Amadou Moudachirou « Prêt à apporter un plus au développement du football de mon pays »

Longtemps demeuré silencieux pour ce qui est de la crise du football béninois et de sa gestion, l’ex-capitaine des Ecureuils du Bénin, Amadou Moudachirou a décidé de sortir de son mutisme. C’est au cours d’un entretien qu’il a bien voulu accordé à votre site Bjffot.com. Dans cet entretien il parle du changement survenu à la tête de la fédération béninoise de football, du nouveau bureau et de ce qu’il peut apporter au football de son pays si d’aventure on lui faisait appel. Il n’a pas manqué de prodiguer quelques conseils à la nouvelle équipe pour l’évolution du football béninois. Lire plutôt l’entretien !

L’actualité au Bénin, c’est le changement à la tête de la Fbf. En tant qu’ex-capitaine des Ecureuils, que pensez-vous de cela ?

Je dirai tout simplement que l’heure d’Anjorin Moucharaf a sonné pour quitter la fédération. Tout le peuple béninois est découragé de ce qui se passe actuellement au niveau du football béninois. Pour moi, il devrait facilement passé service. A un moment donné, j’ai dû laisser mon brassard de capitaine en équipe nationale. Il a fait qualifier le Bénin pour la Can. Il est donc temps qu’il permette à d’autres personnes de diriger le football au Bénin. Anjorin doit partir comme un grand homme.

Quel bilan faites-vous du Président Anjorin à la tête du football béninois ?

Comme je l’ai déjà dit, il a qualifié le Bénin à trois (03) reprises à la Coupe d’Afrique des Nations (Can). Mais ce bilan est négatif car ces trois participations n’ont rien donné au Bénin. Il voulait juste que les gens disent que c’est grâce à lui qu’on était à la Can. Pendant ces Can, le Bénin n’a même pas eu une seul victoire. On a pendant longtemps triché avec le football et cela ne paye pas. Il a fait des passeports  aux gens qui ne le méritaient pas du tout. Il faut travailler avec ceux qui ont vraiment fait le football.

A vous entendre, vous optez pour le football aux footballeurs. Comment faire dans ce cas ?

Dans le nouveau bureau, il y a Bernard Hounouvi, Christian De Souza et  beaucoup d’autres qui mettent les moyens. On peut amener les anciens footballeurs à prendre part à la gestion du football béninois. je prend l’exemple de l’Allemagne où je vis. Au Bayern Munich, il y a Beckenbauer et autres qui dirigent ce club.  Même à l’équipe nationale il y a des anciens joueurs qui sont associés à la gestion de la chose du football. Pourquoi pas dans mo pays ? Donc je suis content du départ d’Anjorin car il sait qu’il a fait régresser le football béninois. Il a gâché la carrière de beaucoup  de joueurs comme moi.

A l’état actuel des choses, avez-vous espoir quant à l’avenir de ce football ?

Oui. Bien sûr!  Je ne connais pas très bien M. Attolou mais ceux qui l’entourent sont très importants pour moi. Ceux là peuvent faire du bon boulot pour le football béninois. J’ai donc la certitude que ce football ira de l’avant.

Si on vous faisait appel, êtes-vous disposer à travailler avec ce bureau ?

J’ai plusieurs fois tenté d’apporter mon plus au développement du football béninois et à l’équipe nationale. Mais on m’a toujours écarté. J’ai tout fait mais sans succès. C’est dommage parce que je n’ai pas de parrain. Malgré ton niveau et qui que tu sois, si tu n’a personne au Bénin pour t’aider, tu es perdu. C’est un sujet très important. Je suis entraineur-joueur dans un club de quatrième division ici en Allemagne. Je suis prêt à apporter un plus au développement du football de mon pays. Si on me faisait appel, c’es avec plaisir que je serai là. Il n’y a pas de relève. Il faut donc ramener les anciens pour permettre au football béninois de retrouver ses lettres de noblesse.

Quels conseils avez-vous à l’endroit d’Attolou et son équipe pour faire avancer le football béninois ?

Je leur dirai qu’il faut travailler avec tout le monde surtout avec les anciens footballeurs. Il y a de bons éléments dans cette nouvelle équipe tels Bernard Hounouvi et Christian De Souza. Je suis d’ailleurs en contact avec eux. On doit reprendre le football à  zéro. Retourner à la base pour former les jeunes talents béninois. il faut travailler pour l’avenir.

Un mot à l’endroit du public !

Il ne faut pas se décourager. Il faut avoir la patience avant toute chose. Même si la Fifa venait à nous suspendre trois voir quatre ans, il faudra mettre ce temps à profit pour travailler. Ce n’est même pas un souci car on n’est qualifier ni pour la Can ni pour le mondial donc il ne faut pas s’en faire.

Recueillis et transcris par Armel ROLENGA KASSAVI

Amadou Moudachirou, l’ex-capitaine des Ecureuils du Bénin, sort de son mutisme

Auteur : Rolland

journaliste sportif...

2 pensées sur “Amadou Moudachirou « Prêt à apporter un plus au développement du football de mon pays »”

  1. C’est vrais! Malgré les efforts que tu fait si n’as personne pour t’aider alors c’est vraiment dificile pour toi d’evoluer au Benin.ofèt je suis un petit qui a 18 ans et qui joue très bien mais je n’est personne pour m’aider et le plus pire est je suis un orphelin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *