Inter: Les nouveaux riches, les faux puristes et les mauvais perdants

Chelsea, Manchester City, Psg ont une cible dans le dos. Au moindre centime qu’ils dépensent, c’est un scandale. Ce n’est pas normal qu’ils aient autant d’argent. Ils dérèglent le foot etc. Les donneurs de leçons pullulent partout. Manchester United a acheté Paul Pogba a 100 millions d’euros. C’est immoral, mais bon…On n’en parle plus.
Chelsea a dépensé 1 milliard d’euros pour atteindre la victoire en Ligue des Champions. Manchester City en est encore loin malgré toutes les dépenses. Le Psg n’y est pas encore. L’argent ne fait pas tout dans le foot. L’arrivée des nouveaux acteurs arabes et chinois est difficile à accepter par les européens. Tant que les chinois achètent des maillots, des droits tv et vont voir des équipes européennes en tournée dans les stades d’Asie, c’est super, c’est bon pour le business ! Tant que les arabes achètent des retraités en fin de carrière, c’est drôle ! Mais quand ils érigent de nouveaux modèles économiques (comme Manchester City avec ses clubs satellites dans le monde entier), qu’ils achètent des clubs, ils sont qualifiés de nouveaux riches, de « dérégulateurs » du foot. Allons demander à la Juve si elle n’est pas gênée de vendre à 100 millions un joueur qu’elle a eu à zéro franc.

Hypocrisie : Le Barça devrait être sanctionné pour avoir dragué Verratti ?

L’hypocrisie est largement répandue dans le foot. Comme Rio Ferdinand qui bondit de son siège de consultant après le 6e but de Barcelone contre le Psg, criant à l’exploit, dans un match où l’arbitre a été plus qu’un acteur déterminant dans le résultat.
Quand le Bayern achète Tolisso à plus de 40 millions, c’est une bonne affaire. C’est un bon club allemand qui achète a un bon club français un bon joueur français. Quand le Barça paye au noir le Père de Neymar pour arracher le joueur au Real, c’est un exploit.
Quand le Barça fait des réunions en douce avec Marco Verratti pendant ses vacances, c’est une bonne stratégie. « Le joueur veut aller dans un grand club, pourquoi l’en empêcher ? ». La ligue française n’a pas porté plainte en ce moment contre le Barça devant l’Uefa.
Quand le Psg veut acheter Neymar, c’est indécent. Ce n’est pas normal, il faut porter plainte. L’Uefa doit réagir. Ce n’est pas aux instances espagnoles de réguler le foot européen. Les règles existent. A chacun de les respecter. Le vrai problème est financier. La ligue espagnole commence à s’agiter parce qu’elle sait que les droits TV qu’elle récolte au Brésil et ailleurs dans le monde vont baisser. Evidemment que les brésiliens et une majorité des autres fans vont suivre Neymar où qu’il évolue.

Les propriétaires non-occidentaux visés ?

Quand Le Real Madrid veut s’offrir Mbappé, c’est génial. Un bon club espagnol, va acheter un bon jeune français dans un club français (ou presque). Ce n’est rien de méchant. Ce jeune n’a que 6 mois de haut niveau dans les jambes. Il vaut 80% de Neymar, capitaine du Brésil, vainqueur de la Ligue des champions.
Les donneurs de leçon ne parlent finalement que des clubs appartenant aux non-européens. C’est bien curieux.
Le foot est une arme dont chacun se sert à sa façon. Heureusement que cette arme n’est pas de destruction massive. Le vrai danger, c’est quand des pays « sérieux », membres du G8 vendent des armes à coups de milliards d’euros à des petits pays riches arabes ou asiatiques. Là, on ne parle pas de sommes indécentes, mais d’accords commerciaux importants négociés par des chefs d’Etat.
Une arme détruit, un footballeur régale. Dans lequel des deux faut-il investir ? Chacun a sa réponse !
bjfoot

Transfert: Boco quitte (encore) Accrington Stanley

Après un troisième passage à Accrington Stanley (D4 Anglaise), Romuald Boco (32 ans) a quitté le club qu’il a rejoint il y a deux saisons. Boco s’est engagé avec Leyton Orient , relégué, qui évoluera à l’étage inférieur cette saison. L’exercice précédent celui qu’on surnomme « King of Bénin a marqué 6 buts en 29 apparitions en championnat.
Géraud Viwami

Transfert : Aguémon arrive à OH Louvain (Belgique)

En fin de contrat à l’Union Saint Gilloise (D2 Belge) après une année et demie au club, Yannick Aguémon (25 ans) a rejoint gratuitement OH Louvain dans la même division.  Débarqué en Belgique en janvier 2016 en provenance de Strasbourg il s’est distingué avec 8 buts marqués en 49 apparitions. L’ailier  franco-béninois formé à Toulouse va connaitre le cinquième club de sa carrière.

Géraud Viwami

Journal des Transferts : Hessou prolonge en Ethiopie, Suanon vers l’élite saoudienne, Aoudou courtisé, Counou sur le départ et Bessan parti pour rester ?

Chaque vendredi retrouvez les dernières infos sur l’actualité du mercato des joueurs béninois  pendant tout ce mercato estival. Cette semaine, nous avons appris la prolongation de contrat du gardien béninois d’Ethiopia Bunna , Harrison Hessou, Abdel Fadel Suanon est arrivé en Arabie Saoudite pour rebondir en première division, des clubs Egyptiens arrivent sur Mohamed Aoudou enfin Jacques Bessan pourrait finalement rester au Club Africain de Tunis

 

Hessou prolonge en Ethiopie

En fin de contrat avec Ethiopia Bunna, 5e du dernier championnat Ethiopien Harrison Hessou (23 ans) va poursuivre l’aventure au pays de Gebre Selassie.  Après deux années bien remplies où il s’est imposé comme un titulaire indiscutable dans les buts du club, le gardien international béninois a prolongé son contrat  pour deux exercices supplémentaires.

Al Ittihad Jeddah sur Suanon

De retour de blessure Abdel Fadel Suanon (22 ans) pourrait rebondir en première division saoudienne. L’attaquant béninois a porté les couleurs de Damac en deuxième division saoudienne et s’est fait une réputation de finisseur. Auteur de 23 buts toutes compétitions confondues en 2015-2016. Il a été freiné l’exercice écoulé par une blessure au genou après seulement trois buts marqués en six matches. Al Ittihad Jeddah , 6e du dernier championnat de première division saoudienne était déjà proche de l’enrôler l’été dernier. Le club songerait de nouveaux à s’attacher les services de l’ancien pétrolier du Mogas qui est en fin de contrat. Selon nos informations, l’international béninois a atterrit en Arabie Saoudite en cette fin de semaine et devrait entamer les négociations avec son futur club. A suivre.

Aoudou sur les tablettes des Egyptiens

En fin de contrat à Al Shorta (Iraq) Mohamed Aoudou (27 ans)  ne devrait pas avoir du mal à rebondir. Après l’intérêt des tunisiens du Stade Gabésien, l’attaquant béninois figure également sur les tablettes de deux clubs égyptiens. Ces deniers se renseignent actuellement auprès de l’entourage du joueur qui étudie plusieurs pistes pour l’ancien d’Evian qui disposerait déjà de propositions fermes.

Akwa United , Counou sur le départ

Incontournable à Akwa United depuis trois  exercices,  Paterne Counou (21 ans) est en train de disputer sa dernière saison avec le club d’Uyo. Actuel 3e du championnat en course pour les places Africaines, le club devrait laisser partir son vice-capitaine qui est en fin de contrat. Le défenseur international béninois est notamment suivi en Turquie. Il dispose également de quelques touches au Maroc.

Bessan parti pour rester ?

Annoncé avec instance sur le départ depuis son arrivée il y a un an seulement, Jacques Bessan (23 ans) pourrait finalement rester au Parc A. L’arrivée du coach argentin Maroc Simone sur le banc du Club Africain pourrait changer la donne et calmer les envies de départs de l’attaquant béninois. Pour rappel ce dernier réclame ses chèques impayés par le club. Deuxième meilleur du championnat tunisien en 2016 avec 12 buts , Bessan a toujours une belle côte dans le Golf où un club saoudien suit de près son cas.

Géraud Viwami

 

UFOA 2017 : Les Ecureuils fixés pour le premier tour

La quatrième édition de la coupe de l’Union des Fédérations Ouest Africaine (UFOA) se tiendra au Ghana du 9 au 24 septembre prochain et le Bénin sait à quoi s’en tenir pour le premier tour.

Tournoi réservé aux joueurs évoluant sur le continent africain uniquement, il est considéré comme la  « Can »  ouest africaine. Les 16 fédérations de la  Zone Ouest sont engagées.  Le tournoi se jouera du 9 septembre au 24 septembre dans deux villes du Ghana, Takoradi et Cape Coast. C’est dans cette dernière ville que le Bénin jouera son match du premier tour contre le Cap vert. En effet, selon le tirage au sort on aura huit affiches à élimination directe au premier tour dans les deux groupes larges. Ensuite les huit qualifiés constitueront  deux groupes de quatre pour la suite de la compétition. Les deux premiers  seront qualifiés les demies. Le vainqueur de la compétition touchera un chèque de 100 mille dollars, le vice-champion 50 mille et le gagnant du match de la troisième place 25 mille dollars.

Faire mieux qu’en 2013 ?

En 2013, le Bénin lors de la dernière édition à Kumasi, le Bénin avait été battu par le Togo (2-1) lors du match de la troisième place malgré l’égalisation de Jodel Dossou (35e) qui était encore joueur du club Africain. Il  avait été désigné deux fois homme du match  durant le tournoi. Abdel Fadel Suanon qui portait les couleurs de l’Etoile du Sahel a brillé avec trois buts en trois matches joués finissant comme deuxième meilleur buteur derrière le togolais Saibou Badarou (4 buts). Le Ghana avait décroché le graal devant le Sénégal (3-1) en finale

Les groupes.

A

Ghana – Gambie

Nigéria – Sierra Leone

Mali – Mauritanie

Guinée – Guinée Bissau

B

Sénégal – Libéria

Burkina  Faso – Niger

Côte d’ivoire – Togo

Cap Vert – Bénin.

Géraud Viwami

 

 

 

Entretien : Bouraima « Glodjinon me disait qu’il allait arrêter le tir togolais suivant »

Trois jours après la qualification  des Ecureuils locaux face au Togo au premier tour des éliminatoires du Championnat d’Afrique Kenya 2018, nous avons rencontré l’ailier de l’Aspac Abdel Bouraima (24 ans) qui nous raconte la folle journée de dimanche dernier.

L’après-match

C’était fou!  vu le scénario c’était presque inespéré.  On a savouré, on était libéré.  On a chanté dans le bus, on était content.

L’appel du Président Talon

Dans la célébration  le dimanche soir à l’hôtel, nous avions reçu la visite du ministre des sports, Oswald Homeky qui était en ligne avec le président Patrice Talon au téléphone.  Il a mis la conversation sur haut-parleur et le président nous a facilité et a promis mettre les moyens à notre disposition. C’était touchant et encourageant.

l’avant-match 

c’était un dimanche pluvieux. Le ciel était sombre depuis le matin. Puis il y a eu cette forte pluie juste avant le coup d’envoi qui a rendu la pelouse un peu difficile. Nous étions confiants et motivés et je pense que cela s’est remarqué dans notre début de match.

Ce n’est que le premier tour

Oui on en est conscient. On doit rapidement se concentrer d’ailleurs on reprend la préparation dès demain lundi.

Le Nigéria , un gros morceau

Un très gros même je dirai. Mais comme souvent plus l’adversaire est favori plus ça nous libèrent et nous motivent. Nous savons qu’ils seront athlétiquement prêts parce qu’ils sont en championnat. Mais nous voulons écrire l’histoire du Bénin et décrocher cette première qualification.

Votre tir au but manqué

C’était la catastrophe. Après mon dernier coup d’œil, je voulais prendre le gardien à contre-pied mais le dosage était trop fort malheureusement et ça passe au-dessus. Je ne veux même plus y penser (rires). J’étais abattu mais le gardien Steve Glodjinon était venu me réconforter et me disait qu’il allait arrêter le tir togolais suivant et il l’a fait. Ça m’a soulagé et j’ai commencé à y croire de nouveau. C’était trop fort émotionnellement. Je n’ai rien vécu de pareil dans ma carrière.

 Votre analyse de la double confrontation

Je dirai que le match aller était équilibré même si je pense qu’on aurait pu gagner si on avait pas manquer de concentration en début de seconde période. J’étais impliqué dans notre but. On s’en sort bien avec un nul à l’extérieur.  Ensuite sur le retour à domicile, on mène encore et on se fait rattraper. Même j’étais remplaçant je pense qu’on a fait une première période très aboutie. En seconde période on a encore baissé un peu du pied, il falloir qu’on y travaille dans les semaines à venir. En somme je pense qu’on aurait pu passer sans aller aux tirs aux buts avec un peu plus de concentration. Le Togo a une bonne pépinière aussi, c’était un bon adversaire. L’essentiel était de passer et c’est fait.

Entretien réalisé par Géraud Viwami

 

Ecureuils Chan : un amical contre la Côte d’ivoire avant le Nigéria.

Avant d’affronter le Nigéria le 13 aout pour le compte du second tour des qualifications du Chan Kenya 2018, les Ecureuils joueront la Côte d’ivoire en amical à domicile le 5 aout. En mai dernier, les Ecureuils avaient déjà  fait nul 1-1 à Abidjan contre les Eléphants locaux. Nabil Yarou (81e) avait répondu à l’ouverture du score  de Diabaté (69e)

G.V

Qualif’ Chan 2018 : les notes des Ecureuils

Après la qualification des Ecureuils hier aux tirs aux buts, Bjfoot. Com a noté la prestation des Ecureuils face au Togo hier dans le cadre du match retour du second tour du Chan Kenya 2018 au stade Mathieu Kérékou.

 

Steve Glodjnon 8
Pas exempt de tout reproche sur le but togolais, il a quand même été décisif avec deux parades à l’heure de jeu puis pendant la séance des tirs aux buts. En plus de son tir transformé et des deux arrêts cruciaux pour la victoire du Bénin, le gardien de la JA Cotonou s’est mué en leader naturel pour motiver ses coéquipiers pendant la séance des tirs aux buts. Enorme.

Gaston Houngbédji 6,5
Si le flanc droit béninois a eu de la vie offensive, l’arrière latéral est en était pour beaucoup. Appliqué et posé il était constamment porté vers l’avant et s’est même incrusté à plusieurs reprises dans la surface adverse. Sur le plan défensif quelques progrès à faire puisqu’il s’est fait prendre quelques fois dans son dos. Bon match.

Bah-Yéré Mama, 6
Il a été en dessous de son entrain habituel sur le côté même si on l’a vu faire quelques montées. Le capitaine des Buffles a été trop sérieux dans son rôle d’arrière gauche. Quoique défensivement il était impeccable et a transformé son tir au but qui était le premier de la série à élimination direct. Important.

Nabil Yarou 6
On peut le dire, son match d’hier n’a rien à voir avec celui de Lomé il y a une semaine. On a retrouvé un défenseur central plus en confiance et posé. Plusieurs duels intéressants gagnés, moins de déchets dans la relance. Il faisait aussi partie des motivateurs pendant la séance des tirs aux buts. Joueur-clé.

Ramane Adjanakou 6,5
Il est monté en puissance, comme à Lomé il y a une semaine, le défenseur de la JA Cotonou a encore rendu une copie très correcte. Habile doté d’un bon sens de l’anticipation, il s’est donné corps et âme sans relâche pendant tout le match. En plus de sa hargne discrète, il fait de gros efforts dans la relance et dégage une sérénité presqu’incompatible avec son physique. Et la cerise sur le gâteau c’est lui qui marque le tir au but qui donne la victoire au Bénin.

Mama Seibou 7
Infatigable surtout en première période, le capitaine a dirigé son équipe dans son rôle de sentinelle c’est lui qui lançait les attaques béninoises. Si les Ecureuils ont dominé le match ses choix de relances et sa présence sur les seconds ballons en étaient pour beaucoup. En bon leader il a marqué premier tir béninois lors de la séance et est allé chercher Abdel Bouraima après son tir manqué pour le réconforter. Un geste fort.

Ibrahim Ogoulola 6
Il était omniprésent dans les duels, gonflé à bloc il s’est énormément dépensé dans le pressing. Il a parcouru de longues distances et a manqué parfois de lucidité dans ses relances. Des progrès à faire sur ses transmissions offensives trop faciles à intercepter.

Chabel Gomez 6
Il a enflammé le début de match presque tout seul sur côté droit. Ça se voit qu’il a le drible facile et qu’il ose. Mais ses rares centres n’ont pas trouvé preneurs. Et il partait de trop loin pour faire être décisif grâce à sa technique. Malgré les déchets, un bon match quand même.

Waris Aboky 7,5
Il a eu la détente et le timing parfait sur l’ouverture du score pour son premier but international. Aligné à gauche il a multiplié les appels de balle sans forcément être servi mais cela n’a rien enlevé à son enthousiasme jusqu’à sa sortie à la 76e minute. A mettre à son actif son slalom dans la surface en fin de première période qui aurait pu être mieux exploité.

Marcelin Koukpo 7
On a encore pris du plaisir sur chacune de ses prises de balle, le numéro 10 des Ecureuils a mis à mal la défense des Eperviers. Positionné en neuf et demi il a touché plus de ballons et était au centre des offensives. Auteur du dernier tir béninois dans la première série des cinq aux tirs aux buts, il a été décisif. Seul point noire son occasion manqué de la 38 minutes, des paliers à franchir dans ce secteur.

Jules Elegbèdè 5,5
Aligné en pointe, l’attaquant d’Energie a été bien présent, remuant il s’est beaucoup dépensé dans le replacement défensif et le pressing. Une seule grosse occasion sur un service de Koukpo. Il serait intéressant de le revoir.

Géraud Viwami

Nigéria -J31: Salomon brille, Louté signe un doublé

A sept journées de l’épilogue de la saison au Nigeria, Junior Salomon et Plateau United poursuivent la course en tête avec cinq unités d’avance sur MFM de Giscard Tchato, qui était titulaire aussi contre Katsina United (3-2). Le défenseur international beninois a quant à lui livré un match de qualité contre Lobi Stars (0-0).
5e du championnat, Ifeanyi Ubah s’en est remis au pied gauche, d’Isaac Louté auteur d’un doublé sur coup franc pour battre Gombe United 2-0. L’ancien de Soleil a régalé en marquant deux coup franc identiques des 20 mètres (36e et 45e) .
Les deux internationaux beninois figurent donc dans l’équipe type de la journée.
G.V

Qualif’ Chan Kenya 2018 : au bout du suspens Glodjinon envoie le Bénin au second tour

Le Bénin a sorti cet après-midi, au stade Mathieu Kérékou de Cotonou, le Togo au premier tour des qualifications du championnat d’Afrique des Nations Kenya 2018 au bout du suspens aux tirs aux buts après un score identique qu’à l’aller (1-1). Elie Sewonou  a répondu à l’ouverture du score de Waris Aboky (1-1). Le gardien béninois Steve Glodjinon sera le héros d’une séance où tous les  vingt-deux joueurs ont exercés avec deux tirs décisifs stoppés.  Le Bénin passe avec huit tirs réussis contre sept pour le Togo.  

Homme du match : Steve Glodjinon, gardien béninois

Après une première période plutôt tranquille. Il sera doublement décisif à l’heure de jeu face aux attaquants togolais avant son heure de gloire. En plus de transformer son tir au but avec un peu de réussite quand même. Le gardien de la JA Cotonou a sorti deux tentatives togolaises pendant la séance  pour ouvrir la voie du second tour aux Ecureuils. Héros.

 

Glodjinon dit non !

Ce duel de voisin entre le Togo et le Bénin s’est décanté aux tirs aux buts au bout d’un scénario invraisemblable. Quand Abdel Bouraima envoyait le quatrième béninois dans le ciel de Cotonou, les espoirs béninois s’amenuisaient. Le Togo réussissait un sans-faute avec les trois premiers tirs transformés jusque-là.  Derrière Glodjinon va sortir la parade qu’il fallait devant Efoe Novon le quatrième tireur des Eperviers.  Hakim Ouro-Sama le cinquième tireur voit son tir rebondit sous la transversale et devant la ligne de but. Bien avant, Marcellin Koukpo va ramener le Bénin dans la course en marquant son tir au but. 3-3 après la première série de cinq. Ouf.

Après avoir transformé son propre tir, le gardien héros Glodjinon  va récidiver et faire parler sa manchette devant le huitième tireur togolais Issoufou Bourahana après l’échec d’Ibrahim Ogoulola. Le gardien de la JA Cotonou maintien le Bénin en vie.

Et la libération arrivera avec le tir manqué par le gardien togolais Sabirou Bassa-Djéri qui voit son tir au but ricocher sur la transversale et filer hors du cadre. Plutôt, Ramane Adjanakou ne savait pas encore qu’il venait d’inscrire le tir qui a ouvert la voie du second tour aux Ecureuils. Quel suspens.

Débuts canons !

Comme à l’aller il y une semaine, les Ecureuils réussissent leur entame avec un meilleur visage. Bousculés physiquement, les togolais sont également copieusement dominés dans le jeu.  Mais ce sont les visiteurs qui vont signer la première frappe cadrée par Semiou Tchatakora. (21 e) La plus grosse occasion béninoise de ce premier acte est signé Marcellin Koukpo. Seul au point de pénalty à la retombée d’un coner de Mama Seibou , l’attaquant manque le cadre. Incroyable (28e) . Les Ecureuils ne concrétisent pas leur domination face à un adversaire qui n’a pas existé pendant le premier acte.

Sewonou répond à Aboky

Dès la reprise, Ogoulola lance Chabel Gomez dans son couloir gauche,  Aboky n’était pas loin de reprendre le centre à ras de terre.  L’ailier de la JA Cotonou finira par trouver la faille de la tête  au point de penalty sur un coup franc excentré bien tiré Seibou 1-0.  Le Bénin garde son emprise sur le jeu mais le Togo va mieux en seconde période et va se réveiller à l’heure de jeu. Glodjinon sort une double parade à bout portant devant Guillaume Yenoussi et Sewonou. Déjà buteur à l’aller, l’attaquant de l’As Togo va égaliser un exploit personnel dans la surface sur un tir puissance en angle fermée. 1-1. Comme à Lomé, le match s’achèvera sur le même score. Malgré la bonne copie des béninois face à des togolais plutôt moyens. Le sort du match se décide aux tirs et vous connaissez déjà l’histoire. Le Bénin jouera le Nigéria pour le second tour dans un mois  pour espérer décrocher son  premier ticket pour le Chan Kenya 2018.

Géraud Viwami

XI Togo : Bassa-Djéri – Adégnon , Ouro-Sama, Bourahana , Kouloun- Efoe , Gazozo , Yenoussi ,Degli (Bilali 56e)- Sewonou , Tchatakora

Coach :                Jean Paul Abalo 

XI Bénin : Glodjinon –, Yarou , Adjanakou , Bah Yéré, Houngbédji- Seibou ,Ogoulola – Aboky (Bouraima 76e) , Gomez – Koukpo, Elegbèdè (Saliou 70e  )

Coach : Omar Tchomogo

Chan 2018 : La compo des Ecureuils face au Togo avec Elègbèdè et Aboky

Omar Tchomogo a révélé la compo des Ecureuils A’ face au Togo cet après-midi pour le match retour du premier tour des qualifications du Chan Kenya 2018. Le sélectionneur béninois a décidé de modifier sa tactique et a changé deux hommes qui étaient titulaires à Lomé il y une semaine. Le Bénin jouera dans un 4-2-3-1. Aucun changement dans les buts ni en défense. Au milieu on aura une paire Mama Seibou – Ibrahim Ogoulola dans l’axe. Plus haut, si Chabel Gomez conserve sa place de titulaire sur le côté gauche, à droite Waris Aboky entre à la place d’Abdel Bouraima , passeur décisif à l’aller. Buteur aligné en pointe à Lomé , Marcellin Koukpo jouera en soutien de Jules Elegbède positionné en pointe. Gaston Houngbedji aussi sort du 11 et est remplaçant cet après-midi. Pour rappel les Ecureuils ont fait match nul 1-1 à Lomé il y a sept jours et soir qualifiés grâce au but à l’extérieur au coup d’envoi à 16h de Cotonou .
Géraud Viwami

XI Ecureuils: Steve Glodjinon – Ramane Adjanakou, Nabil Yarou , Mama Bah-Yéré, Rodrigue Fassinou – Ibrahim Ogoulola, Mama Seibou-Warys Aboky, Chabel Gomez- Marcellin Koukpo- Jules Elegbedè.

Banc de touche : Marcel Dandjinou- Dine Koukpéré , Orou Djalilou ,Gaston Houngbédji , Ulrich Dah-Atchefon , Idrissou Saliou

Coach : Omar Tchomogo

 

Montpellier : un promu anglais pense à Sèssegnon

Une saison après son départ de West Brom de la Première League anglaise, Stéphane Sèssegnon (33 ans) pourrait traverser la Manche une nouvelle fois. Le milieu offensif de Montpellier serait sur les tablettes de Brighton promu en PL anglaise cette saison. Le club envisage de s’attacher les services de joueurs d’expériences dont le capitaine des Ecureuils. Ce dernier ne cache pas non plus sa volonté de retrouver les pelouses anglaises. A suivre.

Qualif’ Chan 2018 : Pourquoi le Bénin doit y croire !

Les Ecureuils accueillent demain au stade Mathieu Kérékou de Cotonou, le Togo pour le compte du match retour du premier tour des qualifications du Chan Kenya 2018 après le 1-1 décroché à Lomé il y a une semaine. Voici trois raisons qui peuvent laisser croire que les Ecureuils ont les armes pour passer ce tour.

Le public

Comme pour l’équipe fanion en juin dernier, l’entrée sera libre et gratuite. Le ministère des sports et la fédération béninoise de football veulent garantir un maximum de soutien aux Ecureuils locaux. Souvent dans l’ombre comme une sélection de seconde zone, ce sera l’occasion pour le public  de découvrir en masse la future génération. Dans une affiche aussi décisive face au voisin rival , le public va jouer un rôle non négligeable parce qu’il y a une semaine les tribunes du stade de Kégué à Lomé étaient clairsemés. Le record d’affluence demain au stade Mathieu Kékérou sera déjà une première victoire avant le coup d’envoi. Alors annulez vos rendez-vous demain après-midi, la nation a besoin de vous.

Le combat physique

Même si les Ecureuils ont eu du mal à rivaliser à plein temps dans le défi de production de jeu, ils ont été irréprochables dans le défi physique. Ils ont su bouger les togolais jusqu’au bout. Les sept matches amicaux disputés ne sont pas étrangers à cette fraicheur physique qui pourrait encore faire la différence demain. Si les Ecureuils affichent le même entrain athlétiquement ils seront difficiles à jouer les Eperviers qui ont perdu cette bataille à l’aller.

Un boulot à terminer.

A la faveur du but de Marcellin Koukpo , le Bénin sera qualifié au coup d’envoi grâce à la règle du but marqué à l’extérieur. Si on veut être minimaliste un simple nul vierge suffira pour être qualifié au second tour face au Nigéria pour l’ultime combat le mois prochain. Si on veut être ambitieux quand on tient tête à l’extérieur on doit pouvoir faire mieux à domicile même si le foot n’est pas mathématique. En témoigne les résultats généraux des matches aller ponctués par quatre  victoires à l’extérieur sur neuf affiches. Les Ecureuils savent à quoi s’en tenir pour terminer le boulot à domicile.

Géraud Viwami

Autriche-J1: Dossou débute fort

L’Austria Lustenau de Jodel Dossou s’est baladé pour son premier match de la saison à l’extérieur en deuxième division autrichienne contre Fac Team Fur Vienne, 5-1. L’ailier international s’est offert un doublé (77e et 89e) pour les deux dernières réalisations du match. 
G.V

CAN 2019 : Juillet, pas juin svp!

La Can change de saison. Cela fait plaisir aux clubs européens qui ont longtemps réclamés ce changement. Cette nouvelle période correspond à l’Été en Europe, mais à l’hivernage ou plus simplement la saison des pluies en Afrique centrale et de l’Ouest. Le point d’orgue est le mois de juin durant lequel il pleut plus de 20 jours sur 30 dans la plupart des pays de ces deux régions. Vu le niveau de développement des pays de l’Ouest et Centre, les inondations sont très fréquentes dans plusieurs villes. Le niveau d’assainissement est tel que pendant des heures, la vie s’arrête parce que l’eau prend beaucoup de places. Quand il pleut, on ne fait pas grand-chose dans ces pays-là. Il y a le phénomène des 3 jours consécutifs de pluies. En juin en Afrique, les pluies sont capables de vous rendre une pelouse impraticable pendant des jours, vue la façon dont les infrastructures sont toujours mises en place pour la CAN : à la va-vite, à la dernière minute.
La CAN qui souffre déjà des tribunes clairsemées doit être protégée des scènes de fans bloqués chez eux à cause des pluies, des terrains de match ou d’entraînement inondés, des bus d’équipe en panne en raison de l’inondation temporaires des grandes artères des capitales ouest-africaines par exemple. Attention, ne jouez pas avec le mois de juin ! C’est aussi le mois où on passe les examens de fin d’année scolaire. Dans la majorité des pays en Afrique noire, on ne sait pas faire deux choses à la fois, car toute organisation est un défi pour tout un pays.

Juillet, plus agréable

En juillet, sur la côte Ouest-africaine, le temps est doux avec la brise de l’Océan Atlantique qui rafraîchit le climat. C’est aussi le cas durant le mois d’août. La CAN court moins de risques en juillet où les pluies sont plus espacées quand il y en a. C’est aussi le mois des résultats des examens de fin d’année. Les jeunes sont plus détendus, les parents aussi. La CAN devra donc s’adapter aux conditions climatiques spécifiques des pays-hôtes. Ceci pour éviter des surprises très désagréables. A moins de préparer des éponges géantes pour aider à évacuer l’eau des pelouses après chaque pluie. Beaucoup ont certainement oublié les 3 heures de retard dû à la pluie qui s’est abattu sur Bata en Guinée Equatoriale lors de la CAN 2012, le 25 janvier, alors que Libyens et zambiens devraient disputer leur dernier match de groupe. Heureusement que ceci est arrivé en Guinée Equatoriale, « le Qatar de l’Afrique » dont les pelouses sont parmi les meilleurs du continent et où le système d’évacuation d’eau en dehors de la pelouse et les machines dernières générations n’ont rien à envier aux plus grands stades d’Europe.
En 2019, avec un pays aussi imprévisible que le Cameroun en matière d’organisation, il va donc falloir bien fixer les dates en consultant les archives Météo, pour ne pas lancer les CAN d’Été par des reports de matches. Histoire de ne pas noyer la réforme…
Bjfoot

Amical: Mounié marque encore !

Steve Mounié prend déjà ses marques à Huddersfield, pour son troisième match amical face aux allemands de Sandhausen cet après-midi , l’attaquant béninois inscrit son deuxième but de la pré saison. Huddersfield s’est incliné 3-2, Mounié a signé le deuxième but des Terriers de la tête à la 77e minute.

Géraud Viwami 

Qualif’ Chan 2018 : Les notes des Ecureuils face au Togo

Après le nul 1-1 face au Togo hier , Bjfoot.com a noté la prestation des Ecureuils.

Steve Glodjinon 5
Il n’a pas eu grand-chose à faire mais il était prompt sur ses interventions. Même sur le but qu’il encaisse il sort une parade qui aurait pu être salvatrice si sa défense avait été présente. Mais il a des progrès à faire dans ses relances.

Nabil Yarou 3
Loin d’être impeccable balle au pied il bâclé ses relances et s’est fait souvent dépassé sur quelques actions qui aurait pu coûter cher aux Ecureuils. Il doit mieux faire.

Ramane Adjanakou 6
Malgré sa petite silhouette il a été vif et prompt dans ses interventions en coupant plusieurs passes qui auraient pu être tranchante. On ne peut pas lui reprocher quelque chose. Bon match.

Rodrigue Fassinou 4
Défensivement il a globalement maitrisé son flanc même si vers la fin du match, son client  Messan Degli s’est particulièrement réveillé. Il doit faire des progrès sur le plan offensif où il n’a été aucunement utile sur son côté droit.

Mama Bah Yéré 5,5
Il connaît son poste d’arrière gauche et ça se voit, il s’est fait dépasser une seule fois en 90 minutes il a sécurisé son couloir. Offensivement il a souvent tenté des choses compliquées, des progrès à faire sur ses qualités de centres.

Mama Seibou 5,5
Dans son rôle de sentinelle il a tout donné et a longtemps essayé de poser le jeu béninois. Combatif et concentré, il s’est fait avoir sur la perte de balle qui amène l’égalisation togolaise. Seule fausse note. Sinon le capitaine des Ecureuils a rendu une copie propre.

Ibrahim Ogoulola 4
On l’a déjà vu mieux faire. Il a beaucoup couru dans le milieu sans toucher beaucoup de ballons intéressants. Il n’a pas illuminé le jeu comme on l’attendait. Parfois dépassé il a commis des fautes de jeunesse qui aurait dû être sanctionnés. Il quand même fait de gros efforts dans le replacement.

Gaston Houngbédji 4
Etrangement positionné en pointe haute dans le milieu à trois on a vite vu qu’il n’avait pas la palette technique pour le poste. Il s’est beaucoup dépensé à courir après le ballon sans être tranchant dans son rôle. Un match quelconque.

Abdel Bouraima 6
Il n’a pas toujours fait les bons choix mais il a été super actif à gauche comme à droite jusqu’à son remplacement (54e minute). Il a fait apprécier son jeu dans le couloir et s’est montré décisif en récupérant le ballon du but avant de servir intelligemment Marcellin Koukpo.

Chabel Gomez 4,5
De la volonté et une capacité à fixer l’adversaire intéressante mais il n’a pas été assez dangereux sur son côté gauche. Une seule frappe cadrée à son actif sinon il partait souvent de trop loin pour faire la différence. Jouer sur un flanc n’est pas son fort. A revoir.

Marcellin Koukpo 6,5
Aligné en pointe, il a eu la chance qu’il fallait sur le but. Même s’il n’a pas eu beaucoup de ballons sur chacune de ses prises il a été dangereux. Il a encore fait apprécier son sens du drible et sa palette technique. Bon match dans l’ensemble en plus d’avoir marqué un but important à l’extérieur.

Osseni Agnidé 2
Il a remplacé à la 54e minute mais il n’a apporté aucun. Rien de significatif à mettre à son actif. Un flop.

Waris Aboky 4,5
Entré en jeu à gauche pour la dernière demi-heure , il était frais. Il a eu la balle du 2-1 dans le dernier quart mais il n’a pas eu la réussite qu’il fallait.

Géraud Viwami
NB : Seuls les joueurs ayant disputés au moins 30 minutes sont notés.

Entretien : Steve Mounié, «Je me trouvais au Bénin, en sélection, lorsque j’ai appris l’intérêt de Huddersfield»

L’international béninois a accordé un entretien à nos confères FranceFootball, il parle de son transfert en Angleterre, de la saison à venir et Louis Nicollin.

Auteur de 14 buts en L1 avec Montpellier en 2016/17, Steve Mounié a pris le large et a répondu favorablement à l’offre de Huddersfield Town, promu en Premier League. L’attaquant béninois raconte ses premiers pas outre-Manche. Et assure qu’il est prêt au défi.

«Vous voilà joueur de Huddersfield Town depuis le 5 juillet dernier. Comment se sont déroulées vos premières heures avec votre nouveau club ?

C’est la découverte d’un nouveau pays, le début d’une nouvelle aventure. Une langue différente à apprendre, et un peu d’adaptation à avoir comme par exemple au niveau du climat, de la nourriture. Ensuite, question entraînement, les séances se font beaucoup avec ballon. Même le travail d’endurance, on le fait avec le ballon. C’est légèrement différent que ce que j’ai pu voir en France. Ils insistent aussi beaucoup sur la prévention des blessures.

La nourriture, le climat, c’est pas trop dur ?

(Il sourit.) Il y a certains trucs un peu marrant. Par exemple, à la collation, on mange des pâtes, du poulet, de l’omelette. En France, généralement, ce sont plutôt des choses sucrées. Il faut s’adapter ! Le matin, tu as des œufs avec des beans… À l’anglaise ! Le climat ? C’est sûr que Montpellier et Huddersfield (NDLR : à 305 kilomètres au nord de Londres, entre Leeds et Manchester), ce n’est pas vraiment la même situation. Mais depuis que je suis arrivé (NDLR : jeudi 6, notre interview a été réalisée le jeudi 13), j’ai eu cinq jours de soleil. Donc ça va. Il ne fait pas 35 degrés comme à Montpellier mais c’est agréable. Le temps ne pèse donc pas sur mon moral pour le moment.

Rendez-vous en hiver alors…

Oui ! Même si je pense que ça va changer dès septembre.

Revenons rapidement sur votre très belle saison 2016/17, la première complète en Ligue 1 et la première dans la peau d’un titulaire. Avec 14 buts et 2 passes décisives, était-ce une saison inespérée ?

Pas du tout. En commençant la saison, lors du stage de préparation, Frédéric Hantz nous avait demandé de noter sur un petit papier le nombre de buts qu’on souhaitait marquer. J’avais inscrit 12. Dès le début de la saison, je savais que j’étais capable de le faire. Je n’ai pas été surpris par mes capacités à pouvoir marquer en Ligue 1. Ma saison avec Nîmes, en Ligue 2, avait déjà gonflé ma confiance. À Montpellier, je m’attendais à avoir un temps d’adaptation bien sûr, mais je savais que je pouvais scorer. 

Si on fait une rétrospective de ces dernières semaines, comment s’est déroulé ce transfert ? Vous vous y attendiez ?

Pas forcément. Je me trouvais au Bénin, en sélection, lorsque j’ai appris l’intérêt de Huddersfield. Au début, je ne connaissais pas du tout le club. Je me suis renseigné sur le coach, l’équipe, sa manière de jouer. Le projet, au contraire du climat, m’a plu dans son ensemble (il sourit). Je me suis dit que je pouvais m’inscrire dedans : être un promu avec le challenge de prouver qu’on n’est pas là pour rigoler.

Un départ était inéluctable pour vous cet été ?

J’attendais de voir si j’avais des offres, sans me prendre la tête plus que ça. Rester une saison de plus à Montpellier m’allait très bien également. Il s’est avéré que l’offre de Huddersfield était très intéressante pour moi au regard de mon style de jeu et pour ma progression personnelle. Découvrir un nouveau pays, parler une nouvelle langue, dans ma vie personnelle, c’est une expérience enrichissante. Ça faisait huit ans que j’étais à Montpellier, donc changer d’air ne pouvait pas me faire de mal.

Quelle a été votre réaction quand on vous a annoncé qu’un club de Premier League souhaitait vous recruter ?

Je n’ai pas eu de réaction particulière. Je m’y attendais au regard de ma saison dernière. Après, c’est vrai que je ne pensais pas que les offres arriveraient si tôt. J’en suis très content.

Y avait-il d’autres offres ?

Avant Huddersfield, non, aucune autre proposition de Premier League. Ce n’est qu’après ma signature que j’ai eu d’autres sollicitations. Mais c’était trop tard.

Votre bizutage en chanson, c’est déjà fait ?

Non, pas encore. Cela se passera sûrement lors du prochain stage en Autriche.

Et vous allez chanter quoi ?

Je chante toujours « Juicy » de Notorious B.I.G. Je chante anglais, c’est déjà pas mal. Je ne parle pas très bien la langue, mais je commence à comprendre la majeure partie de ce qu’on me dit. Ce n’est pas encore parfait.

Vous étiez bon en anglais à l’école ?

J’ai toujours été un élève très studieux. Bon, l’anglais n’était pas ma langue favorite, je préférais plutôt l’espagnol, que j’avais commencé assez tôt au collège. Mais le fait d’avoir passé plusieurs vacances dans des pays anglophones comme la Barbade ou les États-Unis, m’a fait progresser. En arrivant en Angleterre, je n’étais pas complètement perdu

Jouer en Angleterre, c’était un rêve de gosse ?

C’était davantage un objectif que je me suis toujours mis en tête. Aujourd’hui, j’y suis, je peux donc cocher la case « objectif atteint ».

La Premier League, ça vous fait tout de suite penser à quoi ? Aux stades mythiques ? Aux stars ?

C’est le Championnat le plus relevé et le plus compétitif au monde. Il n’y a que des internationaux, que des grandes équipes, que des stades pleins. Il n’y a rien de plus excitant que d’évoluer là où jouent les meilleurs. J’ai hâte de commencer.

Y a-t-il un stade plus qu’un autre que vous avez envie de découvrir ?

Il y en a plein ! Je suis déjà passé devant l’Etihad Stadium (Man City) qui a l’air magnifique. L’Emirates Stadium (Arsenal), Stamford Bridge (Chelsea), pfiou… Tous les stades sont magnifiques ! En fait, j’ai plutôt hâte de jouer pour la première fois à domicile pour apprécier l’ambiance qu’il peut y avoir. En deux jours, 20 000 abonnements se sont vendus ici !

C’est aussi ça qui vous a motivé…

Faire perdurer ce club en Premier League est un vrai challenge. Tout le monde ne s’attend pas à ce qu’on reste. C’était la même chose pour Leicester. Quand ils sont montés, personne n’imaginait qu’ils allaient devenir champions. J’espère qu’on sera le nouveau Leicester.

Vous avez été acheté 13 millions d’euros. C’est quelque chose qui peut vous mettre la pression ?

Non, ce n’est pas vraiment une forme de pression, mais je sais que je suis le record du club au niveau des transferts et qu’il y a beaucoup d’attentes. Je donnerai tout ! Je ne vais rien inventer parce que je suis le joueur le plus cher. Maintenant, c’est le travail, l’adaptation à un Championnat très physique. Je ne pense pas que je serai véritablement prêt dès le premier match. Mais avec le travail, je vais m’accrocher.

Y a-t-il un secteur où vous vous êtes dit que vous alliez devoir insister dessus pour vous mettre au niveau exigé ?

Je ne me sens pas en-dessous du niveau. Mais je sens que la dimension physique est différente, c’est vrai. L’arbitre siffle rarement, c’est d’ailleurs pour ça que c’est si intense. Il faut prendre le rythme.

Que répondez-vous aux gens qui vous voient partir en Angleterre après une saison en Ligue 1 et qui estiment que vous allez faire comme les Thauvin ou Cabella, à savoir vite revenir en France ?

Sans critiquer les qualités de Thauvin ou Cabella, je n’ai déjà rien à voir avec ce type de joueurs. Je n’ai pas le même gabarit, pas le même style de jeu. Eux sont plus des joueurs techniques. Et, ensuite, pourquoi moi je ne réussirais pas ? Chacun a une capacité d’adaptation différente. On en reparlera en fin de saison, pour évoquer la difficulté de la chose. Je n’ai pas peur de ça.

Rendez-vous le 12 août pour la première journée face à Crystal Palace, avant votre première à domicile devant Newcastle…

Les premiers matches sont primordiaux. Ce ne sera pas face au top 5, mais c’est dans ces moments-là qu’on se doit de prendre le maximum de points.

Pour terminer, en tant que joueur formé à Montpellier, le décès de Louis Nicollin a forcément dû vous toucher…

Quand je l’ai appris, j’étais en Angleterre pour ma visite médicale. Ça m’a fait un choc. Même si je ne le voyais pas énormément au centre de formation, on savait qu’il était présent, on sentait sa présence. C’est lui qui a construit ce club, et sans lui, je ne serai pas là où je suis. Louis Nicollin, quand on le voyait, on se disait qu’il était immortel, qu’il serait toujours là. Même là, en parlant, j’ai l’impression qu’il est toujours là. Je représente encore toutes mes condoléances à sa famille.»

Entretien réalisé par Thimoté Crépin pour France Football

Huddersfield : Mounié débloque son compteur en amical

En stage de préparation avec son nouveau d’Huddersfield, Steve Mounié (22 ans) a ouvert son compteur hier en match amical contre Bury. Les Terriers se sont imposé 3- 1 avec un but égalisateur de l’attaquant international béninoisà la 54e minute. C’était son deuxième match sous ses nouvelles couleurs.

Qualif’ Chan 2018 : les Ecureuils s’en contenteront

Dans un match moyen , les Ecureuils n’ont pas fait mieux qu’un nul 1-1 à Kégué face au Togo pour le compte du premier tour des qualifications du Chan Kenya 2018 malgré l’ouverture du score de Marcellin Koukpo juste avant la pause. Un nul au stade de Kégué à confirmer dans une semaine à domicile.

 

Les buts

45e : Abdel Bouraima effectue un pressing gagnant aux abords de la surface de réparation puis coulisse pour Marcellin Koukpo. Ce dernier pénètre dans les seize mètres et frappe Sabirou Bassa Djéri n’arrive pas à maîtriser son ballon en deux temps qui file au fond 1-0.

47e :  Mama Seibou perd un ballon à soixante mètres des buts béninois , Kokou Gazozo lance la contre-attaque avec une chevauchée puis sert Messan Degli. Le tir de  ce dernier est repoussé par Steve Glodjinon  mais Eli Sewonou a suivi et marque dans le but vide 1-1

Homme du match : Kokou Gazozo, milieu offensif togolais

Comme un vrai capitaine il a dicté le ton du jeu à ses coéquipiers. Le milieu offensif de l’As Togo Port a rayonné dans l’entrejeu, il a fait apprécier son pied gauche sur son jeu long mais aussi sa capacité a avalé les espaces comme sur le contre qui amène l’égalisation. Le numéro 10 des Eperviers a été une grosse satisfaction.

 

 

Le réalisme et la chance

Présent dans l’impact physique, les Ecureuils rentrent bien dans la rencontre mais laissent progressivement le ballon aux togolais qui n’en demandaient pas autant. Guillaume Yenoussi enclenche la première frappe du match mais il glisse dans la surface et voit sa frappe enroulée mourir mollement dans les gants de  Glodjinon (2e).   Les Eperviers ne profitent pas de leur entame réussie et pèchent dans les décisions les derniers mètres béninois. Les vingt minutes passées les Ecureuils relèvent  la tête le trio Houngbéji-Seibou-Ogoulola touche plus de ballons. Chabel Gomez va signer la première incursion béninoise, bien lancé dans le dos de la défense par  Koukpo à gauche, l’attaquant d’Esae voit sa frappe au premier poteau capté sans souci. (35e). Deux minutes plus tard, Koukpo aussi prend sa chance sans faire mouche.

Antonio De Souza donnera des frissons au stade en voyant son coup franc fuir le cadre pour peu (42e).  Puis le réalisme béninois va faire mal avec un brin de chance aidé par Bassa Djéri, Koukpo donne l’avantage aux Ecureuils avant la pause. Le Togo peut avoir des regrets.

Sewonou répond, Aboky vendange

A la reprise le Togo ne se fait pas prier pour égaliser. Elie Sewonou marque un but de renard de surface à la conclusion d’une contre-attaque bien menée par le capitaine Kokou Gazozo. La seconde période sera rondement mené par les togolais gonflés par l’égalisation mais trop imprécis dans le dernier geste.  A l’image de cette tête manquée par Issifou Bourahana sur un coup franc déposé par Gazozo au point de penalty (54e). Comme en première période, le Ecureuils se réveillent dans le dernier quart d’heure. Koukpo slalome dans la surface mais voit sa frappe contrée in extrémis dans la surface (74e). Dans la foulée  Waris Aboky manque la balle du break. L’ailier de la JA Cotonou, seul face à Bassa Djéri tire pleine axe sur le portier Gbikinti (76e) . Les Ecureuils auraient pu réussir le hold up sans avoir briller , le Togo méritait sans doute mieux par rapport au contenu. Match retour à Cotonou dans une semaine pour voir qui passera le premier tour entre ses voisins. Le Nigéria attend son adversaire du second tour.

Géraud Viwami

 

XI Togo : Bassa-Djéri – Adégnon , Ouro-Sama, Bourahana , Kouloun- Efoe , Gazozo , Yenoussi (Akoro 50e ) , Degli- Sewonou (Agoro 48e), de Souza

Coach :                 Abalo Dosseh

XI Bénin : Glodjinon – Fassinou , Yarou , Adjanakou , Bah Yéré- Seibou , Houngbédji (Elegbéde 90e), Ogoulola – Bouraima (Agnidé 55e) , Gomez (Aboky 61e) , Koukpo

Coach : Omar Tchomogo