Entretien exclusif : Yannick Aguémon « Jouer pour son pays, c’est quelque chose d’extraordinaire »

Publié le: 5/09/2020 22:01:33 GMT+0100

Au repos forcé sur cette trêve internationale de septembre , Yannick Aguémon (28 ans) nous accordé un entretien exclusif , l’ailier de l’OH Louvain donne des nouvelles après sa récente blessure au genou , son début de saison en première division belge, les ambitions de son club, son utilisation sur le terrain , sa prolongation de contrat et des Ecureuils

 

Après votre sortie sur civière il y a quelques jours contre Beveren en fin de match , votre genou serait touché?

Je suis sorti sur civière lors du dernier match. Je me suis blessé au genou sur un contact anodin. Dieu merci , ça va bien. Cette semaine, j’ai subi  une opération au genou. Je serai écarté des terrains pour deux mois et demi ou trois mois. Cela fait partie du football, du métier. C’est à moi  de faire le maximum pour revenir le plus rapidement et mieux possible pour aider mon club et la sélection nationale.

Louvain  compte quatre points après autant de journées et pointe en première partie de tableau , c’est plutôt un bon début de saison?

On est en milieu de classement , la saison est encore très longue. Nous avons commencé avec de gros matches face à de bonnes équipes qui jouent bien au ballon , qui nous ont posé énormément de problèmes.  Nous avons réussi à faire de bons résultats. Maintenant, nous avons eu énormément de blessés , la plus part des joueurs du onze habituel sont indisponibles en ce moment. Nous avons un groupe large et d’autres joueurs qui vont nous rejoindre durant ce mercato. Le coach fait du très bon travail et cela aussi une chance pour les joueurs qui jouaient moins de montrer de quoi  ils sont capables. Ils ont la qualité pour palier les absences. J’espère que cela va continuer ainsi et que nous aurons de bons résultats toute la saison. J’ai joué trois matches sur quatre , sur la première journée je sentais une douleur aux adducteurs donc j’ai dû laisser ma place. J’ai fais la préparation un peu blessé. Il faut savoir passer au-delà de ces blessures et revenir plus fort.

Vous avez débarqué en Belgique en janvier 2016 , quatre années plus tard vous découvrez la première division , comment est-ce que vous vivez cela ?

J’avais très envie de montrer de quoi j’étais capable dans l’élite belge. Avec beaucoup enthousiasme et d’envie malheureusement cela a été très court. Durant le peu de matches que j’ai joué pendant ce temps , je suis très content de pouvoir affronter des joueurs de haut niveau. C’est aussi un apprentissage de connaître ce niveau. Il faut jouer avec enthousiasme , prendre du plaisir. Nous avons la chance de jouer dans l’élite , il faut se faire plaisir tout en respectant les consignes de l’entraîneur , en remplissant les objectifs personnels ou collectifs. C’est une bonne chose moi d’accéder à une première division. C’est bénéfique pour monter son niveau et c’est de bonnes augures pour la sélection béninoise aussi que cela soit moi ou d’autres joueurs.

« . Avec des investisseurs comme les thaïlandais de King Power qui détiennent aussi Leicester… je grandis en même temps que le club. »

 

Alors comment appréciez-vous , le niveau , le rythme…

Le rythme et le niveau ne sont pas les mêmes qu’en deuxième division belge. Nous avons joué contre de grandes équipes , le Standard de Liège , Genk ce sont des joueurs un peu plus costauds, habiles techniquement , tactiquement très forts. C’est un autre palier. Le rythme des matches c’est autre chose. Nous avons la chance qu’au début qu’il y a pas de supporters , l’ambiance du public ne nous pose pas de problèmes pour le moment car les matches sont à huit clos. Il faudra aussi  bien faire avec leur retour , la pression du public , l’arbitre. Ce sera un élément à prendre en compte pour les prochains matches. J’ai confiance en mon équipe et j’espère qu’on aura les résultats.

Vous avez cru au projet du club depuis votre arrivée en 2017, vous avez disputé 80 matches , marqué 18 buts et délivré 19 passes décisives sous le maillot de Louvain , maintenant que vous êtes montés , quels sont vos objectifs?

C’est vrai que j’entame ma quatrième saison ici. J’ai prolongé pendant la pré saison. Je crois au projet sinon je n’aurai pas prolongé. C’est un  énorme projet. Nous sommes en première division , ils vont pouvoir continuer pour  qu’on soit dans les tops équipes belge à venir. Avec des investisseurs comme les thaïlandais de King Power qui détiennent aussi Leicester, ils ont beaucoup de moyens pour mettre des choses en place. C’est une bon projet avec beaucoup adrénaline , de pression , c’est ce que je recherchais. C’est pour cela que j’ai fait le choix de rester à Louvain. Je connais la maison tout le monde me connait.  Maintenant je fais partie des anciens , je grandi en même temps que le club.

Mais vous auriez pu partir ?

Oui j’aurai pu partir. Il y a avait quelques offres intéressantes en Belgique ou à l’étranger. Je pense que la continuité avec mon équipe où j’ai grandi  , c’était mon envie de rester. Il y avait des offres mais il y a eu pleins de petits problèmes. Il fallait faire cette finale retour pour la montée en première division qui avait été programmée  à une semaine du début du championnat. J’étais vraiment focus sur Louvain et nous nous sommes entendus sur les termes du contrat , c’est pour cela que je suis resté. A partir du moment où nous sommes tombés d’accord , je n’ai pas trop réfléchi.

Votre dernier match en sélection nationale remonte à novembre 2019 , Les Ecureuils vous manque ?

Oui près d’une année, cela me manque et ça manque à tous les joueurs d’ailleurs. Les matches internationaux c’est à part. Jouer pour son pays, c’est quelque chose d’extraordinaire. Jouer pour le peuple. Retourner au Bénin, revoir la famille , c’est très important pour moi. Il y avait un rassemblement en septembre qui a été reporté. Les joueurs et le staff vont se retrouver certainement prochainement pour bien préparer les matches importants qui arrivent. Nous gardons en tête que nous avons envie de nous qualifier pour la prochaine Coupe d’Afrique. C’est notre objectif numéro un.

Vous êtes maintenant un ailier accompli , comment appréhendez-vous ce rôle sur le terrain par rapport à l’évolution du football moderne?

J’ai toujours été un ailier , un milieu offensif , à gauche comme à droite, même derrière l’attaquant. Maintenant, en club nous jouons avec une défense centrale à trois et deux pistons dans les couloirs qui défendent et attaquent beaucoup. Je me situe à ce poste-là. C’est vrai que cela m’a permis  d’évoluer , d’élargir ma palette. Normalement j’ai plus l’habitude d’attaquer. Mais avec ce repositionnement , je dois aussi faire le travail défensif. J’ai appris avec plaisir pour me jauger  par rapport à cela. Je pense que ça va car j’ai fais sept passes décisives en étant dans cette position. Il y a beaucoup de choses à travailler notamment sur les buts où je peux encore améliorer. Loin des cages , c’est difficile ,de scorer. C’est à moi de travailler de faire les efforts pour avoir les meilleures statistiques pour aider mon équipe à être performante. Ces derniers matches , nous sommes passés en 4-3-3 où j’évolue en ailier droit. Le coach nous laisse assez de liberté par rapport à cela.  J’ai retrouvé mes sensations d’il y a deux ans où j’évoluais à ce poste. Cela m’a fait plaisir malheureusement je me suis blessé mais je reviendrai plus fort.

Entretien réalisé par Géraud Viwami

Author: Geraud V.

Rédacteur en chef ! Passionné de foot un peu trop attaché aux Écureuils du Benin. @GerovinhoV


Auteur : Geraud V.

Rédacteur en chef ! Passionné de foot un peu trop attaché aux Écureuils du Benin. @GerovinhoV

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.