France-Ligue 2 : C’est la rentrée pour nos internationaux


La saison 2016-2017 de Ligue 2 française sera lancée ce soir avec pas de moins de huit joueurs béninois dont six internationaux.Focus.

Saturnin Allagbé, 22 ans, Niort (photo) : l’heure de vérité

Présenté comme le successeur de Paul Delecroix (parti à Lorient cet été) dès son arrivée au club à l’été 2014, il a eu le temps d’apprendre avec la réserve des chamois avant d’être lancé dans le grand bain de la Ligue 2 en fin de saison dernière. L’ancien gardien de l’Aspac a rendu des copies très correctes et a même été l’un des héros du maintien du club in extrémis grâce à ses cinq apparitions réussies sur les cinq derniers matches de la saison. Il avait réussi à garder ses buts inviolés sur ses deux premières apparitions et nommé dans l’équipe type de la 34e journée pour ses débuts contre Red Star. Il ne pouvait pas rêver mieux. Installé comme numéro un lors de la préparation estivale, le gardien des Ecureuils devrait occuper le poste dans la hiérarchie. Convaincant en matches amicaux à l’image de son dernier match contre Tours. Le champion du Bénin affiche une marge de progression très intéressante qu’il devra démontrer tout au long de la saison c’est bel et bien l’heure de la vérité pour ce grand espoir du football béninois.

Fabien Farnolle, 31 ans, Le Havre : presque plus rien à rien prouver

Avec 143 apparitions en cinq saisons complètes en Ligue 2, le gardien respire confiance et expérience à la fois. Après une année galère, il s’est formidablement relancé la saison écoulée dans les buts du Havre. Avec 12 matches sans encaisser sur 34 apparitions il a été l’un des hommes forts de la belle saison du club normand qui est monté sur le podium à plusieurs reprises et a longtemps cru à un retour en Ligue 1. Cadre respecté dans le vestiaire, l’habituel numéro un des Ecureuils n’a presque plus rien n’à prouver dans l’antichambre de l’élite française si ce n’est peut être mener son club à une promotion.

Khaled Adénon, 31 ans, Amiens : que du bonheur

Il a réussi un retour incroyable sur le devant de la scène après sa suspension par la Fifa en 2012. Patient et travailleur, le défenseur s’est reconstruit après deux saisons de haute facture en National. Recruté l’été dernier par Amiens, l’ancien pensionnaire de l’Asec Mimosas s’est vu confié le brassard de capitaine et il va mener son équipe à la montée. Régulier dans ses performances et guide pour les jeunes du groupe, il s’est aussi mué en sauveur en inscrivant des buts décisifs dont celui de la montée lors de la dernière journée de National la saison dernière contre Belfort (1-0). Il termine la saison avec 4 réalisations son meilleur total en club sur une saison. Le défenseur des Ecureuils retrouvera au Stade de la Licorne une division qu’il connait pour y avoir disputé déjà 91 rencontres avec Bastia et Lemans. Le trentenaire savoure ce retour au premier plan.

David Djigla, 20 ans, Niort : monté en régime

En manque de temps de jeu et surtout de confiance à Bordeaux, il a fait le choix de redescendre d’un cran pour s’aguerrir à Niort. Ailier rapide et dribleur il a réussi avec brio plusieurs entrées en jeu folles la saison dernière. Il ne lui faut pas grand-chose pour percer si ce n’est la régularité et la capacité à faire davantage la différence dans le camp adverse. Pour une première saison complète dans le circuit professionnel, l’ancien pensionnaire de l’Union Sportive de la Plage à Cotonou a été titularisé à 16 reprises sur ses 31 apparitions. Il doit notamment améliorer ses stats, un petit but seulement pour trois passes décisives. Vu son talent, le numéro 7 des Chamois doit clairement monter en régime cette saison pour ne pas être un « éternel espoir » une montée en régime est attendue cette saison pour ce gamin qui fêtera ses 21 ans le 23 aout prochain.

Djiman Koukou, 26 ans, Lens : un nouveau combat

Après trois saisons et demie à Niort, le «gladiateur » a rejoint librement Lens cet été. Son expérience (117 matches de Ligue 2) a séduit les nordistes qui jouent clairement les premiers rôles dans le championnat. Relégué il y a deux saisons le club veut retrouver l’élite que rêve de découvrir, l’ancien milieu de Créteil. Sa puissance et son impressionnant physique peuvent rendre bien des services au sang et or. Arrivé dans un l’un des clubs les plus populaires de France, il a une place à gagner dans le onze d’Alain Casanova et surtout une réputation de monstre récupérateur à confirmer. Son passeport pour l’élite se trouve dans ses crampons. Et pour l’anecdote il jouera peut être son premier match sous ses nouvelles couleurs à René Gaillard contre son tout nouveau ancien club.

David Kiki, 22 ans, Niort : un cap à passer

Recruté en provenance de Belfort, club amateur qui venait de monter en National, l’arrière gauche a connu une saison dernière à grande vitesse. Devenu titulaire indiscutable et nouveau chouchou du public avec la sélection nationale, le joueur formé à l’Académie France Benin Football a fait pareil en club. Même si les chamois ont lutté jusqu’à l’ultime journée pour se maintenir en Ligue 2, même s’il a été peu utilisé en fin de saison, il n’en demeure pas moins que pour son baptême de feu en division professionnelle le gaucher a montré de belles choses. Un petit but à mettre à son actif et un casier vierge passe décisive qui fait tâche. Il doit aussi progresser sur le plan défensif notamment mais avec 25 matches disputés lors de l’exercice précédent il devait pourvoir passer un cap cette année.

Jonathan Tinhan, 27 ans, Amiens : tout à prouver

Champion de France en 2012 avec Montpellier, il a mis plus de temps que prévu à percer. C’est en National sous le maillot d’Amiens la saison écoulée que le milieu offensif formé à Grenoble va enfin exploser. Replacé dans un rôle axial en attaque, le natif d’Echirolles porte son équipe avec 13 buts, il termine comme meilleur artificier de son club qui accroche le dernier billet pour la Ligue 2. Une division qu’il avait déjà connu à Grenoble puis à Arles (34 matches joués) . Il l’abordera cet été dans l’état d’esprit d’un joueur en confiance qui tout à prouver, il est tant pour lui de faire son trou à un niveau nettement plus élevé.

Cédric Hounondji , 22 ans , Gazélec Ajaccio : en pleine ascension

Il fait le choix de la continuité en signant au Gazélec Ajaccio après deux saisons régulières en prêt à Châteauroux puis à Auxerre. Le défenseur a quitté Rennes son club formateur pour se faire un nom en corse. Fraichement relégué en Ligue 2, le Gaz a misé sur l’expérience du franco-béninois qui va enchainer une troisième saison d’affilée dans la division. En nette progression, ce gaillard d’un mètre 94 sera l’un des piliers de la défense corse sous les ordres Jean Luc Vannuchi qui était déjà son entraîneur à Auxerre la saison écoulée. Buteur en match amical, l’ancien rennais semble déjà avoir pris ses repères, on aura le temps de vérifier lors de la réception de Brest ce soir pour la journée inaugurale.

Géraud Viwami

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *