Anjorin : « vous n’êtes pas encore l’équipe des éliminatoires… »

Ce matin lors de la présentation officielle de l’équipe mise sur pied par le sélectionneur intérimaire Michel Sorin, le président de la fédération, Moucharafou Anjorin est revenu sur les raisons de la dissolution avant de s’adresser aux 20 joueurs retenus pour Niger – Bénin du dimanche.

« Ne vous dites pas que vous êtes les Ecureuils. Dans l’équipe qui disputera les éliminatoires, il n’y aura peut-être que 2 d’entre vous, même si je souhaite que vous soyez 15. »

Ceci est clair et commence par répondre à la question : quels Ecureuils iront aux éliminatoires.

Les 23 d’Angola 2010 peuvent déjà se dire qu’on aura recours à leur service en temps opportun. La dissolution, quelle grande blague!

(à suivre)

Les 20 Ecureuils présentés vendredi matin

sorin
michel sorin et ses 20 joueurs face à un petit défi, mais difficile

 Ils seront présentés à la presse vendredi matin en présence de la presse, de la fédération béninoise de football et du ministère des sports. La cérémonie aura lieu à la salle de conférence du palais des sports de Cotonou.

LES ECUREUILS VONT PARLER CETTE SEMAINE

3 semaines se sont écoulées et au moment où les voix s’élèvent pour savoir ce qu’il en est de leur position officielle après la dissolution, plusieurs Ecureuils réunis dans un collectif dirigé par Damien Chrysostome le capitaine de l’aventure 2010, vont faire parvenir une lettre à la fédération béninoise de football dans les jours à venir.
Message constructif, message de conciliation, ce sont les pistes sur lesquelles nous ont mené nos investigations.

Dissolution, sanctions , que faut-il faire ? Compromis ou comprimissions ?

mais la fracture aujourd’hui semble grande entre les Ecureuils et les dirigeants qui sont allés bien loin dans les déclarations, les révélations et avec les rumeurs agitées par supporters ou médias interposés.

Le public sportif béninois attend toujours d'être fixé

Un deal est possible dans un pays aussi petit que le Bénin où persone finalement ne saurait imposer quelque chose d’arbitraire aux autres.

mais la fracture aujourd’hui semble grande entre les Ecureuils et les dirigeants qui sont allés bien loin dans les déclarations, les révélations et avec les rumeurs agitées par supporters ou médias interposés.

Les joueurs sont-ils prêts à revenir ?

La réponse pourait être un oui complexe. Au nom du maillot jaune et de leur amour pour le foot, les grands matche sinternationaux, c’est évident; mais à quel prix ?

Il va falloir enfin construire quelque chose sur lequel tout le monde peut s’appuyer.

les dirigeants vont-ils pour autant changer leurs pratiques d’antan?

Rien n’est moins sûr.

si Les ecureuils acceptent revenir en présentant des excuses publiques pour des fautes pas forcément commises, c’est qu’ils auraient fait un grand pas, et ainsi résolu la crise par une démarche d’humilité. Ce serait quand même u risque de compromission plutôt qu’on compromis. car certains parmi eux pourraient ne plus revenir, car déjà « blacklisté » (?)

Le drapeau vaut bien cela me dira-t-on.

Mais la fédération qui s’est souvent compromise par certaines pratiques devra s’attendre à un retour du baton quelqu’il soit, à n’importe quel moment.

Ces Ecureuils-là vont mûrir et viendront balayer la maison. C’est d’une évidence inévitable.

acte1 samedi prochain 20 février on connaîtra les prochains adversaires des éliminatoires. la semaine prochaine on devrait connaître la position officielle d’un grand nombre d’Ecureuils. ce sera l’acte2.

l’histoire ne fait que commencer…

Omotoyossi réagit à la dissolution

 Suite à la décision de la Fédération béninoise de football, prise le 5 février dernier, de dissoudre la sélection nationale, l’attaquant Razak Omotoyossi a décidé de répliquer. Dans un entretien accordé à la BBC, il affirme que « la vérité, c’est que les joueurs se battaient pour leurs droits. Ils n’obtenaient pas leurs maillots au moment où ils en avaient besoin, les maillots n’étaient pas terminés et ils portaient les mauvais numéros ».

D’après Omotoyossi, les indemnités et les bonus n’étaient pas non plus versés à temps, ce qui le pousse à se questionner : « est-ce que la fédération se discipline elle-même ? »

(Rfi)

Les Ecureuils se concertent pour une déclaration commune

Les Ecureuils, 2 semaines après la dissolution prononcée par la fédération béninoise de football, et les diverses interventions et rumeurs s’apprêtent à réagir, sous la conduite du capitaine Damien Chrysostome. Ce dernier, selon nos sources, a multiplié les contacts ces derniers jours pour concilier les positions. L’objectif est de faire parvenir aux acteurs, un message « constructif », selon les mêmes sources. Cette réaction officielle des « radiés » de 2010 est attendue dans la semaine en cours ou en début de semaine prochaine.

Mais pendant que les rumeurs et autre campagne de désinformation prennent le pas sur un vrai débat de fond, on se demande jusqu’où iront les Ecureuils.

Vont-ils s’excuser publiquement ? Vont-ils dénoncer des choses ? Les interrogations restent entières et l’attente va grandissante dans les milieux sportifs béninois et aussi internationaux.

Aubay

Où sont passés les 5% des recettes de la Can 2010 et les 4% des Can 2004 et de 2008?

« Le budget de la Can pour le Bénin est de 1milliard 700 millions de francs Cfa », a souligné Moucharafou Anjorin dimanche dernier sur les antennes de la Golfe TV. Quant aux recettes, il a affirmé que rien n’est alloué par la Caf aux équipes. Nous avons fouillé et

Coupes d’Afrique des nations

« Le budget de la Can pour le Bénin est de 1milliard 700 millions de francs Cfa », a souligné Moucharafou Anjorin dimanche  dernier sur les antennes de la Golfe TV. Quant aux recettes, il a affirmé que rien n’est alloué par la Caf aux équipes. Nous avons fouillé et nous avons découvert que l’Etat béninois a été dribblé 2 fois. Soit le président de la FBF a menti soit la CAF n’a pas rempli ses engagements vis-à-vis du Bénin et pourquoi ?.

Aubay

Le chapitre 40 du règlement de la coupe des nations stipule  en effet, en l’article 94 et suite, que la Caf cède 5% des ressources financières issues des Recettes de stades, de publicité et des droits de retransmissions à chacune des sélections nationales classée 3ème de leur groupe. C’est dire donc que le Bénin peut récupérer dans les jours à venir, si ce n’est déjà fait, sa part du gain de la Can 2010. En outre, conformément au règlement de la compétition, les sélections nationales classée 4ème de leur groupe ont droit chacune, à 4% des recettes effectuées par la Caf. Cela suppose que pour avoir été 4ème de son groupe lors de la Can 2004 en Tunisie puis au Ghana en 2008, le Bénin a eu droit à chaque fois, à 4% des recettes de la Caf. Seulement, il n’a jamais été annoncé que les fonds ont été rétrocédés au trésor public par la FBF. Puisque les dépenses relatives à la préparation et la participation des Ecureuils aux 24ème, 26ème et 27ème éditions de la Can ont été financées exclusivement par le contribuable. Dans la logique des choses, et parallélisme des formes oblige, toute redevance provenant de la Caf, devra être restituée au Trésor public.  Il semble que ce ne soit pas encore le cas.

On sait que dans les relations entre les fédérations et la confédération africaine de football, les Etats sont souvent écartés et leur immixtion interdite. Il va falloir que la fédération de Moucharafou Anjorin nous éclaire.

Extrait du règlement de la Can

Chapitre 40 Recettes de stades, de publicité et des droits de retransmissions

Article 94

94.1. Pour le tournoi final, les recettes sont constituées par la vente des billets de tous les matches officiels et les revenus des droits de télévision, radiodiffusion et de la publicité à l’intérieur comme à l’extérieur des stades et ce, pour toute la durée du tournoi.

94.2. Les droits de télévision et de radiodiffusion d’une part, les revenus de la publicité à l’intérieur comme à l’extérieur des stades ainsi que l’exploitation des symboles d’autre part, feront l’objet de contrats séparés et librement négociés entre la CAF et des agences spécialisées pour une ou plusieurs éditions successives.

94.3. Les droits de télévision, radiodiffusion et de publicité de la cérémonie du tirage au sort de la phase finale appartiennent à la CAF. Ils feront l’objet de contrats séparés et librement négociés entre la CAF et des agences spécialisées.

94.4. Les fédérations organisatrices sont obligées de donner leur consentement et l’accord préalable de leurs gouvernements pour le respect intégral, sur tout le territoire de leur pays, des engagements de la CAF en vertu des contrats signés avec les agences spécialisées et de faciliter la tâche de ces dernières.

94.5. Les droits de télévision et de radiodiffusion ainsi que les revenus de la publicité qui appartiennent exclusivement à la CAF seront répartis selon le barème suivant :

40% pour le fond commun,

20% pour le pays organisateur,

20% pour la CAF,

20% pour le fond de développement technique.

94.6. Les droits de merchandising et de l’exploitation des symboles qui appartiennent exclusivement à la CAF seront répartis selon le barème suivant :

50% pour la CAF

50% pour le fonds commun

94.7. Le montant total provenant des recettes des deux rubriques ci-dessus allouées au fonds commun sera réparti comme suit :

12% au vainqueur du tournoi,

11% à l’équipe classée deuxième,

8.5% à chacune des deux équipes perdantes des demi-finales,

6% à chacune des quatre équipes perdantes des quarts de finale,

5% à chacune des quatre équipes classées troisième dans leur groupe,

4% à chacune des quatre équipes classées quatrième dans leur groupe.

http://fr.cafonline.com/userfiles/file/CAN2010Frn(1).pdf

A la recherche d’un diplômé Uefa A

Le Bénin qui a tourné dos à un technicien comme Michel Dussuyer, entre autres pour défaut de coaching, devra se tourner vers une solution d’élite. La Fédération béninoise de football sait qu’elle n’a pas le droit à l’erreur dans son choix. Selon nos sources, un diplômé Uefa A ayant connu l’élite européenne est recherché.

Le Bénin qui a tourné dos à un technicien comme Michel Dussuyer, entre autres pour défaut de coaching, devra se tourner vers une solution d’élite. La Fédération béninoise de football sait qu’elle n’a pas le droit à l’erreur dans son choix. Selon nos sources, un diplômé Uefa A ayant connu l’élite européenne est recherché.

Aubay

Certains vous parleront en termes de degré. Le 3e, notamment dont beaucoup de techniciens béninois s’enorgueillis. Mais le monde du foot a tant évolué que les diplômes d’entraîneurs sont nivelés. Uefa A pour ceux qui doivent encadrer des seniors professionnels et Uefa B pour ceux qui encadrent des joueurs de catégories inférieures ou adjoints dans des ligues 1.

Michel Dussuyer, on le sait, n’a pas connu le haut niveau dans son pays, en tant qu’entraîneur. Son dernier club était l’As Cannes évoluant en D3 française (Le National).

Sur la place aujourd’hui, il n’existe donc pas d’entraîneur officiant au Bénin et ayant déjà encadré une équipe dans une ligue1 des 5 championnats majeurs européens (Angleterre, Espagne, Italie, Allemagne, France).

Un sélectionneur majeur pour les Ecureuils ?

Entre les faux diplômés, les amis des amis et les apprentis sorciers et les experts en tout qui n’ont jamais rien gagné dans leur carrière, l’Afrique se perd parfois. Et le Bénin était sur cette trace. Ils sont nombreux à avoir cédé aux sirènes de la ligue professionnelle béninoise. Ces entraîneurs importés sont à la hauteur du niveau du championnat professionnel expérimental. Mais sont-ils à la hauteur de la sélection nationale du Bénin où les rares talents sont déjà au-dessus du niveau de la ligue professionnelle béninoise ?

Il est des moments où il faut s’élever au-dessus pour tirer vers le haut de jeunes talents en quête d’expérience et de partage de vécu avec un entraîneur ayant connu des succès tant en tant que joueur que coach.

Le Bénin n’a jamais visé dans cette catégorie. Et le moment semble venu de rechercher un technicien qui a remporté des titres dans sa carrière, dans un championnat majeur européen. La fédération renifle sur cette piste. La Côte d’Ivoire (où l’Etat investit moins dans le foot que le Bénin !) a depuis 1992 et les années Yeo Martial décidé de se tourner vers des européens qui ont excellé dans les divisions d’élite de leur pays. Le résultat est là. Le pays a stabilisé sa progression. Le Bénin qui n’a pas le potentiel de la Côte d’Ivoire en termes de qualité de footballeurs en encore plus besoin d’un technicien de haut niveau pour montrer la voie.

Sébastien Ajavon qui a, apparemment, de grandes ambitions pour le football béninois, ne manquera certainement pas d’explorer cette piste.

Cdf: PSG 3-1 Evian TG sans les béninois

Logique respectée dans ce duel de club béninois dans le cadre des 16e de finale de la coupe de France entre le PSG de Stéphane SESSEGNON et Evian TG dont le milieu et l’attaque carburent à la Mohamed AOUDOU/Djiman KOUKOU. Les parisiens l’emportent par le score de 3 buts à 1 et se hissent au prochain tour. Les béninois, récemment sortis de la CAN étaient trop justes pour ce match. Sessegnon qui était supposé rejoindre le groupe du PSG depuis vendredi sera à coup sûr opérationnel pour la réception de Lyon en prochaine journée de ligue 1. Espérons qu’après le match manqué face à l’Egypte à la CAN il ait faim de …. Lyon.

Et une équipe de moins à la CAN

L’équipe du Togo dont le bus a été mitraillé hier à l’entrée de l’Angola par des rebelles séparatistes de Cabinda s’est finalement retiré de la compétition, par le biais d’un communiqué rendu par son chargé de presse. S’il est vrai que le sport devrait triompher des actes de violence et de terrorisme comme celui dont ils ont été victimes, ce retrait est tout à fait logique, au vu de ce que les joueurs viennent de vivre (3 décès dans leur délégation et plusieurs blessés dont le gardien de but remplacant Kodjovi Obilalé transféré en Afrique du Sud pour s’y faire opérer).
Aux dernières nouvelles, la CAN devrait bel et bien démarrée demain. Reste à savoir si les autres matchs prévus pour la ville de Cabinda seront maintenus dans la ville, ou transférés vers une autre province, auquel cas le calendrier prévu subirait de profondes modifications. Attention toutefois aussi au retrait d’autres formations qui se montreraient solidaires aux éperviers, et surtout à une nouvelle fusillade malgré le renforcement des mesures de sécurité.

Bénin – Libye le 6 janvier à Cotonou

Les Ecureuils du Bénin auront une seule sélection nationale au programme de leur préparation : La Libye. ce sera le 6 janvier à Cotonou devant leur public.