Bilan du Ministre Homéky par Sosthène Sèflimi : «Les initiatives n’ont pas été souvent conceptualisées»

Chef d’entreprise, chroniqueur sportif et écrivain, Sosthène Sèflimi est bien
connu dans le milieu sportif béninois pour son intense activité cérébrale et les
formations qu’organise son Association au profit des encadreurs sportifs. Après
7 mois de mutisme dû à sa participation aux travaux du Comité des 11 experts
commis par le Gouvernement pour actualiser les textes qui régissent le Sport
béninois, le Consultant en gestion de projet sportif, rompt le silence au cours
d’un rendez-vous qu’il a pris avec quelques journalistes sportifs.

Au cours de la rencontre, l’acteur sportif s’est autorisé un droit de regard sur le
bilan du Ministre Oswald Homéky, avant de regretter l’impréparation qui inhibe
la professionnalisation du Sport dont il est l’un des avant-gardistes. Enfin, il fait
la lumière sur l’Avant-projet de la nouvelle Charte qui devra encadrer le Sport
béninois dans quelques mois.
Dans cette livraison, BJFOOT rend compte de la première partie de l’entretien
qui a rapport au bilan du Ministre Oswald Homéky qui aura passé 5 ans au
chevet du Sports béninois.

D’emblée, Sosthène Sèflimi explique que le Ministre Homeky tient en grande
partie sa réussite de la grande écoute dont il bénéficie du Président Patrice
Talon : «Il n’est pas un Ministre qui vient du quota accordé à un parti politique
ou à une confession religieuse. C’était un partenaire politique, un ami du Chef de
l’État. Il y a une forme d’intimité entre les deux. Ceci lui a permis de travailler
dans une ambiance de quiétude », confie-t-il avant de relever les zones de
turbulence qu’a eu à traverser le jeune Ministre des Sports : « La question de la
tricherie sur l’âge des joueurs cadets qui a valu au Bénin d’être sanctionné et le
projet de création des associations communales sont les rares tâches que nous
pouvons observer sur l’ouvrage livré par le Ministre Oswald Homéky en 5 ans
d’exercice.»
Le Consultant dont une certaine opinion avait longtemps prédit la nomination au
Cabinet du Ministre explique au passage le type de relation qu’il entretient avec

le Ministre Homéky : « Le Ministre Homéky, je ne l’avais jamais croisé avant
qu’il ne prenne les rênes du département. Aux premières heures de sa
nomination, je lui ai dit publiquement que je me chargerai de le pousser
constamment dans le dos, jusqu’au bout, afin d’obtenir de lui, le meilleur pour
le Mouvement sportif béninois. A l’heure du bilan je suis fier d’avoir été le drôle
d’ami.»

« Homéky a beaucoup fait»

Et, Sosthène Sèflimi estime que le bilan du Ministre Oswald Homéky est bien
reluisant. Il cite d’ailleurs pêle-mêle, les points de satisfaction : «…La sérénité
au sein de la Fédération Béninoise de Football et la bonne gestion des Ecureuils
sont du fait du Ministre des Sports. L’augmentation de la cagnotte des
subventions aux Fédérations sportives ; l’appui financier conséquent accordé
au Comité national olympique et sportif béninois ; le lancement du projet de
professionnalisation du Sport béninois ; le lancement du projet d’actualisation
de la Charte des Sports et de la prise d’une loi sur le financement du Sport ; la
rénovation du Stade de l’Amitié ; les 22 stades omnisports construits ; le
maintien du projet des classes sportives… ça fait beaucoup.»
L’orateur relève cependant les insuffisances : « Comme on peut s’en rendre
compte, Homéky a beaucoup fait. Nous avons à mieux serrer certaines vis pour
la suite. L’initiative des classes sportives doit être mieux structurée. Il faut en
faire un véritable projet avec une meilleur lisibilité et que la finalité soit connue
de tous. Ou nous faisons de l’animation ou nous postulons à la formation de la
relève. En ce qui concerne la gestion des fédérations sportives, la clé de
répartition des subventions accordées par le Gouvernement n’existe pas et les
Fédérations ne sont pas soumises à un cahier de charge.
Pour ce qui est des 22 stades omnisports construits. Nous avons appris que les
infrastructures seront concédées aux sociétés sportives qui pourront en faire une
exploitation commerciale et les entretenir. En août 2021, les 22 stades seront
presque tous livrés. Nous avons actuellement combien de sociétés sportives au
Bénin et combien parmi celles qui existent disposent des compétences qui savent
exploiter un stade et le rentabiliser ? Il a manqué de l’anticipation par endroits
et comme je le dis, les initiatives n’ont pas été souvent conceptualisées.»
Pour en finir avec ce sujet, Sosthène Sèflimi invite à une accélération du rythme
de travail : « Le Présent Patrice Talon a joué sa partition, le Ministre Homéky
donné beaucoup de son énergie. Les bases sont largement posées pour
développer et promouvoir le Sport béninois. Maintenant, il faut accélérer la
cadence et nous devons tous nous y mettre.»

Author: Geraud V.

Rédacteur en chef ! Passionné de foot un peu trop attaché aux Écureuils du Benin. @GerovinhoV

Geraud V.

Rédacteur en chef ! Passionné de foot un peu trop attaché aux Écureuils du Benin. @GerovinhoV

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.