La lettre ministérielle qui dit « stop » aux magouilles de Moucharafou Anjorin

 

Monsieur le Président,

Dans le cadre de la recherche des solutions de sortie de la crise qui sévit au sein de la Fédération Béninoise de Football et aux termes de la décision de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) contenue dans la lettre citée en première référence, il a été recommandé au Président de la Fédération Béninoise de Football, l’organisation d’une Assemblée Générale Extraordinaire exclusivement consacrée à un vote de défiance ou de légitimation du Comité Exécutif coopté par ses soins après la démission de douze (12) membres dudit Comité.

Déférant à cette recommandation de la FIFA, vous avez organisé l’Assemblée Générale Extraordinaire du vendredi 15 avril 2011 au siège de la Fédération à Porto-Novo sous la supervision d’une mission conjointe FIFA/CAF.
A l’issue de cette Assemblée Générale Extraordinaire, les deux représentants de la FIFA et de la CAF reçus en audience à mon Cabinet, ont attesté disposer de tous les documents procéduraux relatifs à la convocation et au déroulement de ladite Assemblée Générale Extraordinaire.

Cependant, suite à plusieurs plaintes portant sur le non-respect des procédures parvenues à mon Cabinet, avant et après la tenue de cette Assemblée Générale Extraordinaire, je vous avais saisi aux fins de mettre à ma disposition les documents indispensables à une bonne appréciation des griefs évoqués par les uns et les autres.
En réponse à cette première requête, vous avez transmis à mon Cabinet un certain nombre de documents. Mais à l’analyse de ceux-ci, il est apparu nécessaire d’obtenir un complément d’informations sollicitées par ma correspondance citée en troisième référence et portant sur les éléments de réponses aux préoccupations ci-après :

  1. La non convocation de certains Clubs et associations à savoir :
  • le club du Centre International de Football AJAVON Sébastien
  • l’Association Nationale des Footballeurs du Bénin
  • l’Union Nationale des Arbitres de Football du Bénin.
  1. le refus d’acceptation des mandats envoyés dans le délai fixé par les délégués appartenant au camp des démissionnaires ;
  2. les noms et prénoms des délégués qui ont effectivement représenté I’ASPAC et le signataire de leur mandat;
  3. les conditions d’acceptation de Messieurs Guy Marie d’ALMEIDA et Vizir TOURE pour représenter « Soleil FC » et du refus du mandat des délégués mandatés par le Président de ce Club ;
  4. la capacité de Monsieur Emmanuel TCHETCHE à siéger à une Assemblée Générale de la Fédération Béninoise de Football en qualité de représentant d’un Club dont il n’est pas membre ;
  5. les conditions d’acceptation du délégué de ‘ Entente FC ‘ qui a communiqué le nom de son délégué hors délai ;
  6. les instances qui ont délivré les mandats aux délégués ci-après et copie de ceux-ci :
  • Marcellin HOUNSA;
  • Alain QUENUM;
  • Cécile AZON.

Par ailleurs, je vous ai demandé de me faire tenir d’une part, copie des correspondances par lesquelles les associations et clubs ayant droit conformément à l’article 22.1 des statuts de la Fédération Béninoise de Football ont communiqué à la Fédération, les noms et prénoms de leurs délégués à l’Assemblée Générale Extraordinaire tenue le 15 avril 2011 et d’autre part, de me dire le fondement juridique de la décision de remplacement des dirigeants des Ligues régionales en poste que vous avez prise.

En réaction à ces correspondances et sur le fondement des dispositions de l’article 68.1 des statuts de la Fédération Béninoise de Football, vous avez évoqué l’incompétence du Ministère à se prononcer sur les irrégularités dénoncées par les autres acteurs.

Je voudrais relever ici que le Ministère, autorité de tutelle n’est pas membre de la Fédération Béninoise de Football et ne saurait être lié par une quelconque clause compromissoire insérée dans les textes de la Fédération.

De sa propre initiative ou sur la base des informations qui lui parviennent, le Ministère, dans son rôle de garant de la bonne application des textes est habilité à interpeler les Présidents de toutes les structures sportives sur les éventuelles violations des textes qui leur sont reprochées.

Dans le cas d’espèce, votre refus de transmettre à l’autorité de tutelle, les documents que vous avez mis à la disposition des membres de la délégation conjointe FIFA/CAF constitue un manquement grave que l’Administration ne saurait tolérer.

Ledit refus de coopération ne contribue pas à la manifestation de la vérité sur les conditions de convocation et de déroulement de l’Assemblée Générale Extraordinaire du 15 avril 2011.

J’en déduis que vous craignez que l’Autorité qui est suffisamment renseignée sur le dossier ne découvre les manœuvres et artifices que vous avez utilisées pour réunir le quorum factice par la manipulation des mandats de certains délégués et l’acceptation des mandats délivrés par les personnes non qualifiées ou à des personnes qui ne peuvent en recevoir dans le dessein de tromper la vigilance des émissaires de la FIFA/CAF sur la réunion de toutes les conditions pour la tenue d’une Assemblée Générale Extraordinaire valable.

Ce faisant, vous avez abusé de la bonne foi des émissaires des instances internationales qui se sont appuyés sur les éléments que vous leur avez fournis pour statuer.  

Au regard des manquements à l’Autorité et des manquements intrinsèques à la convocation et au déroulement de l’Assemblée Générale Extraordinaire et qui pourraient se résumer ainsi qu’il suit:

  • Absence de l’indication de la date et du lieu de déroulement de l’Assemblée Générale Extraordinaire dans la lettre de convocation ;
  • Le rejet des mandats de la majorité des clubs sur la base du non-respect des délais de dépôt des mandats, lesquels délais ne sont pas prévus par les statuts;
  • La signature de la lettre de convocation par Monsieur Quentin DIDAVI qui n’a pas qualité de Directeur Exécutif ;
  • L’acceptation de mandats fictifs délivrés à des délégués à l’insu des instances compétentes des clubs et associations mandants ;
  • La modification de la composition de l’Assemblée Générale Extraordinaire à travers la révocation unilatérale des membres des ligues régionales et la nomination de nouveaux membres à la tête des dites Ligues en pleine crise ;
  • Le vote en lieu et place d’autres personnes qui n’étaient pas présentes dans la salle.

De tout ce qui précède, il résulte que les conditions d’organisation de l’Assemblée Générale Extraordinaire de la Fédération Béninoise de Football du 15 avril 2011 ont creusé davantage la fracture entre les membres de la famille du football béninois plutôt que contribuer à apaiser la tension perceptible depuis le 20 décembre 2010.

Par conséquent, le Ministère ne saurait prendre acte des conclusions de cette Assemblée Générale Extraordinaire.

A cet égard, en votre qualité de Président de la Fédération Béninoise de Football, vous poursuivrez votre mission à la tête de la Fédération pour la bonne poursuite des éliminatoires dans lesquelles notre équipe nationale est engagée. Vous devrez en accord avec la FIFA, la CAF et le Ministère prendre les dispositions idoines pour convoquer une nouvelle Assemblée Générale Extraordinaire ouverte à tous les délégués statutaires conformément aux termes de la décision de la FIFA en date du 03 mars 2011.

En cas de non-respect de cette directive, le Ministère se verrait dans l’obligation d’envisager des sanctions prévues par les textes en vigueur dans notre pays notamment le retrait de l’agrément et de la délégation à la Fédération Béninoise de Football.

Comptant sur votre habituelle collaboration, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments distingués.

 

Réunion du comité des associations et du comité exécutif : La Fifa va trancher la crise du football béninois les 1er et 3 mars

 

(72% des acteurs nationaux contre Anjorin)

Depuis le 20 décembre, la situation est délicate au sein du football béninois. La Fifa continue de reconnaître Moucharafou Anjorin en délicatesse avec la justice béninoise, pendant qu’un nouveau bureau a été élu par plus de 72% des acteurs nationaux.

Après l’assemblée générale tenue vendredi 4 février par 37 délégués sur 51 de la fédération béninoise de football, la réaction de la Fifa est intervenue le 9 février. Toujours sous pression, l’instance internationale va enfin se pencher à un très haut niveau sur le cas béninois.

« Les délégués de la Fifa et de la Caf qui se sont rendus au Bénin les 27 et 28 janvier 2011 ont remis un rapport qui sera débattu lors du prochain Comité des Associations de la Fifa prévu le 1er mars 2011 et lors de la prochaine session du Comité Exécutif de la Fifa prévu le 3 mars 2011. Nous serons alors en mesure de vous faire part des décisions qui seront prises en vue de surmonter les difficultés actuelles de la Fbf».

C’est l’essentiel du dernier courrier de la Fifa en date du 9 février et signé de Thierry Regenass, « Directeur des associations membres et Développement».

Ce courrier réaffirme tout ce qu’on a pu attendre ces derniers mois au sujet de la crise. Moucharafou Anjorin reste l’interlocuteur, un peu comme en sursis en attenant la décision de la Fifa.

Aubay