D1 – Match en retard –/1ere journée : Kraké s’offre sa première victoire 2-1

 

 

Dans le derby de l’Ouémé, le promu Asos n’a pas su tenir en échec  l’Us S Kraké un des prétendants au titre. Samedi au stade Sait Louis, l’équipe de Moussa Latoundji s’en est donc sortie avec une victoire 2-1. Ce résultat permet à l’équipe de Sèmè-Kraké de se repositionner juste derrière ses rivales l’Aspac (7 points, co-leader) et Tonnerres Fc (6 points).

 

Mogas – Buffles 1-1

Le Mogas va-t-il devenir le nouveau roi des matches nul ? On connaissait Tonnerres Fc version 2009-2010 qui enchaînait les matches nuls à domicile, cette fois-ci, le Mogas semble dans cette lignée avec des matches nuls 1-1, trois fois à la suite ! Dans ce match en retard de la première journée, les pétroliers ont eu u mal face aux Buffles à Kouhounou. Score final 1-1.

L’équipe des Buffles de Parakou est aussi une spécialiste des matches nul depuis le début de saison, n’inscrivant qu’un but en 3 matches.

Aubay

 

20 décembre 2010 – 20 décembre 2011 : Le point après une année de crise

 

 

Le Dahomey a connu son 1er août 1960 et son 26 octobre 1972, le Bénin son 28 février 1990. Le football béninois a connu son 20 décembre 2010. Tout semblait pourtant bien parti entre le controversé Moucharafou Anjorin et le généreux Sébastien Ajavon. Le 20 décembre 2010, ce dernier démissionne avec 12 autres membres. Depuis, une année est passée.

Aubay

C’est dans un hôtel de luxe qu’a commencé le séisme du 20 décembre 2011. 12 membres de la fédération ont démissionné. Tant et tant d’événements se sont enchaînés. Entre équilibre et déséquilibre, les forces se sont neutralisées pour mieux nuire à un football déjà bien mal classé.

 

Moucharafou Anjorin : 30% du temps de crise passé en prison

Dans ce bras de fer engagé avec ses anciens alliés, Moucharafou Anjorin a laissé des plumes et sur plusieurs ailes. Deux mois seulement après le début de la crise, le président de la fédération a commencé à faire des allers-retours entre la brigade économique et financière et la gestion quotidienne du football. On sentait bien le vent tourner, les choses se compliquer. Mis dans une situation inconfortable et en attendant la décision du Tas sans cesse reportée, Moucharafou Anjorin a fini par craquer face au juge Opinta, malgré ses appuis çà et là. L’affaire Mtn a eu raison du président de la fédération qui deviendra l’hôte de marque de la prison civile de Cotonou durant plus de 4 mois. Ce fut une rude expérience pour lui, certainement, mais aussi pour le monde du football laissé sans vrai patron. On n’est jamais le même homme avant et après la prison. On rebondit, mais quelque chose change toujours malgré les apparences…

 

 

L’autre Fifa : un mythe est tombé

Sur le plan institutionnel, la Fifa a dû se mouiller jusqu’au bout, sans boire la tasse devant le redouté Tas (tribunal arbitral du sport), la grande institution a fini par désavouer ses propres lettres tant déifiées en Afrique. Un mythe est tombé, par la faute d’un « ami » qui s’est fait piéger et infiltrer par un lobby assez puissant. Sébastien Ajavon et ses alliés ont réussi à démontrer qu’en  réalité la Fifa (des couloirs, et des réseaux) ne peut que faire des suggestions dans les cas des crises internes. Cette seule leçon vaut bien mieux que toutes les belles paroles dites et écrites sur cette crise.

 

 

Sébastien Ajavon : Qu’a-t-il perdu ?

C’est difficile de gagner quoi que ce soit dans une crise. On y perd toujours. Certains un peu plus que d’autres. En décidant de quitter la tête de la Ligue du football professionnel et ce monde « pourri où on salit votre nom chaque jour », Sébastien Ajavon espérait prendre de la hauteur. Mais quand on fréquente la pourriture, elle laisse des traces sur vous. Son image en souffert de cette crise. Ses adversaires essayant de le faire passer pour un « milliardaire arrogant ». Mais dans la réalité des choses, c’est peut-être à lui que l’histoire va donner raison. Il a osé démissionner pour rendre public le malaise qui couvait, il a fermé son centre de formation pour montrer qu’on peut savoir s’arrêter quand les issues sont bloquées. On peut passer de longues heures à en débattre, au finish, ni vous ni moi n’avons versé un copeck au Cifas. Cette décision peut faire mal, mais elle devrait surtout interpeller chacun de nous sur l’environnement structurel de notre football.

Enfin, Sébastien Ajavon dans ce football-là, a perdu beaucoup d’argent. Mais faut-il plaindre ce redoutable homme d’affaires qui sait que la roue peut tourner ? Seuls ceux qui dépendaient de sa générosité peuvent aujourd’hui avoir des soucis ? Ajavon a perdu cette année le foot, le foot a perdu Ajavon. Le grand perdant, à votre avis, ce serait qui ? Tout le football en pâtit et c’est une évidence. Sans se voiler la face.

 

 

La sélection en lambeaux…

Ils ont pris une raclée 2-6 devant la Côte d’Ivoire sans pouvoir réagir. Ils ont connu la honte et ensuite l’humiliation face au Rwanda à Porto-Novo 0-1. Honnêtement, on a touché le fond ! Ceci est tellement intime, tellement blessant qu’aucune autorité n’a osé aborder ces sujets-là en public. A la face du monde, on a été atteint dans notre moral de fan de foot, de supporters fiers de leur équipe nationale. Et après 3 coupes des nations disputées sur les 4 dernières, on méritait mieux. Et nous voici là maintenant à la croisée des chemins. Peu à peu, la belle génération s’est éteinte de 2004 à 2011. On a rien préparé, et la pilule semble bien amère. 2011 a été très sombre pour notre football, car la crise n’a rien arrangé.

 

Le championnat sans un monstre sacré nommé Requins Fc

C’est le plus grand échec de l’année dans la résolution de la crise des clubs. En essayant d’arracher les clubs à leurs propriétaires, on a ouvert la route à d’autres problèmes. Les Requins à deux semaines du début de saison se demandaient encore à qui appartenait le club où Sessègnon s’est révélé ! C’est si idiot et absurde que personne ne devrait se montrer fier de ce genre de situations. Le temps une fois perdu, le club a évidemment refusé de s’engager dans le championnat tout comme les Mambas Noirs. La malédiction semble poursuivre notre football, malgré la « disponibilité du président de la Fédération sorti de prison une semaine avant les 365 jours de crise !

 

D1 -3e journée : Les résultats

 

 

Adjobi – Tonnerres 0-1

Uss Kraké – Jap 0-0

Asos – Mogas 1-1

Panthères – Dragons 1-0

Soleil – Aspac 1-2

Avrankou – Buffles 0-0

 

Aspac et Jap en tête avec 7 points chacun

 

Incarcéré il y a 4 mois dans l’affaire des 300 millions de Mtn : Anjorin libre, la fbf plus que jamais sous tutelle

 

 

27 juillet 2011 – 13 décembre 2011. Le temps est passé trop lentement pour le désormais ex-prisonnier Moucharafou Anjorin. Deux matches des Ecureuils derrière les barreaux et au finish une liberté provisoire presque dans la foulée de la validation de son bureau par le gouvernement. Mais aujourd’hui c’est une nouvelle ère qui commence. Il est plus que jamais sous surveillance, sous tutelle même du ministère d’Aplogan.

Aubay

L’affaire Mtn c’est quelques 300 millions de francs Cfa octroyé entre 2008 et 2010 sous-formes de sponsoring en direction des Ecureuils du Bénin. Mais les traces des fonds restent bien fines dans les comptes de la fédération, à peine le quart  du montant global. Voilà ce qui a amené les alliés d’hier à se rapprocher de la justice pour une procédure judiciaire. Entre février et juillet 2011, Moucharafou Anjorin a eu du mal à produire les différents documents demandés. La juge Opinta le 27 juillet va surprendre la famille du football en décidant d’incarcérer le président de la fédération. Une première qui fait jeter un autre regard sur le football national et sa gestion. Plus de 4 mois sont passés et Moucharafou Anjorin peut enfin goûter aux joies de la liberté…provisoire.

 

Le ministre Didier Aplogan prend la main

« La Fbf est une ambassade de la Fifa au Bénin. » C’est le genre d’inexactitude qu’on entendait il y a quelques mois. Mais depuis la détention du président Moucharafou Anjorin, nombre de ses alliés se sont tus. Le nom de la Fifa n’est donc plus une formule magique qui fait fléchir les genoux, surtout pas dans les arcanes judiciaires béninoises. La lettre de la Fifa agitée au lendemain de l’incarcération n’a pas pesé bien lourd. Le gouvernement béninois en s’impliquant dans la crise a pu obtenir la libération de Moucharafou Anjorin (d’une manière ou d’une autre). Cet acte renforce le ministère des sports vis-à-vis d’une fédération « récalcitrante et arrogante » se prévalant en général de la tutelle exclusive de la Fifa pour se soustraire au contrôle de l’Etat. C’est bien là le piège qui se referme sur Moucharafou Anjorin qui doit plus son statut de président d’une fédération validée au ministre Didier Aplogan qu’à ses avocats ou à la Fifa. Le ministre des sports a donc un pouvoir quasi-illimité sur l’ex-prisonnier désormais redevable. La collaboration entre le ministère des sports et la Fbf qui a une délégation de pouvoir de l’Etat, a toujours été rude, du fait de l’indépendance dont se prévaut l’association vis-à-vis du pouvoir public bailleur à 100% des sélections nationales. Les conflits à répétition autour des budgets des sélections nationales et des choix des sélectionneurs vicient souvent l’atmosphère entre une structure sous tutelle et sa hiérarchie. A présent, les temps vont changer quelque peu.

Eviter un 3e front de combat

Au fil de la crise, et en butant contre les tribunaux nationaux (qui implicitement reconnaissent ses adversaires comme légaux) et la détermination de ses adversaires qui ont fini par l’envoyer en prison quelques temps, Moucharafou Anjorin aura compris que la Fifa a parfois des limites. La Fifa c’est bien, mais le gouvernement, c’est aussi pas mal ! Mais attention, et là commence le plus dur, jusqu’en août 2013 où finit son mandat, le président de la Fédération devra faire allégeance au ministre des sports qui qu’il soit. Car il ne faut pas ouvrir un 3e front (le camp Attolou et l’opinion publique). La nouvelle donne montre que son passage en prison et la décision gouvernementale le privent d’une marge certaine d’action et de tapage comme auparavant. Bon retour chez les gens libres, monsieur Anjorin!

Aubay

Libéré de prison après quatre mois de détention : Anjorin désormais ‘disponible’ pour gérer le football

 

27 juillet 2010, la Fédération de football est décapitée. Mardi 13 décembre. Moucharafou Anjorin est libre. Sa première visite d’ex-prisonnier est réservée au ministre Aplogan dès sa sortie hier soir. Ceci semble normal, le ministère des sports et la prison civile de Cotonou étant quasi-voisines. Le juge Opinta avait pris le monde du football à contrepied fin juillet avec la mise sous mandat de dépôt du président de la Fbf. Les rumeurs ont circulé en octobre sur sa libération, mais la procédure sera bien plus longue pour y arriver. Libération sans caution donc pour celui à qui il est reproché une distraction de fonds dans l’affaire des 300millions du sponsoring Mtn pour la sélection nationale entre 2008 et 2010.(A suivre).

Aubay

D1- 2e journée : Tous les résultats

 

Aspac – Mogas 1-1

Dragons – Uss Kraké 2-0

Tonnerres – Panthères 2-1

Avrankou – Adjobi  1-1

JA Plateau – Soleil 2-1

Buffles –ASOS  0-0

Nombre de buts : 12

Classement

1-     JA Plateau 6 pts + 2

2-    Dragons 4 pts + 2

3-    Aspac 4 pts + 1

4-    Panthères 3 pts + 3

5-    Tonnerres  3 pts + 0

6-    Mogas 1 pt  + 0 (-1match)

7-    Asos 1 pt + 0 (-1match)

8-    Buffles 1 pt +0 (-1match)

9-    Soleil 1 pt – 1

10-                      Adjobi 1 pt -1

11-                      Avrankou 1 pt – 4

12-                      Uss Kraké 0 pt – 2    (-1match)

Nb : en attendant la validation de la réserve portée par Avrankou contre Panthères Fc

 

Dragons- Uss Kraké 2-0 : Youssouf Gbadamassi et Emmanuel Iyindé plient le derby de l’Ouémé

 

«On a repris les entrainements depuis à peine trois semaines, on n’a pas eu de matches amicaux, c’était notre premier match. Pour moi ça va », Moussa Latoundji ne cherche même pas à justifier l’échec de son équipe au stade Charles de Gaulle de Porto-Novo. Les Dragons sortent vainqueurs logiques du derby de l’Ouémé  face à des adversaires encore en rodage.

Les buts

45: Sur un coup franc situé dans les 20 mètres complètement à droite. Youssouf Gbadamassi nettoie la lucarne de  Sèmèvo d’un tir bien enroulé du gauche. C’est trop beau ! Tout le stade applaudi, les oranges et noirs  mènent à la pause.

88: Baba Moussa  est au duel avec Didier Sossa dans la surface de réparation, l’attaquant ne résiste pas et tombe. Pénalty.Emmanuel Iyindé, prend Sèmèvo à contre-pied et corse l’addition 2-0.le sort des Krakés Boys est scellé

Homme du match : Charles Houngbo

Il a brillé en toute discrétion, relayeur par excellence, il a mis sa technique, sa qualité de passe et sa vision de jeu au service des siens. Il était la source de la majorité des actions équipe.

Géraud Viwami

Feuille de match

Dragons- Uss Kraké 2-0

Stade : Charles de Gaulle

Arbitre : Alban Zodéhoungan

Buts : Youssouf Gbadamassi 45e, Emmanuel Iyindé 88e

Avertissements :

Dragons : E. Iyindé 20e, D. Nassim  53e, H. Hessou 90e 

Uss Kraké : D. Fassassi 45e, C. Corea 58e, A. Oladjidé  61e,

Expulsion : Michael 88e (kraké)

Dragons

16- Harriston Hessou – 5- Roméo Houéssou, 6- Daouda Nassim,4- Orou Djalilou,12- Guy Akpagba ©- 18- Aimé Santou, 3-Ahouanto Dieu Donné (13-Thomas Ebo 49e), 11-Youssouf Gbadamassi, 8- Charles Houngbo- 9- Woussou Daniel(7-Baba Moussa), 14- Emmanuel Iyindé.

Non entrés :

1-Vianou Salomon, 10-Cakpo Luc,

Coach : Sékou Fofana

Uss Kraké

30- Cyrille Sèmèvo ©- 11-Sossa Didier, 14- Akim Oladjidé,5- Alain Hounsa (7-Paterne Houésinon 57e), 15- Soulé Olouchi (25- Zoumana Doumbia 75e), 8- Cédric Corea, 10- Djamal Fassassi, 6- Rafiou Hamidou, 9- Maurice Aladjo, 22- Mickael, 17- Raphael Onwèrèbè (20- Gadji Céli Ange 60e)

Non entrés

 02- Bénin Emiola, 1- Olou Kayodé, 26- Jonas Aguémon ,

Coach : Moussa Latoundji

 

Tonnerres-Panthères : 2-1 : Aoudou et Kiki marquent, Tonnerres Fc respire

 

Face à une teigneuse équipe des Panthères, l’As Tonnerres a du montrer du cran pour passer devant ses visiteurs très ambitieux. Mohammed Aoudou puis Romuald Kiki donnent le sourire aux supporters après l’échec inaugural face à l’Aspac.

Les buts

8: Moussa Kankou adresse une longue passe à Arouna BOUKARI qui profite de la distraction de la défense adverse pour ouvrir le score des 25 mètres. 1 à 0 pour les visiteurs !!! 1-0

15e  léger cafouillage dans la surface des Panthères, légèrement décalé à gauche Mohammed Aoudou opportuniste rétablit la parité ! 1-1

33e  Romuald Kiki donne l’avantage aux siens, sur un lob astucieux des 35 mètres. Un but splendide !!!!

Rafiou Assoumanou

Feuille de match

Tonnerres – Panthères 2-1

Buts : Boukari Arouna 8e pour les Panthères,  Aoudou Mohamed 15e, Romuald Kiki 33e

Expulsion : Fady Mama 83e ( Panthères)

Stade : René Pleven

Arbitre : Edgard Bada

Tonnerres

30- Rachid Compaoré ©- 3- Ouro Tanko, 4- Mohammed Aoudou,5-Soumaila Traoré ( 13-Abikoyè Chakirou), 6- Seidou Barazé,7- Romuald Kiki, 9- Dieudonné Flacandj,10- Luizan Getheme (14-Jodel Dossou 74e), 11- James Godfried Kiki, 12- Victor Chukwu 15- Rock Durand Ayité

Non entrés

1 Agbokou Judicael, 2- Emile Tegbenou,8- Francky Agossou, 17- Arnaud Séka, 18-Eric Tchibozo

Coach : Juan Calvet.

Panthères

16-Mouimi Koutchélé- 2- Fady Mama,5-Salifou Lakibou,7- Lamidi Kingbo, 9- Raimi Goumbeao, 10-Moussa Kankou,11- Boukari Arouna(13-Michel Ouédonon 73e),12-Mama Souraka,14-Faycal Mama, 17- Zakari Souradji , 18- Hounessi Touré (8-Nadjimou Idrissou 74e).

Non entrés :

Imourana Souradjou

Coach : Aminou Allassane /Tairou Tegbandi

 

La première journée en chiffres

Equipe-Type 1ere journée

Chiffres généraux
Domicile : 3 victoires et 1 nul
Extérieur : 0 victoire
Buts marqués : 10
Meilleur buteur : Mama Souraka (Panthères), 2 buts.

Buts par quart d’heure
Le deuxième quart d’heure de la première partie, puis le premier quart d’heure de la seconde partie sont les plus prolifiques (3 buts chacun).
1ere mi-temps
(0-15 ) : 1 but ; (16-30): 3 buts; (31-45): 1 but;
2e mi-temps
(46-60): 3 buts; (61-75): 2 buts; (76-90): 0 but

D1- 2e journée
Tous les résultats
Aspac – Mogas 1-1
Dragons – Uss Kraké 2-0
Tonnerres – Panthères 2-1
Avrankou – Adjobi 1-1
JA Plateau – Soleil 2-1
Buffles –ASOS 0-0
Nombre de buts : 12
Classement
1- JA Plateau 6 pts + 2
2- Dragons 4 pts + 2
3- Aspac 4 pts + 1
4- Panthères 3 pts + 3
5- Tonnerres 3 pts + 0
6- Mogas 1 pt + 0 (-1match)
7- Asos 1 pt + 0 (-1match)
8- Buffles 1 pt +0 (-1match)
9- Soleil 1 pt – 1
10- Adjobi 1 pt -1
11- Avrankou 1 pt – 4
12- Uss Kraké 0 pt – 2 (-1match)
Nb : en attendant la validation de la réserve portée par Avrankou contre Panthères Fc

Perspective des éliminatoires de la Can 2013 : La sélection nationale sans gouvernail

 

 

 

 

Les Ecureuils existent-ils encore ? Novembre est passé avec ses émotions du début de mois lors du tournoi de l’Uemoa. Depuis, c’est le championnat qui occupe les esprits, parce qu’on a souvent du mal à faire deux choses à la fois…

 

L’Ethiopie n’est pas une foudre de guerre. Soit. Le Bénin non plus ! Depuis que le Rwanda nous bat devant notre propre public, nous sommes tombés de haut et quelque chose s’est cassé. Seulement voilà, dans la république des copains, on pense à placer les siens pour gérer des affaires dont parfois ils n’ont pas les compétences. Edmé Codjo, un des techniciens les plus réputés du pays est désormais rentré dans son placard, ou presque…Depuis les opérations kamikazes qu’il a menées entre septembre et novembre, le sélectionneur qui n’est candidat à rien selon ses propres termes est donc retourné à ses fiches. Pendant ce temps, les appels à candidature pour le poste de Dtn se succèdent. « La procédure suit son cours », c’est la version officielle. Et la quête d’un sélectionneur aussi suit son cours. Le temps file, la saison a enfin débuté, sans aucun technicien chargé de superviser les joueurs et voir ceux qui sont aptes. C’est vrai qu’au Bénin, on sélectionne des noms, on remplit des cases de quotas et à la fin on s’étonne des résultats.

Aubay

 

 

Adjobi surprend Avrankou 1-1

 

Ils menaient 1-0 à Pobè lotrs de la première journée avant de se faire battre 2-1. Cette fois-ci, Adjobi Fc est allé tenir en échec Avrankou 1-1, après avoir été mené 1-0 à la pause.

Buts
Avrankou : Prince Ekoué 16e
Adjobi : Moustapha Oké 72e

Les coaches en parlent

Jonas Nounawon, Adjobi Fc : « Après chaque match, notre objectif est d’améliorer l’équipe »

Ce match nul, comment est-il arrivé ?
Le championnat vient de démarrer et Sakété qui est une jeune équipe débute doucement en première division. L’entraîneur d’Avrankou avait déclaré qu’il n’y avait pas match. Et là, l’expérience a démontré de quel côté se trouvait la supériorité.

Après le premier but de la partie que vous avez encaissé quel a été la réaction ?
On a pris un but en première période sur une erreur défensive et ils ont tenu jusqu’à la mi-temps. En deuxième partie, j’ai donné des consignes fermes aux miens et on a mis la pression sur la défense adverse alors obligée de commettre un penalty transformé par notre avant-centre.

Est-ce un signe de maturité que d’avoir su revenir au score dans ce match à l’extérieur ?
Vous savez, l’expérience du premier match nous a servie. Après chaque match, notre objectif est d’améliorer l’équipe.

Bruno Goudjo « Adoula », coach d’Avrankou
« Il nous a manqué beaucoup d’efficacité devant les buts »

Qu’est-ce qui a manqué à votre équipe dans ce match?
J’ai joué la méfiance, parce que l’arbitre central cherchait à m’expulser. Ceci a fait que je n’arrivais pas à bien parler à mes joueurs. Après, il nous a manqué beaucoup d’efficacité devant les buts.
Marius Oké à la 32e minute a tiré à côté, seul face au gardien et vers la 78e minute, Enoch Odjo a fait pareil. Le match aurait pu basculer à ces instants-là. Sinon le milieu de terrain a fait le boulot, ils ont été costauds, bien plus qu’à Djougou.

Que faut-il faire pour le prochain match ?
Ce match montre qu’il y a des retouches à faire. Il y a un manque flagrant d’efficacité. Je ne voulais pas m’acharner sur ces choses. Le championnat vient de débuter et finalement je pense qu’il faut commencer à corriger ces choses-là. Les joueurs sont au repos lundi et mardi on va travailler !
Propos recueillis par Virgile MEGNITO

Jap – Soleil 2-1 : Une victoire qui place Jap en tête

Le terrain, les arbitres, le manque d’efficacité : voilà trois raisons qui ont fait que Soleil Fc n’a pas obtenu au moins le point du nul. Une défaite 1-2 qui fait mal à Vizir Touré et ses poulains. Et dire que pour la JAP Oladélé Babatundé a même manqué un penalty à la 42e minute de jeu…

Feuille de match

JAP : 1Atindokpo Arnaud (Cap); 4Agogo Chima (8Sounkanmi Soulé 80e), 5Oyafo Dénis (Aziankui Armand 77e), 6Shittu Kazeem, 7Adjabo Sunday, 10Omolabi Sodick, 11Oladélé Babatundé, 12Onanlakpo Mayowa, 13 Akinboté Idohou, 14Latifou Mousbaï, 15 Fakèyè Paul

Remplaçants : 8Sounkanmi Soulé (80e) ; 17Aziankui Armand (77e), 9 Gbenga Itan Ola, 18Iyamou Ifè Essè

Soleil : 1Odilo Kenneth ; 5Hountonto Sergio ; 3 Hountonto De Gaulle, 18 Koukpéré Dine, 2 Yaya Touré Fataou, 6 Adanhounmè Gérard (Cap), 10 Oladikpikpo Monsourou, 17Fatolou Prospère (20 Kassa Arnaud (45e+2)), 19 Adjado Mohamed(Adam Mohamed (47e), 11 Jacques Bessan, 15 Salaou Amidou

Remplaçants : 20 Kassa Arnaud (45e+2), Adam Mohamed (47e); 16Loudjinon Steev, 21 Degboe Koffi, 7Lanmadousselo Gaëtan
Coach : Vizir Touré

Arbitre : Houédi Borgias
Buts
Jap : Agogo Chima (33e); Onanlakpo Mayowa (44e)
Soleil : Jacques Bessan (58e)
Homme du match : Jacques Bessan
Expulsion : 42e Hountonto Sergio (CR)

Ils parlent du match

Jacques Bessan : « Les arbitres n’ont pas bien joué leur rôle et en plus de cela, le terrain n’était pas praticable et cela nous a trompés. »

Azé Banerman, coach JAP « Soleil a une bonne équipe, mais a un problème de finition »

La Jap fait son petit chemin dans ce championnat avec une 2e victoire en 2 matches…
On a essayé en première partie de nous en sortir, ensuite en seconde période cela a été plus dur. Mais sincèrement, Soleil Fc a une bonne équipe. Ils sont au top.
Qu’est-ce qui a manqué à Soleil ?
C’est leur attaque. Ils ont un problème de finition. Ensuite, leur défense axiale a failli en première partie avec des erreurs dont on a profité. Mais nous en seconde période on a lâché et cela reste à corriger. Personnellement, je pense que d’ici à la 5e journée, nous serons en forme, nous aurons une bonne équipe.

Vizir Touré : « L’adversaire a été opportuniste et a ensuite refusé de jouer… »

Qu’est-ce qui a manqué finalement dans ce match pour arracher un nul ?
L’adversaire s’est refusé de jouer en seconde période.

C’est-à-dire ?
…tout le temps l’adversaire a décidé de geler le match, avec un joueur qui tombe à gauche, le gardien qui tombe ensuite…et l’arbitre qui n’a pas su stopper cela très vite.

Alors, qu’est-ce qui a manqué en première partie ?
J’ai surtout vu l’arbitre donner un carton rouge qu’on ne méritait pas (Ndlr : Hountonto Sergio, 42e). Après, il faut dire que l’adversaire a de très bons joueurs qui a un moment donné ont été opportunistes. Par contre nous autre on a eu un peu de difficulté en raison de la qualité de l’aire de jeu. Ce qui nous a empêchés de jouer le jeu qu’on nous connaît. En 2e partie, on s’est mieux organisés.

Quels sont les enseignements que vous tirez de cette défaite?
Je n’en veux pas trop aux joueurs, car quand tu es sur un terrain difficile, tu as du dégoût pour le match, parce que tu ne retrouves pas tes repères. Voilà. Maintenant, on a joué sur terrain adversaire et on espérait glaner des points, ce qui n’est pas arrivé. On va préparer le prochain match qui se jouera au stade Charles de Gaulle qui offre une belle pelouse.

Par Mathias KOOLE

Adjobi surprend Avrankou 1-1
Ils menaient 1-0 à Pobè lotrs de la première journée avant de se faire battre 2-1. Cette fois-ci, Adjobi Fc est allé tenir en échec Avrankou 1-1, après avoir été mené 1-0 à la pause.

Buts
Avrankou : Prince Ekoué 16e
Adjobi : Moustapha Oké 72e

Les coaches en parlent

Jonas Nounawon, Adjobi Fc : « Après chaque match, notre objectif est d’améliorer l’équipe »

Ce match nul, comment est-il arrivé ?
Le championnat vient de démarrer et Sakété qui est une jeune équipe débute doucement en première division. L’entraîneur d’Avrankou avait déclaré qu’il n’y avait pas match. Et là, l’expérience a démontré de quel côté se trouvait la supériorité.

Après le premier but de la partie que vous avez encaissé quel a été la réaction ?
On a pris un but en première période sur une erreur défensive et ils ont tenu jusqu’à la mi-temps. En deuxième partie, j’ai donné des consignes fermes aux miens et on a mis la pression sur la défense adverse alors obligée de commettre un penalty transformé par notre avant-centre.

Est-ce un signe de maturité que d’avoir su revenir au score dans ce match à l’extérieur ?
Vous savez, l’expérience du premier match nous a servie. Après chaque match, notre objectif est d’améliorer l’équipe.

Bruno Goudjo « Adoula », coach d’Avrankou
« Il nous a manqué beaucoup d’efficacité devant les buts »

Qu’est-ce qui a manqué à votre équipe dans ce match?
J’ai joué la méfiance, parce que l’arbitre central cherchait à m’expulser. Ceci a fait que je n’arrivais pas à bien parler à mes joueurs. Après, il nous a manqué beaucoup d’efficacité devant les buts.
Marius Oké à la 32e minute a tiré à côté, seul face au gardien et vers la 78e minute, Enoch Odjo a fait pareil. Le match aurait pu basculer à ces instants-là. Sinon le milieu de terrain a fait le boulot, ils ont été costauds, bien plus qu’à Djougou.

Que faut-il faire pour le prochain match ?
Ce match montre qu’il y a des retouches à faire. Il y a un manque flagrant d’efficacité. Je ne voulais pas m’acharner sur ces choses. Le championnat vient de débuter et finalement je pense qu’il faut commencer à corriger ces choses-là. Les joueurs sont au repos lundi et mardi on va travailler !
Propos recueillis par Virgile MEGNITO

D1/ 2è Journée/ Mogas90 – Aspac : 1 – 1 : Régis Dossougbété met fin à la série noire du Mogas

regis dossougbété, joker de luxe

 

Pour leur entré en liste, les pétroliers du Mogas90 n’ont trouvé mieux que de concéder le nul face à leur bête noir de tous les jours. L’Aspac a d’abord ouvert la marque par Samuel Loba en première période avant de se faire rattraper en deuxième période sur une superbe inspiration de Régis Dossou-Gbété. Pour un Choc, s’en était un.

Par Armel Kassavi

Les buts

Pour l’Aspac

38è : Belle remise de Bouraima Mouckaila pour Samuel Loba en pleine surface de réparation. Ce dernier, sans forcé, inscrit le premier but de la partie.

Pour le Mogas90

83è : Entré en jeu quelques minutes plutôt, Régis Dossou-Gbété, en renard de surface, d’une superbe reprise de volée rétablit la parité.

Homme du Match

Régis Dossou-Gbété, Mogas90

Il a été le sauveur des pétroliers du Mogas90. Pour sa première titularisation, le jeune attaquant des pétroliers offre l’égalisation à son équipe dans le dernier quart d’heure de la rencontre (83è minute de jeu) après avoir fait son entrée à la 79è minute de jeu. Il a fait preuve d’un grand réalisme et d’un coup de génie, il rétablit la parité à son équipe.

Feuille de match

Lieu: Stade de l’Amitié de Kouhounou

Arbitre : Rafiath Sitou, Noussirath Salifou, Junior Djidonou, Jules Mevo

Affluence : 300 spectateurs

Mogas90

V. Amoussou, Robert Agbo, Giscard Tchato, Bébila Degnidé (Judicaël Kouassi 69è), Ismael Mohamed, Aboubakary Mazou, Senyo Agboto (Carlos Johnson 61è), Bruno Akakpo (Régis Dossou-Gbété 79è), Felix Ménongbé, Katodatou Bewa,  Mickaila mounirou.

Coach : Stanislas Akélé

Aspac

S. Allagbé, Victor Adingoun (Arouna Sakibou 64è), V. Fanou,  M. Sako, A. Kassa, L. Fousseni (Nabil Yarou 45è), G. Yolou, Adam Wahidi, Samuel Loba, H. Atchégo,  M. Bouraima (Johnson Owunka 78è).

Coach : Emile Enansouan

 

Réactions après match

Adam Wahidi, Aspac

« Nous ne sommes pas content de ce nul car on avait la situation en main mais par manque de concentration, l’adversaire a pu égaliser. Il faut aussi dire qu’on était un peu fatigué. Ce nul est comme une défaite pour nous. L’adversaire s’est bien préparé  pour nous contrer. La cohésion au sein du groupe n’est pas encore huilé donc on va travailler ça et faire en sorte que ce qui s’est passé ce soir ne nous arrive plus »

Régis Dossou-Gbété, Mogas90

« C’est d’abord grâce au coach que j’ai pu inscrire ce but. C’est ma première apparition au sein du groupe et je permets à mon équipe d’arracher le nul, c’est une joie pour moi et pour toute mon équipe. Pour ma première, j’entre et je marque un but face à l’Aspac qui a toujours pris le dessus sur nous, je ne peux que remercier le bon Dieu pour m’avoir donné cette inspiration ».

 

D1 : la calendrier réaménagé!

 

1799 d1

 

Le Choc de l’Ouémé

Dragons – Kraké dimanche à Porto-Novo

Le club le plus titré contre le club le plus ambitieux. Les Dragons ont été de toutes les batailles, mais restent en pleine reconstruction. Le retour de Sékou Fofana aux affaires, deux après avoir été poussé dehors marque une remise en cause du club de la capitale. Le match nul 1-1 face à Soleil Fc le dimanche dernier leur est resté en travers de la gorge. Les Oranges et noirs savent qu’ils doivent gagner pour lancer l’assaut pour le titre dès la 2e journée. L’espiègle Emmanuel Liyindé sera attendu au tournant par l’équipe adverse. Car à quelques kilomètres de là, l’Us Kraké ne cache pas ses ambitions. Son président a roulé sa bosse, été de plusieurs bagarres aux Requins de Cotonou puis aux Dragons de Porto-Novo avant de trouver son équilibre entre les deux grandes villes du Bénin ! Riches de ses sponsors, de son stade, de son nouveau bus grand modèle et de la seule émission Tv consacrée à un club, l’Us Kraké ne peut jouer que les premiers rôles. Dominé par les Dragons 3-2 il y a 2 ans à Porto-Novo, l’équipe de Kraké a défié l’ennemi juré en recrutant chez lui deux joueurs et un coach ! Les mois sont passés, mais la rivalité s’est ravivée. Kraké cette saison n’a pas encore joué, mais les Dragons eux, ont déjà débuté leur saison. Peut-être un léger avantage. Dimanche, c’est la suprématie sur le département de l’Ouémé qui se décide.

 

Dimanche à Kouhounou

Le Mogas n’a rien à perdre face à l’Aspac 

Quand le Pétrole défie le Port ! Les deux sociétés d’Etat que sont la Sonacop (Propriétaire du Mogas) et le Port Autonome de Cotonou (Aspac) sont complémentaires pour nous fournir du pétrole. L’une doit passer par l’autre et c’est peut-être pour ça que sur le terrain, l’’équipe du port l’emporte toujours ! Enfin, jusque-là, en 3 confrontations, l’Aspac a inscrit 9 buts et encaissé 3 face au Mogas. C’est le derby de Cotonou le plus attendu. L’ambiance y est souvent moins électrique que les autres derbies de la capitale économique. La raison ? Les dirigeants des deux camps sont es fonctionnaires et franchement, leurs vies ne dépendent pas du foot ! La qualité du football est toujours au rendez-vous, car ces deux équipes-là sont les plus joueuses de notre championnat. Elles circulent le ballon et font moins de fautes. Dimanche, l’Aspac devra confirmer son statut de champion sortant et surtout de champion de Cotonou pour n’avoir perdu aucun derby face à un autre club de la mégapole béninoise. En face, le Mogas a tout à gagner car ayant déjà connu une raclée à 4-1 !

 

 

Les autres matches de la 2e journée

 

Tonnerres – Panthères (Samedi)

Dimanche

Jap – Soleil

A.O – Adjobi

Buffles – Asos

 

Les résultats de la première journée

 

Aspac – Tonnerres 1-0

Dragons – Soleil 1-1

Jap – Adjobi 2-1

Panthères – A.O 4-0

Uss Kraké – Asos (match en retard)

Mogas – Buffles (match en retard)

Bénin / Football – Après la crise de la Fédération : La crise des clubs éclate

 

 

La défection des Requins, Dynamo, Cifas et Mambas Noirs est un coup dur pour le championnat de D1 de transition. Au moment où la D2 s’apprête à débuter avec le lancement samedi prochain, des défections sont envisagées et on semble s’acheminer vers la crise des clubs.

Aubay

Dans certains articles, nous avons fustigé le fait que les subventions soient en baisse et les budgets des clubs en hausse du fait du passage à 16 clubs contre 14 précédemment. Cette défection peut être une occasion…

On peut avoir les yeux plus gros que le ventre, mais on a le droit de dire après quelques bouchées qu’on est repus ! La D1 de Transition aura du mal à gérer 240 matches sur 9 mois et à être de qualité. Les clubs sont sans moyens et les subventions ne sauraient tomber facilement. La crise financière est mondiale et il fallait en tenir compte. 4 clubs ont boudé voire snobé la D1 de transition. La logique de camp et de crise reste donc d’actualité. Après le foot avec deux fédérations, voici le foot sans les Requins, club phare de Cotonou la capitale économique et 3 autres clubs.

 

La double inquiétude à la fédération ?

Sanctionner les 4 frondeurs comme annoncé serait une première source de tensions et d’inquiétude. Les remplacer par 4 autres clubs serait une source de désorganisation des calendriers. C’est la crise des clubs. C’est la crise la plus embêtante sur le chemin de la réconciliation et qui vient prouver que le football est loin d’être apaisé, guéri. La Fédération dont le président est en prison depuis le 27 juillet dernier aura du mal à gérer cette crise-là. Car elle suppose qu’on fasse remonter d’un niveau 4 clubs qui n’avaient pas prévu cela.

Alors voilà, autant les décideurs de la Fédération béninoise de football ont voulu instaurer un championnat à 16, avant de revenir à 14 clubs l’année prochaine, autant ils doivent saisir la balle au bond depuis la fameuse première journée et les séries de défections. Laisser le calendrier tel quel et poursuivre le championnat pour en rester à 12 clubs serait plus sage en effet. La réalité est qu’avec 30 matches, tous les clubs, à part les sociétés d’Etat se posaient des questions. Ces défections peuvent être une porte de sortie pour réduire les ambitions démesurées à la baisse.

Aucune décision officielle n’a encore été publiée, mais il va falloir faire vite pour ne pas affoler le public qui pensait la crise finie. Une chose paraît bien évidente, des défections en D2 seraient prévues. La crise des clubs éclate, un an après celle de la Fédération. Le bout du tunnel est encore loin.

 

Bruno Goudjo « Adoula » explique la lourde défaite d’Avrankou et dénonce l’absence de licences pour l’équipe des Panthères

 

En revenant sur le film de sa journée à Djougou, l’entraîneur d’Avrankou Omnisports dénonce le fait que le match se soit déroulé sans qu’aucune licence n’ait été présentée par l’équipe des Panthères. Il explique la défaite de son club par le fait qu’il a aligné son équipe B en préservant ses titulaires d’éventuels cartons jaunes.

« Vous n’êtes pas sans savoir que le championnat a un règlement intérieur qui exige que les clubs doivent avoir des licences pour leurs joueurs. Lors de la réunion technique, nous avons signifié aux responsables des Panthères que sans licences, on ne jouerait pas. Mon directeur sportif m’a calmé en me disant d’attendre 14h00.

Les heures passaient et après notre arrivée au stade puis l’échauffement, rien n’avait changé. A 16h05, nous sommes allés aux vestiaires pour constater auprès des arbitres que les Panthères n’ont pas de licences. Nous avons alors décidé de porter les réserves qui s’imposaient. Le commissaire au match et l’inspecteur ont signé. 

Nous avons ensuite appelé les dirigeants du club en les informant de la décision de ne pas jouer. Ils nous ont alors expliqué que si le match ne se tenait pas, nous aurions le public à dos et qu’il y aurait trop de dégâts. C’est alors que mon directeur sportif a décidé de faire jouer notre équipe. J’ai alors demandé qu’on consigne les insuffisances dans un document signé par les deux parties. Ce qui a été fait. Ceci porte à deux le nombre de documents signés avant le match. En fin de compte, j’ai décidé de composer une équipe remaniée afin de préserver les meilleurs d’éventuels cartons jaunes.»

Recueillis par Aubay

Requins, Mambas Noirs, Cifas fc et Dynamo d’Abomey relégués en D3 ?

 

Quentin Didavi annonce la relégation des 4 frondeurs ! Selon une source proche à Pobè où il était dimanche, le directeur exécutif de la fédération a annoncé la relégation en 3e division des équipes n’ayant pas effectué le déplacement. Parmi celles-ci, les Requins de Cotonou. Dynamo d’Abomey, Mambas Noirs et Cifas Fc sont aussi frappés par cette décision. Toutefois, cette relégation annoncée est à prendre avec pincette, car selon le règlement du championnat national de transition, seulement une amende de 100 mille francs Cfa par forfait.

Les matches annulés

Mogas – Cifas

Mambas Noirs – Kraké

Dynamo d’Abomey – Asos

Buffles – Requins

D1 -1ere journée : Les Panthères frappent fort

 

 

Panthères – Avrankou 4-0

La palme aux Panthères qui ont étrillé Avrankou !

4 fois ils ont rugi dans un match où Avrankou Fc n’a pas existé, les Panthères Djougou ont dominé de pied en cape le match. L’équipe de Djougou est logiquement leader au classement.

 

Adjobi y était presque…

Le promu a bousculé les locataires du stade Jean-Pierre Gascon e Pobè. Mais en menant à la pause 1-0, les poulains de Jonas Nounawon n’ont pas su se hisser au niveau de la D1. Score final 2-1 pour une équipe de Pobè revenu dans la partie grâce à deux buts inscrits en 15 minutes.

 

 

Dragons et Soleil Fc dos à dos 1-1

Les deux locataires du stade Charles de Gaulle ne se sont pas départagés. 1-1 à la fin d’un match où Soleil avait ouvert la marque par Jacques Bessan.

 

 

 

Football / Formation des jeunes talents : « Jimmy » Adjovi-Boco revient au Bénin…avec Diambars !

Jimmy adjovi-bocco, le béninois revient chez lui!

 

 

Il a disputé les éliminatoires de la Can 1998 avec la sélection béninoise. Mais la suite n’a pas été reluisante. Malgré tout, l’appel de sa terre natale a été plus fort. « Jimmy », Jean-Marc Adjovi-Boco va bâtir le projet Diambars au Bénin.

 

« Je suis parti en claquant la porte. En fait, j’avais été très mal traité. Mais je n’ai pas envie de ressasser le passé. Aujourd’hui, je constate qu’il y a une réelle volonté politique au Bénin et je souhaite monter au Bénin, un projet identique à celui de Diambars », a déclaré hier aux médias, Adjovi-Boco. Le président co-fondateur de l’institut Diambars compte donc participer à la formation de jeunes joueurs béninois. « Je sais que c’est difficile. Mais avec une bonne rigueur et une bonne organisation, on peut y arriver. Je peux vous dire que c’est un projet de vie. Ce sera un projet sport-études et les enfants vont y entrer à 13 ans », a-t-il confié. Au cours de la conférence de presse organisée au ministère des Sports, Jean-Marc Adjovi-Boco a clairement affiché sa volonté de réussir au Bénin. D’ailleurs, l’expérience de Dakar (Sénégal) l’a bien édifié. Il rappelle que Diambars compte déjà 11 joueurs professionnels évoluant en Europe, 20 joueurs inscrits dans des universités au Sénégal et en France pour leurs études supérieures et 23 joueurs évoluant en Ligue 1 au Sénégal. En effet, le club a rejoint cette saison l’élite. « Le club offre un football de qualité », a-t-il fait savoir. Pour la mise en place de Diambars au Bénin, une étude de faisabilité a été lancée. Cette phase prendra six mois. Ensuite, le projet sera vraiment mis en œuvre. Mais pour y arriver, il faut une meilleure organisation du football au plan local. Pour ce faire, il a sollicité Jérôme Champagne, ancien directeur des relations internationales à la Fifa.

Rappelons que dans notre édition du mardi, vous avez pu avoir une idée large du projet avec l’interview de Moussa Kamara, directeur de Diambars Sénégal.

(Avec Epiphane Bognaho)

D1 : Des budgets en hausse, des subventions en baisse

 

La piste des coups de force est souvent envisagée ans notre football surtout quand il s’agit des grands clubs. On peut intéresser un dirigeant qui va ensuite former une équipe pour participer à un match en attendant de rallier le reste du directoire à sa cause. Les choses ont changé sur ce plan. Ces trois clubs ont des patrons connus désormais, et ce sera rude de les faire participer sans convaincre le vrai patron.

Si vous prenez à Abomey la responsabilité de faire jouer les joueurs du Dynamo Fc, vous devriez expliquer aux joueurs pourquoi ils ne sont pas payés à 100 mille francs cfa comme avant. Car autant les joueurs réclament le retour au jeu, pour autant ils ne renonceront pas à un salaire pour en gagner la moitié pour une saison plus longue.

La fédération en choisissant de passer à 16 clubs et faire une saison plus longue, s’est rendu la tâche difficile. Les moyens à mettre en œuvre sont colossaux pour des clubs très pauvres et habitués depuis deux ans à toucher les millions d’Ajavon. Les budgets ont augmenté, les subventions ont baissé. Mêmes les ex-dirigeants téméraires des Requins qui auraient envie de braver l’interdiction d’Ajavon ne pourraient pas tenir jusqu’au bout une aventure financière de ce type.

Mêmes les clubs qui acceptent de faire la saison savent bien qu’aller jusqu’au bout serait un aventure ruineuse. Mais au nom de leur position D1 ou D2, ils ne sauraient repousser l’offre de la fédération.