Coupe de France : Sessègnon remporte le premier titre de sa carrière !

 Samedi au stade de France, comme Ogounbiyi un an plus tôt, Stéphane Séssègnon a soulevé la coupe de France. Dominateurs de Monaco, une seule réalisation de Guillaume Hoarau aura suffit aux parisiens pour sauver une saison assez mitigée.

 Géraud Viwami

Sur le flanc gauche ou droit, on n’a vu un Sessègnon assez juste mais influent quand même sur le jeu parisien. En première période les franciliens sont dominateurs. A la 14’Sessègnon dépose un corner sur la tête de Sakho mais Pino sauve sur sa ligne. (49’) il décale Hoarau dans la surface qui tire à coté. (63’) Il lance parfaitement Erding mais ce dernier ne cadre pas. A quinze minutes du terme, Guily cède sa place à Luyindula. Séssègnon passe à droite. Sur ce flanc il est plus entreprenant et plus à l’aise dans ses combinaisons avec Jallet. Les hommes de Kambouaré ont toujours le contrôle du jeu mais doivent disputer les prolongations. Les parisiens continuent sur leur lancée, Sessègnon aussi. Il dépose un corner sur Hoarau qui appuie trop sa tête (92’). La libération interviendra en fin de première partie de prolongation. (105’) Ruffier repousse un tir de Jallet, Hoarau seul dans les six mètres marque de la tête. Dans la seconde manche, les franciliens gèrent leur avance jusqu’au coup de sifflet final. Mais on a eu peur pour Sessègnon à la 109’.En effet Hoarau tacle Néné, les esprits s’échauffent, il tente de calmer François Modesto. Mais ce dernier le bouscule mais pour une fois, le natif d’Allahé a gardé son sang froid. Il s’offre ainsi le premier trophée de sa carrière et succède à Ogounbiyi vainqueur en 2009 avec Guingamp. Paris sauve sa saison.

Sessègnon à la quête d’un premier titre

C’est ce qui manque à l’un des plus talentueux footballeurs de l’histoire du Bénin : un titre.

En sélection où les fans se donnent à coeur joie aux comparaisons, on oppose à son talent, une sorte d’efficacité de Mouri Ogunbiyi, moins connu en Europe mais qui a déjà remporté des titres (3 fois la ligue des champions d’Afrique, 1 fois la coupe de la confédération). Le dernier titre remporté est justement la coupe de France édition 2009, dès sa première saison hexagonale.

Pour Sessègnon avec le Psg, cette saison qui pourrait être sa dernière, est peut-être la bonne. La finale de la coupe de France face à Monaco reste un rendez-vous rêvé pour l’artiste qu’il est. Le stade de France, haut de tant de légenes depuis 1998 va enfin le voir se produire.

Le numéro 10 béninois du Psg sait qu’en remportant sonpremier titre depuis 2004 où il est en France, il pourra marquer l’histoire du club francilien et les esprits des clubs européens. Si ce n’est tout simplement l’histoire du Bénin qui deux années de suite verrait deux de ses meilleurs joueurs remporter la coupe de France.