Ecureuils : Le calme avant le grand ménage ?

Après les échecs des sélections nationales U17, U20 et fanion en 2021, elles sont toutes sans staff techniques depuis plusieurs mois. A  quelques  semaines des prochaines échéances pour les Ecureuils, rien ne semble se passer à la tête des équipes nationales. Et si c’était le calme avant le grand ménage ? 

Les jeunes abandonnés 

Au Bénin,  il ne faut pas compter sur le sens d’anticipation des dirigeants pour les sélections de jeunes.  A ce jour, si le Bénin n’a disputé que deux Can U20 dont une organisée, c’est qu’il y a une raison. Après avoir abritée la dernière édition du tournoi de l’Ufoa synonyme de qualification pour la Can U20 à Porto-Novo en décembre 2020, la sélection béninoise n’existe plus. Évidemment l’effectif doit être revue et recomposé. Sauf que l’ancien sélectionneur Mathias Deguenon qui n’avait pas de contrat n’est plus en fonction. Comme la direction technique nationale qui n’existe que de nom, à trois mois du prochain tournoi de l’Ufoa prévu du 4 avril au 04 mai2022, les U20 béninois n’ont plus eu de stage depuis deux ans. Ambiance. L’inconnu est entièrement au programme et l’improvisation sera au rendez-vous, comme d’habitude. Pour rappel en 2018, le Bénin avait annulé la participation des Ecureuils U20 au tournoi de l’Ufoa au Togo , à la veille du départ, alors que l’équipe se préparait depuis plusieurs semaines. Tout peut arriver.

Les U17 qui doivent se battre  également en mai pour les mêmes objectifs sont dans un dilemme  similaire. Sans sélectionneur officiel puisque Urbain Honfo n’a pas été prolongé ni mis au travail depuis plus d’un an et la fin du tournoi de l’Ufoa U17 au Togo en janvier 2021. 

Les locaux A’ endormis

Les Ecureuils À’ sont aussi attendus au front en juin prochain pour les qualifications du Chan Algérie 2023. Le Bénin n’a jamais réussi à accrocher une phase finale après deux essais en qualifications. Dirigés par Moussa Latoundji, qui serait officiellement sous contrat , les locaux aussi ne sont pas encore mis à contribution. Un court stage pour un déplacement contre l’Algérie en novembre dernier , c’était leur dernier rassemblement. Alors que le championnat national est à sa 15e journée actuellement, il serait judicieux de programmer plusieurs stages jusqu’à l’arrivée de la compétition dans cinq mois. Profiter de la trêve locale  à l’issue de la première phase de la saison qui s’achève la semaine prochaine pour un premier stage serait l’idéal pour commencer. Prendre exemple sur le Togo , qualifié au dernier Chan, qui a fait pareil il y a quelques semaines ne serait pas une mauvaise idée. Les qualifications arrivent dans cinq mois et l’équipe nationale locale doit être un vivier prioritaire n’est pas sur pied. Même si les dirigeants sont réticents quand il s’agit d’y investir, pour l’instant ça dort.

Les A aussi sont en attente

Pendant tout le contient vibre au rythme de la Can 2021 au Cameroun en ce moment , les Ecureuils sont au repos. Pas concerné par le tour préliminaire des qualifications de la Can 2023, le Bénin entrera en lice en juin prochain après le tirage au sort des groupes en prévus en mars prochain. Le Bénin qui devrait mettre cette trêve à profit pour disputer un match amical au moins avant les éliminatoires. Sauf que depuis l’échec en qualifications du Mondial en novembre et la fin du contrat de  Michel Dussuyer, les Ecureuils sont officiellement sans sélectionneur et staff technique. C’est assurément le calme avant le grand ménage. 

Géraud Viwami

Author: Geraud V.

Rédacteur en chef ! Passionné de foot un peu trop attaché aux Écureuils du Benin. @GerovinhoV

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.