Tshabalala et Gyan montrent la voie

Ils ont osé organiser la coupe du monde, osé recevoir le monde chez eux. On était sceptique à l’entame de la rencontre d’ouverture. Crispés par l’enjeu, les vuvuzelas (trompettes sud-africaines) et quelques 94 spectateurs du Soccercity, les bafanas bafanas ont débuté poussivement le match. Mais la suite leur a donné raison. Un but collectif d’une pureté qui nous ramène à la réalité simple du football : la préparation porte toujours ses fruits. L’histoire gardera que sur la terre africaine, l’Afrique du Sud a organisé, la première, la coupe du monde, et que Tshabalala a inscrit le premier but de la compétition. C’est ce qu’on appelle, montrer le bon exemple.
Deux jours plus tard, hier dimanche, c’est l’expérimenté Gyan, déjà buteur en 2006 au mondial allemand, qui a transformé avec sang-froid le penalty accordé au Ghana face à la Serbie. 1-0, 3 points pour le Ghana.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *