Journal des transferts : Aguémon file en  Belgique, Salomon chez un promu, Hearthland a convaincu Louté  (Nigéria), QPR sur Gounongbé ! et Omotoyossi en discussions en Malaisie?

Suivez en exclusivité sur Bjfoot.com, l’actualité des transferts des joueurs béninois durant tout le mercato hivernal. Désormais chaque vendredi nous vous proposons les dernières informations sur les mouvements des joueurs béninois sur le marché des transferts. Cette semaine à la une : Yannick Aguémon a quitté Strasbourg (France) pour une deuxième division belge. Au Nigéria, Junior Salomon a rejoint Plateau United et Isaac Louté  a pris la direction de Hearthland. En Angleterre, QPR est chaud sur Frédéric Gounongbé. Enin à en croire un blog local , Razak Omotoyossi aurait trouvé un nouveau club en Malaisie. 

 

Aguémon file en Belgique !

Entre les blessures et les choix du coach, Yannick Aguémon (23 ans, photo)  n’a joué que six matches pour deux petites titularisations avec Strasbourg actuel leader de National en France. L’ailier franco-béninois sur le départ  a finalement quitté l’Alsace.  Arrivé en Belgique cet hiver, il a d’abord réalisé un essai non-concluant à Saint-Trond en première division. Redescendu d’un cran, il s’est finalement engagé avec  l’Union Saint-Gilloise (D2 Belge), 7e du championnat cette semaine même. La durée du contrat n’a pas été révélée. Formé à Toulouse, puis passer par Vannes et Strasbourg en National, il  va connaitre sa première expérience hors de France.

Salomon chez un promu (Nigéria)

Après trois saisons  bien remplies avec Bayelsa United, dans le championnat nigérian, Junior Salomon (30 ans) a levé le camp pendant de ce mercato. Malgré la relégation de son club la saison dernière, l’international béninois a gardé une bonne côte sur le marché local. Courtisé par plusieurs clubs, Salomon s’est finalement engagé avec Plateau United, promu en première division nigériane cette saison pour une année.  La reprise du championnat est prévue pour le 21 février prochain.

Hearthland signe Isaac Louté !

Libre depuis son départ de Kano Pillars l’été dernier, Isaac Louté (24 ans) a un nouveau club. Le joueur désormais reconverti arrière gauche a signé un bail d’une année avec Hearthland , 7e du dernier championnat. Ce sera son quatrième club au Nigéria après  Gateway fc , Sharks et Kano Pillars. Rappelons que Louté a également porté les couleurs de Soleil qui l’avait révélé au Bénin puis l’Uss Kraké un peu plus tard avant de filer vers l’Est.

QPR sur Gounongbé

Après avoir cédé son buteur anglais Charlie Austin à Southampton pendant ce mercato hivernal, QPR (D2 Anglaise) est sur les traces de Frédéric Gounongbé (27 ans). Actuel deuxième buteur du championnat belge avec 10 réalisations, l’international béninois est à six de mois de la fin de son contrat avec Westerlo et intéresse beaucoup les anglais.  A suivre.

Omotoyossi finalement en Malaisie ?

Mais où est donc Razack Omotoyossi  (30 ans)? annoncé un peu partout en Asie, nous apprenons cette semaine grâce au site Africanfootball.com, que l’attaquant international béninois est en discussions avec  Kelanta FA en super league de Malaisie. Il arrivé au club cette semaine dans l’espoir de conclure. S’il signait , ça devrait être le treizième  club de sa carrière. Un sacré parcours!

 

Géraud Viwami

Journal des transferts : Badarou quitte (déjà) le Wydad Casablanca, Kotchoni en renfort au Sunshine Stars,  Leverkusen courtise Didavi et Omotoyossi en Oman ?

Suivez en exclusivité sur Bjfoot.com, l’actualité des transferts des joueurs béninois durant tout le mercato hivernal. Désormais chaque vendredi nous vous proposons les dernières informations sur les mouvements des joueurs béninois sur le marché des transferts. Cette semaine à la une : Nana Badarou a quitté le Wydad de Casablanca mais reste au Maroc. Christian Kotchoni renforce les rangs de Sunshine Stars au Nigéria. En Allemagne, le Bayer Leverkusen est aussi intéresse par Daniel Didavi. Et la rumeur du jour envoi Razak Omotoyossi en Oman?

Badarou à Oujda pour se relancer

Débarqué au Wydad de Casablanca champion du Maroc et actuel leader du championnat à la mi-saison, l’été dernier, Nana Badarou (24 ans, photo) ne sera resté que six mois au club. Il a rejoint le Mouloudia Oujda, actuel 9e du championnat marocain, pour un an et demi cette semaine. Peu utilisé,  5 matches de championnat joués sur 15 possibles, le défenseur international béninois a levé camp avec pour objectif principal : retrouver plus de temps de jeu. Ce sera son deuxième club dans le championnat marocain et son troisième en Afrique du Nord après l’Aso Chlef en Algérie.

Sunshine Star décroche la signature de Kotchoni

Après une saison à l’US Bitam au Gabon, Christian Kotchoni (27 ans) a changé de club en fin de semaine dernière.  Le géant attaquant (1m95) s’est engagé pour une saison avec  Sunshine Stars, 6e du dernier championnat Nigerian . La saison devrait débuter le mois prochain sur la côte Est.

Leverkusen aussi est chaud  sur Didavi

En fin de contrat en juin prochain, Daniel Didavi (25 ans)  très en vue avec Stuttgart séduit plusieurs clubs qui souhaiteraient le récupérer sans signer de chèque. Alors qu’on parlais d’un intérêt de Tottenham la semaine dernière, les anglais devront faire face à la concurrence d’un club de Bundesliga , le Bayer Leverkusen qui aurait déjà manifesté concrètement son intérêt auprès du joueur. A suivre…

Omotoyossi finalement en Oman ?

Annoncé en deuxième division saoudienne il y quelques mois, il n’en était rien, Razak Omotoyossi  (30 ans) était toujours sans club. Mais selon des sources proches du joueur  nous apprenons que l’attaquant international béninois aurait rejoint Al Nadha en Oman cet hiver. Une information à prendre avec des pincettes puisqu’une confirmation officielle n’est encore donnée.

Géraud Viwami

Transfert : Omotoyossi débarque à Al Nahda (Arabie Saoudite – D2)

L’attaquant international béninois, Razak Omotoyossi (30 ans) s’est engagé avec le club saoudien d’Al Nahda.

Après une pige d’une saison où il a très peu joué au Maroc où il a connu deux clubs, KAC Kenitra puis l’OC Safi, Razak Omotoyossi va connaitre le quatorzième club de sa carrière en Arabie Saoudite.

L’ancien messin s’est engagé pour une saison avec Al Nahda en deuxième division saoudienne. Al Nahda est en souffrance en ce début de saison, le club est 15e/16 avec 3 points après 7 journées. Il rejoint un pays où il avait effectué un bref passage en 2008-2009 à Al Nassr. Il sera le deuxième international béninois a évolué dans cette division après l’attaquant Abdel Fadel Suanon actuellement prêté à Dhamk.

Omotoyossi a connu son heure de gloire en 2007 quand il avait fini meilleur buteur du championnat suédois avec 14 réalisations. Il est également passé par Sheriff Tiraspol (Moldavie) , Metz (France), GAIS Gotebord et Syrianska (Suède)

Géraud Viwami

Tchomogo , Omotoyossi, Poté, Suanon , Aoudou , Tamou: Le Bénin à la recherche du buteur-référence

La quatrième journée de la ligue 1 a été marquée par le triste record de trois buts seulement inscrits sur les sept matches. Le pis total sur une journée de championnat béninois. Des buteurs est-ce qu’on en a au Bénin ? Le Bénin cherche encore son buteur-référence à l’image d’un Eto’o au Cameroun ou Drogba en Cote d’ivoire.  Nous  vous proposons un sujet spécial sur la question.

 

 

On s’est vraiment ennuyé ; le weekend dernier sur les stades béninois avec les cinq nuls vierges enregistrés. Une pauvreté qui n’est pas le fruit du hasard. Le problème de réalisme chez nos attaquants persiste depuis des années. La moyenne du meilleur buteur depuis dix  ans tourne autour de 10 buts, seule Franck David Gnahoui a cassé la baraque en inscrivant 22 buts en 2007. Il est tout de même clair que seule une meilleure détection et une meilleure formation peuvent y remédier.  Un ancien sélectionneur des Ecureuils avait raison de dire  «  qu’il nous fallait créer des écoles spéciales pour les attaquants béninois »  En attendant, parlons des buteurs béninois.

 

Tchomogo , buteur-essentiel

Grand artisan de la qualification du Bénin à la Can 2004 avec six réalisations (dont cinq pénaltys). Omar Tchomogo (36 ans et retraité)  s’est révélé comme un buteur identifié aux yeux du public surtout en sélection. Même s’il a avait un style plus discret en attaque, il aimait beaucoup décrocher et comptait sur sa superbe qualité de frappe.  Il a fait une carrière modeste en passant la ligue 1 française, le Portugal et le Qatar, Tchomogo n’a pas de grandes statistiques sur le vieux continent. 9 buts en 2002-2003 avec l’ASOA Valence en ligue 2, c’est son meilleur total sur une saison. Influent il est à préciser que Tchomogo était habitué à marquer des buts décisifs aussi.

On pourrait également citer Léon Bessan , l’ancien des Requins passé par le Golfe aussi. Faute de parcours européen il n’a pas vraiment été connu.

 

 

Omogoal, le gâchis

Annoncé comme un vrai buteur de type africain avec son style puissant et sa hargne, le taureau de Pobè n’a pas fait la carrière qu’il fallait. Révélé lors de la Can junior 2005  il a séduit le grand public en 2008 avec Helsingborg. Razak Omotoyossi (28 ans) avait fini meilleur buteur championnat suédois avec 14 buts. Il est d’ailleurs le seul joueur béninois à avoir été meilleur buteur d’un championnat européen de première division. La suite vous la connaissez, il a préféré un exil en Arabie Saoudite, plutôt que de rejoindre l’Allemagne ou les pays Bas. C’est sûre il aurait pu faire une meilleur carrière.

En sélection, Omogoal a confirmé en devenant le meilleur buteur actuel de la sélection A avec 20 buts en 44 matches officiels.

Poté , la maturité tardive

Le public béninois ne l’a découvert qu’avec les Ecureuils, Michael Poté (29 ans) connait une sorte de maturité tardive en tant que buteur. Capable de jouer en pointe ou sur le coté, il a un sang-froid face aux buts identique à celui des vieux briscards italiens.  11 buts en 22 matches en 2011-2012 avec Dynamo Dresden c’est son meilleur total sur une saison de championnat. En Allemagne il est reconnu comme un buteur de métier et courtisé. L’année 2012-2013 sera moins bonne avec 6 buts en 19 matches. Avant de traverser la Ruhr il s’était révélé avec Clermont (ligue 2 française)  en 2008-2009 grâce à ses 7 buts marqués. La même année où il a rejoint les Ecureuils. Sous le maillot jaune,  en 24 apparitions il marqué 4 fois seulement.

Cette saison en cours, il n’a marqué que deux buts pour l’instant.

 

A la suite de cette génération il y a la nouvelle révélée à partir de la ligue professionnelle de 2009.

Suanon, le grand espoir !

A 18 ans  l’attaquant de l’Etoile du Sahel est considéré à juste titre comme un crack de standing international. Meilleur buteur de la saison 2010-2011 (inachevé) avec 13 buts en 16 matches alors qu’il avait à peine  16 ans, Abdel Fadel Suanon (photo) a tout pour faire une très grande carrière. Rapide, dribleur avec un sens du but redoutable. Celui qu’on surnomme Monsieur But fait déjà des stats en Tunisie avec la réserve de l’Etoile du Sahel cette saison il a inscrit 3 buts en six matches avant d’être propulser en équipe première 2 buts en 4 apparitions (2 titulaires et 2 remplaçants). Ces deux premiers buts inscrits sur un doublé dès sa première titularisation.

En sélection nationale Suanon est tout aussi performant, il a déjà fais 10 apparitions officielles toutes catégories confondues (junior, espoir et A’) pour  5 buts marqués. Il a été notamment le 2e meilleur buteur du dernier tournoi de l’Ufoa avec 3 buts en autant de matches joués. Il mérite de faire ses débuts prochainement avec les A.

Aoudou , la renaissance du héros

Révélé avec les juniors béninois grâce à son triplé contre le Maroc en 2008. Il va faire encore mieux un an plus tard avec les A. Surnommé le buteur-héros  après ses buts décisifs avec les Ecureuils contre le Mali et le Ghana lors des éliminatoires de la Can 2010 à Cotonou, Mohammed Aoudou (23 ans)  a bien eu du mal à confirmer ses talents de buteurs en clubs. Après une année d’apprentissage à Evian (quand le club était en National), c’est sous les couleurs de l’As Tonnerre au Bénin 2011-2012  qu’il va confirmer.   Aoudou avec 10 buts avait fini meilleur buteur du championnat béninois avant de prendre la direction de Meknès. Souvent utilisé comme un pivot à cause de son  jeu de tête et sa qualité athlétique, il ne marque pas assez. Arrivé cette saison  à la JS Saoura en Algérie, il se signale avec 6 réalisations en 16 journées, il est l’actuel deuxième meilleur buteur du championnat algérien. Il espère passer la barre de la dizaine de buts, lui qui est déjà très suivi sur le Vieux Continent.

Tamou , pépite en attente de confirmation !

Passé par le Cifas, il progresse bien dans le championnat local depuis trois exercices. Afissou Tamou arrivé à l’Aspac cette saison sera l’un des buteurs les plus suivis de la ligue 1. Meilleur buteur de la saison précédente sous les couleurs du Mogas avec 10 réalisations. Très explosif, difficile à tenir en un contre-un-un il a une soif de buts qui grandi au fil des saisons. Il joue cette année pour la confirmation, lui qui est déjà très suivi par les recruteurs. Il compte déjà 2 buts en quatre journées.

 

 

Au delà de ses jeunes pouces, on peut citer d’autres buteurs révélés dans le championnat local qui n’ont pas confirmé. Yaovi Bézo , meilleur artificier de la ligue pro en 2010 avec 14 réalisations, entre blessure et baisse de forme , il n’a plus jamais retrouvé son meilleur niveau. Auteur de 13 buts en 2010 aussi, Christian Kotchoni , ancien des Requins aussi s’offre actuellement un second souffle au FC Cape Town en Afrique du Sud. Franck David Gnahoui malgré ses 22 buts avec Energie en 2007  n’a jamais confirmé avec ses multiples passages en République Tchèque.

 

Les anciennes gloires à retenir

Ils n’ont pas eu la chance de faire de grande carrière à l’international, ni de gagner de grand titres, leur reconnaissance était local mais très mérité. Issus des générations 80-90,  Charles Ahouandjinou , Marouf Adéchokan  et Emmanuel Chèchè peuvent être cités comme les vrais buteurs de leur époque. Précisions tout de même que Chèchè a pu monnayer des talents de buteurs dans le championnat nigérian où il a toujours une forte réputation.

 

Géraud Viwami  

D1 – Suède / GAIS Goteborg : La Fifa bloque le transfert d’Omotoyossi

 

 

(Le buteur béninois rattrapé par son manque de sérieux)

 

 

Le championnat Suédois a repris ses droits depuis trois semaines. Razak Omotoyossi a signé pour le GAIS Göteborg mais n’a toujours pas débuté. Et pour raison la FIFA n’a toujours pas homologué son transfert.

Rappelons les faits. Lors du dernier mercato estival Omotoyossi, a résilié son contrat avec le FC Metz club de ligue 2 française devenant ainsi un joueur libre. Ensuite il entame le calvaire des essais non concluant en Angleterre, Blackpool, Leeds et  Swansea City. Et justement durant son passage dans ce dernier club, l’ancien de la JS Pobè a été enregistré en tant qu’amateur juste a l’issu d’un match amical. Du coup il a perdu son statut de joueur libre. Mais c’est avec ce titre qu’il a signé au GAIS Goteborg. La Fifa a donc rejeté la première demande qualification du joueur demandé par GAIS. Selon l’agent d’Omotoyossi, l’ex-messin n’était pas au courant pour la licence amateur de Swansea. Un argument bidon me diriez-vous ? C’est un manque de sérieux à ce niveau ça ne passe pas inaperçu. En tout cas la Fifa est bien informée et resté ferme dans sa décision. Elle devrait également s’apprêter recevoir dans les brefs délais une seconde requête  du GAIS. Même si les dirigeants du GAIS sont très optimiste pour cette nouvelle missive, le véritable coupable de la situation c’est le joueur lui-même.

Perte de temps et manque de crédibilité

Omotoyossi a signé un « petit » contrat  de quatre mois. Une période qui équivaut  à un temps de mis à l’épreuve par le club. Au pire des cas, l’attaquant béninois devait profiter de ce temps pour s’adapter et convaincre définitivement les dirigeants du GAIS en vue d’une conservation. Et au mieux des cas, il devrait se montrer largement à la hauteur des espérances  pour espérer trouver un meilleur point de chute. Dans n’importe lequel des deux hypothèses, il a déjà perdu 3 matches  sur douze possibles pour faire ses preuves. Pendant que ses concurrents directs, Wanderson do Camo et Alvaro Santos font des merveilles. Sur les 2 derniers matches gagnés le club a inscrit 6 buts et ils étaient impliqués sur 4. Un bon début sans Omotoyossi non ?

Cet épisode de tracasseries administratives est inquiétant pour l’image du footballeur béninois à l’extérieur. Mais il n’y a rien d’étonnant quand on connait très bien Omotoyossi et la réputation qui le précède.