Kraké – Mogas : L’analyse du jeu

 

Uss Kraké : Olouchi, choix payant pour Latoundji !

Après une demi-heure de jeu, Moussa Latoundji a vite compris que son équipe souffrait dans l’entrejeu ce qui facilitait l’ascendance de l’adversaire qui jusque là tenait le nul. Il sort Rafiou Hamidou (milieu gauche)  et Olouchi   (milieu défensif) entre. Ce dernier va épauler Coréa dans l’axe, Hounsa glisse à gauche. Cette entrée va stabiliser le jeu des bleus ciels mieux, Olouchi se montre décisif en marquant. En défense, Sylla Alsény paraissait bien lourd pour contrer le virevoltant Suanon qui le malmenait sur chaque accélération. A  la mi-temps il cède sa place à Didier Sossa qui a rassuré. En attaque, Ansoumanou  a fait preuve d’opportunisme sur son but. Par contre son compère Maurice Aladjo a beaucoup couru sans vraiment être dangereux. A noter également les bonnes prestations des internationaux Coréa et Fassassi qui ont été très présents dans l’animation offensive. L’entame du match a été difficile pour Kraké mais ils ont pris l’ascendant progressivement et fini par s’imposer.

Mogas : A dix c’était compliqué

Son coaching a été souvent jugé peu osé. Pour ce match Stanislas Akélé a troqué son 4-4-2 carré habituel contre un milieu en losange avec 3 milieux défensifs (Mazou, Kadodatou, et Tchato)  et un  meneur de jeu, Bébila Loko. Présents sur tous les ballons ils réalisent une bonne entame de match. Ce diable de Suanon s’offre même un but de qualité (18e). Mais au fil des minutes, les pétroliers ont eu du mal à animer offensivement. Puisque cette tâche ne revenait qu’à trois joueurs, Loko et les deux attaquants (Suanon et Viza). Insuffisant n’est-ce pas ? Et puis Amoussou n’a pas vraiment été rassurant sur sa ligne notamment sur le but égalisateur. Il est d’ailleurs sorti sur blessure à la mi-temps. Tout comme Abdel Kader Mama qui faisait ses débuts au poste d’arrière droit sorti juste avant la pause et remplacé par Menongbé. L’affaire sera plus compliquée pour eux après l’exclusion de Mazou (57e) pour accumulation de cartons jaunes suites à des fautes évidentes. L’équipe a manqué de percussion sur les cotés et le coach n’y a pas pensé. La défaite est logique en plus  Kraké a montré plus d’envie surtout en seconde période.

Uss kraké – Mogas 2-1, Kraké souffle, les pétroliers coulent (les détails du match)

Fadel Suanon a inscrit son treizième but ce samedi


(13e but de Fadel Suanon en Ligue1)

Samedi dernier, l’Uss Kraké a reçu au Saint Louis Stadium de Kraké  de Moussa Latoundji, le Mogas  de Stanislas Akélé. Dans un match très moyen, les « Kraké boys » ont dominés les visiteurs  2-1 et ceci malgré l’ouverture du score de Fadel Suanon.


Les buts

8e Fadel Suanon sollicite le une-deux avec Bébila Loko  sur la ligne médiane. Décalé à droite, il place une accélération de 40 mètres ensuite élimine successivement défenseurs de deux crochets intérieurs dans les seize mètres. Avant de conclure d’une frappe enroulée du gauche magistrale ! C’est son treizième de la saison. 1-0

19e Djamal Fassassi bénéficie d’un contre-favorable, à droite à l’entrée de la surface réparation. Il tente sa chance d’un tir croisé à ras de terre que Valère Amoussou repousse sur Ansoumanou Bangoura qui coulisse au fond. 1-1

44e Sur un mauvais renvoi de la défense des pétroliers Soulé Olouchi  décroche un bolide des 20 mètres qui va se loger dans la niche d’Amoussou. Impeccable. 2-1

Les autres temps forts

Pour l’USS Kraké

45e Olouchi passe près du doublé, son tir croisé du droit heurte le poteau gauche d’Amoussou.

52e Djamal Fassassi efface Félix Menongbé sur passement de jambes enchaine une frappe puissante dans l’angle fermé. Jacob Dotou met en coner.

78e Encore Fassassi, cette fois-ci l’occasion est plus nette, seul devant Dotou, l’international béninois pourtant seul dévisse sa frappe.

Pour le Mogas

25’ Suanon vendange la balle du 2-0. Pourtant bien lancé par  Loko dans le dos de la défense, il tire juste au dessus. Enorme occase.

46e Nouvelle offrande de Loko, cette fois-ci c’est Kocou Viza qui est servi, mais il écrase son tir dans les gants de Kayodé.

L’homme du match

Soulé Olouchi

Il évolue souvent dans l’ombre de Cédric Coréa dans l’axe du milieu. Joueur au gabarit léger mais il possède une énorme activité physique, il s’use assez dans la récupération. Ce samedi son entrée a soulagé les siens, mais le porteur du dossard 4 des « bleus ciels » s’est surtout montré décisif avec des actions d’éclats dont son but magnifique qui a garanti le succès au siens. Chapeau monsieur !

Les notes sur 10

Uss Kraké

Kayodé 5 – Sylla 4 (D.Sossa  6 (45e), Séfiu 6, Gbètokpanou 6, Doumbia 5.5– Coréa 6, Hounsa 5.5, Hamidou 4 (Olouchi 7 (35e), Fassassi 6.5– Aladjo 5, Bangoura 5.5 (Omédé 64e).

Coach : Moussa Latoundji

Mogas

Amoussou 4 (Dotou 5 (45e)- Dossou-Gbété 6, Mama 5 (Menongbé 4.5 (43e), Akpomè 5.5, Mounirou 5 – Mazou 5,Tchato 5.5, Kadodatou 5,Loko 6.5– Suanon 6.5, Viza 4 ( Kokodoko 63e)

Coach : Stanislas Akélé

Encadré

Réaction de Moussa Latoundji

« On va continuer sur cette lancée »

« C’est bien de reprendre avec la victoire après la trêve. La pause a fait un peu de mal on a senti les joueurs un peu fatigués sur la fin. C’est difficile de reprendre après dix semaines et j’espère qu’on va continuer sur cette lancée.»

Géraud Viwami

BéninLigue1 -17e journée : Kraké domine Mogas 2-1, Cifas bat Dynamo 1-0

C’est les premiers résultats de cette 17e journée partiellement disputée en raison de la crise.

à Kraké, Suanon a marqué se confirmant ainsi comme meilleur buteur, mais les Kraké Boys ont répliqué avec 2 buts de Bangoura Ansouma et Soulé Olouchi.

Non loin de là, à Djeffa, le Cifas s’est difficilement imposé face au Dynamo d’Abomey 1-0 grâce a Tamou Affissou

Ce dimanche les Requins ont battu facilement les Panthères 2-0 grâce à des réalisations de Chakirou Abikoyè et Razak Sorafina, en attendant le reste des matches disputé ultérieurement.

ligue1 – 17e journée : Kraké – Mogas et Mambas N – Aspac, deux affiches intéressantes

 

Us Kraké – Mogas

Latoundji reçoit Akélé : duel d’ex-Ecureuils devenus coaches !

La ligue1 va reprendre malgré tout et c’est une bonne nouvelle. Parmi les affiches attendues : Kraké – Mogas et Mambas Noirs – Aspac. Les deux équipes ayant fait des matches en coupe d’Afrique des clubs reviennent sur la scène nationale avec de bonnes résolutions.

Aubay

 

C’est la génération Ecureuils 1998 qui s’affronte. Un buteur contre un défenseur central. Le premier était déjà en Europe, le deuxième faisant les beaux jours de la grande génération du Mogas 90. Moussa Latoundji face à Stanislas Akélé, c’est aussi eux styles différents ainsi que deux états d’esprit opposés. Le doute et l’assurance.

D’un côté l’Us Kraké, vice-champion en titre et à la peine en championnat avec une décevante 9e place et donc en plein doute. Malgré un coach expérimenté et quelques recrues parmi lesquelles des internationaux, Latoundji a du mal à comprendre pourquoi à l’entraînement ils brillent et pas dans les matches. C’est l’ambiance qui prévalait avant la trêve.

Au Mogas, on carbure au super (l’essence de grande qualité vendue dans les stations de la compagnie propriétaire du club) cette saison avec une place sur le podium durant la majeure partie des 16 premières journées. Avec le meilleur buteur Suanon (12 buts) qui ne recule devant aucune défense et une équipe expérimentée dotée d’un collectif aguerri.

Seul bémol du côté du Mogas, le coaching parfois trop prudent, hésitant et qui manque dans les grands rendez-vous d’assumer un statut pourtant clair de leader. Cela s’est vu contre l’Aspac où Akélé a manqué d’ambition et s’est montré trop respectueux de l’adversaire qui n’a pas vraiment été bousculé.

Face à Latoundji, un autre jeune coach, dans la catégorie ex-international professionnel en Europe, espérons que le Mogas assume sa position et offre un jeu moins hésitant avec des joueurs libérés. Ceci donnera à ce match une allure de belle affiche.

A l’aller, le Mogas a été tenu en échec 1-1 par l’Us Kraké.

Les Mambas Noirs espèrent une revanche, l’Aspac pour une remontée au classement

L’Aspac après 4 matches en ligue des champions (une défaite) devra désormais rehausser son jeu en championnat et refléter sa vraie valeur. La bonne pente sur laquelle l’équipe s’est mise lors des 3 journées d’avant-trêve est aussi une bonne source d’inspiration. Le Cifas et Kraké ont été battus au stade René Pleven de Cotonou2. L’équipe de Gadpoz et Enassouan, une semaine seulement après avoir battu l’Espérance de Tunis 2-0 aura à cœur de dominer les Mambas Noirs pour sonner la révolte et faire mieux que l’actuelle 10e place occupée après 16 journées.

Le match aller s’est soldé par un score de 3-0 le 16 octobre en faveur de l’Aspac. Les Mambas entendent prendre leur revanche sur le « champion de Cotonou » de la phase aller.

Aubay

Championnats nationaux de football : Les arbitres prêts pour la reprise des Ligue1 et 2

 

Mercredi au stade de l’Amitié s’est tenue une séance technique entre quelques 60 arbitres, ceci en prélude à la reprise des championnats de Ligue 1 et 2.

C’est à Alphonse Codjia, vice-président de la commission des arbitres qu’est revenu la charge de discuter avec les arbitres qui ont accepté de reprendre le service.

 

 

 

 

FEDERATION BENINOISE DE FOOTBALL

LIGUE BENINOISE DE FOOTBALL PROFESSIONNE  I

 

Saison 2010-2011

PHASE RETOUR

                                                                                                        17ème Journée

Date Rencontres Heures Lieu Arbitres Arbitres assistants
S09/04/11    MAMBAS NOIRS     #    ASPAC  16 h  COTONOU II MEVO  JULESAYIMAVO ERIC BELLO RAZACKGERARD DAOUD
S09/04/11  CIFAS  #  DYNAMO (A)   16 h  CIFAS DEGBOE JOSEPHASSOGBA ANDRE DODOMETIN EVERPESKOUGBEMEDE AUGUSTIN
S09/04/11  AVRANKOU #   SOLEIL  16 h  AVRANKOU AGBOKOU CHRISTOPHELIADI RAZACK VIAINON CORNEILLEACCROMBESSI GONZALES
S09/04/11  US S KRAKÉ   #    MOGAS 90    16H  KRAKE EGOUNLETY MARTINGBEGAN JANVIER DOSSOU-YOVO GREGOIREHOUNKPE JACOB
D10/04/11  TONNERRE  #  BUFFLES    16H  BOHICON ADADJA EULOGETOKPANOUDE EMMANUEL OGOUDEDJI SYLVAINBONOU MARTIAL
D10/04/11  REQUINS    # PANTHERES  16h  KOUHOUNOU ALAO LUCKMANTOBOSSOU THIBAULT DODOMETIN WILFRIEDAÏCHEMON COSME
D10/04/11     DRAGONS # J A PLATEAU  16h  PORTO-NOVO DE SOUZA CHRISTIANKOUHINKPO ROGER ASSIKIDANA ADEWALEGOUDANVI TOMABE

 

 

 

 

 

 

FEDERATION BENINOISE DE FOOTBALL

LIGUE BENINOISE DE FOOTBALL PROFESSIONNEL I I

Saison 2010-2011

PHASE RETOUR

15ème Journée

Date Rencontres Heures Lieu Arbitres Arbitres assistants
S09/04/11  ENTENTE  #   DYNAMO (P)  14 h  COTONOU II AHOMLANTO TANISLASAYEDOUN ANNE-MARIE LALY FERDINANDSEHONOU FELICIEN
D10/04/11  ASOS   #   ESPOIR  14 h  PORTONOVO DODOMETIN CORTELLECHEKON ZIZKA ADANDE RICHARDDEGUENON ERNESTO
D10/04/11    RACING  #   CAIMANS  14 h  NATITINGOU KASSA DANIELALIDOU ZAKARY HOUENOU RICHARDADADJA DIDIER
D10/04/11  TANEKA # DADJE F C   16H  NATITINGOU HOUNDONOUGBO DAMIENAMOUSSA AKIM DATE CHIMENEADOUNSI SERAPHIN
D10/04/11  A S COTONOU  #   ADJOBI  14H  KOUHOUNOU BOSSOU-YOVO WENCESLASZOUNTANGNI SERGE TOSSA JEAN-MARIEAMOUSSOU CHRISTOPHE
D10/04/11  ZAZIRA  #  ETERNEL  16h  PARAKOU KOUBLANOU ANGEGBODO RAOUL OUNSOUGAN ROLANDDEGUENONVO SIDOINE

Gaspoz invite ses joueurs à montrer un meilleur visage

 

Célébration du titre de champion par joueurs et staff technique de l’Aspac

Le restaurant « Chez Clarisse » à camp Ghézo a abrité mercredi en début d’après-midi un déjeuner initié par Alain Gaspoz en l’honneur des membres du staff technique et des joueurs de l’Aspac. L’occasion était belle pour fêter le titre de champion acquis l’année écoulée et les efforts fournis par les uns et les autres.

Aubay

Ils étaient 29 joueurs, connus, reconnus ou dans l’ombre des autres, à marquer cette pause festive avec le staff. Ceci afin de se remobiliser pour des résultats meilleurs d’une équipe qui a du mal à jouer les premiers rôles pour cette saison en cours. Tel était donc les deux objectifs de ce repas chaleureux au bord de la piscine du restaurant « Chez Clarisse ».

« C’est important de retrouver, se réunir et partager ensemble ce moment pour avoir de bons souvenirs collectifs. Et surtout se préparer pour le dimanche et le match de la reprise du championnat. C’est une détente afin de revenir à de bonnes bases», expose Alain Gaspoz dans un bref speech qui a retenu l’attention de tout le groupe.

A sa suite, Allagbé, Mamam et Fanou diront leur joie de partager de bons moments qui étaient attendus depuis des mois et le sacre historique en championnat.

Précisons que la caisse commune des amendes payées par chaque joueur ainsi que les contributions des membres du staff ont permis d’organiser cette fête intimiste qui n’aura réuni que les acteurs du terrain : joueurs et staff technique.

Déclaration de Gaspoz à l’occasion de la fête

« C’est important de retrouver, se réunir et partager ensemble ce moment pour avoir de bons souvenirs collectifs. Et surtout se préparer pour le dimanche et le match de la reprise du championnat. C’est une détente afin de revenir à de bonnes bases. Sans travail, il n’y a pas de résultats. Donc remettons-nous au travail, revenons à de bonnes bases pour de bons résultats. Je souhaite que la concurrence soit saine et que chacun mérite sa place de titulaire. Ceci afin que semaine après semaine nous ayons toujours un bon groupe pour tenir en échec les adversaires qui ont à cœur de nous battre. On va défendre notre titre jusqu’au bout et on fera les comptes à la fin. Oublions la place que nous occupons actuellement, car elle ne sera pas la même si chacun à son niveau fait ce qu’il faut et qu’au plan collectif nous répondons présents. Je vous remercie de la confiance que vous m’avez témoignée en tant qu’entraîneur et de tout ce que vous avez fait comme sacrifice au niveau de vos familles. Encore une fois bravo à tout le monde pour les efforts fournis et à fournir pour la remontée au classement ».

« C’était nécessaire pour nous de faire cette fête avant le début de la saison en cours. Et marquer un nouveau départ. Pour cette saison en cours, nous avons pas mal de choses à nous faire pardonner. Que ce soit avec moi, Emile (Ndlr : Enassouan, coach adjoint) ou vos futurs entraîneurs, vous êtes venus de loin, assimilant les choses entraînement par entraînement. Malgré les moments difficiles, nous avons fait un bon résultat à la fin du premier championnat professionnel du Bénin en finissant champion. Le mérite vous en revient le premier même si au niveau du staff nous avons beaucoup transpiré pour en arriver là. C’était une récompense juste et honnête.

Ce repas marque un nouveau départ afin de faire mieux que le début de championnat (ndlr : l’Aspac est actuellement 10e au classement). »

GAIS Goteborg : Omotoyossi attend son permis de travail

L’attaquant international béninois, Razack Omotoyossi n’a pu faire ses débuts avec le GAIS Goteborg.  Les verts se déplaçaient sur le terrain  IFK Norrköping et ils se sont inclinés 2-0. Omotoyossi n’a pu être aligné parce qu’il n’a pas encore obtenu son permis travail comme Wanderson do Carmao une autre nouvelle recrue.  Le samedi 09 avril prochain, GAIS Goteborg jouera Trelleborg à domicile tout en espérant que l’ancien messin soit qualifié a temps.

Géraud Viwami

Qui va empêcher le ballon de rouler sur les stades ?

 

(Reprise annoncée des championnats professionnels de Ligue1 et Ligue2)

Un communiqué invite les arbitres à une journée de mise à niveau demain mercredi 6 avril. Au-delà des querelles de clochers et de la guerre des clans, la question que je me pose est de savoir qui veut faire rouler ou pas le ballon au Bénin ?

Aubay

Le jeu, c’est ce qu’on a vu dimanche 27 mars à Accra et puis dimanche 3 avril à Cotonou. Les Ecureuils ont perdu 3 points face aux Eléphants le 27 mars, parce que les expatriés même brinquebalants sont venus jouer les gros bras, car les jeunes évoluant au pays, quoique talentueux restent sans compétition. C’est une des conséquences néfastes et insidieuses de la crise. L’Aspac dominée 0-5 à Radès s’impose 2-0 dimanche 3 avril à Cotonou. Avec un championnat régulier, les choses auraient pu être plus serrées. Voilà deux événements sportifs internationaux qui mettent en exergue nos joueurs locaux et qui ne nous laissent que d’amers regrets !

La crise qui secoue le football béninois est là, bien têtue. Depuis, on ne se régale plus avec le terrain. On devient vite fan des courriers de la Fifa et des contre-courriers des deux camps. Etat d’alerte intellectuel qui n’a rien à voir avec le « pur foot » pour citer une émission de l’Ortb.

Le communiqué signé par Bernard Hounnouvi parle de redémarrage du championnat. A deux mois du match contre la Côte d’Ivoire, on se demande si les Ecureuils locaux auront enfin de la compétition afin de suppléer les expatriés dans ce match décisif. Les acteurs de chaque côté de la crise ont clamé leur militantisme pour le football, le jeu, le terrain, la compétition. Alors, qui osera bloquer les ligue1 et 2 ?

Ligue1 et ligue2 : Laisseront-ils le championnat démarrer ?

La question est simple. Elle n’est pas po ou anti. Le football doit reprendre. Les pro-Fifa accusaient le camp Attolou de prendre le football en otage. Mais ce dernier a montré avant le match contre la Côte d’Ivoire qu’il ne voulait pas entraver la préparation des Ecureuils. Le parallèle est vite fait avec la reprise du championnat. Laisser le jeu se dérouler et mener la crise devant le Tribunal arbitral du sport. Telle est donc une voie logique et sage. Il reste à savoir si les arbitres invités seront présents pour cette séance de mise à niveau. Ce qui pourrait les bloquer : la peur. Anjorin étant en odeur de sainteté avec la Caf, il pourrait nuire à la carrière de certains arbitres internationaux s’il ne cautionne pas la reprise des ligues 1 et 2. Tout le nœud est là.

De l’annonce de reprise à la reprise effective, il y a donc plusieurs pas à franchir et ceci reste un test autant pour Anjorin que pour Attolou. Le vrai partisan du football sera connu. Ce n’est plus qu’une question d’heure.

Aspac – Espérance de Tunis 2-0 : Dassagaté et Sèwanou livrent les secrets et regrets d’un match

 

Au lendemain d’une victoire belle et historique contre l’Espérance de Tunis, le meneur de jeu et l’avant-centre de l’Aspac livrent les secrets de la préparation de ce match important et disent leurs regrets quant à l’élimination de la ligue des champions. Entretien inédit.

Le staff technique de l’Espérance a déclaré que l’Aspac du dimanche dernier n’avait rien n’avoir avec celle du 19 mars dernier. Comment l’expliquez-vous?

Willy : Non, c’est toujours presque la même équipe. A Tunis on n’était crispé les consignes n’ont pas été respectées. Nous avions aussi peur de l’Aspac au regard de son rang. Maintenant à Cotonou, le coach Gaspoz a changé de système de jeu. Ceci nous a un peu facilité la tâche.

Hyacinthe : Oui à Tunis, on était paniqué, on n’a jamais joué un match de cette envergure. Après la défaite, nous nous sommes dit qu’il ne faudrait pas que l’Espérance nous batte encore devant notre public et sur nos installations. Effectivement, le schéma tactique mis en place par le coach a été payant.

Parlons de schéma tactique entre les deux matches, qu’est ce qui a changé?

Willy : A Cotonou, d’abord nous avons opté pour des latéraux très offensifs. Ensuite nous avons joué avec trois attaquants. Au milieu de terrain, au lieu de deux récupérateurs, nous en avons utilisé un seul.  Nous avons pu donc être très offensifs puisque nous attaquons toujours à 6.

Hyacinthe : Ce système de jeu m’a obligé à débaucher plus d’énergie parce que j’avais à mettre beaucoup de pression sur les latéraux adverses. J’avoue que ces tâches défensives auxquelles j’étais commis, bien évidemment ont émoussé mes capacités à être plus efficace devant.

En début vous étiez un peu trop timide?

Willy : Nous avons décidé d’observer l’adversaire, ils sont très expérimentés, il fallait au moins 10 minutes pour voir comment ils ont décidé de se comporter à Cotonou.

Hyacinthe : Au fait le coach nous a avertis qu’ils vont nous mettre la pression dès les premières minutes. Les consignes étaient de fermer les issues pour les empêcher de marquer dès les premiers instants.

Avant le match vous vous disiez que ce n’était pas possible de remonter 5 buts ?

Willy : Nous nous posions la question effectivement. Les avis étaient partagés dans le groupe. Certains y croyaient d’autres pas. Le staff technique, les responsables administratifs aussi étaient divisés sur la question. Les deuxièmes souhaitaient juste une victoire pour nous réconcilier avec le public. Il faut dire que les occasions que nous avons ratées et les deux buts que nous avons marqués ont fini par mettre d’accord tout le monde sur nos capacités intrinsèques à remonter les 5 buts.

Hyacinthe : Moi j‘étais de ceux qui y croyaient. Je me disais qu’on pouvait à l’image du TP Mazembé mettre 5 buts à cette équipe à Cotonou.

 

Si le match avait été programmé pour 14 heures ou 15 heures, comme l’avaient souhaité certains des dirigeants de l’Aspac, pensez-vous que vos adversaires auraient été gênés et que vos chances de marquer plus de buts auraient été plus grandes?

Willy : Même si le match avait été joué à 13 heures, je crois qu’il n’y aurait pas une grande incidence sur le match. Nous-mêmes, nous aurions eu des difficultés. Vous savez, le terrain est synthétique et quand il fait très chaud, il s’échauffe et on a très mal au pied quand on y joue.

Hyacinthe : Si le match devrait être programmé pour 14 heures ou 15 heures, il aurait fallu qu’on s’y prépare. Nous nous sommes régulièrement entraînés à 16 heures ou bien au-delà. C’est dire qu’autant que nos adversaires, nous aurions été mis en difficultés. Bien que nous ayons commencé à jouer à 16 heures, le terrain nous brûlait.

Le débat autour de l’heure du match a-t-il été fait au sein de l’équipe?

Willy : Le Président de l’Aspac et le secrétaire général sont allés nous voir à l’entraînement, à 4 jours du match pour savoir à quelle heure ion n’aurait pu programmer le match pour nous faciliter un peu plus la tâche. Nous leur avons dit qu’il faudrait mieux qu’on joue à 16 heures.

Des regrets après le match?

Willy : Oui évidemment, nous étions déçus après le match quand nous nous sommes rendu comptes qu’avec le nombre d’occasions manquées que nous aurions pu remonter les 5 buts. Nous aurions pu aller aux tirs aux buts. Mêmes les supporters nous ont dits qu’ils ne s’attendaient pas à voir cette Aspac-là. IL faut dire que c’est plutôt psychologiquement que nous avons été accompagnés. Exempté le coach qui nous parlait beaucoup, nous n’avons pas vu venir des dirigeants très engagés qui nous ait boosté à nous surpasser. Il nous a manqué de la motivation.

Hyacinthe : Les regrets ont commencé d’abord après la visualisation de la vidéo du match Aller. Avec le coach, nous avons compris que nous avons été les artisans de notre propre malheur. Maintenant, à l’issue du match retour, nous avons su que nous sommes passés à côté de quelque chose. En définitive à mon niveau je préfère retenir que nous avons beaucoup appris en 4 matches de la Ligue africaine des champions.

Réalisée avec Sosthène Sèflimi

16e de finale retour de la Ligue des champions : Gaspoz revient, l’Aspac domine l’Espérance 2-0

 

(Waïdi et Bouraïma heureux buteurs)

 

 

On les attendait, sans trop savoir à quoi s’attendre dans cette manche retour face à l’Espérance sportive de Tunis. Cette fois-ci dirigés par Gaspoz, les bleus de l’Aspac, habillés en blanc pour l’occasion ont réussi à élever leur niveau en l’emportant 2-0. Insuffisant pour continuer, ils sont éliminés.

Aubay

Le stade René Pleven n’était pas comble, loin de là. Mais qu’importe, l’Aspac au coup de sifflet final a laissé quelques regrets aux uns, un peu de fierté aux autres et beaucoup d’espoir à tout le monde, de voir le football béninois émerger. Dans ce match parfois à sens unique, l’Aspac a donné le ton, même si l’entame voit une tête tunisienne s’écraser sur la barre ! Chaude et fausse alerte (2e minute). Les blancs locaux cherchent leurs marques, se débrouillent et se procurent de bonnes situations. Waïdi va glisser un bon ballon en profondeur pour Kassa qui centre sur Owunka. Ce dernier hésite et puis frappe ! C’est un sauvetage sur la ligne d’un défenseur tunisien ! Le public y croit, l’Aspac va pousser enfin. Le corner qui suit échoue sur la tête de Salomon. Sans plus. Ballon à côté. Peu à peu la confiance vient. Dassagaté accélère et obtient un coup franc dans les 30 mètres. Afissou joue avec un malin rebond sur le gardien qui capte (20e minute). Au chapitre des imprécisions et erreurs de jeunesse, la 21e minute est un exemple patent. Owunka avait réussi un bon pressing et la récupération du ballon. Dassagaté servi par l’attaquant va remiser sur Sèwanou. Ce dernier hésite à passer le ballon à Waïdi…C’est dommage.

36e minute : Waïdi, un but d’école (1-0)

Le défenseur et capitaine Salomon Junior ratisse devant Traoré. Geste d’autorité qui inspire les siens (27e minute). L’arrière gauche Kassa provoque son vis-à-vis et obtient un coup franc intéressant à l’angle des 16 mètres. Dassagaté tire, c’est dégagé ! (28e minute). L’Aspac pose ses jalons et va se faire plaisir. Tout par de derrière avec le récupérateur Yolou en une-deux avec Sako. Le service pour Afissou qui glisse en profondeur sur Owunka. Le centre est puissant. Sèwanou passe au travers, mais pas Waïdi qui contrôle et frappe ! C’est au fond ! 1-0. (36e minute)

Sèwanou se perd dans ses choix et c’est bien dommage, car l’offensive était belle (40e). Owunka parti dans le dos de la défense adverse est servi par Sèwanou. Il manque son face-à-face malgré deux tentatives ! (44e minute)

L’Espérance déjoue et accuse un peu le coup. Deux cartons en deux minutes. Hichri écope d’un jaune, mais pour Etraoui, ce sera un carton rouge direct ! Le coup porté par ce dernier à Sèwanou n’a pas échappé à l’arbitre.

Afissou tire, Bouraïma marque, l’Aspac rit !

Avec un adversaire réduit à 10, l’Aspac pouvait régaler. Mais en face, l’Espérance joue avec deux lignes à quatre joueurs et procède par contre-attaque. L’entame est rude pour les locaux qui subissent les offensives de l’Espérance. Passé l’orage dans les 3 premières minutes, l’Aspac se réveille. Un coup franc d’Afissou tiré sur le gardien (52e), une passe de Lazadi sur Owunka qui ne parvient pas à trouver le sens du but (53e).

L’Aspac va subir le contrecoup avec Traoré qui accélère et plombe 4 défenseurs ! Ce sera un coup franc pour Nskani qui tire au-dessus, de justesse (55e minute). Sèwanou alerte Waïdi qui glisse pour Owunka qui attendait (56e). dassagaté dans les 16 mètres se décide à frapper malgré 3 adversaires dans le dos. C’est au-dessus (58e minute). Lazadi superactif obtient un précieux corner. Waïdi et Salomon se gênent sur ce centre de Sèwanou (62e). L’Espérance place quelques escarmouches. La gardien Karim Mamam anticipe deux fois de suite et rassure les siens.

L’Aspac domine et va concrétiser après deux remplacements. Bouraïma fait une belle entrée à la place d’Owunka blessé. Devant, Lazadi combine avec Sakibou, l’action est conclue par une frappe d’Afissou qui contraint le gardien tunisien à mettre en corner ! (75e minute)

L’Espérance déjoue et accuse un peu le coup. La faute de Touindouba est dangereuse. Il écope d’un carton et va être remplacé. De la touche, il verra Afissou déposer le ballon au premier poteau sur la tête de Bouraïma. En deux temps, le gardien tunisien essaye mais repousse dans ses propres buts ! 2-0 (77e).

L’Espérance tente de réagir pour l’honneur. La chaude alerte sur les buts des blancs béninois est l’œuvre de Dramane Traoré gêné par Karim Mamam. Derrière, Lazadi assure et met en touche. L’aspac sur la fin de match, va manquer de souffle et forcément de lucidité. On en reste à une victoire somme toute historique quoiqu’insuffisante pour passer au tour suivant. L’Espérance l’ayant emporté 5-0 lors de la manche aller à Radès.

Aubay

16e de finale de la Ligue Africaine des champions

Aspac – Espérance de Tunis 2-0

Aspac

Karim Mamam – Fanou, Salomon, Kassa, Sakho (Fousséni 53) – Yolou, Fayémi, Dassagaté – Onwuka (Bouraima 73e), Wahidi (Sakibou 63’) , Sèwanou.

Coach : Alain Gaspoz

Espérance de Tunis

Ben Cherifia, Darragi (Bouazzi  54’), Afful, Chamam, Msakni , Hichri , Traoré  , El Abdi (Banana 64’) , Mouelhi, Toindouba (CJ 74’) (Ayari 75’) , Ettraoui (expulsion 42’) .

Coach : Nabil Maaloul

 

Quelques statistiques

Aspac

Tirs cadrés : 9

Tirs non cadrés : 7

Corners : 6

Espérance de Tunis

Tirs cadrés : 04

Tirs non cadrés : 03

Corners : 02

Aspac – Espérance de Tunis 2-0

En match retour des 16e de finale de la ligue des champions , le champion béninois ,Aspac , défait à l’aller 5-0 par l’Espérance de Tunis s’est imposé à Cotonou 2-0. Ceci grâce à des réalisations signées, Adam Wahidi et Bouraima Moukaila.

géraud viwami

Omotoyossi revient en Suède ( GAIS Goterborg)

Libre de tout contrat depuis son départ de Metz en septembre dernier, l’attaquant béninois Razak Omotoyossi (25 ans) a signé un contrat de quatre mois avec le GAIS Göteborg (première division suédoise).

Razak Omotoyossi a enfin trouvé un point de chute. Sans contrat depuis son départ du FC Metz l’été dernier, l’international béninois (25 ans) a paraphé un contrat de quatre mois avec le GAIS Göteborg, qui évolue en première division suédoise.

(mercato365)