Uemoa/ Abraham Quenum : «J’ai beaucoup appris sur le comportement du public et le style d’animation»

 

Tournoi de l’Uemoa côté tribune

 

Abraham Quenum, responsable logistique et hébergement au sein de l’Union nationale des associations de supporters était au tournoi de l’Uemoa pour soutenir les Ecureuils. Il jette ici un regard sur le rôle des supporters et l’autonomie tant espérée des associations vis-à-vis  de l’Etat.

 

Réalisée à Dakar par Aubay

 

 

Abraham Quenum, que faites-vous tout seul à Dakar dans ce tournoi de l’Uemoa ?

Première chose, je suis venu voir des partenaires. Deuxième chose, je représente l’Union nationale des associations de supporters qui a décidé d’être présente à chaque fois que les Ecureuils se produisent. Je suis donc là dans ce cadre.

 

 

Quel a été votre rôle auprès de cette équipe nationale en tant que membre du bureau de l’Unas ?

Mon rôle a été à chaque match d’aller à l’hôtel des Ecureuils ou dans le vestiaire pour les encourager à défendre vaillamment notre drapeau national et que nous sommes à leurs côtés pour les soutenir.

 

Qu’avez-vous pensé du niveau global des Ecureuils dans cette compétition ?

En tant que supporter, j’ai constaté qu’il n’y a pas eu trop d’engouement comme au Bénin ou au Niger.  Par contre, personnellement, j’ai beaucoup appris sur le comportement général du public populaire. Le style d’animation est différent et une fois au Bénin je verrais quoi faire avec notre bureau directeur.

 

L’équipe béninoise, selon vous, n’a-t-elle pas manqué de soutien ?

Pas trop à mon avis parce que c’est une équipe qui mentalement est forte et se savait loin de ses bases. Loin de toute pression, les sélections béninoises s’expriment bien à l’extérieur quand elles se préparent bien. Ensuite, l’absence de championnat a enlevé une certaine pression du résultat aux joueurs.  Le but était surtout de participer sans être ridicule. Enfin, le ministre des sports était là en début de tournoi, et la conseillère technique aux sports durant toute la semaine de compétition. L’équipe n’était donc pas seule.

 

Faut-il nécessairement que l’Etat finance le voyage des supporters avant qu’ils ne se décident à voyager quand la sélection nationale joue à l’étranger?

A l’étape actuelle, tant que les associations n’auront pas des objectifs précis, on va balbutier et attendre le gouvernement. Par exemple, le ministre Modeste Kérékou avait tenté une approche de solution afin que les associations soient représentées dans la délégation officielle à chaque voyage. Mais la vraie solution est que les associations de supporters soient autonomes.

 

 

 

 

Auteur : Rolland

journaliste sportif...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *