Ecureuils : Les rendez-vous de juin

Qualifications Coupe du monde 2014 – Groupe H 

Match Score
2 juin 2012 0 h 00 min Blida
Algérie Rwanda

4 - 0

3 juin 2012 0 h 00 min Cotonou
Bénin Mali

1 - 0

Classement du groupe H

Pos   Equipe J G N D PCT Pts Derniers 5 matchs
0 Logo Bénin 3 1 1 1 0.5 0       
0 Logo Mali 3 2 0 1 0.667 0       
0 Logo Algérie 3 2 0 1 0.667 0       
0 Logo Rwanda 3 0 1 2 0.167 0       

Championnat d’Afrique des nations (Chan)

21/06/2013  Bénin – Ghana

 

 

Qualifications Coupe du monde 2014 – Groupe H : A 23, c’est studieux, à 30, c’est la kermesse ?

 

Le technicien français a tenté à maintes reprises, au lendemain de la défaite 1-3 à Blida en Algérie de défendre son bilan. Il va falloir désormais regarder devant. Et on y est. En convoquant un groupe de 30 joueurs, paritaire entre expatriés et locaux, il a envoyé un signal sur sa connaissance du football national. Mais attention, peut-on bâtir un collectif avec 30 joueurs à l’entraînement ? Peut-être. Mais peut-on créer une ambiance studieuse avec 30 joueurs dans un hôtel où les visiteurs et visiteuses peuvent passer entre les mailles des filets de sécurité? Pas sûr. A 23, c’est déjà difficile de canaliser les tendances festives de joueurs en vacances. C’est donc une sélection à deux vitesses où en réalité 18 ou 20 joueurs sont réellement concernés, le reste faisant le décor.

A 30 joueurs dans un hôtel, ce pourrait être une kermesse. Un mini-bordel où les soirées arrosées peuvent plomber l’essentiel…comme l’année dernière. Au lendemain de la victoire face au Mali, l’équipe était l’ombre d’elle-même pour la suite. C’est face au Rwanda et à l’Ethiopie que cela s’est ressenti.

Qualifications Coupe du monde 2014 – Groupe H : Amoros et les Ecureuils à la croisée des chemins…

 

Seule une place disponible pour la phase suivante des qualifications de la Coupe du monde 2014 dans chaque groupe. Pour le Bénin, ex-leader relégué au 3e rang derrière l’Algérie et le Mali, la bataille décisive est annoncée pour juin…

Juin nous apporte des victoires et des défaites toujours historiques. Ces 5 ou 6 dernières années, on notera pêle-mêle, le succès face au Togo, sur la route de Ghana 2008, celui face à l’Ouganda dans la bataille pour Angola 2010. 4-1 à chaque fois. On notera la lourde défaite accueillant le début de mandat du ministre des sports Didier Aplogan 2-6 à domicile face à la Côte d’Ivoire en 2011, et la belle victoire 1-0 sur le Mali un an plus tard. Les Ecureuils bien préparés sont capables de signer quelques succès retentissants. Une chose est sure, le mois de juin change toujours le destin d’une sélection nationale surtout en Afrique où il reste un moment crucial dans les qualifications.

Deux rendez-vous officiels sont au programme : L’Algérie à Porto-Novo le 9 juin et le Mali à Bamako le 16 juin. Le Bénin veut y croire, et peut y croire au vu des exploits ponctuels réalisés par le passé à domicile et même à l’extérieur.

Eliminatoires Mondial 2014 / Bénin : Amoros tente de rassurer avant les deux chocs de juin…

Après 14 mois à la tête de la sélection nationale qu’il n’a pu qualifier pour la Can 2013, Manuel Amoros voit du bon dans son bilan….

 

Manuel Amoros espère avoir tout son groupe en juin pour battre l’Algérie. C’est ce qu’a confié le technicien français à la télévision nationale samedi dernier. Plutôt satisfait de son bilan d’une défaite sur 6 matches malgré une élimination dans les qualifications de la Can 2013 par l’Ethiopie, il est revenu sur l’arbitrage en Algérie et d’autres facteurs externes. C’est un Manuel Amoros convaincu que son équipe a fait un bon match à Blida qui est apparu aux téléspectateurs béninois. L’expulsion de Fabien Farnolle, et un supposé hors jeu de position sur le 3e but algérien sont autant de points évoqués par le coach des Ecureuils du Bénin. Sans réellement analyser les failles de son équipe et les errements défensifs d’Arsène Ménessou, tout comme la petite forme d’Omotoyossi entré en 20 minutes de la fin, Amoros a réfuté la thèse d’un boycott du match par Sessègnon. Le capitaine des Ecureuils avec lequel il est en contact « régulièrement » était réellement blessé confirme le sélectionneur national. Amoros a ainsi tenté de désamorcer toutes les polémiques ambiantes. Seul test pour le technicien français et son groupe, le mois de juin avec deux matches contre les deux premiers du groupe. Des tests majeurs pour lesquels le soutien de tous les béninois est souhaités par le technicien français.

Aubay

BENIN / D.KOUKOU : « La pression sur l’Algérie »

Appelé par Manuel Amoros pour le déplacement de mardi prochain en Algérie, Djiman Koukou fait figure d’ancien parmi les Ecureuils du Bénin. En exclusivité pour Footafrica365.fr, le milieu défensif de Niort analyse le défi qui attend son équipe contre un adversaire qu’elle n’a jamais battu.

http://www.footafrica365.fr/infos-pays/algerie/article_627097_exclu365-benin-d.koukou-La-pression-est-sur-l-Algerie-.shtml

Pour nous, le Bénin est quand même en tête du groupe, avec un coach qui est en froid avec le président de la fédération depuis l’élimination du pays de la Can 2013. Donc les deux équipes ont la pression. Si le Bénin perd lourdement, je pense que Manuel Amoros sera viré avec des indemnités…, à 9 mois du terme de son contrat.

3 matches en juin 2012 pour les Ecureuils

 

Le 3 juin à Cotonou face au Mali, le 10  juin au Rwanda, pour le compte de la coupe du monde 2014, le 17 juin à Cotonou contre l’Ethiopie pour le tour préliminaire retour de la Can.

Le mos de juin sera très stressant pour les Ecureuils du Bénin!

Perspective des éliminatoires de la Can 2013 : La sélection nationale sans gouvernail

 

 

 

 

Les Ecureuils existent-ils encore ? Novembre est passé avec ses émotions du début de mois lors du tournoi de l’Uemoa. Depuis, c’est le championnat qui occupe les esprits, parce qu’on a souvent du mal à faire deux choses à la fois…

 

L’Ethiopie n’est pas une foudre de guerre. Soit. Le Bénin non plus ! Depuis que le Rwanda nous bat devant notre propre public, nous sommes tombés de haut et quelque chose s’est cassé. Seulement voilà, dans la république des copains, on pense à placer les siens pour gérer des affaires dont parfois ils n’ont pas les compétences. Edmé Codjo, un des techniciens les plus réputés du pays est désormais rentré dans son placard, ou presque…Depuis les opérations kamikazes qu’il a menées entre septembre et novembre, le sélectionneur qui n’est candidat à rien selon ses propres termes est donc retourné à ses fiches. Pendant ce temps, les appels à candidature pour le poste de Dtn se succèdent. « La procédure suit son cours », c’est la version officielle. Et la quête d’un sélectionneur aussi suit son cours. Le temps file, la saison a enfin débuté, sans aucun technicien chargé de superviser les joueurs et voir ceux qui sont aptes. C’est vrai qu’au Bénin, on sélectionne des noms, on remplit des cases de quotas et à la fin on s’étonne des résultats.

Aubay

 

 

Peut-on avoir de vrais Ecureuils sans un vrai championnat ?

 

Les meilleurs Ecureuils du moment sont ceux qui évoluent en Europe. A y voir de près, ils sont dans des clubs de seconde zone, à chaque niveau. Sessègnon, le plus brillant, n’est pas à Arsenal ou Chelsea pour le moment. C’est un indicateur. Au plan local, les vrais Ecureuils, les plus réguliers en sélection quel que soit la tête du sélectionneur restent Salomon Junior, Mohamed Aoudou, Isaac Louté et Saturnin Allagbé. Aucun d’entre eux ne s’est exporté en Europe lors du mercato estival : le niveau est bas ; pourquoi ? Pas de rythme, car pas de championnat !

Alors, avant de changer de sélectionneur, de faire des stages et de dépenser des primes de matches et des frais de mission, posons-nous la question essentielle : dans un pays normal, peut-on avoir une sélection nationale sans championnat alors qu’il n’y a pas de guerre ? Répondons : Non ! Sans perdre de temps. Alors, que nous manque-t-il pour faire un championnat, un tournoi, une compétition, n’importe laquelle, pour que nos joueurs soient en condition et en compétition ? Rien, sauf de la clairvoyance pour les dirigeants des sports d’élite. Il est facile d’attendre la veille d’un match et de lancer un stage pour dire que la sélection nationale se prépare et qu’on espère de bons résultats. Ça ne fonctionne nulle part comme ça. Investir sur des chevaux non partants, des billets d’avion et des primes, c’est une perte. Et si on commençait par le plus simple, le plus fondamental : un championnat. On perdrait moins de temps dans les émissions et dans la presse écrite à diaboliser, chacun, l’autre camp. Ce n’est plus aujourd’hui une question de camp, mais de réalisme sportif.

Aubay

 

Exclusif/ Emmanuel Imorou du SC Braga – Portugal : « A moi de vite m’adapter et prouver que j’ai ma place»

emmanuel imorou, la nouvelle aventure débute

 

En moins de deux ans, il s’est révélé comme l’une des valeurs montantes du foot Béninois. Emmanuel Imorou, le gaucher polyvalent Béninois, évoque ici en exclusivité, sa nouvelle vie à Braga. Entretien.

Propos recueillis par Géraud Viwami

Imorou, vous êtes passé de Châteauroux à Braga, qu’est-ce qui a finalement guidé votre choix ?

Ma fin de saison à Châteauroux, je n’avais pas beaucoup de temps de jeu comme durant toute la saison d’ailleurs. J’étais pas tous le temps titulaire et je n’évoluais pas à mon poste de prédilection, j’évoluais comme milieu gauche alors que moi je préfère jouer arrière gauche. Donc en fin de saison mon contrat arrivait à terme et j’ai préféré partir. Il y avait plusieurs clubs qui s’intéressaient à moi notamment à l’étranger. L’offre que Braga m’a faite était la plus intéressante et je n’ai pas hésité du fait de leur parcours en championnat et en Europa League. Voilà j’ai signé, je leur plaisais leur projet m’intéressait leur discours m’a plu.

INTEGRALITE à LIRE CE MERCREDI

Yoann Djidonou « Je joue, j’ai un club, et certains contrats ne devraient plus trop tarder »

 

Au son des paroles ou des pleurs de ses deux enfants (2 ans pour l’aîné, et 6 mois pour le deuxième), l’un des gardiens de but des Ecureuils lors de la dernière coupe des nations évoque son actualité. Entre les transferts reportés et son éviction de la sélection, Yoann Djidonou nous parle, à cœur ouvert.

A lire bientôt

image : 

http://aubay.skyrock.com/photo.html?id_article=2940392967&id_article_image=2903491

Coupe de France / Guingamp et Ogunbiyi n’iront pas plus loin…

Ogunbiyi et les siens devront se concentrer sur la Ligue2 où ils sont relégables

Détenteurs du trophée, de la Coupe de France, les Guingampais dont le béninois Ogunbiyi se sont inclinés 1-0 sur la pelouse de Boulogne-sur-Mer (L1) en huitième de finale. Trop peu réalistes devant les buts Nordistes, les « Rouge et Noir » se sont faits surprendre en deuxième mi-temps. Une élimination qui laisse bien des regrets…

Spectateurs : 3 754

 Buteur : Pour Boulogne: Cuvillier (60′)

 Cartons jaunes :Pour Boulogne: Adefemi (57′), Karuru (66′), Ducatel (89′); pour Guingamp: Delgado (50 »), Allaoui (59′)

Guingamp : Trévisan – Argelier, Koné, Colleau, Delgado, Diallo, Bellugou (Gilmar, 72′), Giresse, Ogunbiyi, Soumah, Allaoui (Scarpelli, 76′)

Boulogne : Bague – Borne, Lachor, Marcq, Adefemi, Agouazi, Ducatel, Rabuel (Lecointe, 4′), Karuru (Lorca, 72′), Yatabaré (Dembele, 84′)

Arbitre: Wilfried Bien

Le renfort : BEZO YAOVI, appelé en toute logique

bezo yaoviTinhan s’étant désisté, c’est le buteur Bezo Yaovi des Requins qui a été rappelé. Le buteur des Requins a montré de réelles qualités dans la ligue1 profesionnelle et c’est donc logiquement qu’il est rappelé. Il est attendu dans les minutes qui viennent au campement des Ecureuils au Sun Beach Hôtel.