Requins Fc : Charles Ana revient aux affaires (Claude Yenké et son staff technique limogés)

Il fallait s’y attendre, la direction des Requins de l’Atlantique a décidé de mettre à la porte tout son staff technique. Un limogeage qui sonne comme les prémices du grand ménage.

Géraud Viwami (coll.)

8défaites, 3victoires et 2nuls c’est le bilan que présente le club phare de Cotonou à l’issue de la phase allé de la ligue 1. Le club (13e) est scotché à l’avant-dernière place du classement. Et Lundi après-midi, le staff technique a été dissout  par le comité de direction. Claude Yenké et ses adjoints ont donc failli à leur mission. Mais sont-ils vraiment les coupables ?

En effet depuis juin 2010 où Michel Sorin a décidé de  quitter le club, la direction a perdu assez de temps pour le remplacer. Claude Yenké a pris la tête de l’équipe à une semaine du démarrage du championnat et de la fermeture du marché. Soit le 5 septembre 2010. En compagnie de ses adjoints qui s’attelaient à la tâche  trois semaines avant son arrivée. Des éléments vitaux tels que  Dossou, Bézo, Traoré, Kadé  sont partis. L’équipe a été remaniée à plus de 60% et pas renforcée. Yenké a recruté un de ses compatriotes inexpérimentés comme gardien de buts et fait avec les moyens de  bord. II a contribué à noyer les Requins. Du point de vue sportif au fil des matches rien ne s’est arrangé. Le staff du technicien togolais en 13 rencontres n’aura pas convaincu. Son limogeage est tout à fait logique.

Charles Ana, assure l’intérim

Hier mardi, c’est Charles Ana, qui a dirigé l’équipe pour sa première séance depuis le départ  de l’ancien staff. Aucune précision officielle n’a donné sur la nature de l’engagement l’ancien international béninois.

Au tour des dirigeants ?

Le torchon brûle entre les dirigeants du club aussi. Ils sont tiraillés par leurs intérêts respectifs. Des conditions peu propices à l’évolution du navire Rouge et Blanc qui ne cesse de tanguer. Les jours à venir nous réserve quelques surprises dans l’équipe dirigeante. Un ménage profond  au sein de la famille des Awissi-Wassa est inéluctable. Cette dissolution du staff technique n’est que le début.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *