USA : Femi ou le rêve américain 

Adopté par une famille de missionnaires américains, il est né au Bénin avec une malformation au pied pourtant il est devenu un sérial buteur à l’université de l’Indiana pour finir par passer pro en Major League Soccer (D1 Américaine) avec New England Revolution, c’est l’incroyable histoire de cet attaquant bénino-américain Femi Hollinger-Janzen (23 ans).

 

On dit souvent qu’il y a des personnes qui sont nées sous la bonne étoile, Femi fait assurément partie de cette catégorie. Sa carrière de footballeur démarre au Lycée, ailier ou attaquant, une polyvalence qui laisse vite entrevoir ses qualités sous les couleurs de son école, Bethany Christian Schools  dans l’Indiana aux USA.  En quatre années, il plante 67 buts et délivre 23 passes décisives.  Ses folles statistiques ne passeront pas inaperçues. Elu joueur de l’année en 2011 par l’association des entraîneurs et des joueurs de l’Indiana à 18 ans seulement.

Sa carrière prendra un virage important quand il débarque à l’université de l’Indiana. Il poursuit son ascension en quatre ans il marque 22 buts, signe 8 passes décisives en 88 apparences dans le championnat universitaire. Il décroche en 2012, la coupe des Universités avec l’Indiana.

A la recherche des perles rares dans le championnat universitaire, la Major League Soccer va miser sur lui. Il sera recruté par New Englang Revolution en Janvier 2016. Il signe son premier contrat professionnel avec le club. Il choisit le numéro 88 parce que son dossard fétiche et fidèle  le 4  qu’il a toujours arboré depuis le lycée n’n’était pas disponible. Il fera ses débuts le 16 mars et marque son premier but pro quelques jours plus tard en championnat lors d’une victoire 2-0 face à Chicago Fire en mai 2016. Quelques semaines plus tard le 29 mai il marque le but de la victoire face au Seattle Sounders. Un but important pour ce débutant.  Sa première saison au haut niveau américain sera une pure découverte, utilisé dans un rôle de joker il participe à 19 rencontres (273 minutes jouées) dont une seule titularisation et termine la saison avec deux réalisations et une passe décisive.

Femi se fait remarquer pour efficacité puisqu’il a marqué ses deux buts sur deux tirs cadrés dans la saison.

Repéré par Minnesota, en MLS, Femi est resté avec New England après avoir fait l’objet d’un échange avec  Bobby Shuttleworth avec le gardien de Minnesota, cette saison.

Pour cet exercice, débuté en mars,  il attend toujours sa première titularisation mais il compte déjà cinq entrées en jeu dont la dernière était samedi à la 82e minute contre Colombus Crew à l’occasion de la 10e journée de MLS. 10e de la conférence Est , New England a une belle concurrence en attaque avec l’international américain Juan Aguedelo , meilleur  buteur du club avec 6 but et le sierra léonais Kamara, auteur de deux buts. Femi fait souvent ses entrées en jeu sur un coté et semble bien s’y adapter.

Son premier but Pro

 

son but de la victoire contre Seatlle Sounders

L’incroyable destin

Le foot et tout ce qui va avec, Femi n’aurait pu rien connaître de tout cela. Son histoire est digne d’un film. Abandonné par sa mère biologique à l’hôpital après sa naissance le 14 décembre 1993, il sera  récupéré par Linda Hollinger – Janzen , missionnaire américaine qui travaillait au bloc administratif dans une maternité à Cotonou. Cette dernière consulte son mari, Rod qui fini par donner son aval pour  prendre soin du bébé. Le couple qui avait déjà deux filles (Mimi et Rahel) accueille un troisième fils dans la famille à bras ouvert en ignorant le destin qui l’attendait.

La famille Hollinger-Janzen en 2000 quand elle quittait le Bénin avec Femi à gauche

Il sera nommé « Oluwafemi »  qui signifie « Dieu m’aime » en langue Yoruba, par Rachel Assani , une amie nigériane de Linda.

La famille Hollinger-Janzen va prendre contact avec la mère biologique de Femi quand il avait trois mois. Mais sa mère était en prison et son père avait déjà une famille dans un autre village.

A six mois les Hollinger – Janzen qui travaillaient pour l’Eglise Evangélique, rentrent aux USA. Femi sera confié à l’église mais il souffrait d’une malformation au pied qui  disparaît progressivement.  Un miracle pour Linda à en croire son propre témoignage après avoir consulté de nombreux spécialistes.

Femi sera officiellement adopté à ses six ans avec l’accord de son père biologique, sa mère entre temps sortie de prison était jugé légalement incapable de prendre soin du gamin. Il  rejoint sa nouvelle famille dans l’Indiana où il débuté l’école avec une passion pour le ballon rond.  La suite vous la connaissez.  Pour Linda, Femi est un « un enfant béni de Dieu pour leur famille et leur congrégation »

Star Baby

Méconnu du public béninois, Femi a belle côte de l’autre coté de l’Atlantique. Avec plus de 12 mille abonnés sur  son compte Twitter certifié où il est particulièrement actif avec plus de cinq mille Tweet lâchés, il n’a pas peur de la popularité. Il a fait son apparition pour la première fois dans l’édition 2017 de FIFA d’EA Sports avec une notre très moyenne de 60/100.

Il a un look très particulier avec ses Drealocks à la Edgard Davis. Il est un attaquant mobile et puissant pour son mètre 83. Il sait faire jouer ses coéquipiers et faire la différence dans la surface adverse. Il était déjà une star au Lycée et à l’Université avant de connaître le monde pro. En MLS il arbore le numéro 88 avec New England Revolution et son « Femi »  est floqué dans son  dos comme pour garder un ultime lien avec ses racines béninoises.

Géraud Viwami

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *