical en région marseillaise, Moise Adilehou (21 ans) le défenseur de Levadiakos (D1 Grèce) s’est confié en exclusivité à nous. L’ancien du Fc Porto parle de ses choix carrières, de son début de saison, des Ecureuils, de son avenir et ses modèles. Entretien.

 

Levadiakos fait un bon début saison en se positionnant en haut de tableau, 5e après 6 journées, vous avez joué la moitié des matches, vous vous sentez bien en ce moment…

Je me sens bien. Le groupe fonctionne bien. On travaille dur. J’ai joué 50% des matches. Tout le monde se sent concerné, le groupe des 28 joueurs. En étant tous concernés on ira très loin dans le championnat.

Dans ce groupe justement, à 21 ans vous êtes le défenseur le plus jeune du lot, est-ce à dire que vous avez besoin d’avoir plus d’expériences pour être davantage aligné ?

Ça c’est sur le papier. On est un groupe. Il n’y a pas de jeunes. C’est sûr qu’en termes d’années d’expérience je suis le joueur qui a le moins d’expérience mais si je suis bon je jouerai.  Il y a les joueurs plus expérimentés, je vais apprendre à côté d’eux chaque jour à l’entraînement même en match.

«Mes années de formations j’ai été mal conseillé»

Vous avez décidé de vous stabiliser en Grèce où c’est votre deuxième saison, alors le foot et la vie grecque ça ressemble à quoi ?

C’est un championnat très serré. On le voit dans ce début de saison que les petites équipes battent les grosses.  Et ces dernières peuvent être en bas de tableau. Après c’est  un championnat très compliqué il faut avoir les armes. Les grosses équipes comme le Panathinakos, l’Olympiakos , l’AEK Athènes et PAOK Salonique ,  ils arrivent à faire la différence parce qu’ils ont un gros effectif, même sur le banc. Donc à la longue ça leur permet de finir en haut de tableau. Nous on va faire avec nos armes. On va se battre. Mais je pense qu’il y a moyen d’être une surprise de finir parmi les cinq six premiers et d’avoir l’occasion de faire les barrages de l’Europa League. Maintenant la saison est longue, on verra, on vient de commencer. On a bien commencé et espérons bien finir.

Vous avez été formé à Valenciennes ensuite vous avez pas mal bougé, les équipes de jeunes du FC Porto , retour en France à Vitré et Pau en amateur puis départ en Slovaquie pour finir en Grèce , si jeune qu’est-ce qui vous fait bouger autant ?

Mes années de formations j’ai été mal conseillé. Et puis j’ai fait un an sans club.  J’ai pris de nouveaux objectifs. Je me suis bien entouré. Ce qui fait qu’aujourd’hui je suis en première division grecque. On peut dire en regardant mon CV que j’ai beaucoup voyagé etc mais chaque année j’évolue.  J’ai été en club amateur puis j’ai signé pro en Slovaquie. Après le rêve de tout footballeur c’est n’est pas de rester dans des championnats comme en Slovaquie. L’opportunité de joueur en Grèce qui est pour moi supérieur au championnat slovaque. Je n’ai pas hésité j’ai foncé. Maintenant l’année dernière j’étais à Kerkyra. Ça se passait plutôt pas mal. Le coach qui comptait beaucoup sur moi et qui voulait me lancer cette année est parti donc j’ai eu l’appel de José Anigo (Ndlr : entraîneur de Levadiakos) et le projet m’as convaincu donc je ne regrette pas. J’ai joué trois matches sur six. L’année dernière j’ai joué trois matches sur trente. Donc pour le moment je suis bien parti. J’ai beaucoup à progresser. Les cartes sont dans ma main. C’est un mal pour un bien d’avoir voyagé.

Alors la connexion avec Anigo, qui est votre coach s’est passée comment ?

J’étais dans ancien club à Kerkyra ensuite j’ai eu l’appel de mon agent qui m’as dit qu’il allait avoir peut-être l’occasion de rejoindre Levadiakos qui allait avoir un coach français qui souhaitais travailler avec moi parce que j’avais déjà une saison en Grèce. Après j’ai rejoint le groupe en stage. Le coach m’as apprécié parce qu’il voulait me voir. Et après ça s’est fait.

« La ligue des champions, c’est dans un coin de ma tête j’ai encore du chemin »

Le Fc Porto vous avez des regrets de n’avoir pas pu vous imposer quand on connait l’ouverture que donne ce club aux jeunes talents recrutés assez tôt ….

C’est sûr que passer par Porto ça attire la convoitise mais après je ne regrette rien. Aujourd’hui je suis professionnel. Il y en a dans mon équipe au Fc Porto ils sont restés cinq six ans, ils ont fait toute leur formation là-bas et aujourd’hui ils n’ont pas réussi à passer le palier. Après il faut passer à autre chose. Si j’avais eu plus d’années j’aurais appris un peu plus. J’aurai eu plus de portes de sortie. C’est dommage, c’est triste mais c’est comme ça. Je suis professionnel et je suis content de mon parcours. Parfois c’est sûr qu’être dans le confort c’est bien. Mais c’est un mal pour un bien comme on peut dire parce que tu peux en étant dans la difficulté tu apprends plus et après tu ne fais pas les mêmes erreurs.

Sur le terrain vous êtes défenseur central, vous jouez à droite ou même en milieu défensif, votre kiff c’est où ?

C’est vrai que l’an dernier j’ai pu rentrer en numéro six mais mon poste de formation c’est défense centrale et c’est le poste où je me sens le mieux.

Aujourd’hui la carrière idéale pour vous se résume à quoi…

La carrière idéale ? Je suis plutôt quelqu’un qui vis au quotidien. Ce qui serait bien pour moi c’est de jouer d’abord parce que je suis jeune. Ensuite pourquoi ne pas signer dans un gros club en Grèce et jouer la ligue des champions. C’est mon rêve. C’est dans un coin de ma tête j’ai encore du chemin, il faut d’abord que je fasse une saison pleine et après penser à ces choses-là.

Pour moi mon prochain objectif c’est de jouer le maximum de matches, apprendre et quand un grand club estimera que j’ai les qualités, il m’appellera tout simplement.

Alors vous êtes plutôt Sergio Ramos ou Thiago Silva ?

Avant j’aimais beaucoup Thiago Silva, je l’aime toujours mais bon. Si on compare sur les deux dernières années Sergio Ramos il est devant et de loin.  Il fait de grosses saisons, il gagne des titres, il se blesse rarement. J’opte plus pour Ramos.

« Je vais jouer pour mon père contre ma mère »

Sinon le défenseur modèle que vous voulez devenir doit dans cinq, six ans doit avoir quelles qualités face aux joueurs offensifs actuels…

Déjà Anigo me répète toute le temps, à chaque entraînement « t’as des qualités de vitesse », que je suis bon de la tête et il me dit que je suis à l’aise techniquement. Il me dit que j’ai tout pour réussir, à chaque fois il me le répète, il me met en confiance. Je l’écoute et j’essaye de travailler. Je pense que j’ai beaucoup à travailler tactiquement sur la concentration aussi parce que à ce poste il faut toujours être concentré. Après c’est à force de jouer les matches que je vais progresser et que mes qualités vont se perfectionner. Je pense que si on résume tactiquement j’ai beaucoup à apprendre, à force de jouer ça va venir naturellement de toute façon et de la concentration pendant 95 minutes et pas 80 minutes parce que ça paie cash au haut niveau.

Votre nom avait pas mal circulé en sélection de jeunes béninoises avant d’obtenir votre première cap en mars dernier, c’est quoi le lien avec le Bénin pour vous qui êtes né en France, ça représente quoi de porter le maillot des Ecureuils ?

En ce qui concerne la sélection, déjà je suis très fier de porter les couleurs béninoises, les couleurs de mon père. C’est  une fierté pour mon père aussi. Ensuite j’ai été contacté très tôt par la sélection béninoise. J’étais encore en centre de formation, j’avais 15 ou 16 ans je pense. Ça me touche. Parce que c’est les premiers qui ont fait le pas. J’aurai pu choisir le Togo aussi. En 2014 j’ai pu participer à un match amical à Porto- Novo contre le Nigéria avec la sélection juniore. Je me souviens c’était la première fois que je portais le maillot des Ecureuils. C’était incroyable, le public. Ce jour-là je m’en étais bien sorti. Tout le monde m’applaudissait. J’avais un sentiment énorme. Je me suis dit mon père : il peut être fier de moi. Quand j’étais en U20, c’était un objectif d’être en A. c’était un rêve.  Je me rappelle que j’étais parti les voir en match et à l’entraînement aussi. J’avais plein d’objectif je voulais être pro et jouer en sélection A et voilà aujourd’hui je suis première division grecque et je vais encore jouer avec la sélection contre le Gabon dans quelques jours. J’ai travaillé et j’ai rien lâché malgré les épreuves.

Votre mère est togolaise, en mars 2018, le Bénin va jouer contre le Togo, vous allez jouer pour votre père contre le pays de votre mère?

Franchement ça va me faire bizarre. Parce que ma mère est togolaise, je vais jouer pour mon père contre ma mère. Ça va me faire bizarre. J’espère qu’on gagnera. Sans rancune avec ma mère (rires) je pense qu’elle comprendra. Je pense même qu’elle me supportera. Elle ne suit pas trop  le foot et son bonheur c’est que je sois heureux. Après c’est sûr que si on peut le battre le Togo et comme c’est le deux premiers du groupe qui doivent se qualifier que le Togo se qualifie avec nous, ça me ferait plaisir. Il faut qu’on les bat aller-retour mais c’est mon souhait.

Entretien réalisé par Géraud Viwami

Ecureuils : le groupe s’installe à Marseille

Avant de jouer en amical mardi prochain face au Gabon , les Ecureuils rejoignent déjà le camp de base en région marseillaise. Les locaux retenus , Marcellin Koukpo (Buffles) , Christian Kotchoni (JA Cotonou) Mama Seibou et Rodrigue Fassinou (Aspac) ainsi que les niortais Saturnin Allagbé et David Djigla et le défenseur du Gazélec Ajaccio sont les premiers arrivés aujourd’hui. Le stage devrait débuter demain en attendant le reste du groupe.

G.V.

Amical : Maroc A’ – Bénin A’ 2-2, Ogoulola porte les Ecureuils 

Le Bénin est allé chercher un  nul 2-2  face au Maroc ce soir à Rabat en match amical. Menés 2-0 , les Ecureuils sont revenus grâce au troisième but international de  Chabel Gomez (63e) sur une passe décisive d’Ibrahim Ogoulola qui va se muer en buteur pour égaliser sur une reprise de volet  suite à une déviation de Marcellin Koukpo(90e) . Son quatrième but international.

G.V

Ecureuils : la compo face au Maroc A ‘ avec Kotchoni , Bouraima et Avodagbé

Comme on pouvait s’y attendre Omar Tchomogo a effectué plusieurs changements dans le onze qui va débuter cet après-midi à 17h30 de Cotonou face au Maroc à Rabat. Si Glodjinon est aligné dans les buts, en défense il n’y a un changement majeur à gauche, Orou Djalilou de la JA Cotonou prend la place du capitaine des Buffles , Mama Bah-Yéré. Au milieu de terrain on note l’entrée d’Harold Avodagbé aux côtés de Mama Seibou. Le joueur des Requins fera donc ses débuts en sélection nationale avec une première titularisation. Il a été préféré à son coéquipier en club, Ibrahim Ogoulola qui est sur le banc. A droite,  l’ailier de l’Aspac Abdel Bouraima qui fait son retour dans le groupe débute aussi. En attaque c’est un duo tout nouveau qui sera essayé avec Christian Kotchoni , l’actuel meilleur buteur du championnat (8 buts). Le géant attaquant de la JA Cotonou est associé à une autre révélation du championnat, Adam Roufai de Béké. Ce dernier fera ses débuts sous le maillot national. Le Bénin jouera en 4-4-2.

Géraud Viwami

Banc : Dandjinou- Bah Yéré, Assogba , Houngbédji , Ogoulola, Saliou, Koukpo

Ecureuils : Sans équipementier, les Ecureuils habillés en contrefaçon

Le Bénin a deux matches amicaux pendant cette trêve internationale, les Ecureuils se produiront une fois encore avec des tenues à l’effigie inconnue, la faute à l’inexistence d’un réel équipementier.

Le Bénin a des progrès à faire en terme d’images tant les tenues de la sélection nationale suscitent interrogations. La première question qu’on a le droit de se poser c’est de savoir : qui habille les Ecureuils ? Difficile d’avoir une réponse parce que les maillots et tenues ne sont pas édités officiellement par des marques. Hormis les logos de la fédération et du ministère plus rien, aucun équipementier. A l’heure  où le voisin togolais est désormais habillé par Puma, la Gabon futur adversaire du Bénin le 10 octobre, porte des tuniques d’Adidas par exemple.

Les derniers équipementiers reconnus pour les Ecureuils étaient Airness mais depuis la sélection béninoise s’habille en mode « inconnu » avec des qualités de vêtements qui laissent souvent à désirer. D’ailleurs le contrat avec cet équipementier avait été l’objet de polémique il y a quelques années.

Une triste contrefaçon

Si on regarde de près en termes d’image les Ecureuils vacillent entre les couleurs des maillots entraînements et les simples tuniques officielles à l’hôtel. Du vert, du bleu, orange etc… on a tout essayé. Et depuis plusieurs mois la sélection arbore deux maillots entraînement qui ont attiré notre attention. Le premier est d’une couleur vert clair voire pers et le seconde d’une couleur rouge bordeaux. Même si les logos de la fédération et du ministère y sont apposés on se rend facilement compte qu’il s’agit d’une contrefaçon des maillots officiels arborés par l’Equipe du Portugal pendant l’Euro 2016. Triste constat.

Pendant le tournoi de l’Ufoa on a tous vu que plusieurs joueurs avaient des maillots trop larges ou inadaptés pour leur physique parce que c’est les mêmes tuniques pour tous. Pendant que dans ce même tournoi , le Nigéria, le Ghana et le Togo avaient des maillots personnalisés avec les noms des joueurs dans le dos.

Le Bénin semble encore à des années lumières de ce genre d’habitude , et c’est bien dommage pour une sélection nationale qui participe à des joutes internationales sans véritable identité en termes d’image.

Géraud Viwami

Ecureuils A’: Les 18 qui se sont envolés pour Casablanca avec Avodagbé et Roufai

Les Ecureuils A’ viennent de s’envoler de l’Aeroport de Cotonou en direction de Casablanca où ils affrontent le Maroc A’ en match amical demain soir. Omar Tchomogo qui fera sans les deux expatriés espérés , Arsène Loko et Harrison Hessou qui n’ont pas pu se déplacer a finalement retenu un groupe de 18 joueurs. Raimi Kola (Aspac) Jovic Agonsa (Soleil) et Jules Elégbèdè (Energie) ont été écartés.

Nouvelle révélation des Requins cette saison , le milieu offensif Harold Avodagbé est l’une des petites surprises du groupe , il devrait faire ses débuts internationaux tout comme l’attaquant Adam Roufai de Béké et le défenseur de l’Uss Kraké Youssouf Assogba.

Les 18 retenus

Les 18 retenus

Gardiens

Steve Glodjinon (JA Cotonou), Marcel Dandjinou (Esae)

Défenseurs

Nabil Yarou (Buffles) , Ramane Adjanakou (JA Cotonou), Rodrigue Fassinou (Aspac), Mama Bah-Yéré (Buffles), Djalilou Orou (JA Cotonou) , Youssouf Assogba (USS Kraké)

Milieux

Mama Seibou ( Aspac), Ibrahim Ogoulola (Requins), Harold Avodagbé (Requins), Gaston Houngbédji (Aspac), Saliou Idrissou (Panthères) , Abdel Bouraima (Aspac) , Chabel Gomez (Esae)

Attaquants

Marcellin Koukpo (Buffles), Christian Kotchoni (JA Cotonou), Adam Roufai (Béké),

Coach : Omar Tchomgo 

Géraud Viwami

Ecureuils A’ : Loko et Hessou ne viendront pas , le groupe quitte Cotonou demain

Après deux jours de stage les Ecureuils locaux vont prendre la direction du Maroc dans le cadre du match amical face aux Lions de l’Atlas locaux demain. Sur les 23 convoqués Omar Tchomogo devra réduire son effectif selon nos informations. Le sélectionneur devra se passer des deux expatriés le milieu Arsène Loko de Moteme Pembe et le gardien Harrison Hessou d’Ethiopia Bunna. Les deux joueurs n’ont reçu de billet d’avion afin de rallier le groupe à Cotonou selon nos sources.

Géraud Viwami 

Ecureuils A’ : avec les expatriés Loko et Hessou , quatre nouvelles têtes , les 23 retenus face au Maroc

Omar Tchomogo a rendu public les 23 Ecureuils A’ convoqués pour affronter le Maroc A’ en match amical qui aura finalement lieu le 6 octobre prochain dans le royaume. Le sélectionneur  béninois s’est appuyé sur le groupe ayant pris aux qualifications du Chan 2018 et au tournoi de l’Ufoa.

Quatre joueurs font leur première apparitions dans le groupe le milieu offensif des Requins Harold Avodagbé , le milieu de Soleil  Jovic Agonsa, le défenseur de l’Uss Kraké Youssouf Assogba et l’attaquant de la JA Cotonou Christian Kotchoni actuel meilleur buteur du championnat avec 8 réalisations.

L’Aspac est le club le plus représenté avec cinq pions devant les quatre de la JA Cotonou.

Il a tout de même retenu deux joueurs évoluant en Afrique, le milieu relayeur Arsène Loko (22 ans) , ancien de l’Africa Sports (Côte d’ivoire) fraîchement transféré à Motema Pembe (RD Congo) et le gardien Harrisson Hessou (22 ans, photo) d’Ethiopia Coffee (Ethiopie). Le premier avait fait quelques apparitions dans le groupe des A en 2015 quant au second il n’était plus dans le sillage de la sélection depuis la Can junior 2013.

Les joueurs sont attendus en regroupement demain soir.

Géraud Viwami

 

Les 23 retenus

Gardiens

Steve Glodjinon (JA Cotonou), Marcel Dandjinou (Esae) , Harrison Hessou (Ethiopia Coffe/ Ethiopie)

Défenseurs

Nabil Yarou (Buffles) , Ramane Adjanakou (JA Cotonou), Rodrigue Fassinou (Aspac), Mama Bah-Yéré (Buffles), Djalilou Orou (JA Cotonou) , Youssouf Assogba (USS Kraké)

Milieux

Mama Seibou ( Aspac), Ibrahim Ogoulola (Requins), Harold Avodagbé (Requins), Jovic Agonsa (Soleil), Gaston Houngbédji (Aspac), Saliou Idrissou (Panthères)  Raimi Kola (Aspac) , Abdel Bouraima (Aspac) , Chabel Gomez (Esae) Arsène Loko (Motema Pembe / RD Congo)

Attaquants

Marcellin Koukpo (Buffles), Christian Kotchoni (JA Cotonou), Adam Roufai (Béké), Jules Elègbèdè (Energie)

sélectionneur :  Omar Tchomogo

Ecureuils A’ : match amical face au Maroc le 5 octobre

A l’instar de l’équipe fanion, les Ecureuils locaux aussi auront un match amical le 5 octobre face à l’équipe A’ du Maroc qui prépare le prochain Championnat d’Afrique des Nations (Chan). La rencontre se jouera dans le royaume. La liste des joueurs convoqués devraient dévoiler bientôt.

G.V

 

Ecureuils : retours d’Adéoti et Farnolle, Imorou écarté, Mounié blessé, la surprise Kotchoni, la liste face au Gabon dévoilée ! 

Le sélectionneur national Omar Tchomogo vient de dévoiler la liste des 18 joueurs convoqués pour le match amical prévu face au Gabon le 10 octobre à Mallemort en France. Seule grosse surprise la première convocation de l’attaquant de JA Cotonou Christian Kotchoni, actuel meilleur buteur du championnat local.

Omar Tchomogo a fait du classique dans la composition de sa liste pour le match amical programmé le 10 octobre prochain face au Gabon en France. En plus du match face au Maroc comptant pour la cinquième journée des qualifications du Mondial Russie 2018, les Panthères vont répéter leurs gammes face aux Ecureuils en match amical.

Comme face à la Guinée Equatoriale  le mois dernier, Omar Tchomogo a convoqué un groupe de 18 joueurs avec trois retours majeurs. Le  gardien de Yeni Malatyaspor, Fabien Farnolle , le défenseur de Levadiakos Moise Adilehou et le milieu d’Auxerre Jordan Adéoti. Ce dernier n’avait plus porté le maillot national depuis le fameux match de septembre 2016 face au Mali.

L’inattendu Kotchoni

Enfin la grosse surprise reste la convocation du géant attaquant de la JA Cotonou Christian Kotchoni (29 ans, 1m95, 7 matches, 8 buts, photo) actuel meilleur du buteur du championnat local à l’issue de la phase aller avec 8 réalisations. Le sérial buteur qui a encore frappé cet après-midi même avec son huitième pion contre Ayéma en match en retard  gagné 1-0 par la JA Cotonou . Il est donc récompensé pour sa bonne forme sur la première partie de saison.

Lancé en Turquie par Denizlispor en 2008, Kotchoni est un attaquant expérimenté qui a déjà roulé sa bosse en Afrique du Sud, Oman et Gabon. ¨Passé notamment par les Requins en 2009-2010, il a avait terminé remarquablement sa saison avec 13 buts.

Propulsé en sélection A le mois dernier et brillants pendant le tournoi de  l’Ufoa Chabel Gomez est retenu tout comme l’arrière droit Rodrigue Fassinou. Le cercle des trois  joueurs locaux présents dans la liste est fermé par la présence de l’attaquant des Buffles Marcellin Koukpo.

Mounié encore absent

Gêné par une blessure au tendon, l’attaquant d’Huddersfield Steve Mounié est indisponible.

L’arrière gauche du Cercle Bruges, Emmanuel Imorou est écarté. Même sort pour le défenseur Junior Salomon (Plateau United) et l’attaquant Jacques Bessan (Stade Tunisien) qui paient quant à eux leurs prestations moyennes au dernier tour de l’Ufoa.

Géraud Viwami

Les 18 retenus

Gardiens

Fabien Farnolle (Yeni Malatyaspor/Turquie), Saturnin Allagbé (Niort)

Défenseurs

Moise Adilehou (Levadiakos/Grèce), Rodrigue Fassinou (Aspac) ,  Cédric Hountondji (Gazélec Ajaccio), Khaled Adénon (Amiens/France) , David Kiki (Brest/France), Jordan Adéoti (Auxerre), Olivier Verdon (Bordeaux/ France)

Milieux

Djiman Koukou (RC Lens/ France) , Stéphane Sèssegnon (Montpellier/France) , Jodel Dossou (Austria Lustenau/Autriche) , Chabel Gomez (Esae) , Mama Seibou (Aspac ), David Djigla (Niort/France)

Attaquants

Marcellin Koukpo (Buffles) , Mickael Poté (Apoel Nicosie/Chypre), Christian Kotchoni (JA Cotonou)

Coach : Omar Tchomogo

 

Ecureuils : ce qu’il faut retenir du tournoi de l’Ufoa

Les Ecureuils sont rentrés à Cotonou hier après avoir terminé 4e au tournoi de l’Ufoa réservé aux joueurs évoluant sur le continent africain à Cape Coast (Ghana). Nous avons retracé les cinq choses à retenir pendant ce tournoi.

On n’a méconnu Jacques Bessan

On l’attendait pour faire passer un cap à l’équipe béninoise mais il a manqué complètement son tournoi. Retardé suite à un problème de vol, l’attaquant du Stade Tunisien était absent lors du premier match face au Cap Vert et  n’a pas été à son aise dans la suite. Transparent sur toute la ligne, on a encore tous en tête son incroyable raté face au Sénégal. Il d’ailleurs été relégué sur le banc par Jules Elègbèdè. Bref une compétition à oublier.

 

On a vu une équipe limitée 

Sans vouloir cracher sur la quatrième place du Bénin, le staff conduit par Omar Tchomogo doit rendre des comptes. Avec 8 buts encaissés pour 6 marqués au-delà de ces statistiques, l’équipe béninoise préparée depuis mars dernier a globalement présenté un jeu limité en termes de qualité. On a vu des Ecureuils peu solides tactiquement et manquer d’organisation bien souvent. Avec 3 victoires et 3 défaites en 6 matches, le bilan est acceptable en termes de résultats. Des matche solides face au Nigéria , la Côte d’ivoire et la seconde période face au Cap-Verts.  Mais on retiendra  aussi les tristes prestations lors la raclée face au Sénégal et la petite victoire face à un Niger réduit à neuf. Collectivement du  travail il y en a encore. Mais est-ce que le staff a vraiment les moyens de faire progresser encore ce groupe ?

Glodjinon – Koukpo –  Gomez : On a vu de belles choses 

Quand il n’était pas là le Bénin en souffrait. Marcellin Koukpo (21 ans) est devenu naturellement le leader technique des Ecureuils. Entre percées, ses coups de reins et prises de décisions il a régulièrement conduit les meilleures situations béninoises. Impliqué dans deux des six buts marqués par le Bénin pendant le tournoi, il a séduit. Mais il doit encore progresser sur son tempérament, comme sur son rouge en demi-finale face au Nigéria et sa finition dans les seize mètres. Sinon on  a tous vu qu’il a quelque chose de plus.

A 16 piges seulement il a brûlé  bien des étapes jusqu’à devenir international A.  Il a mis du temps à rentrer dans tournoi mais il a vite pris confiance après son but face à la Côte d’ivoire.  Aligné sur le flanc gauche, il a sorti sans doute son meilleur match face au Nigéria en demi-finale. Garçon doué avec un sens du dribble et un bon coup de pied. Il a montré de belles choses qui laissent entrevoir un potentiel à polir.  Les recruteurs ont forcément coché son nom.

Si on enlève ses prestations le Bénin aurait bien pris la porte assez tôt, Steve Glodjinon a été le dernier rempart qu’il fallait au Bénin. Le gardien de la JA Cotonou a multiplié les arrêts décisifs sur sa ligne. Le joueur formé à l’USP a gagné en confiance et l’a démontré tout au long du tournoi. Enorme.

On a vu un Paterne Counou intéressant

Convoqué à plusieurs reprises chez les A mais jamais aligné, on attendait de voir le défenseur d’Akwa United sous le maillot des Ecureuils. Il était l’une des curiosités du tournoi. Joueur posé et présent dans les duels aériens grâce sa détente verticale de qualité. Il a aussi dégagé une belle assurance et une sérénité presque naturelle dans ses relances au pied. Reste à travailler son entente avec ses coéquipiers dans l’axe de la défense. Sinon il a réussi son tournoi.

 

Le Bénin a touché 25 mille dollars

Le tournoi de l’Ufoa est désormais sponsorisé par Fox Sports et les Ecureuils ne sont pas rentrés bredouilles.  Le Bénin a touché un chèque total de 25 mille dollars (environ 13 millions FCFA) pour son parcours dont 10 mille grâce à la quatrième place. Une belle cagnotte.

Géraud Viwami

Tournoi Ufoa 2017 : La compo du Bénin face au Niger avec Agnidé et Houngbédji, coup d’envoi à 15h

 

Le Ecureuils jouent cet après-midi à partir de 15h de Cotonou leur dernier match au tournoi de l’Ufoa à Cape Coast face au Niger. Cette affiche qui est un remake du match de la troisième journée (2-1 pour Bénin) comptera cette fois pour la troisième place du tournoi. Le sélectionneur béninois privé de Marcellin Koukpo , suspendu n’a fait que deux changements dans le onze qui a perdu face au Nigéria en demi-finale et Osseni Agnidé sur le côté gauche et pousse Saliou Idrissou sur le banc. Gaston Houngbédji fait son entrée au milieu de terrain. Le Bénin jouera donc dans un 4-3-3. En pointe Jules Elègbèdè a été une fois encore préféré à Jacques Bessan.

Tournoi Ufoa 2017: Un remake face au Niger pour la troisième place dimanche prochain !

Il  y aura un acte deux entre le Bénin et le Niger au tournoi de l’Ufoa 2017 au Ghana. Battu par le Ghana 2-0 en demi-finale hier , le Mena sera face aux Ecureuils éliminés par le Nigéria (1-0) pour le match de la troisième de la place. Opposés lors de la troisième journée dans le groupe B , le Bénin avait battu les hommes de François Zahoui réduit à neuf 2-1. Initialement prévu pour samedi le match est décalé sur  dimanche prochain à 15h avant la grande finale entre le Ghana et le Nigéria à 19h. Le vainqueur de la troisième place touchera un chèque de 25 mille dollars (environ 14 millions FCFA).

Géraud Viwami