William Dassagaté, meneur de jeu de l’Aspac : « On doit gagner le match de dimanche pour au moins sauver l’honneur »

 

Dimanche prochain, l’Aspac accueille l’Espérance en match de retour des 16e de finale de la ligue des champions. Après la raclée encaissée à Tunis (5-0), William Dassagaté, le milieu offensif du port s’est confié à nous. Il revient sur les conditions de l’échec tunisien et évoque la manche retour. Entretien.

Réalisé par G. Viwami et Aubay

Qu’est-ce qui justifie la débâcle de Tunis ?

Il faut reconnaître que l’adversaire était de taille et plus expérimenté. Au début du match nous étions un peu crispés, quand on regarde la carte de visite de l’Espérance on a eu un peu peur et c’est ce qui a joué sur nous surtout en première période.

 

Est-ce que c’est l’Aspac qui n’était pas organisé ou l’adversaire qui était trop fort ?

Certes l’adversaire était fort mais nous aussi on a n’a pas appliqué certaines consignes à la lettre.

Donc vous reconnaissez que l’Aspac n’était pas à 100% ?

Oui, on ne l’était pas.

Et pensez-vous que si vous êtes à 100% vous pouvez renverser la vapeur  à Cotonou?

Justement rien n’est tard même si on n’arrive pas à se qualifier, il faudra au moins prendre les trois points.

Votre semaine de travail comment s’est-elle passée ?

Au niveau du groupe l’ambiance est toujours bonne, le coach a bien bossé avec nous dans tous les compartiments. On a beaucoup travaillé avec le ballon parce que la condition physique y est déjà. Et on espère que ça payera dimanche prochain.

Dans quel état d’esprit allez-vous aborder le match de dimanche, est-ce juste pour sauver l’honneur ou pour se qualifier ?

Moi je dirai plutôt que c’est pour sauver l’honneur. Mais l’Aspac doit gagner même si on n’arrive pas à remonter la pente, on doit prendre les trois points.

Pensez-vous que le retour d’Alain Gaspoz puisse changer la donne ?

Son retour peut apporter un plus parce qu’on avait l’impression qu’il y avait quelque chose qui manquait en son absence et je crois qu’il a déjà corrigé certaines fautes qui étaient intolérables grâce à la séance vidéo que nous avons eue.

Aspac : Décisif Dassagaté, historique qualification en 16e de finale

 

Ligue des champions (1-0 / 1-1)

Deportivo Mongomo – Aspac : 1-1. La manche retour a rendu son verdict à Malabo où s’affrontaient les deux équipes. A la 13e minute de jeu, les équato-guinéens marquent. L’Aspac mettra 24 minutes avant de trouver la solution. Dieu créa Dassagaté, William de son prénom (1-1 ; 37e). Le meilleur buteur de l’Aspac (8 buts la saison dernière) cette saison inscrit son 6e but toutes compétitions confondues.

En encaissant dès la 13e minute, l’Aspac donnait l’impression de faire revivre le syndrome Ufoa où le club à chaque fois a concédé trop tôt un but. Les portuaires ont tenu bon jusqu’au bout, arrachant leur qualification.

Passage historique en 16e de finale

On peut parler d’un effet « football professionnel » ou d’un coup de chance en tenant compte du fait que le Mongomo n’est pas une foudre de guerre. Mais la performance reste historique.

D’une part, depuis l’avènement de la ligue africaine des champions, aucun club béninois n’avait accédé à ce stade de la compétition. En clair, aucun club béninois n’a disputé les 16e de finale en ligue des champions depuis la création en 1997 de la nouvelle formule.

Aubay