Ecureuils: un saut dans l’inconnu avec de gros enjeux

Demain à 14h 30 de Cotonou, les Ecureuils ouvriront le bal des matches comptant pour la 3e journée des qualifications de la Can Gabon 2017, contre le Soudan du Sud à Juba.

 

Le point
Après deux journées,  les Ecureuils n’ont récolté que deux points. Un match nul 1-1 obtenu face aux équato guinéens à Malabo en juin 2015 et un autre concédé à domicile face au Mali. Même si les Ecureuils ont rendu deux bonnes copies notamment face au Mali le bilan comptable est loin de refléter les prestations et d’être satisfaisant . Avec ses deux unités, le Bénin pointe à la 3e place du Groupe C dominé par le Mali (4 points) suivi du Sud Soudan (3 points) et la Guinée Equatoriale (1 point) ferme la marche. Alors quel est le meilleur scénario pour les deux prochaines journées ?
Le scénario idéal
Il est important de préciser que le premier du groupe se qualifie directement pour la grande messe Africaine qui se jouera au Gabon début 2017. Et que seuls les deux meilleurs deuxièmes de tous les groupes réunis pourront accrocher les derniers tickets disponibles. Terminer premier pour valider son sésame est bien plus réconfortant.
Passés près de l’exploit face aux favoris maliens à Cotonou, les Ecureuils peuvent croire à leur chance. La double confrontation (ndlr : 3e et 4e journées) face au Sud Soudanais sonne déjà comme un rendez-vous décisif. La manche aller se joue Juba demain et le retour à dimanche prochain à Cotonou. Si le Sud Soudan a pu damer le pion à la Guinée Equatoriale, quatrième de la dernière coupe d’Afrique jouée à domicile, ils ne sont pas négliger. Faut-il craindre l’adversaire ?
Petit poucet mais…
Nation indépendante depuis 2011 seulement, le Sud Soudan a joué son premier match officiel en 2012. Classé 164e au classement FIFA, l’équipe est composé majoritairement de joueurs évoluant dans le championnat Soudanais. Ce sera le premier duel de l’histoire avec les Ecureuils. Après la première victoire acquise à domicile face à la Guinée Equatoriale, les tigres sont motivés à remettre à ça. Il faudra faire gaffe à l’engouement public.
Géraud Viwami

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *