Entretien : Abdel Fadel Suanon ” Marquer des buts, c’est toute ma vie “

Arrivé sur la pointe des pieds à Free State Stars , en Afrique du Sud, l’attaquant international béninois, Abdel Fadel Suanon (25 ans) , auteur de trois buts en dix matches nous raconte sa nouvelle expérience , ses choix de  carrière et son obsession pour les buts. Entretien.

 

Alors , comment vous avez pu atterrir à Free Stars? 

Free State n’était pas ma première destination en Afrique du Sud. Ce n’était pas prévu. J’avais été approché par Black Leopards en première division. Mais les discussions prenaient du temps parce que le club subissait des changements en interne, c’était un peu tendu. Puis, un matin, le directeur sportif de Free State a contacté mon agent. Il a eu un discours franc avec un bon projet sportif et le courant est passé entre nous. Ils veulent remonter le plus rapidement en première division. Ils ont de bonnes infrastructures et j’aime aussi les défis.

Donc vous n’avez pas hésité? 

Quand j’ai donné ma parole pour rejoindre le club, je n’ai plus eu de doutes. Dans la foulée , j’ai reçu une offre du CA Bizerte en première division tunisienne. Ils n’ont pas pu me convaincre parce que je connais un peu les conditions dans le pays et j’avais déjà donné ma parole . Je ne pouvais pas revenir en arrière.

Vous avez été surpris par le football surplace ? 

Un peu j’avoue. Même si c’est en deuxième division. Les clubs sont bien structurés. On utilise parfois les stades de la coupe du Monde 2010. Vous voyez un peu le standing? Les matches sont diffusés sur Super Sports. Cela n’a rien à envier d’autres ligues ailleurs. Et puis sur le terrain, c’est un football très anglophones , ça joue vite vers l’avant avec beaucoup de duels. A Free State par exemple , nous jouons régulièrement avec deux attaquants, on aime le foot offensif. Je prend vraiment du plaisir, ici. Il ne manque que les supporters pour faire vibrer les stades, car ici il y a de vrais passionnés.  Nous avons un niveau technique très intéressant. J’ai été agréablement surpris.

Free State ambitionne de vite retrouver l’élite puisque vous êtes sixièmes à deux points du podium à l’issue de la phase aller? 

Le club ne joue pas le maintien. Nous jouons pour la promotion.  C’est une équipe habituée à jouer en première division , ils sont descendus il y a deux ans. L’année où ils ont gagné la coupe nationale avec la Coupe Caf à la clé. Cette année , l’équipe veut remonter dans son projet. J’espère qu’on va y arriver à l’issue de cette saison.

Des objectifs personnels? 

Je n’ai pas d’objectifs personnels obligatoires. L’essentiel c’est de faire monter l’équipe.  Si je peux marquer et aider l’équipe, je le ferai.  Je joue régulièrement c’est très important. Si j’arrive à marque dix ou quinze buts  , cela serait très bien pour moi mais l’objectif principal :  c’est la montée.

“Ensuite Roger Lemerre est arrivé à la tête de l’équipe première. Je faisais partie du groupe professionnel et un jour en janvier 2014  il a décidé de me lancer en championnat contre l’Olympique Béja et je mets un doublé. C’était comme un rêve pour moi.”

 

Vous entamez donc un nouveau cycle après cinq années en Arabie Saoudite , ça change…

J’étais parti en Arabie Saoudite dans des conditions particulières. Je sortais de six mois de galère sur le terrain comme en dehors à la JS Kairouan en Tunisie où j’étais en prêt (rires). J’avais envie de découvrir autre chose pour plusieurs raisons. J’arrive en deuxième division dans un bon club, Damac. Au fil des saisons, on a eu les moyens de faire monter l’équipe en première division. Le projet a mis cinq saisons à aboutir. Aujourd’hui ils sont dans l’élite saoudienne même si je ne suis plus là. Je garde une certaine fierté d’avoir participé à ça. J’ai été même capitaine sur les deux dernières saisons. Alors que je suis arrivé tranquillement. Je voulais juste jouer et m’épanouir et les gens m’ont adopté dans la ville , je reçois encore des messages des supporters qui ne m’ont pas oublié. Ça me touche beaucoup. Je garde Damac dans mon coeur.

Après avoir été meilleur buteur du championnat local en 2011 avec 13 buts en 16 matches au Mogas 90 , vous avez filé en Tunisie pour lancer votre carrière à l’étranger…

Après le Mogas 90 au Bénin , j’ai signé mon premier contrat pro à l’Etoile du Sahel. J’avais signé cinq  ans. J’ai eu le temps de débuter avec les Espoirs du club. Ensuite, Roger Lemerre est arrivé à la tête de l’équipe première. Je faisais partie du groupe professionnel et un jour en janvier 2014  il a décidé de me lancer en championnat contre l’Olympique Béja et je mets un doublé. C’était comme un rêve pour moi. On parle quand même d’un entraîneur de classe mondiale qui a entraîné l’équipe de France , qui a gagné l’Euro. Il était comme un père moi , il m’a fait confiance , je venais d’avoir 18 ans.  Tout est parti de là, je me suis installé durablement dans le groupe.

On raconte que vous aviez un pré contrat à Sochaux en France à 17 ans? 

Effectivement. J’ai signé un pré contrat à Sochaux en 2012. C’était un contrat stagiaire pro. J’avais 17 ans. Le Mogas avait trouvé un accord avec le club.  Et je devais attendre huit mois afin d’être majeur pour finaliser l’opération et je me suis blessé au genou. J’ai eu les ligaments croisés. Cela a compliqué l’opération. C’était une bonne occasion pour moi parce que Sochaux était encore en première division à l’époque. J’ai passé quelques semaines au club, franchement c’était le haut niveau.  Je n’ai pas eu la chance , tout ce que Dieu fait est bon. J’ai pu rebondir à l’Etoile du Sahel derrière.

Vous avez brillé avec les U20 , U23 , les A’ et vous avez été lancé chez les A par Didier Ollé-Nicolle avec un  but marqué  notamment contre la Tanzanie en amical en novembre 2014, mais votre dernière cape date de juin 2016, les Ecureuils sont encore dans votre tête? 

Ah ! La sélection me manque honnêtement. J’ai été régulier sous l’ancien staff d’Omar Tchomogo. Il y un nouveau staff qui travaille bien actuellement. Je garde de bons souvenirs avec l’actuel adjoint Moussa Latoundji qui nous avait amené en 2013 au tournoi de l’UFOA au Ghana. Je suis très content des derniers résultats du groupe , cela remonte bien notre côte en Afrique et même dans le monde. J’ai des amis en sélection comme Seidou Barazé et David Djigla donc tout se passe bien.

Au regard de votre carrière est-ce que vous aviez l’impression d’être parti trop haut , trop tôt ? 

Honnêtement c’était quand même assez haut. A 16 ans , j’étais très jeune aussi. J’ai une  première offre de pré contrat  avec Honefoos en Norvège. Je n’étais qu’un gamin. C’était un peu tôt. Mais c’était le fruit du travail. Si j’avais eu 18 ans ,à ce moment là je pense que ma carrière aurait pis une autre tournure. Je ne regrette rien, le foot change rapidement.

 

A 25 ans , vous n’êtes plus le même joueur? 

A cet âge maintenant. J’ai mûri. J’ai passé trois saisons en Tunisie et cinq en Arabie Saoudite. Mine de rien je suis professionnel depuis presque neuf ans. J’ai appris beaucoup de choses sur le football sur le terrain comme en dehors. Je peux jouer aisément à tous les postes en attaque , dans l’axe comme sur les côtés. C’est une palette que j’ai bien développé. J’ai plus de vécu mais je me sens capable d’apporter encore plus. Je sens comme une deuxième jeunesse maintenant avec mon agent on a des projets très intéressants pour la suite.

On raconte que marquer vous obsède.. 

La vérité c’est que je n’aime pas perdre. Même dans les petits exercices à l’entraînement j’ai horreur de la défaite. Donc pour faire gagner mon équipe, il faut que je marque, c’est simple. L’année où j’ai été meilleur buteur au Bénin par exemple ,  je jouais ailier gauche régulièrement dans un 4-4-2 mais j’étais constamment attiré par le but. Même en amateur à Komondor je marquais beaucoup. Marquer, c’est toute ma vie , cette saison je ne suis qu’à trois buts mais je veux faire plus.

Entretien réalisé par Géraud Viwami

Author: Geraud V.

Rédacteur en chef ! Passionné de foot un peu trop attaché aux Écureuils du Benin. @GerovinhoV

Geraud V.

Rédacteur en chef ! Passionné de foot un peu trop attaché aux Écureuils du Benin. @GerovinhoV

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.