Can 2017 : ce qu’il faut retenir des quarts

Les quarts de finale ont pris fin hier, on connaît désormais le dernier carré de la compétition. Le Burkina Faso, le Cameroun, le Ghana et l’Egypte sont passés. On vous résume tout ce qui s’est passé pendant ce second tour précédent. C’était chaud.

Bancé a fait danser, Nakoulma opportuniste 
Quand il rentrait en jeu à la 78e minute, il ignorait encore ce qu’il l’attendait jusqu’à ce qu’il marque ce coup franc qui délivre tout un peuple, deux petites minutes plus tard. Aristide Bancé, l’homme à la coupe peroxydée qui était déjà une vraie star dans les rues d’Ouaga n’est pas loin de rentrer dans la légende du foot au pays des hommes intègres. L’attaquant de l’Asec a montré la voie d’un succès bien mérité face à des tunisiens qui se sont endormis en seconde période, samedi dernier à Libreville. Préjuce Nakoulma en a aussi profiter pour signer son troisième but du tournoi. Co-meilleur buteur avec Junior Kabananga, désormais éliminé, le nouvel attaquant de Étalons pisté par des clubs de Ligue 1 française aura deux matches pour devenir soulier d’or. Le Burkina Faso fera face à un ordre nord africain pour sa troisième demie-finale de Can , l’Egyote.
Aboubakar le facteur X, Mané pas verni
L’affrontement le plus attendu opposait le Sénégal au Cameroun. Un match de Lions, samedi dernier à Franceville. Ceux de la Téranga ont dominé dans le jeu en se créant de grosses occasions sans faire mouche. En face, les Indomptables ont résisté à leur manière et n’étaient pas loin de marquer aussi dans le temps réglementaires et même en prolongations. Que de frissons et d’émotions pour un nul vierge au terme des prolongations. C’était un match déconseillé aux cardiaques.
Ça s’est terminé aux tirs aux buts, Fabrice Ondoa qualifie le Cameroun en stoppant le tir de Sadio Mané, pourtant brillant pendant la rencontre. On a eu de la peine pour l’attaquant de Liverpool qui s’est effondrée en larme ensuite.
Dans l’autre camp le tir au but décisif a été transformé par Vincent Aboubakar , devenu remplaçant de luxe , l’attaquant du Beskistas a été sorti du banc en prolongation. Dernier tireur de la série, c’est lui qui ouvre la porte des demies aux Lions Indomptables où ils joueront le Ghana.
Attention au Gang Ayew
Après avoir dominé un groupe où figuraient les champions d’Afrique en titre, les congolais n’ont pas pu renverser les ghanéens en quarts. Privés de leur capitaine-buteur Asamoah Gyan , les Blacks Stars s’en sont remis aux frères Ayew. D’abord Jordan ouvre le score peu après l’heure de jeu avant qu’André, capitaine du jour ne plante le but décisif sur pénalty. Entre temps Mpoku a redonné espoir aux Léopards sur une belle frappe de loin. Bousculé, le Ghana va disputer une sixième demi-finale d’affilée, énorme régularité. On a presqu’envie de dire qu’il est tant de la gagner parce que le dernier titre des Ghanéens en Coupe d’Afrique date de 1984. La RD Congo est tombé avec d’énormes regrets et son « Fimbu » à la main. Dieumerci Mbokani a sûrement passé la nuit à penser son tir sur le poteau alors que Braima Razak était bien battu en première période avant le réveil du Gang Ayew. Et ça a fait mal.
Ces Pharaons là font peur
Après avoir manqué trois Can, l’Egypte a envie de rattraper le temps perdu. Dans un choc nord africain attendu face aux Lions de l’Atlas, qui étaient loin de démériter, les Pharaons ont signé un succès assassin avec un but à trois minutes du terme. Imprenables derrière, l’Egypte a certes concédé des occasions mais n’a pas craqué. Essam El Haddary n’a toujours pas encaissé. L’Egypte est d’ailleurs la seule équipe du tournoi dans ce cas. Défensivement ils sont difficiles à prendre. En plus et ils ont une efficacité maladive avec un brin de chance quand même n’est-ce pas Hervé Renard ?
A Port-Gentil , Géraud Viwami

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *