Transferts : les bonnes affaires béninoises du mercato

Publié le: 3/01/2018 19:47:52 UTC

A l’heure où le mercato hivernale vient d’ouvrir ses portes sur la scène internationale, quelles sont  les bonnes affaires béninoises à faire durant cette période ?  Joueurs libres et en fin de contrat, prenez notes.

Ils sont libres

Nana Badarou (26 ans, photo), après une saison remplie au Koweït, il était tout proche de rejoindre l’US Biskra dans les heures du mercato en Algérie. Mais il a passé six mois sur le carreau tout en assurant sa mise au point physique. Défenseur central polyvalent capable de tenir sur le flanc droit mais aussi en milieu défensif, il offre une palette presque parfaite pour une recrue en milieu de saison qui peut permettre de solutionner un manque de profondeur de banc de touche. L’ancien roc de l’Aspac a toujours une bonne côte au Maghreb où il pourrait se relancer d’ici la fin du mois.

Paterne Counou (21 ans), en fin de contrat à Akwa United où il a presque tout connu en trois saisons. Avec deux coupes nationales décrochées et un statut de vice-capitaine, le défenseur international béninois s’est mis tout Uyo dans sa poche. Arrière central polyvalent arrière droit, il n’a pas prolongé avec Akwa United et est désormais libre de s’engager avec le club de son choix dans les semaines à venir. A 21 piges, l’international béninois a bien un CV qui mérite d’être vu.

Sidoine Oussou (25 ans), est libre de tout contrat depuis quelques mois. Vous voulez un pari en voici un vrai. Buteur prometteur quand il quittait le Bénin pour Valerenga en 2011, il pas mal galéré en blessure grave en Belgique, salaires impayés en Hongrie et drame familiale. L’attaquant international béninois s’est extirpé d’une zone d’ombre avec bravoure et force mentale. Il a tenté une première relance à Malte avec moins de succès. Il a quitté Naxxar Lions en 2016 pour des raisons personnelles. Après avoir s’être ressourcé à Beauvais, l’ancien buteur de l’Aspac recherche désormais le projet qui pourrait enfin lancer sa carrière sur le Vieux Continent. Qui pourrait lui tendre la main ?

En fin de contrat dans six mois

Djiman Koukou (27 ans), dans un contexte lensois compliqué par la montée manquée de la saison dernière et une première partie de saison ratée cette saison. Le milieu défensif doit aussi faire face à une forte concurrence à son poste il a tout de même grappillé 663 minutes en 10 apparitions dont 6 titularisations. Si la direction du club ne bouscule pas pour lui proposer une prolongation de bail, l’ancien joueur d’Evian ne devrait pas manquer de courtisans en Ligue 2 notamment. Même s’il peut d’ores et déjà signer dans son futur club puisqu’il est à six mois de la fin de son bail l’international béninois tempère à juste titre.

David Djigla (22 ans), l’ailier connait une saison loin d’être tranquille avec les Chamois de Niort pour son troisième exercice dans le cocon. Pas épargné par la concurrence notamment l’éclosion du  camerounais Didier Lamkel Zé et les blessures, l’international béninois n’a disputé que 62 minutes en 6 bouts de matches, aucune titularisation encore à son actif. Apparu à 31 puis 23 fois lors de ses deux premières saisons, il n’est pas au mieux de sa forme et le club prend son temps pour entamer les discussions en vue d’une éventuelle prolongation. Une hésitation qui pourrait faire les affaires si un larron de miser tôt sur  l’ancien pensionnaire de l’Usp qui n’a que 22 ans. Bristol City (D3 anglaise) lorgnait déjà sur lui l’été dernier.

 

Jodel Dossou (25 ans), son club a fait jouer son option de prolongation au terme des deux premières saisons initialement signé pour le garder pour une dernière année. Devenu incontournable dans le onze de l’Austria Lustenau en deuxième division autrichienne, l’ailier béninois tend plus finalement vers un départ en fin saison. Auteur de 3 buts en 16 apparitions (16 titularisations), l’ancien des Requins devrait finalement découvrir l’élite en fin de saison. Courtisé l’été dernier par la Sampdoria, son nom était également cité en première division autrichienne et Suisse.

Géraud Viwami

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *