Gaspoz invite ses joueurs à montrer un meilleur visage

 

Célébration du titre de champion par joueurs et staff technique de l’Aspac

Le restaurant « Chez Clarisse » à camp Ghézo a abrité mercredi en début d’après-midi un déjeuner initié par Alain Gaspoz en l’honneur des membres du staff technique et des joueurs de l’Aspac. L’occasion était belle pour fêter le titre de champion acquis l’année écoulée et les efforts fournis par les uns et les autres.

Aubay

Ils étaient 29 joueurs, connus, reconnus ou dans l’ombre des autres, à marquer cette pause festive avec le staff. Ceci afin de se remobiliser pour des résultats meilleurs d’une équipe qui a du mal à jouer les premiers rôles pour cette saison en cours. Tel était donc les deux objectifs de ce repas chaleureux au bord de la piscine du restaurant « Chez Clarisse ».

« C’est important de retrouver, se réunir et partager ensemble ce moment pour avoir de bons souvenirs collectifs. Et surtout se préparer pour le dimanche et le match de la reprise du championnat. C’est une détente afin de revenir à de bonnes bases», expose Alain Gaspoz dans un bref speech qui a retenu l’attention de tout le groupe.

A sa suite, Allagbé, Mamam et Fanou diront leur joie de partager de bons moments qui étaient attendus depuis des mois et le sacre historique en championnat.

Précisons que la caisse commune des amendes payées par chaque joueur ainsi que les contributions des membres du staff ont permis d’organiser cette fête intimiste qui n’aura réuni que les acteurs du terrain : joueurs et staff technique.

Déclaration de Gaspoz à l’occasion de la fête

« C’est important de retrouver, se réunir et partager ensemble ce moment pour avoir de bons souvenirs collectifs. Et surtout se préparer pour le dimanche et le match de la reprise du championnat. C’est une détente afin de revenir à de bonnes bases. Sans travail, il n’y a pas de résultats. Donc remettons-nous au travail, revenons à de bonnes bases pour de bons résultats. Je souhaite que la concurrence soit saine et que chacun mérite sa place de titulaire. Ceci afin que semaine après semaine nous ayons toujours un bon groupe pour tenir en échec les adversaires qui ont à cœur de nous battre. On va défendre notre titre jusqu’au bout et on fera les comptes à la fin. Oublions la place que nous occupons actuellement, car elle ne sera pas la même si chacun à son niveau fait ce qu’il faut et qu’au plan collectif nous répondons présents. Je vous remercie de la confiance que vous m’avez témoignée en tant qu’entraîneur et de tout ce que vous avez fait comme sacrifice au niveau de vos familles. Encore une fois bravo à tout le monde pour les efforts fournis et à fournir pour la remontée au classement ».

« C’était nécessaire pour nous de faire cette fête avant le début de la saison en cours. Et marquer un nouveau départ. Pour cette saison en cours, nous avons pas mal de choses à nous faire pardonner. Que ce soit avec moi, Emile (Ndlr : Enassouan, coach adjoint) ou vos futurs entraîneurs, vous êtes venus de loin, assimilant les choses entraînement par entraînement. Malgré les moments difficiles, nous avons fait un bon résultat à la fin du premier championnat professionnel du Bénin en finissant champion. Le mérite vous en revient le premier même si au niveau du staff nous avons beaucoup transpiré pour en arriver là. C’était une récompense juste et honnête.

Ce repas marque un nouveau départ afin de faire mieux que le début de championnat (ndlr : l’Aspac est actuellement 10e au classement). »

Ufoa – 2e Tour / Face aux Sharks, Fin de parcours pour L’Aspac de Gaspoz r

 

Les Sharks sont restés sur les acquis de la manche aller remportée 4-1. L’Aspac aura confisqué le ballon et obtenu les meilleures opportunités. Le score final est un nul 0-0 synonyme d’élimination de l’Aspac.

Aubay

Le champion béninois était attendu par ses fans, ses concurrents et les observateurs. Plus de deux mois après avoir remporté le championnat, l’équipe de Gaspoz se présentait hier au stade de l’Amitié avec quelques phases de jeu, sans réelles réussites. Sans championnat (connaissant le niveau du football béninois), il ne fallait pas espérer plus.

1ere minute Sur le terrain, l’Aspac engage la partie et va tenter de se rassurer avec la traditionnelle passe à 10. Sakibou essaye d’accélérer sur son flanc droit. Il obtient une touche.

2e minute Atchègo est l’auteur d’une mauvaise passe pour le buteur des Sharks. C’est la panique. Le corner pour les Sharks ne donne pas grand-chose.

4e La première vraie accélération de Sakibou va donner un centre du feu follet pour Waïdi. La tête est au-dessus ! Dassagaté était aussi à l’affût.

7e une Tête de Sakibou hors du champ et quelques secondes plus tard, un centre de Lazadi pour Dassagaté dont la belle reprise cadrée est captée par le gardien des Sharks (8e).

10e Sèwanou pour Sakibou qui hésite à centrer mais va obtenir le corner. La suite nous donne une frappe de Waïdi pour le gardien Okinaké Adal des Sharks. Cette fois-ci, le corner revient à ce dernier qui met sa frappe au-dessus (11e). Dassagaté emprunte le même chemin (12e).

23e Kassa lifte bien son ballon en profondeur pour Waïdi qui obtient un corner. Deux corners suivent. Le dernier trouve Sèwanou dont la tête passe à côté.

30e La première demi-heure montre une équipe d’Aspac bien en place et solide dans la récupération. Mais devant, les approximations n’autorisent aucun rêve de but pour le public.

36e Atchègo ne parvient pas à lancer Lazadi en profondeur. 38e Le coup décalé sur la droite à la lisière des 16 mètres est tiré par Mohamed Assane qui sert Atchègo. La frappe de ce dernier est au-dessus.

Analyse : Symbole d’une équipe qui n’arrive pas à trouver le bon timing, Atchègo récupère mais relance mal. Yolou va débuter l’échauffement…

45+2 Lazadi par de derrière et frappe sur le gardien, Dassagaté dévie et trompe ce dernier. Le ballon glisse entre les jambes d’Okinanké Adal. Il ne franchira pas la ligne. Quel dommage.

Allagbé sauve deux fois ses buts, Ejidé trouve la transversale !

46e Corner dès l’engagement de la partie pour les Sharks. La fébrilité et les hésitations ne sont pas laissées aux vestiaires.

47e Coup franc pour l’Aspac. Le ballon revient au trio Lazadi- Sakibou – Séwanou. Ce dernier hésite à frapper.

48e L’Aspac investit les 16 mètres des Sharks. Mais sans réellement être dangereux jusque-là.

51e Tête de Waïdi ! Dans les gants du gardien adverse. 56e Sèwanou place un bien mou coup de tête qui n’inquiète pas le gardien adverse, tout comme la frappe de Lazadi qui est captée (57e).

58e Sakibou ose une belle accélération au milieu d’une forêt de jambes. Il obtient la faute. Bouraïma va mal négocier le coup franc.

60e Balle de but ! Tout part d’un mauvais placement de l’axe central. La première erreur tactique du solide Salomon Junior. Ejidé seul face à Allagbé place son ballon. Le jeune gardien béninois reste sur ses appuis et repousse la frappe du pied. C’est un duel gagné. L’Aspac l’échappe belle.

62e Dassagaté dans les 16 mètres est touché. Pas suffisant pour obtenir un penalty. Ça va dans tous les sens.

63e Balle de but ! La défense de l’Aspac est une deuxième fois en difficulté car mal placée. Allagbé, « en vacances » pendant la première période justifie sa titularisation sur un tacle qui sauve les buts des bleus de Cotonou !

65e Sur un duel entre Salomon Junior et Ejidé, le buteur des Sharks, le défenseur béninois est à terre. 66e La faute est jugée injustifiée selon l’entraîneur des Sharks, John Okojo. L’arbitre l’expulse. Il refuse durant deux minutes de sortir. Okojo va finir par s’exécuter.

69e Dassagaté glisse pour Bouraïma sur le flanc gauche. Il centre pour Sèwanou, mais le gardien s’interpose.

75e Lazadi déborde d’énergie et sur cette accélération, va essuyer ses crampons sur l’adversaire auteur d’un tacle également.

76e L’arbitre va siffler la faute en faveur du joueur béninois. Le coup franc ne donnera rien.

80e Sur un énième corner obtenu par Sèwanou, le gardien se rate, mais la reprise de Bouraïma est molle. Il n’avait pas vu le ballon plus tôt…

83e Sèwanou place bien son coup franc, mais le gardien Okinanké Adal capte.

87e Depuis les 35 mètres, Sèwanou contrôle de la poitrine et pivote. Sa frappe lointaine est dévissée mais surtout insensée. Symbole de la frustration du buteur…

90e C’est le meilleur ou presque, que l’auteur du hat-trick de Port Harcourt réserve pour l’Aspac. Ejidé a de l’espace et assène une frappe qui résonne sur la transversale de Saturnin Allagbé. Les buts restent inviolés, Allagbé et sa défense étaient battus…

90+2 Coup franc obtenu par Sèwanou et tiré par Mohamed Assane. Le gardien Okinanké Adal repousse.

Le score final sera de 0-0. Quelques regrets pour le public, mais avec le recul on comprend que le Bénin au niveau des clubs ne fait que débuter son professionnalisme.

Aubay

Encadré1

Encore loin du niveau international…

Il est permis de rêver. L’équipe est jeune et joue au football avec la passe à 10. Les bases sont certaines, mais avec dans les jambes une seule saison de Ligue professionnelle débutante, les Bleus de l’Aspac ont tutoyé leurs limites. Vous cherchez quelques boucs-émissaires ? Trouvez ! Comme depuis 20 ans dans les compétitions internationales, les clubs béninois ne sont que le reflet du niveau du football local. Vous auriez mis en face des équipes comme celles du Bénin face à cet Aspac d’hier, que le score aurait été 4-0. Mais face aux Sharks, il a manqué de l’expérience et le métier des pros. Ceux qui ont pas mal roulé leurs bosses. L’équipe de Gaspoz connaît désormais ses limites et devra travailler pour la prochaine ligue des champions. Octobre n’est pas si loin…

Aubay

Encadré2

Les équipes

Aspac

1-Allagbé – 4-Fanou, 5-Salomon, 8-Kassa, 13-Lazadi – 18-Atchègo (Yolou 45e), 10-Assane – 6-Dassagaté (Yakubu 77e), 7-Waïdi (Bouraïma 53e), 14-Sakibou – 16-Sèwanou.

Coach : Alain Gaspoz

Sur le banc : Afissou Fayèmi – Christian Adjé – Wassiou Salami (Gk) – Assane Sako

Sharks

20-OKinanké – 14 Chukwindi, 10-Thankgod, 5-Savé, 2-Godwin, 15-Agogo, 28-Ejidé, 19-Yusuf (Anubi 57e), 20-Ewol, 26-Okodié, 9-Ezeji (Usman 75e)

Coach : Okojo

Gaspoz et ses joueurs analysent la défaite de Port Harcourt

(Tournoi de l’Union des fédérations ouest-africaines des clubs – 2e tour)

En 40 matches en un an, l’Aspac sous l’ère Gaspoz n’a jamais encaissé 4 buts dans un match. La thérapie Gaspoz pour tirer les leçons d’un scénario presque catastrophe (1-4 face aux Sharks) dimanche dernier à Port Harcourt au Nigeria. Lundi en fin d’après-midi au stade René Pleven, les joueurs et leur coach se sont retrouvés pour se parler…

Aubay

A une demi-heure avant l’entraînement, c’est Adam Waïdi, absent à Port Harcourt parce que suspendu, qui a pris place dans la tribune. A ses côtés, un nouveau joueur à l’essai. Peu à peu, le reste du groupe va se constituer. Le chargé du matériel arrive en deuxième position. 20 minutes avant le début de la séance prévue pour 18h00, c’est le capitaine Vincent Fanou qui a rejoint les abords de la pelouse avec un sourire figé. Suivra Yakubu Adamu titularisé durant la première mi-temps. Puis arrive Emmanuel Joseph, la nouvelle recrue qualifiée pour l’Ufoa et qui, a disputé la seconde période. On est à 10 minutes de la séance d’entraînement. Le nombre grossit avec quelques sourires. Enfin arrive Alain Gaspoz, lunettes de soleil aux yeux, pieds nus, chronomètre en mains. Tout de suite il se rapproche du banc de touche et essaye de déstresser ses joueurs. L’heure approche et le groupe bientôt va se masser autour du coach qui va lancer la discussion.

L’Aspac n’a pas su « s’adapter aux situations »

A entendre les propos des joueurs dans le secret du vestiaire, les conditions imposées par l’environnement immédiat de l’équipe n’ont pas facilité la bonne préparation. Les événements extérieurs, l’organisation d’avant-match ont donc été nocives. L’arbitrage aussi.

Mais on notera que le groupe ne concentre pas sur ces facteurs exogènes. Mea culpa de chacun, puis le coach vient relever les erreurs et écoute ses joueurs pour mieux comprendre ce qu’il s’est passé dans leurs têtes. Le premier but a été une claque. Penalty injuste pour la plupart.

Gaspoz aborde les cas particuliers, tout en mettant l’accent sur la concentration, la communication et pour finir dira que quelque soit la préparation, il faut savoir, sur le terrain, « s’adapter à des situations imprévues. »

La séance va débuter sur le terrain cette fois-ci. Ceux qui ont joué vont effectuer un décrassage, les autres une séance allégée. Dans les têtes, le dimanche prochain sonne comme un appel à la révolte. Ce mardi sera jour de repos.

L’objectif désormais est de gagner. Juste gagner. Et si la qualification était au bout, ce serait un bon retournement de situation.

Aubay

 

Encadré

Buts

Sharks : Victor Junior Edéji (4e minute (sp) ; 49; 75e) et Opoku 69e

Aspac : Arouna Sakibou (77e)

L’équipe Aspac (réactualisée)

Karim Mamam

Fousséni Lazadi

Assane Sakho

Vincent Fanou

Antonin Kassa

Hubert Atchégo

Mohamed Assane

Mohamed Fofana (45e William Dassagaté)

Adamu Yakubu (Emmanuel Joseph 30e)

Arouna Sakibou

Hyacinthe Sèwanou (Johnson Owunka 75e)

Bénin / Ligue1-22e journée : Le leader Aspac à l’épreuve des Panthères ce vendredi

(Kraké à l’affût)

Le duel à distance aura lieu à Cotonou, sur les deux stades de la ville. En tenant compte des positions au classement, des adversaires, Aspac et Soleil ne sont pas en danger. Mais la tension et la pression peuvent en décider autrement ce vendredi.

Aubay

Au stade de l’Amitié : Aspac – Panthères

Leader avec un point de plus au classement, l’Aspac emmené par son capitaine Vincent Fanou va tenter de confirmer devant son public en match avancé cet après-midi face aux Panthères. Vainqueur chacun dans les dernières minutes du match précédent, les deux équipes savent donc que la patience peut être une clé surtout en cette fin de saison. Les Panthères, dominateurs des Dragons à Djougou, savent aussi que la victoire de l’Aspac à Kraké a donné des ailes aux portuaires en route vers le sacre. Le match s’annonce très ouvert dans un stade de l’Amitié où l’Aspac qui reçoit, n’a pas encore gagné cette saison.

Pour le duel de coaches, précisons que l’Aspac de Gaspoz avait dominé en début de saison l’équipe de Savalou alors dirigée par Antoine Abathan 3-0. Ce dernier avait pris sa revanche avec les Panthères au match aller. Ce match va départager les deux techniciens !

Kraké à l’affût, devra dominer Soleil

Garel Sossa and co. Savent que ce match peut leur permettre de reprendre le fauteuil de leader en cas de faux-pas du leader. Pour cela, il faudrait gagner face à une équipe de Soleil calée en milieu de tableau. Mais il va falloir pour les protégés du coach ghanéen Ampomah, oublier le choc du dimanche dernier face à l’Aspac.

Dimanche à Porto-Novo

Les Requins ont plus à perdre que les Dragons

Ce n’est pas un choc au sommet, les deux équipes étant loin des 3 premières places. Pour les Requins, une chance de titre reste possible. Pour les Dragons, c’est des matches pour l’honneur qui vont s’enchaîner. Et parmi ceux-ci : les Requins. Le rival préféré et éternel. En remboursant à Cotonou au Mogas son affront, (même si une victoire 1-0 n’égale pas le 6-2 reçu à Porto Novo), les Dragons ont montré leur sens de l’honneur. A Porto-Novo, les Requins qui l’ont emporté 3-2 à l’aller, bien que menés 2-0 après 20 minutes, ont plus à perdre. Après une défaite 0-2 concédée aux Buffles, une défaite face aux Dragons peut avoir de lourdes conséquences au classement pour les rouge-blanc.

 

 

Tous les matches

Vendredi

Aspac – Panthères

Soleil – Kraké (René Pleven)

Samedi

Mogas –Espoir

Dynamo – Dynamo

Dimanche

Dragons-Requins

Tonnerres – Avrankou

Buffles – Mambas Noirs

Gaspoz, coach Aspac : « Kraké n’a pas assumé sa supériorité hiérarchique »

Alain Gaspoz, au milieu de ses joueurs à la mi-temps...

C’est un grand jour, c’est une récompense pour les joueurs qui ont travaillé et qui y ont cru sans aucune aide extérieure. Si on en est là, c’est le mérite de l’équipe. Ils peuvent profiter une semaine au classement. Mais attention, le championnat n’est pas fini.

Avant le match, j’avais dit aux joueurs qu’il fallait être patients, que c’est un match qui va se jouer sur des détails et d’être concrets en cas d’occasion. On aurait pu marquer par William qui par la suite s’est bien rattrapé. Maintenant, c’était tactique, on a bien joué le coup. On peut encore améliorer des choses et on va travailler pour ça.

On va dire qu’on est dans la course, même si on n’avait pas gagné on restait dans la course. Kraké le savait. Pour eux, un match nul les maintenait en position de leader. Même avec un match nul, nous on restait en course, car le championnat ne se jouait pas forcément aujourd’hui. C’est plus une position agréable de mérite, qu’une position qui vous donne directement le titre.

Maintenant, Kraké a joué avec beaucoup trop de respect. Ils nous beaucoup trop je ne dirais pas surestimé. Ils sont à la maison et je pensais qu’ils allaient être plus conquérants. Dans ce genre de match, quand on a deux points d’avance au classement, on doit assumer sa supériorité hiérarchique au classement et le montrer dans le jeu. Ils ont été un peu attentistes, ils n’ont pas osé se livrer et ont spéculé sur le match nul.

Recueillis par Aubay

Tournoi des nations ouest-africaines : Gaspoz reste lucide

« cette équipe de sénior n’est pas encore prête pour faire un autre résultat que celui-là ce jour, donc c’est pas mal…ils sont jeunes et inexpérimentés, c’est un résultat logique, ils apprennent. »

alain gaspoz, sélectionneur des moins de 20 ans

Ligue1 – Bénin : Des Revanches, des chocs et derby qui peuvent tout changer…

la Ligue1 pourrait être relancée après le week-end pascal

 

Mogas – Dragons : Revanche

Ces deux-là ne se lâchent plus. En attendant la coupe du Bénin, c’est le championnat qui les verra se battre. Pas encore éliminés de la course au titre, ces deux « grands » du foot béninois vont essayer de recoller au peloton de tête. Mais ceci passe forcément par une victoire. Chose de plus en plus inaccessible, surtout à l’extérieur, pour les Dragons depuis décembre 2009.

les dragons devront gagner pour espérer encore le titre

A suivre Requins – Us Kraké et Mogas – Dragons

Gagner ou perdre ce week-end peut avoir plus d’incidence que d’habitude. Le classement a beau être serré, les succès peuvent tout changer.

Aubay

Requins – Kraké : Le grand tournant

Dès cet après-midi. Les Requins face à Kraké vont essayer de tenir leur revanche après un match aller perdu 1-3 à l’extérieur. Un succès pourrait ramener les Requins à 2 points e la première place. Ce qui changerait à coup sûr le visage du championnat. Les rouges et blancs n’ont perdu qu’une fois cette saison à Cotonou2, c’était face aux Mambas Noirs. 

Aspac – Dynamo Parakou : Duel des extrêmes, entre enfer et paradis…

Deuxième au classement avec 3 points de retard sur Kraké, l’Aspac de Gaspoz en cas de victoire pourrait partager la tête avec un meilleur différentiel de buts. Psychologiquement, c’est un avantage important qui pourrait donner des ailes à une équipe constante à domicile. Mais à Kouhounou, loin de son stade René Pleven préféré, l’équipe de Gaspoz a souvent eu du mal à se sentir chez elle. Dynamo de Parakou (dernier), vainqueur 3-1 à l’aller, est dans une position d’outsider dans ce duel des extrêmes. Une défaite pourrait rapprocher Dynamo de Parakou de la descente.

Démolis 2-6 par une équipe du Mogas emmenée par le « fameux » Fadel Suanon, les Dragons devront disputer la plus grande revanche de cette saison. Mais en face, si le Mogas a aussi changé d’entraîneur entre-temps, la partie s’annonce difficile. Les pétroliers ont en effet pris la sale réputation de faire tomber les grands noms. Le 4-0 infligé aux Requins à, Kouhounou reste une référence qui amènera plus encore, Sékou Fofana à se renfermer dans son « catennaccio » ultra défensif. Les 20 dernières minutes pourraient être les plus chaudes.

Tonnerres – Dynamo, le derby du plateau

Le duel des frères « ennemies » va être l’événement de ce week-end du côté d’Abomey. A l’affût au classement avec 5 longueurs de retard sur le leader, Tonnerres Fc de Bohicon (4e) peut espérer recoller en dominant son rival d’Abomey, Dynamo. Avec une seule victoire à domicile depuis le début de la saison, l’équipe de Wabi Gomez garde les faveurs des pronostics, face à un adversaire classé seulement 12e sur 14. Mais les derbies restent ce qu’ils sont.

Aubay

Le programme

Vendredi

Requins – Us Kraké (Cotonou2)

Samedi

Aspac – Dynamo Parakou (Kouhounou)

Dimanche

Avrankou – Mambas Noirs

Mogas – Dragons (Stade de l’Amitié)                                                      

Tonnerres – Dynamo

Buffles – Espoirs

Panthères – Soleil

Classement

1-USS Kraké 33pts + 7

2- Aspac 30pts + 13

3- Buffles 29pts +3

4- Tonnerres 28pts +8

5- Requins 28 pts + 3

6- Mogas 27 pts + 1

7-Avrankou 27pts +1

8- Dragons 26 pts + 3

9- Panthères 25 pts +5

10- Soleil 24pts -6

11- Mambas Noirs 24 pts – 7

12- Dynamo Abomey 20 pts -8

13- Espoir 20 pts -10

14-Dynamo Parakou 17pts -11

« Si rien n’est fait, nous ne saurions espérer faire bonne figure face aux Burkinabè» (Alain GASPOZ)

Alain Gaspoz, pour éclairer l’opinion sur son apparente inactivité par rapport à la sélection nationale junior, nous a accordé une interview dans laquelle il dresse le bilan de plus de 6 mois d’attente à la tête des moins de 20 ans.

Alain Gaspoz, pour éclairer l’opinion sur son apparente inactivité par rapport à la sélection nationale junior, nous a accordé une interview dans laquelle il dresse le bilan de plus de 6 mois d’attente à la tête des moins de 20 ans.

« Pour ce qui est du contrat, il y a eu beaucoup de problèmes autour de sa monture »

Tout d’abord, je ne sais pas d’où vous tenez ces informations mais je tiens à rappeler que c’est ma volonté de me mettre au service de mon pays qui m’a motivé à postuler au poste de sélectionneur  national des Ecureuils juniors. Et, depuis que l’arrêté me nommant a été pris, j’ai  résilié mon contrat en Suisse pour m’installer au Bénin avec toute ma famille. Maintenant, pour ce qui est du contrat, il y a eu beaucoup de problèmes autour de sa monture et puis nous avons eu à faire aussi à la lenteur administrative au niveau de la FBF. Mais l’essentiel c’est que même si mon contrat n’est pas effectif, mon engagement reste à 100% auprès des jeunes.

« Avec Eustache d’Almeida, nous avons pu mettre en place un groupe de 40 joueurs »

Le groupe existe. Avec Eustache d’Almeida et grâce à la collaboration de tous nos collègues, nous avons pu mettre en place un groupe de 40 joueurs. Nous pensions pouvoir organiser différents stages pour aboutir à un effectif de 25 mais malheureusement, il y a eu des problèmes de moyens qui nous ont empêchés d’exécuter notre plan. Nous avons jusqu’à juillet pour présenter une sélection nationale juniors compétitive. Nous comptons sur le tournoi de l’Ufoa pour mettre en place la sélection.

« Je connais les difficultés financières que traverse mon pays actuellement »

J’ai également conscience que par rapport à une date butoir, si rien n’est fait, nous ne saurions espérer faire bonne figure en juillet prochain face aux Burkinabè. Mais ce n’est pas pour autant que je m’aventurerai à mettre une pression médiatique sur les autorités en charge du football béninois puisque je connais les difficultés financières que traverse mon pays actuellement. Seulement, s’il ne nous est pas possible d’organiser l’ultime stage programmé, nous serons obligés d’harmoniser nos points de vue avec les responsables, par rapports aux ambitions que nous pourrions nous permettre de nourrir pour les Ecureuils juniors, quand ils prendront part au championnat d’Afrique. Nous pourrions travailler sur la durée, c’est-à-dire décider par exemple de nous servir de la compétition pour préparer la relève des Ecureuils séniors et pas nécessairement attendre de ces jeunes qu’ils réalisent des prouesses.

« Mon contrat expire le 1er août prochain »

Mon contrat expire le 1er août prochain, j’en ai pleinement conscience. Je dispose encore de 4 mois et je sais que si le contrat n’était pas renouvelé ou que si je me décidais à ne pas le prolonger, je n’aurais finalement pas bénéficié des fruits de mon investissement. Mais je ne suis pas découragé pour autant.

« Avec l’Aspac, je ne me serais pas engagé sans l’accord du ministre des sports »

Il faut dire que j’ai discuté avec plusieurs responsables du football béninois avant de signer un contrat avec As Pac. Je ne me serais pas engagé sans l’accord du ministre des sports. Il y a eu un accord même s’il a été verbal. Après, ils ont commencé par avoir des craintes par rapport à ma capacité à être impartial puisque qu’au niveau de l’As Pac, j’encadre une vingtaine de jeunes parmi lesquels plusieurs jeunes talentueux sont sélectionnables. Ces craintes sont justifiées,  je l’admets. Mais je voudrais rassurer tout le monde qu’il n’y a aucune crainte à avoir. Et puis, d’autres pays ont déjà connu cette expérience sans problème. Le Bénin n’est pas en train d’innover en la matière. J’ai toujours dit qu’au moment où je serai appelé à m’occuper de la sélection nationale, je saurai me décharger de mes responsabilités pour m’occuper exclusivement des Ecureuils juniors. A preuve, vous avez pu constater par vous-mêmes mon absence du banc de l’As Pac pendant plusieurs  journées. Cela est dû au fait que je supervisais les joueurs que j’avais sélectionnés pour voir s’ils ont gardé la forme. C’est la preuve que je n’abandonnerai jamais la sélection nationale au profit de l’As Pac.

Les requins, sur le fil face à Aspac 1-1

Bezo Yaovi qui figurait pourtant sur la feuille de match. Son carton jaune dont il a écopé face aux Dragons le week-end précédent, cumulé avec les précédents l’obligeait à perdre un match.

requins de l'atlantiqueFace à l’Aspac 1-1 Les Requins reviennent de loin… La première information de ce match est la mise à l’écart à la dernière seconde, de Bezo Yaovi qui figurait pourtant sur la feuille de match. Son carton jaune dont il a écopé face aux Dragons le week-end précédent, cumulé avec les précédents l’obligeait à perdre un match. Les requis devront faire sans leur inspirateur de la saison.
Dès la première minute, C’est l’Aspac qui s’illustre avec Lazadi qui lobe Houngbèmè. Noumon va dégager son camp, sous la pression de l’attaque adverse.
12e Bouraïma Moukaïla seul au second poteau hérite d’un centre et frappe au-dessus.
16e L’Aspac met la pression et sur une belle combinaison, Sèwanou renverse le jeu dans l’axe de la défense des Requins dont la défense est contrainte à la faute. Monsieur Adadja accorde un penalty logique. Sèwanou bat Houngbèmè Continuer la lecture de « Les requins, sur le fil face à Aspac 1-1 »