Écureuils : Les choix de Latoundji qui ne passent pas.

Le sélectionneur des Ecureuils, Moussa Latoundji a dévoilé, hier ,  la liste des 26 joueurs retenus pour juin face au Sénégal et le Mozambique mais  certains choix du sélectionneur par intérim ne passent pas du tout. Explications.

Le championnat local désavoué

Au poste de gardien de but chez les Ecureuils, le cas est particulier depuis le début de la saison. Car les deux premiers gardiens sont en situation délicate en club à savoir Saturnin Allagbé (Dijon)  et Marcel Dandjinou (JDR Stars) ne sont pas titulaires indiscutables. En mars dernier Guillaume Agbégninou, lancé quelques semaines en plus tôt avec les À’  avait été choisi comme numéro trois. Clair. Le gardien de l’Asvo, numéro Un à Adjohoun,  détient le record de clean sheet actuellement dans le championnat national. Mais à la surprise générale, il a été écarté sur cette liste. Le choix a été porté sur Loukman Moussa, d’Hammarby TFF comme troisième gardien pour le prochain rassemblement. En réalité, il est aussi remplaçant en troisième division en Suède avec seulement deux matches disputés cette saison. La logique sportive ? Quand on sait que la position de troisième gardien est promise au gardien local le plus prometteur pour un apprentissage progressif au sein du groupe. Dandjinou et Allagbé sont passés par cette étape quand ils officiaient encore dans le championnat local il y avait  quelques années. Un premier désaveu pour la Super Ligue béninoise.

L’autre choix qui ne passe sur l’échiquier local est l’absence d’une doublure au poste d’arrière gauche. David Kiki est le seul spécialiste du poste retenu. Il ne faut pas croire qu’il est impossible de dénicher un arrière latéral en Super Ligue capable d’intégrer le groupe. Si Melvyn Doremus peut rendre des services à gauche , ce n’est pas son poste de prédilection. Et s’il est sélectionné comme arrière gauche, rappeler un nouvel arrière droit s’impose. En ayant deux matches en quatre jours, le  Bénin peut se retrouver dans l’impasse comme en octobre 2020 quand son unique arrière gauche convoqué était forfait. Un second désaveu pour la Super Ligue.

Les retours contestables

Chaque sélection repose au minimum sur le principe de la régularité en club et la fiabilité du championnat expatrié d’où viennent les internationaux. Des choix font débats sur  la ligne d’attaque au point de créer une incompréhension. D’abord, le retour de Mickael Poté absent en mars. L’attaquant de 37 ans évolue à Chypre du Nord, dans un championnat qui n’est pas affilié à la FIFA. Même si c’est un joueur considéré comme cadre au sein de groupe, la logique sportive est mis en doute. L’ancien niçois est loin d’être indispensable et ses heures de gloire en sélection sont bien derrière lui. Ensuite, celui de Desiré Azankpo qui n’a disputé que 2 matches (47 minutes ) pour 1 but depuis le mois de janvier. Il sort d’une saison très moyenne en plus de n’avoir jamais réellement convaincu avec les Ecureuils depuis 2018. On peut même s’interroger sur le critère de sélection du novice Ryan Adigo , 13 matches disputés (deux  titularisations) pour une seule passe décisive sur la saison avec Wurzburger Kickers , relégué en quatrième division allemande . L’ailier n’a eu droit qu’à 51  minutes de jeu depuis le mois de janvier. Son dernier match en club était contre Dortmund II (Entré en jeu pour une minute) le 13 mars. Ces trois choix suscitent beaucoup d’interrogations légitimes.

Des joueurs blacklistés?

Pendant ce temps , Abdel Fadel Suanon auteur 14 buts avec Al Kharaitiyat, meilleur buteur béninois à l’étranger cette saison est snobé tout comme Romaric Amoussou auteur de 15 buts et 13 passes décisives. L’attaquant de Coton est le joueur le plus décisif du championnat local. Rudy Gestede , fraîchement champion d’Iran est aussi à la cave. On pourrait même citer Arsene Loko, milieu béninois le plus décisif cette saison avec 4 buts et 5 passes décisives, aussi snobé. Le Bénin n’a pas une multitude de joueurs au très haut niveau pour se passer des plus performants.La méritocratie devraient primer car ces choix ne passent vraiment pas. Peut-être que les résultats valideront ces derniers  mais pour l’instant c’est loin d’être passé inaperçu. Le technicien béninois est déjà sous pression.

Géraud Viwami

Author: Geraud V.

Rédacteur en chef ! Passionné de foot un peu trop attaché aux Écureuils du Benin. @GerovinhoV

Une réflexion sur “Écureuils : Les choix de Latoundji qui ne passent pas.

  • 19 mai 2022 à 22 h 41 min
    Permalien

    De grâce, dans la mesure du possible intégrer Rudy Gestede pour le match face aux lions du Sénégal qui constituent un groupe footballistique très expérimenté. Le match sera très difficile, car les lions voudront se venger de leur très courte victoire (0-1) en 2019 sur le Bénin, qui les a laissés sur leur faim. Se venger du « guêpier béninois » pour utiliser l’expression employée par certains au lendemain du match Bénin Sénégal en phase finale de la CAN 2019

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.