Transfert : un espoir défensif recruté en D3 italienne

Le défenseur italo-béninois Romaric Guédégbé  (17 ans) va découvrir la troisième division italienne cette saison où il ‘est engagé il y a quelques jours avec l’US Grosseto.  La durée de son bail n’a été révélée.

Né au Bénin , cet arrière latéral polyvalent capable d’évoluer aussi bien à gauche qu’à droite arrive en provenance des équipes jeunes de la Fiorentina. Celui qui compte déjà 37 capes pour un but en équipes nationales italienne des U16 , U17 et U18 a aussi fait ses classes au centre de formation de l’Inter de Milan.

Géraud Viwami

 

Samuel, on est fier de toi, symbole de l’Afrique qui gagne!

Le Barça a Messi, mais en perdant Eto’o, il a peut-être perdu quelque chose qui ne se quantifie pas en millions d’euros. Car faire 25 tirs et ne marquer que sur une action litigieuse, c’est une preuve de fébrilité rare chez les grandes équipes. L’Inter a montré les limites du Barça qui jusque-là, reconnassons-le, était resté la meilleure équipe du monde.

Eto’o : « On savait qu’on allait souffrir dans ce merveilleux stade, mais le plus important a été fait.»

Sur Canal+Il a gagné deux fois le trophée-roi avec le Barça, il s’offre une finale avec l’Inter de Milan la saison qui suit son deuxième sacre. Samuel Eto’o a tout simplement réussi trois fois, ce que des grands joueurs ont rêvé d’avoir une fois, juste une fois.

Il devient ainsi le symbole fort du football africain, le symbole fort de l’Afrique qui gagne. Il devient une légende tout simplement.

Il sera trois fois une légende quand il va brandir dans quelques semaines le trophée à Madrid. Forza Eto’o ! Forza Milano !

Guardiola avait décidé les yeux fermés dès son arrivée à Barcelone d’écarter Eto’o. Le Camerounais répondu par un défi en fixant à 30 buts son quota de buts. La saison terminée, Guardiola décide quand même de le brader. Le vendre à seulement 25 millions d’euros à un grand rival européen. Il n’avait d’yeux que pour Ibrahimovic, mais surtout haïssait au fond de lui le camerounais. Ceci a montré ses limites. En matière de stratégie, il ne faut jamais armer un rival direct. Le Barça a Messi, mais en perdant Eto’o, il a peut-être perdu quelque chose qui ne se quantifie pas en millions d’euros. Car faire 25 tirs et ne marquer que sur une action litigieuse, c’est une preuve de fébrilité rare chez les grandes équipes. L’Inter a montré les limites du Barça qui jusque-là, reconnassons-le, était resté la meilleure équipe du monde.

Tant pis pour Guardiola, tant pis pour le Barça. Eto’o continue sa route pour une 3e ligue des champions…L’Afrique est fière de lui, car au-delà du foot, il donne la force à chaque africain noir de savoir que le travail peut donner des fruits. Merci Eto’o et que le 3e trophée soit tien.

Samuel Eto'o va retrouver pour la finale, le stade de Madrid, le club qui l'a détecté et laissé filer...