Sondage : XI type 2000-2020 des Ecureuils , Votez pour le choix de l’arrière gauche!

SFAX, TUNISIA: Benin defender Anicet Adjamossi (R) controls the ball in front of his South African opponent Zuma Sibusiso, during their African nations Cup match 27 January 2004 in Sfax. AFP PHOTO ISSOUF SANOGO (Photo credit should read ISSOUF SANOGO/AFP via Getty Images)

Après trois Can dont un quart de finale en Egypte 2019 , Bjfoot vous propose de voter pour le meilleur XI type des Ecureuils des vingts dernières années.Les internationaux sélectionnés entre 2000 et 2020 sont pris en compte avec les critères suivants: Phase finale de Can disputée, nombres de sélections et influence.

L’équipe sera composée dans un 4-3-3. Sur chaque poste vous aurez le choix entre quatre noms.

Saturnin Allagbé a dominé le vote des gardiens. Romuald Boco avec 54% a fini en tête  du vote pour le poste d’arrière droit.

Le scrutin continue avec le poste d’arrière gauche. Anicet Adjamossi (Can 2004, 2008 et 2010) , Emmanuel Imorou (Can 2010 et 2019), David Kiki (Can 2019) et Moussa Safradine (Can U20 et Mondial U20 2005) sont en concurrence.

Vous avez donc deux jours pour faire vos choix parmi nos propositions. Pour voter , il faut participer au sondage sur notre compte Twitter. Vous avez deux jours pour faire votre choix.

Ecureuils : Imorou et Kiki en difficulté, le coté gauche en péril ?

Restés à quai à la fin du mercato hivernal et  à un mois de la prochaine trêve internationale où le Bénin jouera le Lesotho en double confrontation pour la 3e et 4e journée des qualifications de la Can Cameroun 2021, Michel Dussuyer peut-il réellement compter sur David Kiki et Emmanuel Imorou dont les situations en club ne sont pas les meilleures.

 

Kiki, abonné absent.

Barré par la concurrence et pas dans les choix du coach de Brest Olivier Dall’Oglio , Davidi Kiki (26 ans) ne compte qu’une seule apparition sur le banc en coupe de la ligue avec le groupe professionnel du club breton en octobre dernier contre Metz. Romain Perraud (22 ans, 17 matches en L1) et Ludovic Baal (33 ans , 11 matches en L1) sont les préposés au poste d’arrière gauche. L’international béninois s’entraîne normalement avec l’équipe fanion sans disputer la moindre minute. L’ancien niortais a  aligné 4 matches et 2 buts avec la réserve en Nationale 3 (cinquième division). Sa dernière apparition date de novembre 2019. Insuffisant pour un international de son calibre. Alors qu’on attendait à ce qu’il aille chercher du temps ailleurs sur  le dernier mercato hivernal comme c’était le cas la saison dernière où il a avait été prêté au Red Star en Ligue 2 sur la seconde partie de saison, cette fois-ci il n’a pas bougé du club auquel il est encore lié jusqu’en juin 2021. Sauf improbable retournement de situation ou blessure, sa situation pourrait ne pas bouger sur la seconde partie de saison, son avenir en sélection nationale serait  vraiment menacé dans un futur proche.

Imorou, un peu trop bas ?   

Et si on devrait se faire à l’idée qu’on ne reverrait pas à nouveau Emmanuel Imorou de sitôt au  niveau professionnel. L’arrière gauche de 31 ans a contre toute attente décidé de rejoindre Evian en Régional 1 (6e division) , en septembre dernier , afin de partir sur un projet qui lui plaisait après avoir refusé des offres dans le Golf, de Lemans en Ligue 2 et Atromitos en D1 grecque. L’ancien clermontois va donc terminer la saison dans son club actuel puisqu’il n’a pas été transféré cet hiver. S’il a été écarté du groupe des Ecureuils en septembre et octobre, Manu a disputé les deux premières journées des qualifications de la Can 2021 face au Nigéria et la Sierra Leone en novembre 2019 mais la différence physique de niveau s’est vite remarquée notamment au match aller à Uyo. David Kiki l’a d’ailleurs supplée en cours de match. Pour le trentenaire, continuer à évoluer à ce niveau amateur sur la durée ne fait pas de lui un candidat crédible sportivement pour le niveau international  malgré son expérience.

Le sélectionneur devra faire face à véritable casse-tête en mars prochain entre s’accrocher aux deux latéraux gauche qui étaient à la dernière Can mais qui sont en situation difficile ou lancer d’autres jeunes de la scène locale notamment. Le côté gauche de la défense béninoise est en bien péril.

Géraud Viwami

 

Entretien : Emmanuel Imorou « Tu sentais que les gens étaient fiers de nous »

Passé de joueur titulaire en Ligue 1 (71 matches en première division) avec le Stade Malherbe de Caen à quelques mois de chômage, entrecoupés d’un quart de finale de la CAN avec le Bénin, Emmanuel Imorou (31 ans) joue désormais en Régional 1 avec Thonon Evian Grand Genève FC. Pour Foot Mercato, le latéral gauche nous a parlé du monde amateur et de sa possible après-carrière. Entretien.

Foot Mercato : vous êtes passé d’un quart de finale de la CAN avec le Bénin à quelques mois au chômage, comment avez-vous vécu la situation ?

Emmanuel Imorou : je m’y attendais plus ou moins. J’avais quand même conscience que je n’allais pas crouler sous les offres, mais je ne pensais pas que ça allait être à ce point. Après la Coupe d’Afrique des Nations, je pensais trouver un projet qui allait me correspondre, mais ça n’a pas été le cas. Je n’ai pas eu la proposition qui m’a plu tout simplement. Forcément, j’ai eu des moments où c’était pénible, il y a eu des longueurs, mais il faut relativiser. Même si je n’ai pas trouvé ce que je cherchais, je ne regrette en rien les offres que j’ai refusées et je suis heureux d’être ici (NB : Evian).

FM : quel était le projet que vous attendiez ?

EM : je savais que ça allait être très compliqué de trouver un projet en Ligue 1 même si honnêtement j’aurais au moins pu être une doublure dans un club de première division. J’aurais aimé un projet dans un bon club de Ligue 2 (NB : il compte 98 matches en Ligue 2). Je n’avais pas envie d’aller en dessous de la Ligue 2 c’était clair et net. J’ai eu deux offres à l’étranger (Ferencvárosi et Atromitos), mais ça ne me branchait pas. Je voulais être sûr d’être dans un projet où tous les aspects étaient réunis et ce n’était pas le cas. C’est à dire sportif, familial et salarial. À savoir d’être payé en temps et en heure, de jouer dans un championnat où je prends du plaisir, l’école pour les enfants, je n’étais pas sur de tout cela. Ma priorité était de rester en France pour ses différents aspects, mais j’aurais bien pu aller à l’étranger s’ils avaient été réunis, mais ce ne fut pas le cas.

FM : pourquoi avoir choisi Thonon Evian (Thonon Évian Grand Genève FC) si tu ne voulais pas descendre plus bas que la Ligue 2 ?

EM : je ne voulais pas jouer en National 1. C’est un championnat où j’ai joué pendant une année et il ne correspond pas à mes attentes. Quand tu évolues en National 1, tu as un peu le cul entre deux chaises. T’es entre le monde pro et le monde amateur. Le niveau n’est pas fou et les clubs sont souvent dans des situations financières difficiles. Il y a de nombreux déplacements sauf que tu n’as plus les droits télés, les stades ne sont pas vraiment remplis. Ce n’est pas très excitant. Je n’aurais pas pu signer dans n’importe quel club de Régional 1. Le Projet de Thonon Evian est concret et contrairement à beaucoup de clubs, le leur est réel. Il y a un investisseur qui a mis des moyens, qui a une académie. On le voit même dans les joueurs qui sont avec nous, il y en a pas mal qui ont eu des contrats professionnels, d’autres comme moi ont déjà eu des carrières (Alexis Thébaux, ex-Caen et Brest). Ce n’est pas pour rien que je suis ici. Les conditions d’entraînements sont très bonnes et en National 1 je n’aurais pas eu tout ça.

FM : quels sont les objectifs à court et long terme avec Thonon Evian ?

EM : à court terme, c’est de monter avec le club. On a la meilleure équipe du championnat après ce n’est pas pour autant que les matches sont faciles, bien au contraire (Thonon Evian est 4eme sur 14 à 5 points du leader). Les mecs d’en face ne sont pas des peintres contrairement à ce qu’on peut croire. Les équipes que l’on affronte sont très regroupées derrière. Ce n’est pas évident de jouer contre ce genre d’équipes, car il y a peu d’espaces. En revanche, il y a des équipes qui jouent comme la réserve de Bourg-en-Bresse. C’était plus facile pour nous malgré leur bon classement en championnat (victoire 4-0). C’est assez paradoxal. La réserve de Grenoble a pris pas mal d’avance, mais ce n’est pas fini.

Sur le long terme, l’objectif est de monter chaque année au moins jusqu’en National 1 (3eme division française). J’ai envie de m’inscrire dans la durée avec Evian. Si tout se passe bien, je suis là pour la durée. J’ai signé un an, mais on a un accord sur trois ans. L’avantage c’est que je connais bien les hommes du club comme Patrick Trotignon (président) et Olivier Chavanon (directeur sportif). Il y a une relation de confiance entre nous, on fera le point chaque année pour voir si on a toujours les mêmes objectifs.

FM : la présence de Patrick Trotignon (président d’Evian) a-t-il été un argument pour rejoindre Evian ?

EM : oui, c’est lui qui m’avait fait signer mon premier contrat pro à Châteauroux. La première personne qui m’a contacté c’est Bryan Bergougnoux (ancien joueur du club, aujourd’hui coach des U18) puis le directeur sportif et le président Trotignon. Ils m’ont bien vendu le projet. Je suis venu sur place pour voir ce qu’il en était réellement. Souvent, les clubs font les beaux parleurs pour faire signer les joueurs, mais ici je n’ai pas senti de pression. Ils m’ont laissé venir voir pour me faire mon propre avis en me vendant les points forts de leur projet bien sûr. J’avais besoin de temps pour prendre ma décision et ils l’ont respecté.

FM : le niveau est-il bon en Régional 1 (6eme division en France) ?

EM : je savais en signant ici, qu’on n’allait pas gagner 9-0 à tous les matches parce que le football est un sport universel, n’importe quelle équipe avec une tactique peut tenir un score. Les joueurs de cette division savent jouer au football. Ce n’est pas le boucher du coin qui vient faire son match du dimanche. Dans la région lyonnaise, le vivier de joueur est important et très intéressant. Je m’étais préparé à ce niveau. Intrinsèquement, on est meilleur que les autres équipes, c’est une certitude, mais ce n’est pas pour autant que les matches sont faciles. Aujourd’hui, il y a moins d’écart entre un très bon joueur de National 3 et un joueur moyen de Ligue 2. De nos jours, tout le monde sait jouer au football et il y a plein de mecs qui jouent en amateur et qui sont passés à côté d’une carrière sur un petit détail. Comme des joueurs pros qui auraient pu jouer en amateur sans certains éléments. Je ne suis pas surpris positivement par le niveau, car je savais qu’il y avait de bons joueurs. Ce qui est difficile c’est plutôt la qualité des terrains sur lesquels on joue les week-ends.

FM : quelle est la grande différence entre le foot amateur et le foot pro ?

EM : l’avantage de jouer à Evian, c’est que je ne ressens pas la différence entre le monde pro et le monde amateur en termes d’infrastructures. Le centre d’entraînement est top, c’est l’ancien de l’ETG. L’investisseur a mis les moyens pour qu’on s’entraîne dans de bonnes conditions. Il y a deux nouveaux terrains qui sont en train d’être finis notamment. Juste le week-end, les terrains ce n’est pas ça. Récemment, on a joué un match de Coupe de France et le terrain était catastrophique. On joue sur de la boue et le ballon n’est pas maîtrisable. Il y a beaucoup de faux rebonds et les appuis ne sont vraiment pas bons et malheureusement cela dégrade le niveau. Parfois il y a également des choses sur les arbitres qui ne sont pas évidents. On a l’impression qu’ils sont plus là pour être respecté que de remplir leur rôle d’arbitre. Sur certaines décisions, j’ai l’impression qu’il n’y a pas forcément beaucoup de cohérence. Une fois il va siffler et une autre fois il ne va pas siffler. À certains moments, les décisions sont incompréhensibles. En Ligue 1, il y avait très peu de dialogue avec l’arbitre, ici il est inexistant. Le problème avec eux, c’est qu’on ne peut pas discuter. Si on parle avec un arbitre, on a l’impression d’insulter toute sa génération donc ce n’est pas évident. Le problème de l’arbitrage global, c’est qu’on ne peut pas échanger avec eux. Par exemple, ce serait très intéressant de les voir s’exprimer à la presse après un match, ça les humaniserait un peu plus. Pourquoi pas leur donner des micros comme au rugby, mais certains arbitres parleraient sûrement autrement je pense. Ce n’est pas que de leur faute, mais c’est dommage.

FM : est-ce possible de vous revoir dans un club pro à l’avenir ?

EM : rien n’est impossible. En étant réaliste, je m’imagine mal trouver un projet qui me correspond après une année en Régional 1 alors que cet été je sortais d’une saison en Ligue 1 et un quart de finale de CAN avec le Bénin. J’ai 31 ans, ça veut dire que le club qui me prendrait ne pourrait pas faire une plus-value en me revendant. Je n’accepterais pas non plus d’avoir un contrat comme si j’étais un jeune qui débute. Je ne signerais pas un contrat juste pour avoir le statut pro. Si j’ai un contrat dans un club, c’est parce qu’on me respecte et que je suis désiré. Cet été, Valenciennes et le Paris FC recherchaient un latéral gauche, mais je ne leur convenais pas. Ce sont des choix sportifs et économiques c’est compréhensible. Latéral gauche n’est pas le poste le plus important dans une équipe. C’est compliqué, mais la porte n’est pas fermée de mon côté pour un retour dans le monde pro. Actuellement, je suis bien et je ne regrette pas mon choix d’avoir rejoint Thonon Evian.

FM : que pensez-vous du choix de carrière de votre ami Nicolas Benezet, qui a rejoint la MLS en juillet dernier ?

EM : c’est top pour lui. À Guingamp la situation était compliquée pour lui. Il découvre un nouveau championnat, un nouveau mode de vie. L’approche du sport est différente aux États-Unis. Il est allé en finale de MLS (perdu face à Seattle Sounders 1-3) avec son nouveau club (Toronto FC) donc ce n’est pas rien. Les infrastructures sont extraordinaires. Il vit une aventure magnifique donc c’est super.

FM : jouer aux États-Unis vous intéresserez ? Si oui avez-vous eu des offres durant votre carrière pour y jouer ?

EM : je n’ai jamais reçu d’offres, mais j’aurais aimé jouer là-bas oui. La porte est toujours ouverte même si ça risque d’être plus compliqué désormais.

FM : pourquoi avez-vous quitté le Stade Malherbe de Caen ? Avez-vous reçu une offre de prolongation de la part des dirigeants ?

EM : à la fin de saison dernière, j’ai eu un entretien avec le président Gilles Sergent et Yohann Eudeline (directeur sportif). On avait discuté et j’avais exposé mon envie de rester, c’était ma priorité. Ils attendaient d’avoir le nouveau coach pour prendre une décision. Quelques jours après, ils ont appelé mon agent pour lui dire qu’ils allaient me faire une proposition pour prolonger. Malheureusement, elle n’est jamais arrivée. Quand Rui Almeida a signé, ils m’ont appelé pour m’annoncer que le coach ne voulait pas me garder. C’était ma priorité de rester à Caen malgré la descente en Ligue 2. J’étais là-bas depuis 2014, j’ai acheté une maison et ma famille se sentait bien en Normandie. C’est un club que j’apprécie. Je suis encore en contact avec beaucoup de personnes au club et j’avais une bonne relation avec les supporters, le staff et de nombreux joueurs. C’était une rupture, mais c’est comme ça. Le monde du foot est difficile et on ne fait pas toujours ce que l’on veut. Le Stade Malherbe de Caen reste un club particulier pour moi.

FM : vous n’êtes pas déçu d’avoir reçu aucune offre, sachant que le coach est parti quelques semaines après le début de saison (fin septembre 2019) ?

EM : non pas du tout. Tout simplement parce que Pascal Dupraz (actuel entraîneur du Stade Malherbe de Caen) n’aurait peut-être pas voulu de moi. Je ne vis pas dans le passé et avec de la rancune. Quand tu commences une carrière de footballeur, tu es soumis à ce genre de situation. Quand un contrat arrive à échéance et que la personne qui décide ne veut pas de toi, tu subis et tu ne peux rien y faire. J’ai accepté la situation depuis longtemps. Ça marque une fin, mais ce n’est pas la fin du monde. Je ne garde aucune amertume, quand il y a les matches de Caen, je suis devant la télé à les encourager et je suis leur premier supporter.

FM : que retenez-vous de cette aventure en Normandie ?

EM : beaucoup de choses. J’y ai découvert la Ligue 1. Quand je repense au jeune pro que j’étais à mes débuts, il n’aurait jamais pensé jouer en Ligue 1. Ce n’était même pas un objectif, tellement ça me paraissait inaccessible. J’ai vécu des moments extraordinaires avec Caen, notamment la première saison où on est dernier à la trêve et on fait une deuxième partie de saison de fou. On fait une incroyable année civile 2015 (4eme). Il y a également les deux matches au Parc des Princes où on fait deux nuls (2-2, 1-1), dont notamment le match du maintien à la dernière minute en 2016/2017. Il y a aussi la victoire contre Lyon qui jouait le titre cette année-là, qu’on bat 3-0 à domicile ou encore les deux victoires au Vélodrome face à l’OM. J’ai rencontré des partenaires extraordinaires qui sont désormais des amis. Même s’il y a des blessures et des moments où j’ai moins joué, ça fait partie du métier. L’expérience globale était top.

FM : le Bénin en quart de finale d’une CAN c’est historique, vous éliminez le Maroc pourtant l’un des favoris et vous tenez tête au Sénégal de Sadio Mané, cela doit être une fierté pour vous ?

EM : le Bénin compte 4 participations à la CAN, donc un quart de finale c’est incroyable ! On a joué le Ghana, le Cameroun et le Maroc sans perdre une seule fois, c’était fou. On est aussi les derniers à avoir battu l’Algérie, ce qui n’est pas rien. On sent désormais qu’on n’a plus le même statut. On a changé de chapeau pour le tirage des éliminatoires par exemple. Le Bénin n’est plus la petite nation que l’on va battre facilement. On avance positivement, les personnes du staff, le coach et le président font les choses de manière à faire progresser le Bénin. Tout le monde tire dans le même sens même si tout n’est pas parfait. On prend tous du plaisir à venir en sélection et à se revoir durant les trêves.

Manu Imorou

@Manuimorou

Se qualifier sans gagner un match >>> faire un top 1 avec 0 kill

299 personnes parlent à ce sujet

FM : comment avez-vous été reçu au pays après ce quart de finale à la CAN ?

EM : les rues étaient blindées, c’était fou. C’est dur de le décrire tellement c’était incroyable. Tu sentais que les gens étaient fiers de nous. Ils étaient fiers de leur pays et du coup nous aussi on était fier de voir ses gens fiers de nous (rires). Pour un petit pays comme le nôtre, c’était historique d’atteindre ces quarts de la CAN.

Manu Imorou

@Manuimorou

C’est incroyable 😭😭 Ça devient sérieux cette connerie là. Quart de finale putain

FM : quel est votre rôle au sein de l’équipe ?

EM : je suis un des plus anciens dans l’équipe avec Stéphane Sessegnon, Mickaël Poté et Khaled Adenon. Je fais partie de l’équipe depuis fin 2009 et la CAN 2010. Je ne suis pas un leader d’équipe et je n’en serais jamais un, je pense, ça ne reflète pas ma personnalité. Je n’ai pas envie d’être au centre de l’équipe. Mon rôle est comme celui d’un joueur lambda de sélection. Après, je peux me permettre d’apporter mes conseils au vu de mon expérience à titre individuel. Sur le plan collectif, je ne suis pas un leader.

FM : malgré le fait que vous jouez en R1, le sélectionneur Michel Dussuyer vous a quand même rappelé lors du dernier rassemblement, il compte sur vous ?

EM : avant de signer à Thonon Evian, je l’ai appelé pour discuter avec lui de mon choix, même si cela n’aurait pas changé ma décision. Je voulais lui expliquer mon point de vue et pour avoir le sien. Il a été embêté par mon choix de rejoindre Evian et ça l’embête toujours autant aujourd’hui. Pour reprendre ses mots « il perd un des ses cadres » en termes de niveau de compétition. Je lui ai assuré que j’étais entouré de joueurs qui avaient un beau niveau, même si le week-end je ne joue pas en Ligue 1 ou Ligue 2. Parfois quand je jouais à Caen et que je n’étais pas dans le groupe pour disputer un match, j’allais jouer en réserve et pourtant j’étais quand même sélectionné avec le Bénin. C’est pour moi la même chose aujourd’hui. Lors du dernier rassemblement, j’ai joué ça prouve qu’il a toujours confiance en moi. Après je ne suis pas fou, je sais que demain s’il y a un joueur meilleur qui joue dans une division au-dessus de moi, j’ai conscience que ce sera plus compliqué à ce moment-là d’aller en sélection. Aujourd’hui, je peux apporter un plus grâce à mon expérience. Les faits font en sorte que je puisse continuer à être appelé, mais c’est instable, ma situation est précaire. Le prochain rassemblement est en mars donc d’ici là les choses peuvent changer. J’ai toujours pris la sélection comme un bonus. Si je ne suis plus appelé, je l’accepterais même si je suis un compétiteur.

FM : vous êtes devenu consultant pour beIN SPORTS, comment se déroule cette nouvelle expérience ?

EM : j’avais sympathisé avec le chef d’édition beIN SPORTS sur Twitter il y a plusieurs années. Plusieurs fois, il m’avait invité quand je jouais à Caen sur le plateau de l’émission « L’Expresso » le samedi matin et le dimanche matin. J’y suis retourné une deuxième fois cet été. Quand l’équipe de l’émission a vu que je ne trouvais pas de club, la directrice m’a appelé pour me proposer de venir de temps en temps. J’ai tout de suite adhéré, c’est une partie du football que j’aime bien. Analyser les matches et en discuter, c’est quelque chose que je kiffe. J’ai saisi l’opportunité, dès que j’ai des moments disponibles le week-end, je leur communique et ils m’appellent quand ça les arrange également. Ça reste assez ponctuel et on verra comment ça évoluera sur le long terme.

FM : quel est l’objectif après avoir obtenu le diplôme de communication digitale que vous préparez ?

EM : je viens de commencer la formation le mois dernier. Mon objectif est d’obtenir le diplôme d’ici un an et demi. L’avantage du programme, c’est que la formation peut avoir la durée de mon choix. Tant que je paye, j’ai accès au programme et j’ai également une mentore avec qui j’ai un rendez-vous toutes les semaines. Elle m’aide à avancer et elle peut m’aiguiller en cas de problèmes. Je fais cette formation pour préparer mon après-carrière tout simplement. La communication digitale c’est un truc qui m’attire, notamment avec mon utilisation de Twitter. C’est un monde que j’ai découvert et que j’apprécie énormément. Je ne veux pas arriver sur le marché du travail en n’ayant aucun diplôme. J’ai besoin d’être crédible et de montrer que je travaille. Je ne veux pas m’arrêter à ça, je me suis renseigné sur une formation pour être manager général, mais ce n’est pas très accessible en termes de places. Pourquoi pas devenir entrepreneur, en s’occupant de la communication de certains joueurs de foot. J’ai différentes envies, mais le plus important c’est de garder la notion de plaisir au travail vu que je n’ai jamais eu l’impression de travailler depuis le début de ma carrière. Quand le foot ça sera vraiment fini, j’aurais besoin de me challenger et d’avancer. Il faut y penser dès maintenant parce que je ne veux pas rester chez moi à ne rien faire ou à jouer à la play, même si j’aime ça (rires). Ce qui est sûr, c’est que je veux travailler dans le monde du foot, car ça sera toujours ma passion.

FM : vous êtes très actif sur Twitter, comme Pierre Bouby (ancien joueur de l’US Orléans), vous êtes une attraction sur le réseau. Voyez-vous un avenir là-dedans pour votre après-carrière ?

EM : je ne pourrais pas être influenceur par exemple. Parce que ces personnes-là sont dans le calcul. C’est un peu moins vrai sur Twitter que sur Instagram, mais c’est un peu de la mise en scène, jouer sur sa communauté pour gagner de l’argent et vendre des choses. Ce n’est pas ce qui m’attire, sur Twitter je ne réfléchis pas et tout ce que je fais est spontané. Je ne recherche aucun but derrière. Si je fais un truc sur Twitter, cela doit m’apporter de manière concrète.

FM : avez-vous un petit message à faire passer à WeAreMalherbe, un compte de fans qui traite l’actualité du Stade Malherbe de Caen d’une manière unique ?

EM : on s’écrit tous les jours. Je suis juste un peu déçu qu’ils aient récupéré leur compte (rires) parce qu’ils s’étaient fait bannir sur Twitter.

SOURCE : FOOTMERCATO 

Nigéria – Bénin : Le XI des Ecureuils avec Yarou et Imorou

Le sélectionneur des Ecureuils ,Michel Dussuyer vient de révéler le XI des Ecureuils qui débuteront à 17h contre le Nigéria à Uyo dans le cadre de la première journée des qualifications de la Can Cameroun 2021 dans le groupe L. Le technicien français a aligné une équipe sans grande surprise en 4-3-3. Comme attendu , le capitaine des Buffles ,Nabil Yarou est associé à Cédric Hountondji en défense centrale. Sur le côté gauche , Emmanuel Imorou a été préféré à David Kiki. Pour le reste c’est du  classique au milieu comme en attaque.

Géraud Viwami 

 

Qualifications Can Cameroun 2021 : Trois choses à savoir avant Nigéria – Bénin

(080130) — SEKONDI, Jan. 30, 2008 (Xinhua) — Nigerian player celebrate their victory in a group match of the Africa Cup of Nations against Benin held in Sekondi, Ghana Jan. 29, 2008. Nigeria beat Benin 2-0 and entered the quarterfinal.
(Xinhua/Guo Yong) (dj)

 

 

 

Le Nigéria accueille le Bénin demain à 17h au Godswill Akpabio Stadium  d’Uyo dans le cadre de la première journée des qualifications de la Can Cameroun 2021 dans le groupe L. Bjfoot.com vous révèle  trois choses que vous ignoriez avant cette affiche.

L’appétit des « champions d’Afrique »

Depuis juin 2019, le Bénin a quasiment pris goût à affronter les meilleures nations du continent et pas des moindres. Après voir tenu tête aux champions d’Afrique 2012, 2015 et 2017, les Ecureuils affronteront celui de 2013 demain soir en espérant avoir la même réussite. Seule l’Algérie, championne d’Afrique en titre a réussi à damer le pion aux hommes de Dussuyer.

Une bête  bien  noire

Face au Nigéria, le Bénin a rendez-vous avec l’histoire. En effet, les Ecureuils doivent briser un signe indien face aux Super Eagles. L’équipe fanion a perdu les trois  dernières confrontations en matches officiels aux Can 2004 (2-1), 2008 (2-0) et 2010 (1-0). Michel Dussuyer était déjà sur le banc des Ecureuils lors de ce dernier échec. Emmanuel Imorou et Stéphane Sessègnon étaient titulaire ce soir-là. Michael Poté était sur le banc.

Deux autres défaites sont restés dans les esprits en 1959. Le 8 novembre le Bénin a perdu le premier match officiel de son histoire 0-1 avant d’encaisser une raclée 10-1, vingt jours plus tard. La plus lourde défaite jamais enregistrée par les Ecureuils.  Le voisin de l’Est est une vraie bête noire.

Latoundji en terrain connu

Premier buteur du Bénin du Bénin à la Can 2004 contre le Nigéria, Moussa Latoundji, actuel adjoint de Michel Dussuyer est de retour en terrain connu. L’ancien des Dragons a débuté sa carrière l’étranger par une pige  chez les nigérians de Julius Berger  en 1997. Le technicien désormais sur le banc dans l’ombre est de retour en terrain connu.

Géraud Viwami

 

Transfert : Emmanuel Imorou a refusé la Grèce

Sans club , depuis la fin de son contrat  à Caen en juin dernier , Emmanuel Imorou (30 ans) aurait pu rebondir en  Grèce. L’arrière gauche des Ecureuils a repoussé l’offre « je suis allé à Athènes au club d’Atromitos, qui a fini quatrième la saison dernière et qui fait les barrages de l’Europa League. C’est un bon club qui me proposait un bon contrat, que je n’aurais certainement pas en France. Le projet était cohérent mais je n’ai pas eu le bon ressenti. J’ai refusé. Je n’ai pas envie de signer le premier contrat qui va se présenter  »   ont révélé nos confrères de Actu.fr  dans  un entretien réalisé ce mois-ci.

L’ancien clermontois prend son temps afin de choisir sa future destination « Je n’ai pas eu de projet suffisamment intéressant, mais les deux se rejoignent. J’ai eu quelques offres. Certaines sont arrivées trop tôt et je n’étais pas prêt à faire un si gros effort financier ou à partir dans ces conditions. »

Géraud Viwami

 

Emmanuel Imorou avant Maroc-Bénin : «Le Maroc ? Je reste persuadé que c’est possible»

Le Bénin a le sourire. S’ils n’ont toujours pas gagné le premier match de leur histoire dans une CAN, les Écureuils sont en huitièmes. Et c’est déjà historique. Emmanuel Imorou, l’ancien joueur de Caen, savoure et raconte ce grand moment. Tout en évoquant le match face au Maroc et son avenir personnel. 

«En début de semaine, le Bénin s’est hissé pour la première fois de son histoire au second tour d’une Coupe d’Afrique des nations. Comment l’avez-vous vécu ?
On a vécu un bon moment. J’étais très content. On était soulagé aussi quelque part. Quand on atteint un objectif, on ressent de la satisfaction et le sentiment du devoir accompli. Voir des personnes du staff et des supporters qui pleurent de joie, qui ont les larmes qui montent, c’est vraiment fort, marquant, et c’est touchant.
Le vestiaire a-t-il fait un petit peu la fête ?
Oui, forcément, ç’a chanté un peu, on a mis de la musique. On était contents. Encore une fois, on a vraiment senti ce soulagement d’y être pour la première fois. On écrit une nouvelle page, en quelque sorte.
Si on fait un bilan de cette phase de poules, malgré votre qualification, vous n’avez toujours pas remporté le premier match de l’histoire du Bénin dans la compétition !
C’est vrai que c’est la petite frustration. On essaie de voir le truc à l’envers en se disant qu’on a tenu en échec le Cameroun, qui est quand même le champion d’Afrique en titre, et le Ghana, qui reste sur quatre demi-finales et deux finales sur les six dernières éditions. Donc c’était du très costaud. On se dit aussi qu’on n’a pas perdu. Si, avant la compétition, on nous avait dit : « Voilà, ça c’est votre groupe, et vous n’allez pas perdre un match« , je ne suis pas sûr qu’on l’aurait cru. Ça reste un exploit.

«On voit qu’on a du mal à être tranchant dans les trente derniers mètres»

La satisfaction résulte sûrement d’un point de vue défensif où vous encaissez seulement deux buts face au Ghana (2-2)…
C’est ça. On n’a pas pris de but contre le Cameroun. On n’a pas du tout été inquiété par la Guinée-Bissau. Ils étaient très regroupés. Ils ont vraiment joué le match pour garder le point du nul. On ne comprenait pas trop pourquoi d’ailleurs. Contre le Ghana, on les a fait un peu douter. C’était pas mal pour nous de les affronter sur un premier match où il faut se jauger et entrer dans la compétition. Ce n’est pas forcément simple.
Pour revenir sur le dernier match contre le Cameroun, ce n’était pas vraiment plaisant à voir…
(Il sourit.) J’imagine bien que ce n’était pas plaisant (NDLR : FF, dans ses notes, a donné un très faible 4/20 pour le spectacle proposé pendant cette rencontre). En terme de qualité de jeu produite, il n’y avait quasiment rien. On a beaucoup souffert, on a été acculé sur notre but, on n’arrivait pas à ressortir le ballon.
Est-ce ça qui manque au Bénin : cette capacité à assurer des transitions offensives efficaces et propres entre les deux parties du terrain ?
Oui, je pense qu’on peut dire ça. On l’a vu contre la Guinée-Bissau. On a eu plus le ballon qu’eux, mais on voit qu’on a du mal à être tranchant dans les trente derniers mètres, on a dû mal à faire des actions collectives qui peuvent faire la différence. On va davantage s’appuyer sur nos individualités comme Steph Sessegnon qui peut garder le ballon et l’amener seul de nos trente mètres aux trente mètres adverses. Avec nos excentrés qui sont aussi capables d’éliminer. Mais par le jeu collectif, c’est vrai qu’on a vraiment du mal à avoir des circuits de passes et à ressortir le ballon proprement.

«Le Maroc ? Je reste persuadé que c’est possible»

Avec cette situation, Steve Mounié, votre attaquant de pointe, n’est pas trop frustré ?
Un peu… Je ne vais pas parler en son nom mais je pense qu’il est content qu’on soit qualifié. Il l’avait mauvaise après la Guinée-Bissau par rapport à son occasion de la tête. Là, il est forcément déçu de ne pas jouer contre le Maroc (NDLR : Il sera suspendu), surtout que les deux cartons jaunes qu’il prend sont scandaleux, franchement.
Celui récolté face au Cameroun était en effet assez incompréhensible…
On n’a rien compris. Il court, l’adversaire se met dans sa course et il prend le carton… Le premier qu’il prend (NDLR : face au Ghana, 90e minute), c’était sur une situation où le mur ne se met pas à distance, l’arbitre l’appelle, mais il ne l’entendait pas. Et il a pris jaune. Malheureusement, ce sont les aléas du foot et on va devoir se passer de lui pour le Maroc, c’est bien dommage. J’espère qu’il sera là pour les quarts de finale (Il sourit.).
Parlons justement du Maroc : c’est un gros morceau, qui n’a pas pris un but en poules. Est-ce une mission impossible ?
Non, ça reste du foot. J’imagine qu’ils vont avoir la pression. Ils n’ont pas pris de buts sur leurs trois matches mais ils ont eu du mal lors de leur préparation. En poules, il y a deux matches qui sont poussifs, où ils marquent dans les toutes dernières minutes (NDLR : Namibie et Afrique du Sud ; à chaque fois 1-0). Ça reste un match de football. On a réussi à battre l’Algérie en phase éliminatoires donc pourquoi pas le Maroc. Sur le papier, on sait que c’est une grande équipe et qu’ils sont bien meilleurs que nous, mais on n’a clairement rien à perdre. Notre objectif est atteint. On va jouer sans pression, pour se faire plaisir, même si on ne va pas jouer le Maroc pour jouer le Maroc. On reste des compétiteurs. On va vouloir chercher quelque chose. Je reste persuadé que c’est possible.

«Même si on est loin, on sent l’engouement que cela peut créer chez le peuple béninois»

Globalement, comment vivez-vous cette CAN qui est là deuxième de votre carrière après celle de 2010 ?
C’est top ! Même si on est loin, on sent l’engouement que cela peut créer chez les nôtres, chez le peuple béninois. On a mesuré toute l’attente qu’il y avait derrière nous et tout le bonheur que cela a pu créer. En plus, les conditions de stage et de compétition sont vraiment bonnes. Ce n’est que du kif. Ça reste une grande compétition. Et le fait qu’elle soit désormais en été rend le truc encore plus grand. J’avais vécu celle de 2010 où j’étais encore jeune, j’avais 21 ans. Celle-ci, je la savoure plus, j’ai plus de maturité, j’ai un autre statut, j’ai une carrière qui s’est déroulée, j’ai pu accumuler de l’expérience. Je mesure davantage tout ce qu’il se passe.
«La descente de Caen ? Ça me fout les boules. Ça va laisser une cicatrice»
Parlons enfin de votre situation en club : premièrement, avez-vous digéré la descente vécue avec Caen de la Ligue 1 à la Ligue 2 ?
Oui et non. Forcément, là, en sélection, ce n’est pas la première chose à laquelle je pense. Je suis concentré sur ma sélection. Mais, c’est sûr que, honnêtement, j’ai les boules. Caen, c’est le club où j’ai passé le plus de temps dans ma carrière. J’ai beaucoup d’attaches dans ce club et dans cette ville. Ça me fout les boules. C’est ma première descente. Au final, ça ne reste que du foot, mais on ne va jamais vraiment « s’en remettre ». Ça va laisser une cicatrice.
Difficile de revenir sur tous les événements de cette saison caennaise mais a-t-elle été éprouvante ?
Oui, c’était très compliqué. Malgré tout ça, tout ce qui a pu se passer, tout ce qu’il s’est dit, on avait réussi à sortir la tête de l’eau, pour rester dans notre bulle et se donner une chance d’avoir une opportunité de rester en Ligue 1. Mais on a échoué quasiment sur la dernière marche. On ne va pas refaire l’histoire mais on avait quasiment réussi à inverser la tendance et à revenir dans la lutte…
Etes-vous amer envers quelqu’un en particulier ?
Pas du tout. Déjà, ça ne sert à rien. Et, en plus, ce n’est pas du tout ma philosophie de vie. Je suis quelqu’un de très calme, très posé, très réfléchi. De toute façon, ce n’est pas le genre de choses qui va me faire avancer. Je n’ai pas d’amertume. Évidemment qu’il y a des choses que j’aurais voulu voir se passer autrement. C’est la vie, c’est le foot, c’est comme ça. On ne peut pas lutter.

«Mon avenir ? J’ai envie de jouer au foot, tout simplement»

De quoi sera fait votre avenir ?
Je ne sais pas (Il sourit.).
Quelles sont vos envies ?
Honnêtement, j’ai envie de jouer au foot, tout simplement. J’ai une petite préférence pour rester en France, pour le côté famille. Mais si je dois aller à l’étranger, j’irais sans problème si le club et la ville me conviennent. Pour le moment, je ne sais pas.
Y a-t-il des petites touches ?
Oui, des petites touches mais rien de bien sérieux.
Des « touchinettes »…
Oui, voilà, des « touchinettes » (Il rit.). J’attends de voir. Et, pour le coup, j’essaie de ne pas trop y penser sinon ça va me faire chier. Comme j’ai la CAN, je me dis que ça va parce que j’ai quelque chose sur lequel me concentrer. Mais c’est sûr que s’il n’y avait pas ça et que j’étais en vacances, sans club, à m’entraîner tout seul, ça serait compliqué. Mais là, ça va.»

Source : Timothé Crépin , Francefootball 

Journal des transferts : Alavès officialise Verdon , Imorou quitte Caen , Mama prolonge , Bessan sur le départ et Saliou suivi.

Chaque week-end jusqu’à la fin du mercato hivernal on vous propose le point des principales informations à ne pas rater sur les joueurs béninois. Cette semaine : on revient avec l’officialisation du transfert d’Olivier Verdon en Liga Espagnole au Déportivo Alaves. En France ,  la prolongation du contrat de Mama Seibou au SC Toulon, Emmanuel Imorou qui a annoncé son départ de Caen. En Algérie, le MO Beijaia qui va perdre Jacques Bessan et au Bénin  le meilleur buteur de la Ligue 1 est convoité.

Deportivo Alavès officialise Verdon

Dans les tuyaux depuis plusieurs semaines , le transfert d’Olivier Verdon (23 ans) au Deportivo Alaves a été officialisé aujourd’hui par le club 11e de la liga espagnole en 2018-2019. Le défenseur international béninois quitte donc Sochaux , une seule saison après son arrivée dans le Doub. L’ancien bordelais a marqué deux buts en trente apparitions , vice-capitaine il a contribué au maintien des Lionceaux en Ligue 2.
Il deviendra la saison prochaine , le premier international béninois à évoluer en première division espagnole

Imorou va quitter Caen

Après cinq saisons club avec un pret la saison dernière au Cercle Bruges en deuxième division belge , l’arrière gauche a annoncé officiellement son départ du club normand cette semaine. En fin de contrat , il a posté un message d’adieu sur son compte Twitter en ces termes « je remercie ceux qui, parmi les supporters ont cru en moi m’ont soutenu »
Il quitte le club relégué en Ligue 2 et n’a pas laissé d’indications sur sa future destination alors qu’il s’apprête à disputer sa deuxième Can avec les Ecureuils.

SC Toulon va prolonger Mama

Titulaire indiscutable et homme clé de la montée du SC Toulon de National 2 vers la National 1 , Mama Seibou (23 ans) va poursuivre l’aventure avec le club. Ce dernier a annoncé cette semaine son désir de conserver le milieu international béninois qui est actuellement en stage avec les Ecureuils à Marrakech. Il devrait signer un nouveau bail avant la reprise.

Jacques Bessan sur le départ

Relégué en deuxième division , le MO Bejiaia va devoir se séparer de ses joueurs étrangers dont l’attaquant béninois , Jacques Bessan (25 ans) car le règlement de la fédération algérienne n’autorise les étrangers à se produire en Ligue 2. Arrivé en janvier dernier seulement , l’ancien du Club Africain va lever le camp. Il figure sur les tablettes de plusieurs clubs nord africains mais aussi sur le Vieux Continent. A suivre

Idrissou Saliou suivi

Meilleur buteur du championant avec 14 réalisations , Idrissou Saliou (21 ans) l’attaquant des Panthères est déjà la cible de plusieurs convoitises. L’international béninois serait d’ores et déjà dans les petits papiers de plusieurs clubs nigérians en vue de la saison prochaines.

Réalisé par Géraud Viwami

Perf’ des béninois : Imorou décisif , encore un doublé pour Tamou , Sèssegnon promu et Poté buteur 

Votre rubrique vous dresse un bilan express des performances des joueurs béninois à l’étranger. Cette semaine on retiendra : le nouveau doublé d’Affissou Tamou , le coup double de Daniel Didavi , la première passe décisive d’Emmanuel Imorou, la promotion pour Stéphane Sèssegnon et le quinzième but de Michael Poté. Point complet. .

Bon à savoir…

En Turquie , comptant sur le quinzième but de Michael Poté (34 ans) inscrit sur pénalty , qui fait de lui le deuxième meilleur buteur du championnat , l’Adana Demirspor est revenu à un petit point de la 6e place qualificative pour les Play Off occupée par Gazisehir Gaziantespor avant l’ultime journée. Ce même club qui a été la victime de Stéphane Sèssegnon et ses coéquipiers de Genclerbirligi qui ont validé leur montée dans l’élite avec un franc succès 0-2 à l’extérieur. Leader avec un point d’avance sur son dauphin Denizlispor , le club retrouve l’élite une saison après sa relégation et devra s’imposer sur l’ultime journée pour décrocher le titre de champion.

En Allemagne , Stuttgart passera par les barrages pour sauver sa place en Bundesliga mais en attendant Daniel Didavi (29 ans) a brillé contre Wolfsburg son ancien club. Le milieu offensif allemand d’origine allemand deux minutes après son entrée en jeu  a d’abord été passeur décisif pour Donis (55e) et buteur (83e).

Au Niger , Affissou Tamou (23 ans) est décidément en feu en cette fin de saison, l’ailier a été encore le héros de l’As Douane en huitième de finale de la coupe nationale en signant un retentissant doublé contre Nassara. Buteur à la 37e et 83e minutes , il a permis à son club de passer en quarts avec une victoire 3-0.

En France , alors qu’il était sur le banc avec le Red Star où il est parti en prêt en janvier dernier , David Kiki (25 ans) va retrouver l’élite avec Brest la saison prochaine. Le club breton a validé son accession avec un succès 3-0 contre Niort , ancien club de l’arrière gauche béninois.

En Ligue 1 , son concurrent en sélection nationale, Emmanuel Imorou (30 ans)  est revenu avec brio à Caen , auteur de sa première passe décisive de la saison pour l’ouverture du score de Ninga contre Reims en championnat. Un centre millimétré du gauche bien conclu par l’attaquant tchadien.

En Arabie Saoudite , à une journée de l’épilogue de la saison , Dhamak privé d’Abdel Fadel Suanon (23 ans) a validé sa promotion en première division saoudienne ce week-end.

En Turquie ,  Fabien Farnolle (Yeni Malatyaspor), En France, C Jordan Adéoti (Auxerre) sont restés sur le banc sans entrer en jeu.

Géraud Viwami

TABLEAU DES STATS

Algérie
D1-J27
MO Bejaia – AC Paradou 1-0
Titulaire : Jacques Bessan – attaquant – 90 minutes (MO Bejaia)
Stat saison : 10 matches , 2 buts
Classement : 14e/16 : MO Bejaia 29 points

Allemagne
D1 – J33
Stuttgart – Wolfsburg 3-0
Entré en jeu : Daniel Didavi – milieu offensif – 53e minutes (Stuttgart)
But : Didavi 83e
Stat saison : 19 matches – 2 buts
Classement : 16e/ 18 : Stuttgart 27 points

Angleterre
D1-J38
Southampton – Huddersfield 1-1
Entré en jeu: Steve Mounié– attaquant – 86e minute (Huddersfield)
Stat saison : 31 matches , 2 buts
Classement : 20e/20 : Huddersfield 14 points

Arabie Saoudite
D2-J37
Al Jabalain – Al Shoalah 1-3
Titulaire : Paterne Counou – défenseur central– 90 minutes (Al Jabalain)
Stat saison : 34 matches – 1 but
Classement : 13e/20: Al Jabalain 47 points.

Ethiopie
D1 – J24
Bahar Dar -Dire Dawa Kenema 2-1
Titulaire : Harrison Hessou – gardien – 90 minutes (Bahar Dar)
Stat saison : 16 matches – 7 clean sheet
Classement : 6e/16 : Bahar Dar 36 points

Etats – Unis
D2-J10
Los Angeles Galaxy II – Fresno 0-3
Titulaire : Armel-Don Tchilao – milieu offensif – 53 minutes (LA Galaxy II)
stat saison : 8 matches
Classement : 10e/18 : LA Galaxy II 14 points

Birmingham – Louisville 0-3
Entré en jeu : Femi Hollinger-Jantzen – milieu offensif – 46e minute (Birmingham)
stat saison : 5 matches
Classement : 12e/18 : Birmingham 11 points
France

France
Ligue 1 – J36
Amiens – Toulouse 0-0
Titulaire : Khaled Adénon– défenseur central – 90 minutes (Amiens)
Stat saison : 21 matches
Classement :16e/20 : Amiens 35 points

Caen – Reims 3-2
Titulaire : Emmanuel Imorou – arrière gauche – 78 minutes (Caen)
Stat saison : 14 matches , 1 passe décisive
Classement :18e/20 : Caen 33 points

Lille – Bordeaux 1-0
Titulaire : Jules Koundé – défenseur central – 90 minutes (Amiens)
Stat saison : 35 matches
Classement :14e/20 : Bordeaux 38 points

Angers – Paris SG 1-2
Titulaire : Colin Dagba – arrière droit– 90 minutes (Paris SG)
Stat saison : 16 matches
Classement :1er/20 : Paris SG 85 points

Ligue 2 – J37

Brest- Niort 3-0
Titulaire : Saturnin Allagbé– gardien – 90 minutes , David Djigla– ailier – 79 minutes (Niort)
Stat saison : Allagbé 37 matches – 12 clean sheet , Djigla 30 matches – 1 but – 1 passe décisive
Classement : 12e /20 : Niort 43 points

Lorient – Sochaux 0-0
Titulaire : Olivier Verdon – défenseur central – 90 minutes (Sochaux)
Stat saison : Verdon 29 matches , 1 but
Classement : 18e/20 : Sochaux 38 points

Gabon
J1-Play Off
US Bitam – AO CMS 0-1
stat saison : Djamal Fassassi– arrière droit – 90 minutes (AO CMS)
Stat saison : Fassassi 12 matches
Classement : 1er/6 : AO CMS 3 points

Lettonie
D1-J12
Valmiera – Riga 1-0
Titulaire : Pacifique Gbaguidi – milieu offensif – 68 minutes (Valmiera)
stat saison : Gbaguidi 7 matches 1 but
Classement : 3e/9: Valmiera 17 points

Niger
8e de finale
AS Douanes – Nassara FC 3-0
Titulaire : Affissou Tamou– ailier – 90 minutes (As Douanes)
But : Tamou 37e , 83e minute
Stat saison : 14 matches – 5 buts – 8 passes décisives

Nigeria
J19
Plateau United – Nasarawa 2-1
Titulaire : Junior Salomon – défenseur central – 90 minutes (Plateau United)
stat saison : 13 matches joués
Classement: 7e/12 : Plateau United 25 points

Enyimba – Wikki Tourist 1-1
Titulaire : Jean-Marie Guéra – milieu -90 minutes (Enyimba)
stat saison : Guéra 7 matches – 1 but
Classement : 2e/12 : Enyimba 29 points

Lobi Stars – Enugu Rangers 1-0
Titulaire : Isaac Louté – arrière gauche – 90 minutes (Enugu Rangers)
stat saison : Louté 7  matches 2 buts
Classement : 1er /12 : Enugu Rangers 34 points

Suisse
D2-J33
Vaduz – Winterthur
Entré en jeu : Jodel Dossou – ailier –57 minutes (Vaduz )
Stat saison : Dossou 32 matches – 7 buts
Classement : 6e /10 : Vaduz 41 points

Togo
D1-J26
GbohloeSu – AS Togo Port 0-0
Titulaire : Ulrich Quenum – milieu offensif – 90 minutes (Gbohloesu)
Stat saison : Quenum 11 matches 5 passes décisives
Classement : 12e/14 : Gbohloesu 33 points

Turquie
D2 – J33
Adana Demirspor – Balikesispor 2-0
Titulaire : Michael Poté – attaquant– 62 minutes
But : Poté 33e (sp)
Stat saison : Poté – 32 matches – 15 buts
Classement : 7e/18 : Adana Demirspor 55 points

Gazisehir Gaziantespor – Genclerbiligi 0-2
Titulaire : Stéphane Sèssegnon– milieu offensif – 76 minutes
Stat saison : Sèssegnon 29 matches, 4 buts
Classement : 1er/18 : Genclerbirligi 70 points

Réalisé par Géraud Viwami

Perf’ des béninois : Le doublé express de Dossou , le but libérateur de Sèssegnon et les clean sheet d’Allagbé et Farnolle

Votre rubrique vous dresse un bilan express des performances des joueurs  béninois à l’étranger. Cette semaine  on retiendra : le doublé de Jodel Dossou , le but libérateur de Stéphane Sèssegnon , les Clean Sheet de Saturnin Allagbé et Fabien Farnolle et la blessure d’Emmanuel Imorou.  Point complet.

Bon à savoir…

En Suisse, en deuxième division Jodel Dossou  (26 ans) a signé la performance du week-end. Entré en jeu alors que son équipe était menée 1-2, l’international a renversé le match tout seul à l’heure de jeu. D’abord en étant à l’origine de l’égalisation avant de signer un doublé express en deux minutes pour sceller le succès 4-2 de Vaduz devant Chiasso. L’ancien joueur des Requins confirme sa bonne forme du moment avec ses deux premières réalisations en championnat.

En Turquie, en deuxième division, Stéphane Sèssegnon (34 ans) et Genclerbirligi continuent de marcher sur le championnat. Ils sont allés décrocher un succès à l’extérieur chez son dauphin Boluspor sur un but du capitaine à l’heure de jeu. Son troisième bijou de la saison. Invaincu, le club conserve la tête du championnat.

En première division, Fabien Farnolle (34 ans)  confirme sa montée en puissance dans les cages de Yeni Malatyaspor qui s’est offert un succès de prestige 2-0 face à Galatasaray. En prime, le gardien des Ecureuils a signé un clean Sheet. Son premier de exercice.

En France, en Ligue 2 , vendredi c’était le duel bénino-béninois entre Niort de Saturnin Allagbé et David Djigla et Sochaux d’Olivier Verdon. Remplacé dans le dernier quart d’heure, le défenseur a malheureusement provoqué un pénalty plutôt dans la rencontre. En face, les niortais ont réussi un hold up parfait 0-3 avec le quatrième clean sheet d’Allagbé.

En Ligue 1, Titulaire avec Caen, Emmanuel Imorou est sorti sur blessure avant la mi-temps. L’arrière gauche des Ecureuils souffre d’un claquage. La durée de son indisponibilité n’a pas encore été annoncée officiellement.

En Angleterre, en 4e division, suspendu la semaine dernière Sèssi d’Almeida a fait son retour dans le onze Yeovil Town.

Video : le but de Sèssegnon

Ils n’ont pas joué.

En Arabie Saoudite, Abdel Fadel Suanon  (Damac) a est toujours blessé à la cuisse, il souffre d’une élongation.

En Allemagne Daniel Didavi (Stuttgart) n’était pas dans le groupe tout comme  Cèbio Soukou (Hansa Rostock).

Aux USA, en MLS, l’attaquant Femi Hollinger-Janzen (New England Revolution) n’était pas dans le groupe retenu. En phase de reprise, Cédric Hountondji (New York City FC) n’était pas disponible.

En Afrique du Sud, Christophe Aifimi n’était pas dans le groupe de Black Leopards en première division.

 

TABLEAU DES STATS

Afrique du Sud

D2-J9

Witbank Spurs – TS Sporting  0-0

Titulaire : Ghislain Debouto – attaquant – 80 minutes (Witbank)

Stat saison : 9 matches, 1 but

Classement : 14e /16 : Witbank 8 points

Allemagne

D1 – J10

Uerdingen – Sportfreunde Lotte 0-2

Entré en jeu : Noah Awassi – défenseur central  – 87e minute  (S. Lotte)

Stat : 2 matches

Classement : 13e/20 : S. Lotte 16 points

 

Angleterre

D1 – J10

Watford – Huddersfield 3-0

Entré en jeu : Steve Mounié – attaquant  – 63e  minute  (Huddersfield)

Stat : 8 matches

Classement : 20e/20 : Huddersfield 3 points

 

D2 – J15

M’Boro – Derby County 1-1

Entré en jeu : Rudy Gestede – attaquant  – 55e  minute  (Huddersfield)

Stat : 3 matches

Classement : 3e/24 : M’Boro 27 points

 

D4 – J21

Carlisle – Yeovil Town 0-1

Titulaire : Sessi d’Almeida – attaquant  – 90 minutes  (Huddersfield)

Stat : 14 matches, 1 but

Classement : 12e/24 : Yeovil Town  21 points

 

 

Arabie Saoudite

D2 – J9  

Al Jabalain – Al Kwakab  1-2

Titulaire : Paterne Counou – défenseur central (Al Jabalain)

Stat saison : 9 matches – 1 but

Classement : 9e/20 : Al Jabalain, 12 points

 

France

L1 – J11

Amiens – Nantes 1-2

Titulaire : Khaled Adénon- défenseur central – 90 minutes  (Amiens)

Stat saison : 10 matches

Classement : 18e  /20 : Amiens 10 points.

 

Bordeaux – Nice 0-1

Titulaire : Jules Koundé- défenseur central- 90 minutes (Bordeaux)

Stat saison : 11 matches

Classement : 8e  /20 : Bordeaux  14 points.

 

Lille – Caen 1-0

Titulaire : Emmanuel Imorou – arrière gauche – 39 minutes (Caen)

Stat saison : 6 matches

Classement : 15e  /20 : Caen 11 points.

 

 

Ligue 2 – J12

Sochaux  – Niort 0-3

Titulaire : Saturnin Allagbé-gardien- 90 minutes ; David Djigla – 46 minutes (Niort) // Olivier Verdon – défenseur central – 74 minutes (Sochaux)

Stat saison : Allagbé  12 matches – 3 clean sheet – Djigla 6 matches – 1 but  – Verdon 10 matches

Classement : 6e/20 : Niort 20 points, 14e/20 : Sochaux 13 points

 

Auxerre – Paris Fc 0-2

Entré en jeu : Jordan Adéoti  – milieu défensif – 46e (Auxerre)

Stat saison : Adeoti 9 matches – 1 but

Classement : 18e/20 : Auxerre 10 points –

 

Grenoble – Troyes 0-2

Entré en jeu : Jonathan Tinhan – attaquant – 86e (Troyes)

Stat saison : Tinhan 9 matches

Classement : 10e/20 : Troyes 16 points –

Grèce

D1- J8

Lamia – Levadiakos 3-2

Titulaire : Moise Adilehou – défenseur central – 66 minutes (Levadiakos)

Stat saison : 5 matches

Classement : 15e/16 : Levadiakos 3 points

 

Slovaquie

D1- 13

Senica – Sered 0-0

Titulaire : Désiré Azankpo Sègbè – attaquant – 87 minutes (Senica)

Stat saison : 11 matches, 2 buts

Classement : 12e/12 : Senica 8 points

 

RD Congo

D1-J6

Sanga Balende – Motema Pembe 2-2

Titulaire : Arsène Loko – milieu –  90 minutes (Motema Pembe)

Stat saison : 3 matches

Classement : 3e /16 :  Motema Pembe 13 points

Roumanie

D1-J12

Astra Giurgiu – Université Craiova 0-3

Titulaire : Djiman Koukou – milieu défensif – 46 minutes (Astra)

Stat saison : 2 matches

Classement : 6e/14 : Astra Giurgiu 20 points

Suisse

D2-J12

Vaduz – Chiasso 4-2

Entré : Jodel Dossou – ailier – 57e  minute (Vaduz)

Buts : Dossou 61e, 63e

Stat saison : 12 matches – 2 buts

Classement : 7e/10 : Vaduz 15 points

 

Tunisie

D1-J6

Hammam-Lif – Espérance de Tunis 0-2

Entré en jeu : Marcellin Koukpo –  attaquant – 45e minute (Hammam-Lif)

Stat saison : 4 matches

Classement : 10e/16 : Hammam-Lif 5 points

 

Stade Tunisien – Ben Guerdane  0-3

Titulaire : Jacques Bessan – attaquant – 90 minutes (Stade Tunisien)

Stat saison : 6 matches 1 but

Classement : 3e/16 : Stade Tunisien 10 points.

 

Turquie

D1-J10

Yeni Malatyaspor – Galatasaray 1-0

Titulaire : Fabien Farnolle – gardien- 90 minutes (Yeni Malatyaspor)

Stat saison : 4 matches

Classement : 8e  /18 : Yeni Malatyaspor 15 points.

 

D2-J10

Umraniyespor – Adana Demirspor

Titulaire : Michael Poté –attaquant- 90 minutes (Adana Demirspor)

Classement : 5e /18 : Adana Demirspor 16 points.

 

Boluspor – Genclerbirligi 0-1

Titulaire : Stéphane Sèssegnon – milieu offensif –  90 minutes (Genclerbirligi)

But : Sèssegnon 60e

Stat saison : 9 matches – 3 buts

Classement : 1er/18 : Genclerbirligi 28 points

Réalisé par Géraud Viwami

Toute personne qui copie cet article sans citer la source s’expose à la rigueur de la loi.

 

Bénin – Algérie : les notes des Ecureuils.

Après l’exploit réussi  en battant l’Algérie 1-0 hier au Stade Mathieu Kérékou Bjfoot.com a  noté la prestation des Ecureuils sur 10.

 

Fabien Farnolle 7

En première période il était tranquille, pas inquiété car ses joueurs de champ maîtrisaient leur sujet. Mais en seconde période il sort deux arrêts décisifs dans le temps additionnel et une dernière sortie plus que rassurante sur le dernier corner des algériens. Irréprochable.

Emmanuel Imorou 6,5

Il a sorti un match très accompli dans son couloir gauche. Très présent offensivement il régulièrement lancé ou suivi les actions menées dans son sillage. Il n’était pas loin d’obtenir un pénalty dans le premier acte.  Puis il s’est appliqué à fermer son couloir quand Ryad Mahrez est rentré. Le caennais qui n’avait plus joué à Cotonou depuis sept ans était dans son élément.

Seidou Barazé 6,5

Il commence à prendre la mesure du poste. Aligné à droite dans une défense à quatre il a montré plus de garanties.  Dans le placement défensif et les interceptions il n’a jamais été dépassé. Ses sorties de balle également étaient sans déchet. Il aurait même pu être passeur décisif si Steve Mounié avait trouvé le cadre sur son centre de la 25e minute. Une prestation correcte.

Khaled Adénon 7

Habitué à l’art de la discrétion à couvrir, replacer, gagner ses duels sans vice, alterner convenablement jeu court et long, le défenseur amiénois a fait un match sans faute. Homme discret, il est devenu le leader des siens quand il a pris le brassard après l’exclusion de Stéphane Sèssegnon. C’est lui qui a guidé l’équipe pendant son infériorité numérique, sans faille. Boss.

Olivier Verdon 7

Ça commence à devenir un classique de le voir défendre avec autant d’autorité pour un gamin de 23 ans. Il aligne à la perfection la présence dans les duels, l’anticipation et les choix de relances verticales sans s’affoler. On ne peut rien ou presque lui reprocher tant sa prestation était aboutie. Il est de plus en plus  à son aise aux côtés d’Adénon. Convaincant.

Jordan Adéoti 7,5

Le régulateur, le premier relanceur, le boucheur c’est lui qui a permis à l’équipe de garder un constant équilibre dans l’entrejeu sans se débrider. L’Auxerrois a été encore plus énorme quand l’équipe est passée à dix. Pas avare dans les efforts offensifs, il affiche un volume jeu impressionnant et une justesse technique très utile dans la moitié adverse. Bluffant.

Sessi d’Almeida 8

Première titularisation en A à Cotonou, premier but international qui offre une victoire face à un adversaire invincible depuis 35 piges. Sinon a aimé sa fougue, son activité dans l’entrejeu et son pressing de tous les instants. Sa débauche d’énergie a surpris et dérangé les adversaires. Même s’il a des progrès à faire dans le placement et les relances, il marque sur son unique tir du match. Tueur.

Stéphane Sèssegnon 5

Son expulsion de la 53e minute gâche un peu le match de patron qu’il faisait. Même si personne ne sait les mots échangés avec Mr Pavaza , le capitaine doit être plus exemplaire. Il amène tout seul le premier but en mystifiant Ghezzal et Bensebaini avant de servir d’Almeida, le Sèssegnon qu’on aime était résumé sur une action. Créateur et utile.

Michael Poté 5,5

C’est clairement un match à oublier pour l’attaquant qu’il est. Pas souvent servi dans le bon tempo sur les phases offensives, il n’a carrément pas existé. Il s’est quand même beaucoup dépensé pour fermer son couloir  au point d’être averti. C’est une nouvelle confirmation qu’il n’est plus à son aise sur un côté. Il était tout de même au départ de l’action qui amène le but. Réconfortant.

Jodel Dossou 7

L’homme qui embrase le match sur chaque ballon touché en phase offensive c’est lui. A gauche comme à droite, la défense verte a souffert de ses coups de reins. Devenu le leader technique après la sortie du capitaine, son match aurait plus parfait, s’il était plus juste dans la surface adverse sur les dernières passes tout comme sur ses tentatives personnelles. Remuant.

Steve Mounié 6,5

Il n’a pas marqué mais son travail sur la défense a été énorme. Présent sur tous les ballons aériens, il a encore obtenu des coups francs qui méritent d’être mieux exploités. L’attaquant d’Huddersfield a bien participé au jeu défenseur en formant presque tout seul un premier rideau défensif. Unique regret sa tête plongeante de la 25e minute non cadrée. Sa meilleure occase du match. Bagarreur.

Géraud Viwami

NB : seuls les joueurs alignés pendant au moins  trente minutes minimum sont notés.

 

Perf’ des béninois : premier titre pour Imorou, Suanon est en feu , Adéoti signe un record personnel et Tchato cartonne !

 

Votre rubrique revient avec une autre configuration pour plus d’info sur l’actualité  des footballeurs béninois à l’étranger. En Arabie Saoudite on a vu la passe de trois d’Abdel Fadel Suanon , en France  le record personnel battu par Jordan Adéoti, Au Nigéria on a vécu le premier but de Giscard Tchato et en Belgique Emmanuel Imorou fête le premier titre de sa carrière.

Suanon est en feu , Adéoti signe un record personnel et un titre pour Imorou

Mardi en Arabie Saoudite, Abdel Fadel Suanon (22 ans, 20 matches, 10 buts) a donné une précieuse victoire à Damac  mardi dernier  en deuxième division saoudienne contre Al Kwab. Esseulé au second poteau, l’attaquant international béninois marque l’unique but du match à  la 74e minute. 1-0. Suanon carbure fort depuis son retour de blessure car il marque pour la troisième journée consécutive et porte son total à 10 buts. Après 24 journées, à six rencontres de la fin de l’exercice il retrouve son efficacité pour le bonheur de Damac qui est désormais 10e avec 28 points.

Vendredi en France, nouveau capitaine des bourguignons, Jordan Adéoti (29 ans, 25 matches , 3 buts) a montré la voie à Auxerre ce soir face à Brest mais cela n’a pas été suffisant. Le milieu défensif international béninois a  égalisé pour les siens de la tête 57e mais l’AJA (12e)  va finalement s’incliner 2-1 à domicile. Adéoti soigne ses stats avec son troisième but de l’exercice. Il bat  son record personnel (2 buts) sur une saison  en 2013-2014 à Laval en Ligue 2.

Dimanche au Nigéria, Giscard Tchato     aura attendu 10 matches pour marquer son premier but de la saison avec MFM. Facile vainqueur de Heartland 3-0 à domicile, le milieu international béninois désormais intouchable dans le onze a inscrit le dernier but du match à la 90e minute en plus d’une nouvelle prestation convaincante avant le match retour de Ligue des Champions contre les algériens du MC Alger.

Samedi en Belgique, Emmanuel Imorou a vécu une fin de saison en apothéose avec le Cercle Bruges qui a assuré sa promotion en première division belge en finale retour des play off. Battu à l’aller 1-0 par Beerschoot , les verts ont fait le boulot 3-1 au retour avec l’arrière gauche aligné sur son flanc pendant 80 minutes. Prêté par le SM Caen, l’ancien clermontois pourrait être tenté par une prolongation de l’aventure en attendant à 29 ans il peut savourer le premier titre de sa carrière.

 

En France, samedi soir on retiendra la petite stat de Jules Koundé (19 ans)  lors du nul entre Bordeaux et Angers. Le défenseur central franco-béninois a  touché 94 ballons touchés soit  deuxième record du match derrière le milieu tchèque Jaroslav Plasil 104 ballons.

Géraud Viwami

 

Le but de Suanon

LE TABLEAU DES STATS

 

 

Allemagne

D1 – J26

Hoffenheim –  Wolfsbourg 3-0

Titulaire : Daniel Didavi, milieu offensif, 90 minutes  (Wolfsbourg)

Stat saison : 24 matches, 6  buts, 6 passes décisives

Classement : 15e/18 : Wolfsbourg 25 points

D2- J26

Union Berlin – Erzgebirge 0-0

Entré en jeu : Cèbio Soukou , milieu offensif, 61e minute (Erzgebirge)

Stat saison : 13 matches, 4 buts

Classement : 15e/18 : Erzgebirge 30 points.

 

 

Angleterre

D1-J30

Huddersfield – Swansea City  0-0

Titulaire : Steve Mounié, attaquant, 90  minutes (Huddersfield)

Stat saison : 21 matches, 6 buts

Classement : 15e/20 : Huddersfield 31 points.

 

Arabie Saoudite

D2-J24

Damac – Al Kwakab 1-0

Titulaire : Abdel Fadel Suanon, attaquant ,90  minutes (Damac)

But : Suanon 74e  minute

Stat saison : 19matches/ 8 buts

Classement : 11e/16 : Damac 28 points

 

Belgique

D2-Barrages Promotion  – Retour

Cercle Bruges – Beerschoot 3-1

Titulaire : Emmanuel Imorou , arrière gauche, 80 minutes (Cercle Bruges)

Stat : Imorou, 14 matches

France

L1 – J29

Dijon – Amiens 1-1

Titulaire : Khaled Adénon, défenseur central  (Amiens) ;  90 minutes.

Stat saison : Adénon 25 matches

Classement : 16e  /20 : Amiens 29 points.

 

Bordeaux – Angers 0-0

Titulaire : Jules Koundé, défenseur central  (Bordeaux) ;  90 minutes.

Stat saison : Koundé, 9 matches, 1 but

Classement : 9e  /20 : Bordeaux  37 points.

 

Ligue 2 – J29 

Niort – Lorient 1-2

Titulaire : David Djigla, 90 minutes (Niort)

Stat saison : 16 matches, 3 buts

Classement : 16e/20 : Niort 32 points

 

Auxerre – Brest 1-2

Titulaires : Jordan Adéoti, milieu défensif, 90 minutes (Auxerre), David Kiki, arrière gauche (Brest)

Stat saison : Adéoti 25 matches, 3 buts, Kiki 11 matches

Classement : 12e/20 : Auxerre 37 points. 11e/20 : Brest 47  points.

 

National 1 – J25

Concarneau – Dunkerque 2-1

Titulaire : Jonathan Ligali, gardien, 90 minutes (Dunkerque)

Stat saison : 20   matches, 5 clean sheet

Classement : 13e / 18 : Dunkerque 26 points

 

Grèce

D1-J25

Lamia – Levadiakos 1-1

Titulaire : Moise Adilehou, défenseur central 90 minutes (Levadiakos)

Stat saison : 12  matches

Classement : 11e/16 : Levadiakos 30   points.

Niger

D1-J12

Entente Fc  – As Douanes

Titulaire : Affissou Tamou , 50 minutes ( As Douanes)

Stat saison : 7 matches, 2 buts

Classement : 10e/16 : As Douanes 13 points.

Nigéria

D1-J12

MFM  – Heartland 3-0

Titulaire : Giscard Tchato, milieu,  90 minutes (MFM)

Stat saison : 9 matches, 1 but

Classement : 9e/20 : MFM 16 points

 

D1-J11

Ifeanyi Ubah – Abia Warriors 1-1

Titulaire : Kola Raimi , ailier (Abia Warriors)

Stat saison : 7 matches

Classement : 12e/20 : Abia Warriors 15 points

 

 

Tunisie

D1-J21

ES Tunis – Stade Tunisien 3-0

Titulaire : Jacques Bessan, 90 minutes (Stade Tunisien)

Stat saison : Bessan  17 matches, 7 buts

Classement : 8e/16 : Stade Tunisien 26 points

 

Zarzis – US Monastir 0-0

Entré en jeu : Anaane Tidjani  (Monastir)

Stat saison : Tidjani , 20 matches , 2 buts

Classement : 5e/16 : Stade Tunisien 34 points

 

Turquie

D1-J26

Beskitas – Genclerbirligi 1-0

Titulaire : Stéphane Sèssegnon, milieu offensif, 90 minutes (Genclerbirligi)

Stat saison : Sèssegnon 23 matches 2 buts

Classement : 14e /20 : Genclerbirligi  26 points

Réalisé par Géraud Viwami

Toute personne qui copie cet article sans citer la source s’expose à la rigueur de la loi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Belgique : Aguémon sauveur , drôle de soirée pour Imorou

Il n’avait plus marqué depuis 7 matches , Yannick Aguémon (26 ans, 21 matches ,  10 buts) a retrouvé le chemin des filets  ce soir avec Louvain en deuxième division belge. Dans la course à la promotion , il a permis aux siens de décrocher un nul 2-2 en inscrivant un pénalty au bout du temps additionnel (90+4) contre le Cercle Bruges (1er)  sur une faute provoquée par l’arrière gauche Emmanuel Imorou (29 ans,  11 matches)  . Ce dernier qui a brillé plutôt dans le match en étant passeur pour l’ouverture du score  de Cardona (33e) de Bruges qui conserva sa première place avec 24 unités.

Son 10e but de la saison qui fait de lui l’homme fort de Louvain. Le club se positionne 3e avec 16 points après 11 journées sur la seconde phase.

Géraud Viwami 

Entretien : Emmanuel Imorou raconte son moment le plus fort de l’année 2017 : «Le maintien au Parc ? L’un de mes plus beaux souvenirs de footballeur»

Jusqu’à Noël, FF.fr vous propose son calendrier de l’Avent. Avec, chaque jour, le témoignage d’une personnalité du foot qui raconte son souvenir marquant de l’année 2017. Quatrième épisode avec Emmanuel Imorou, ancien de Caen, qui évolue au Cercle Bruges. Le défenseur raconte le match du maintien face au PSG en mai dernier.

«Il y en a un qui me vient tout de suite : la dernière rencontre de la saison dernière contre le PSG (NDLR : Emmanuel Imorou était alors à Caen). Le match du maintien. Il faut savoir que sur 2017, je n’en ai joué que deux en Championnat : Marseille et Paris. Comme on dit, j’étais à la cave. La rencontre face au PSG arrive, c’était notre dernière chance… si on peut appeler ça une chance de faire notre dernier match au Parc (NDLR : avant la dernière journée, Caen était 17e, avec un point d’avance sur Lorient, barragiste, et deux sur Bastia, relégable). On savait qu’il n’y avait qu’un exploit qui pouvait nous sauver. Et encore, ça ne dépendait pas que de nous.

Personnellement, je préparais ce moment-là comme un remplaçant. Je ne pensais pas que j’allais jouer. Et au moment où il (Patrice Garande, le coach du SMC) annonce la compo, je vois mon nom. Je suis hyper content parce que je ne jouais plus, et que c’était un match contre Paris, au Parc, moi qui suis supporter du club depuis tout petit. C’est particulier. Mais, je me dis que si je joue, c’est parce que pour lui (Patrice Garande) c’est mort, et qu’il prépare les barrages. Car, à ce moment-là, c’était Vincent (Bessat) qui évoluait latéral gauche, et il n’était pas blessé. Je pense d’ailleurs qu’il a été déçu de ne pas le jouer…

«Paris ne pouvait plus être champion donc on sentait qu’ils n’étaient pas non plus à 800%»

Sur le terrain, ça se passait plutôt bien. On ne prenait pas le bouillon. Paris ne pouvait plus être champion donc on sentait qu’ils n’étaient pas non plus à 800%. On a souvent pu prendre des raclées contre eux par le passé, là, c’était différent. Mais, au début, je pense qu’on n’y croyait pas (à l’exploit). On prend le but (Rabiot, 13e), mais je ne me dis pas non plus qu’on va se prendre une branlée. Et plus le match se déroulait, plus on y pensait, surtout en deuxième mi-temps où on a eu des occasions. Julien (Féret) marque un but refusé, Ronny (Rodelin) rate un penalty. Malgré tout ça, on n’était pas abattus, on se disait plutôt qu’ils étaient prenables. À la mi-temps, on savait que Lorient perdait, et, quelque part, ça nous rassurait. Et on s’est dit : «Autant y aller, faire quelque chose, au lieu d’essayer de tenir.»

 

On s’est mis à y croire. À la fin, le dénouement est magnifique. Il y a un joueur qui a le ballon sur le côté droit. Avec Vincent (Bessat) qui était entré à ce moment, on sert tous les deux. Vincent gagne son duel, ce qui me permet de pouvoir repartir avec le ballon. Jo Delaplace s’excentre un peu sur le côté gauche, à la limite de la surface de réparation. Je le décale, il centre, Ronny coupe et marque. On est à la 91e minute. Un moment magnifique. Je crois que c’est l’un de mes plus beaux souvenirs de footballeur. Il est en plus arrivé après une saison hyper compliquée, c’était extraordinaire.

La soirée qui a suivi ? C’était bien, sans être un truc de fou. On est rentrés en bus. Quand on est arrivés sur Caen, les joueurs blessés et suspendus nous ont rejoints. Tous les supporters étaient là avec des fumigènes. Un très bon moment. Ensuite, on est sortis, c’était cool, comme une soirée entre potes à se rappeler toutes les galères de la saison.

Source : Francefootball.fr

Entretien : Emmanuel Imorou « En Belgique , ça va très vite d’un but à l’autre»

Cédé en prêt avec option d’achat par Caen (Ligue 1 France) au Cercle Bruges (D2 Belge), club satellite de l’As Monaco, l’arrière gauche international béninois, Emmanuel Imorou (29 ans , 7 matches cette saison) sort d’un premier mois accompli en Belgique. Dans un entretien accordé à nos confrères de France Football , il parle de vie loin de la Ligue 1. 
La Ligue 1 ne vous manque pas trop ?
Quelque part, si, ça me manque. J’aurais préféré rester en Ligue 1, c’était ma priorité. Je ne regrette en aucun cas mon choix, je m’y retrouve au final. Je continue de suivre la Ligue 1 pour garder le contact. Quand je ne joue pas au même moment, je regarde les matches. Parfois, je me concentre juste sur le match de Caen.
Quel regard portez-vous sur le bon début de saison du SM Caen ?
Je suis content pour eux. Après, je ne suis même pas surpris, dans la mesure où les joueurs qui sont arrivés apportent une réelle plus-value à l’équipe. Il fallait que la mayonnaise prenne. En soit, la qualité des joueurs est là. Le principal problème était de reprendre confiance par rapport à la saison dernière (Caen s’est sauvé lors de la dernière journée, en allant arracher le match nul à Paris, ndlr). À Caen, il ne faut jamais croire que tout est acquis, parce qu’on a vu par le passé que ça pouvait être parfois compliqué, mais ils ont les capacités pour faire une belle saison.
Il y a des joueurs de Ligue 1 qui vous manquent ?
Oui, plutôt au sein du vestiaire. Damien Da Silva, par exemple, qui est un très bon ami. On s’est vu sur Bruxelles la semaine dernière. J’ai aussi vu Dennis Appiah(Anderlecht), on était souvent ensemble à Caen. J’ai des nouvelles de Jordan Adéoti (Auxerre), dont j’étais proche. Nicolas Benezet (Guingamp), je sais que je serai amené à le revoir à un moment ou un autre, que ce soit dans le foot ou pas. On reste en contact malgré tout.
«J’ai l’impression que Paris va lâcher moins de points. Ils ont encore plus l’obligation d’être champions, avec l’arrivée de Mbappé et Neymar.»
Y’a-t-il des joueurs que vous êtes content de ne plus croiser ?
Il n’y en a pas tellement. C’est sûr qu’il y avait des joueurs dont je n’appréciais pas la personnalité, ou ce qu’ils dégageaient sur le terrain. Mais il n’y a pas de joueurs que je n’aimais pas dans le sens où j’avais peur de passer un mauvais moment (rires). Au contraire, un mec comme Neymar, j’aurais été content de l’affronter. Moi, c’est dans ces matches que je prends du plaisir. Quand j’ai joué contre Lyon, Paris, Marseille…c’est dans ces moments que le métier prend toute sa valeur.
Quelle analyse faites-vous de la Ligue 1, saison 2017-2018 ?
Je pense un peu comme tout le monde que Paris est ultra favori. On voit que Monaco, qui a perdu beaucoup de joueurs, continue d’être une grosse machine. L’année dernière, pendant très longtemps, on pensait que Monaco allait finir par craquer. Cela va beaucoup dépendre d’eux. J’ai l’impression que Paris va lâcher moins de points. Ils ont encore plus l’obligation d’être champions, avec l’arrivée de Mbappé et Neymar. Tout le monde a un peu l’image de Neymar qui sait faire des grigris. C’est bien plus que ça, dans sa qualité de passe, de déplacement, de contrôle, de vision du jeu…il est fort partout ! Ce sera compliqué pour les autres équipes, même si Lyon a quand même des résultats, Marseille reste une équipe qui doit accrocher une place européenne, et Nice aussi…
Bielsa à Lille, Ranieri à Nantes… Quel est votre avis sur les entraîneurs étrangers de L1, qui connaissent pour l’instant des fortunes diverses ?
Sur Twitter, on en parle souvent de ces débats… Je ne suis ni pro-coach français, ni pro-coach étranger… Je suis pour la meilleure solution. Je peux tout à fait comprendre qu’un club veuille avoir un coach français, ne serait-ce que pour la barrière de la langue et pour conserver une culture de club. Je peux tout aussi bien concevoir un club qui va vouloir un coach étranger pour amener des méthodes différentes. Dans le cas de Bielsa, le but est d’amener un jeu plus attirant, qui donne envie de prendre plus de plaisir dans le match, quitte à donner des points. Ce que je trouve dommage, c’est que j’ai l’impression qu’il y a un bashing avec les coaches étrangers quand ils n’y arrivent pas en France
Comment s’est passée l’adaptation à Bruges ?
Plutôt bien, parce que dans l’équipe, 90% des joueurs parlent français. Je sors d’une saison où je n’ai pas beaucoup joué (9 matches de Ligue 1 en 2016-2017), et je viens de faire sept matches en un mois. Forcément, ça tire un peu partout. On ne va pas se mentir : moi, je suis prêté, je m’y retrouve financièrement. J’avais des touches en Ligue 2, mais ce n’était tout simplement pas possible. Peut-être qu’on est perdants sur le plan de la compétitivité quand on joue le week-end, mais Bruges a des installations du niveau de la Ligue 1.
Par rapport à la Ligue 1, comment se situe votre Championnat ?
C’est la D2 belge, ce n’est forcément pas le niveau de la Ligue 1, mais il y a de bonnes individualités.Tactiquement, les équipes sont souvent coupées en deux, ça va très vite d’un but à l’autre. On a beaucoup moins la notion de bloc équipe, d’attaque plus posée, ça va beaucoup plus vite vers l’avant. Souvent, quand une équipe ouvre le score, l’autre équipe commence à se couper en deux. Mon premier match (contre Lierse lors de la quatrième journée, victoire 2-0, ndlr), c’était totalement ça, ce qui m’a d’autant plus surpris. Tu n’as pas le temps de souffler, on dirait que tu joues en 5-0-5 en fait !»
Source : France Football 

Ecureuils : retours d’Adéoti et Farnolle, Imorou écarté, Mounié blessé, la surprise Kotchoni, la liste face au Gabon dévoilée ! 

Le sélectionneur national Omar Tchomogo vient de dévoiler la liste des 18 joueurs convoqués pour le match amical prévu face au Gabon le 10 octobre à Mallemort en France. Seule grosse surprise la première convocation de l’attaquant de JA Cotonou Christian Kotchoni, actuel meilleur buteur du championnat local.

Omar Tchomogo a fait du classique dans la composition de sa liste pour le match amical programmé le 10 octobre prochain face au Gabon en France. En plus du match face au Maroc comptant pour la cinquième journée des qualifications du Mondial Russie 2018, les Panthères vont répéter leurs gammes face aux Ecureuils en match amical.

Comme face à la Guinée Equatoriale  le mois dernier, Omar Tchomogo a convoqué un groupe de 18 joueurs avec trois retours majeurs. Le  gardien de Yeni Malatyaspor, Fabien Farnolle , le défenseur de Levadiakos Moise Adilehou et le milieu d’Auxerre Jordan Adéoti. Ce dernier n’avait plus porté le maillot national depuis le fameux match de septembre 2016 face au Mali.

L’inattendu Kotchoni

Enfin la grosse surprise reste la convocation du géant attaquant de la JA Cotonou Christian Kotchoni (29 ans, 1m95, 7 matches, 8 buts, photo) actuel meilleur du buteur du championnat local à l’issue de la phase aller avec 8 réalisations. Le sérial buteur qui a encore frappé cet après-midi même avec son huitième pion contre Ayéma en match en retard  gagné 1-0 par la JA Cotonou . Il est donc récompensé pour sa bonne forme sur la première partie de saison.

Lancé en Turquie par Denizlispor en 2008, Kotchoni est un attaquant expérimenté qui a déjà roulé sa bosse en Afrique du Sud, Oman et Gabon. ¨Passé notamment par les Requins en 2009-2010, il a avait terminé remarquablement sa saison avec 13 buts.

Propulsé en sélection A le mois dernier et brillants pendant le tournoi de  l’Ufoa Chabel Gomez est retenu tout comme l’arrière droit Rodrigue Fassinou. Le cercle des trois  joueurs locaux présents dans la liste est fermé par la présence de l’attaquant des Buffles Marcellin Koukpo.

Mounié encore absent

Gêné par une blessure au tendon, l’attaquant d’Huddersfield Steve Mounié est indisponible.

L’arrière gauche du Cercle Bruges, Emmanuel Imorou est écarté. Même sort pour le défenseur Junior Salomon (Plateau United) et l’attaquant Jacques Bessan (Stade Tunisien) qui paient quant à eux leurs prestations moyennes au dernier tour de l’Ufoa.

Géraud Viwami

Les 18 retenus

Gardiens

Fabien Farnolle (Yeni Malatyaspor/Turquie), Saturnin Allagbé (Niort)

Défenseurs

Moise Adilehou (Levadiakos/Grèce), Rodrigue Fassinou (Aspac) ,  Cédric Hountondji (Gazélec Ajaccio), Khaled Adénon (Amiens/France) , David Kiki (Brest/France), Jordan Adéoti (Auxerre), Olivier Verdon (Bordeaux/ France)

Milieux

Djiman Koukou (RC Lens/ France) , Stéphane Sèssegnon (Montpellier/France) , Jodel Dossou (Austria Lustenau/Autriche) , Chabel Gomez (Esae) , Mama Seibou (Aspac ), David Djigla (Niort/France)

Attaquants

Marcellin Koukpo (Buffles) , Mickael Poté (Apoel Nicosie/Chypre), Christian Kotchoni (JA Cotonou)

Coach : Omar Tchomogo

 

Journal des transferts : Imorou prêté en Belgique , Ligali en National 1 ,Sogbo arrive en Israël , Djigla pisté par  un club anglais et Gestede n’ira pas à Everton.

Chaque vendredi retrouvez les dernières infos sur l’actualité du mercato des joueurs béninois  pendant tout ce mercato estival. Cette semaine  à la une : c’était la fermeture dans les principaux pays européens et pas moins de trois officialisations pour les béninois. Deux prêts, celui de l’arrière gauche Emmanuel Imorou (28 ans) de Caen vers la deuxième division  belge et le gardien de Montpellier Jonathan Ligali (26 ans)  cédé temporairement  à Dunkerque en National 1. L’attaquant Joël Sogbo (18 ans) quant à lui l’ancien de Gbikinti (Togo) s’est engagé  à l’Hapoel  Hadera en deuxième division Israélienne. Enfin on a eu vent des rumeurs  anglaises qui parlaient d’un intérêt d’Everton pour Rudy Gestede (27 ans)  et de Bristol Rovers pour David Djigla (22 ans) .

 

 

Imorou à la relance en Belgique

Apparu avec Caen à une seule reprise en Ligue 1 cette saison et barré par Vincent Bessat  , l’arrière gauche Emmanuel Imorou (28 ans) va chercher du temps de jeu en Belgique. L’international béninois lié au club normand jusqu’en juin 2019 a été prêté sans option d’achat au Cercle Bruges 3e de la D2 belge (6 points en 3 points). Ce sera la deuxième expérience d’Imorou à l’étranger après l’échec de Braga en 2011-2012. Formé à Châteauroux il avait réussi à se relancer en deux saisons en Ligue 2 française à Clermont (62 matches pour 1 but) puis à Caen en Ligue 1 (55 matches pour 1 but) avant de galérer la saison dernière à cause de blessures à répétitions. Il n’a participé qu’à 9 pour 8 titularisations sur l’exercice précédent en Ligue 1 française. Espérons qu’il renaisse en Belgique.

Sogbo arrive en Israël

Joël Sogbo (18 ans) va poursuivre sa carrière en Europe, l’attaquant international béninois passé par Gbikinti dans le championnat togolais la saison dernière s’est engagé avec l’Hapoel Hadera en deuxième division israélienne pour les deux prochaines saisons. Promu cette saison le club est actuellement sixième du championnat avec trois points après deux journées.

Présenté comme l’une des belles promesses du football béninois le géant attaquant (1m90) a convaincu le club fraîchement promu pendant son essai. Sogbo a marqué  à cinq reprises et délivré trois passes décisives en six matches amicaux.

Devenu international l’année dernière, Sogbo est connu sous le maillot de la sélection nationale pour avoir été convoqué dans le groupe des juniors disqualifiés en mai 2016 avant de participer au tournoi de l’Uemoa  avec les Ecureuils locaux en novembre 2016 au Togo.

 

Ligali prêté en National 1

Second couteau à Montpellier le gardien franco-béninois Jonathan Ligali (26 ans, photo) est prêté à Dunkerque en National 1 (D3 française) jusqu’à la fin de la saison. Formé dans le Hérault où il ne s’est jamais imposé (13 matches en Ligue 1) , Ligali champion de France en 2012 va enfin pouvoir relancer sa carrière.

Everton a pensé à Gestede

Everton, actuel 12e de PL anglaise et qualifié pour les phases de groupe de la ligue Europa avait des  vues sur Rudy Gestede selon certains médias locaux. Ils évoquaient offre d’environ 17 millions d’euros pour signer l’attaquant béninois de M’Boro.

Djigla était pisté par Bristol Rovers 

De retour de blessure, David Djigla (21 ans)  va rester à Niort encore pour au moins six mois. Mais l’ailier international béninois selon certains medias anglais figurait dans les petits papiers de Bristol Rovers  (D3 Anglaise). L’ancien pensionnaire de l’Usp n’a pas eu de proposition concrète et reste chamois.

Géraud Viwami

Perf’ des béninois : Adénon en Ligue 1,  Poté dans la légende, Imorou revit, Dossou passeur, Loko et l’Africa chutent contre l’Asec  

 Retrouvez chaque lundi le maximum  d’infos  sur l’actualité  des footballeurs béninois à l’étranger. A la une cette semaine : En France, Amiens de Khaled Adénon a validé sa promotion en Ligue 1 au bout du suspens pendant qu’Imorou et Caen se sont maintenus sur le fil. En Turquie, Michael Poté termine encore meilleur buteur. En Autriche Jodel Dossou a été passeur décisif. En Côte d’ivoire , l’Africa Sports d’Arsène Loko a perdu le choc l’Asec Mimosas. Enfin en Finlande, Seidou Barazé et OPS ont gagné le derby d’Oulu.

.

 Poté termine en puissance , Adénon et Imorou heureux 

C’est en Française qu’il fallait être pour vivre des fins de championnat à suspens.

D’abord vendredi en Ligue 2, Amiens de Khaled Adénon (32 ans) est allé chercher sa montée en Ligue 1 au bout du temps réglementaire contre Reims à l’extérieur (1-2) . Huit ans après ses débuts avec Le Mans le défenseur international béninois retrouvera l’élite française. Même si Jonathan Tinhan (27 ans)  n’était pas aligné Troyes grâce à sa victoire sur Sochaux à l’extérieur  (2-3) a accroché la troisième place de barragiste. Le club accueillera contre Lorient 18e de Ligue 1 jeudi prochain pour la manche aller et se déplacera chez les merlus le lundi suivant pour le match retour. Enfin à noter la grosse déception des lensois de Djiman Koukou (26 ans) qui sont venus à bout de son ancien club Niort 3-1 mais terminent au pied du podium 4e.

En Ligue 1, Emmanuel Imorou (28 ans)  ont vécu une incroyable soirée samedi soir au parc des Princes contre le PSG. L’arrière gauche béninois n’avait plus été titulaire en club depuis octobre 2016 et il a porté chance aux siens. Menés 1-0 Caen va gagner son maintien au bout du temps additionnel  grâce à l’égalisation de  Rodelin qui avait raté un pénalty plutôt dans le match. Caen reste en Ligue 1 puisqu’il termine 17e aux bords de la zone de relégation.

En deuxième division turque, Michael Poté (32 ans) a terminé en force avec l’Adana Demirspor face Mersin İdmanyurdu , il a  inscrit son 24e but de la saison. Il a battu d’un pion son total de l’exercice précédent.  L’international béninois devient le premier joueur béninois a conservé son soulier d’or en Europe et le premier africain a tutoyer les 24 buts dans ce championnat. En partance pour l’Apoel Nicosie, Poté aura réussi son passe en Turquie.

Redevenu un titulaire en force en cette fin de saison, Jodel Dossou (25 ans) a été passeur décisif pour l’ouverture du score de Souza à la 10e minute lors de la victoire 2-o de l’Austria Lustenau sur Wiener Neudstadt.

En Allemagne c’était la dernière journée de Bundesliga, sans Daniel Didavi (27 ans) Wolfsburg s’est fait peur en s’inclinant 2-1 contre Hamburg adversaire direct dans la course au maintien, les loups seront barragistes pour sauver leur peau en première division. Ils affronteront  le troisième de la deuxième division  Braunschweig. Match   aller le jeudi prochain et retour le lundi 29 mai.

Femi Hollinger-Janzen a fêté sa première titularisation en MLS dans la nuit de samedi en championnat. L’attaquant béninois de New England qui attend toujours son premier but de la saison a été sorti à la mi-temps Colombus Crew.

En Finlande Seidou Barazé et OPS ont gagné  le derby de la ville d’Oulu contre Oulu Fc 1-0. Le défenseur béninois d’ailleurs reçu son premier carton jaune de la saison mercredi dernier.

Autre choc , cette fois-ci en Côte d’ivoire , l’Africa Sports d’Arsène Loko , titulaire a perdu face à son éternel rival l’Asec Mimosas au stade de la Paix de Bouaké 2-1. Les Mimos consolident leur première place pendant que l’Africa chute à la 5e place.

Enfin au Nigéria, c’était la reprise avec un duel bénino-béninois qui opposait MFM (2e) de Giscard Tchato à Akwa United (6e) de Paterne Counou. Si le milieu a disputé l’intégralité de la rencontre, le défenseur quant à lui est entré en jeu en fin de match. Score final 0-0. A noter que malgré son nul 1-1 contre Katsina United, Plateau United de Junior Salomon conserve la tête du championnat.

Géraud Viwami

 

La vidéo : le 24e but de Poté

 

 

 

LE TABLEAU DES STATS

 

Autriche

D2 – J35

Austria Lustenau  – Wiener Neustadt 2-0

Titulaire : Jodel Dossou , ailier, 80 minutes

Stat : 31 matches / 2 buts

Classement : 3e /10 :Austria Lustenau 56points-

 

Belgique

Europa League – Play Off-J10

Union Saint Gilloise – Beveren  1-3

Titulaire : Yannick Aguémon , ailier , 90 minutes ( Saint Gilloise )

Stats : 37 matches, 5 buts,

Classement : 5e/6 : Saint Gilloise 10 points.

Côte d’ivoire

D1-J22

Asec Mimosas – Africa Sports 2-1

Titulaire : Arsène Loko , milieu , 90 minutes (Africa Sports)

Stats : 11 matches, 1 but

Classement : 4e/14 : Africa Sports 32 points.

Etats-Unis

D1-J12

New England R. – Columbus Crew  2-1

Titulaire : Femi Hollinger –Janzen , attaquant , 46 minutes (New England)

Stats : 7  matches joués

Classement : 8e/11 : New England 16 points.

Ethiopie

D1-J28

Ethiopian Coffee – Addis Abebe Ketema  2-0

Titulaire : Harriston Hessou , gardien , 90 minutes  (Ethiopia Coffee),

Stat : Hessou  26 matches, 13  sans encaisser

Classement : 4e/16 : Ethiopia Coffee  47 points

 

Finlande

D2-J4

OPS – Gnistan 1-0

Titulaire : Seidou Barazé , défense central , 90 minutes (OPS )

Stat : Barazé , 3 matches

Classement : 3/10 : OPS 7 points.

France

Ligue 1- J38

Angers – Montpellier 2-0

Titulaire : Stéphane Sèssegnon, milieu offensif, 70 minutes (Montpellier), Steve Mounié, attaquant 83e  minute

Stats  : Mounié 35 matches , 14 buts , Sèssegnon 27 matches , 2 buts ,

Classement : 15e /20 : Montpellier 39 points

PSG – Caen 1-1

Titulaire : Emmanuel Imorou , arrière gauche , 90 minutes (Caen)

Stats : 9 matches

Classement : 17e/20 : Caen 37 points

Ligue 2 – J36

Lens – Niort 3-1

Titulaire : Saturnin Allagbé , gardien , 90 minutes , David Kiki, arrière gauche, 90 minutes.  (Niort) Djiman Koukou , 90 minutes (Lens)

Stat : Allagbé 37 matches, 10 sans encaisser Kiki, 31 matches, 1 but, 3 passes décisives, , Koukou 20 matches

Classement : 10e /20: Niort  49 points. 4/20 : Lens 65 points

 

Brest – Gazélec Ajaccio 6-2

Titulaire : Cédric Hountondji , défenseur central,  90 minutes.  (Gazélec Ajaccio),

Stat : – Hountondji 32  matches, 2 buts

Classement : 9e /20 : Gazélec Ajaccio 51 points,

 

Reims – Amiens 1-2

Titulaire: Khaled Adénon défenseur central,  (Amiens)

Stats : Adénon  36 matches,

Classement : 2e  /20 : Amiens 66  points,

D1-J30

Al Shorta – Al Kuwa Al Jawiya  0-0

Titulaire : Mohamed Aoudou , attaquant , 90 minutes (Al Shorta)

Stats : Aoudou ,9  matches , 2 buts , 2 passes

Classement : 2e/20 : Al Shorta 60  points.

Koweit

D1-26

Al Jahra – Burgan SC 2-2

Titulaire : Nana Badarou , milieu défensif , 90 minutes

Stats : Badarou , 27 matches , 2 buts , 4 passes décisives

Classement : 15e /15 : Burgan 11 points.

Nigéria

D1-J20

MFM – Akwa United  3-0

Titulaire : Giscard Tchato , milieu, 90 minutes (MFM)

Entré en jeu : Paterne Counou, défenseur, 80e  minute (Akwa United) ,

Stat : Tchato 17 matches / 1 but, Counou 13 matches

Classement : 2e  /20 : MFM  34  points, 6e /20 : Akwa United 30 points

 

Plateau United  – Katsina United 1-1

Titulaire : Junior Salomon, défenseur central, 90 minutes (Plateau United) ,

Stat : 17 matches joués

Classement : 1er/20 : Plateau United 36points

 

Turquie

D2-J34

Mersin İdmanyurdu– Adana Demirspor 2-2

Titulaire : Michael Poté, attaquant.  90 minutes.

But : Poté 49e minute

Stat : 31 matches / 24 buts

Classement : 14e/18 : Adana Dermispor 36 points

 

Réalisé par Géraud Viwami

Toute personne qui copie cet article sans citer la source s’expose à la rigueur de la loi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ecureuils : Adénon et Imorou sont restés à quai, quels choix face à la Mauritanie ? la compo probable 

Omar Tchomogo fera face à un sacré casse-tête pour composer son équipe vendredi soir face à la Mauritanie. En plus  des forfaits de David Djigla , Bello Babatoundé et Rudy Gestede , deux  défenseurs n’ont pas pris l’avion pour Nouakchott aujourd’hui.

Ce qui devrait une répétition générale avant la réception de la Gambie en juin prochain pourrait devenir un rendez-vous manqué avec la cascade d’absences qui s’annoncent.  Blessé au pubis depuis plusieurs jours, David Djigla dont l’indisponibilité était connue  n’a pas été remplacé dans la liste. A son absence s’ajoute les rechutes de dernières minutes de Rudy Gestede et Bello Babatoundé, eux aussi n’ont pas été remplacés. Sur les 21 convoqués 18 devraient être disponibles pour la rencontre de vendredi prochain face à la Mauritanie à Nouakchott. Mais les défections se sont prolongées aujourd’hui.

Si les trois néophytes Cédric Hountondji , Oliver Verdon et Moise Adilehou accompagnés des habitués Junior Salomon et Paterne Counou ont décollé de Cotonou avec le staff avec deux escales à Abidjan puis Dakar , Emmanuel Imorou et Khaled Adénon qui devraient partir de la France ont raté leur vol. Adénon aurait eu des complications liées aux escales avec son billet d’avion, Imorou quant à lui n’a pas eu sa lettre de recommandation à temps au moment de l’embarquement.

Alors que dans le même temps David Kiki et Jordan Adéoti ont eu des billets d’avion d’une autre compagnie et se sont envolés dans la matinée.

Des dispositions pratiques qui n’ont rien arrangé puisque les joueurs ont reçu les billets dans la nuit d’hier seulement.

A noter que le capitaine Stéphane Sèssegnon a rejoint le groupe  qui a quitté Cotonou lors de la première escale  dans la capitale ivoirienne.

Le  groupe arrivera à Nouakchott cette nuit après une escale de cinq heures dans la capitale sénégalaise. Ils ont embarqué en direction de la capitale mauritanienne aux alentours après  21 heures de Cotonou

Michael Poté devrait être le dernier arrivé, l’attaquant de l’Adana Dermispor est attendu à la veille du match même.

En 4-4-2 avec Sèssegnon sur un côté ?

Omar Tchomogo aura disposition un groupe de seize joueurs et une séance d’entrainement à la veille du match pour faire son équipe. Pas évident. Le sélectionneur  n’aura pas dix milles possibilités pour aligner son onze. Les Ecureuils pourraient délaisser leur 4-3-3 habituel au profit d’un 4-4-2. Avec l’absence d’Adénon en défense, Hountondji  peut être aligné aux cotés de Salomon pour sa première avec les Ecureuils. Paterne Counou , présent en sélection depuis une année maintenant pourrait aussi connaitre sa première cape dans le couloir droit. Car Jordan Adéoti, arrière droit de dépannage, devrait être repositionné dans son rôle de prédilection en milieu de terrain puisque Bello ne sera pas présent. Une possible association avec le lensois Djiman Koukou au milieu parait comme une la meilleure option. Jodel Dossou et Stéphane Sèssegnon pourraient être appelés à occuper les couloirs. En attaque, un duo Michael Poté et Steve Mounié est favori. On suivra de près les choix tactiques et d’hommes de Tchomogo.

Géraud Viwami

LE ONZE PROBABLE

Ecureuils : Imorou sera finalement présent face à la Mauritanie

Forfait dans un premier temps à cause du décès de son père, Emmanuel Imorou (27 ans)  a finalement donné son accord pour rejoindre les Ecureuils en vue du match amical face à la Mauritanie le 24 mars prochain. L’arrière gauche de Caen a décidé de participer au match malgré le deuil avec l’accord du sélectionneur Omar Tchomogo qui porte donc son effectif à 21 joueurs. Le dernier match d’Imorou avec la sélection nationale était contre le Congo en novembre 2015 déjà en amical.

Géraud Viwami