Ecureuils : Le cas Sessègnon, le coté gauche , les joueurs locaux , le casse-tête de Dussuyer avant la liste

Le sélectionneur des Ecureuils , Michel Dussuyer va retrouver son groupe lors de la prochaine trêve internationale  près d’un an  après le dernier regroupement qui était en novembre 2019. Le technicien français doit faire face à un  casse-tête pour constituer son effectif qui sera connue le 29 septembre prochain sur certains points.Décryptage.

 

Les joueurs locaux out ?

Depuis les deux premières journées des qualifications de la Can Cameroun 2022 (ex-2021) disputées en novembre 2019 , les Ecureuils attendent impatiemment de retrouver le maillot de la sélection nationale. Ce retour sera effectif le 11 octobre prochain à Lisbonne contre le Gabon mais le groupe devrait évoluer. Habitué à insérer au moins un joueur local dans sa liste régulièrement  , le sélectionneur, Dussuyer est pris dans un étau car les compétitions au Bénin sont à l’arrêt depuis mars dernier. Même si certains joueurs ont repris officieusement, le gouvernement n’a toujours pas officiellement autorisé une reprise des activités sportives sur le territoire nationale. Une situation qui compromets fortement la présence des joueurs évoluant dans le championnat béninois voire  d’autres pays africains qui n’ont pas encore retrouvé le chemin des terrains. A défaut des joueurs de champ ,  Dussuyer pourrait tout de même prendre une option sur le poste de gardien de but dont le troisième larron devrait être sauf surprise Marcel Dandjinou (22 ans) d’Esae.

Le coté gauche

Dans un passé récent , le poste d’arrière droit était le maillon « faible » des Ecureuils où les options n’étaient pas légions. Depuis , Seidou Barazé (29 ans) a bien colmaté avant l’éclosion de la jeunesse avec Youssouf Assogba (19 ans) et Melvyn Dorémus (23 ans).  Aujourd’hui c’est à gauche que Dussuyer doit trouver des solutions. A l’heure où nous écrivons ces lignes David Kiki qui a quitté Brest l’été dernier en fin de contrat est toujours à la recherche d’un point chute. Sans club, ce dernier n’est donc pas sélectionnable.  Son concurrent , Emmanuel Imorou (32 ans) qui a décidé de poursuivre l’aventure en National 3 (5e division française) à Evian Thonon est blessé et indisponible depuis plusieurs semaines. Aucune communication n’a été faite sur la future disponibilité de l’ancien clermontois. Le technicien française devra sans doute s’adapter ou trouver des solutions nouvelles.

Mattéo Ahlinvi (19 ans) , passé professionnel à Nîmes cet été , apparu à une reprise en Ligue 1 peut-être une option puisqu’il a déjà évolué au poste d’arrière gauche en club et en équipe de France de jeunes. Franco-béninois , tout ceci est plausible s’il décide de porter les couleurs du Bénin comme frère ainé Joris en 2015.

L’espoir béninois, Fabrice Hounkpè (19 ans) recruté par le FK Pribram en première division tchèque puis prêté au FC Mosta à Malte peut aussi servir. Le milieu gauche peut aussi redescendre d’un cran à un poste qu’il connait bien.

Le sélectionneur peut également contre toute attente décider d’aligner Melvyn Dorémus sur le côte gauche. Le joueur du Red Star a déjà dépanné à plusieurs reprises à ce poste en club précédemment.

Enfin les dernières pistes mèneraient à deux  latéraux gauches de métier , Chérif Quenum franco-ivoirien d’origine béninoise passé par Valenciennes qui a évolue à Bourges 18 (2 matches déjà joués cette saison en N2). Il avait été approché pour rejoindre les Ecureuils il y a quelques mois.

Caroff Sogbossi (25 ans) auteur d’un exercice réussie en Côte d’ivoire qui est actuellement en phase de reprise avec l’Africa Sports d’Abidjan est aussi une option.

Le cas Sèssegnon

Si on doit s’en tenir à la règle de base  en équipe nationale : Un joueur sans club et sans compétition ne peut être sélectionné. C’est actuellement le cas du capitaine des Ecureuils , Stéphane Sèssegnon (36 ans). L’ancien parisien est à la recherche d’un nouvel employeur depuis son départ de Genclerbirligi en août dernier. Leader du groupe et cadre sur le terrain , Dussuyer doit-il se passer  des services de l’ancien numéro 17 des Requins? Car il n’est pas le seul dans ce cas , d’autres internationaux comme les attaquants Désiré Azankpo et Rudy Gestede sont aussi  en instance de retrouver de nouveaux clubs. Un choix fort doit être fait par le sélectionneur sur un cas épineux.

Quid des blessés

La ligne offensive des Ecureuils devrait subir des changements dans les choix qui seront annoncés mardi prochain. Blessé au genou et opéré , Yannick Aguémon (28 ans) ,  l’ailier de Louvain est d’ores et déjà forfait. Absent du groupe de Niort depuis deux rencontres à cause d’une alerte à la cuisse , David Djigla  (25 ans) a repris  avec le groupe des chamois cette semaine. Sa présence en Ligue 2 le week-end prochain sera  déterminante pour postuler à un retour chez les Ecureuils au risque de rechuter. Idem pour Jodel Dossou (28 ans) , l’ailier de Clermont sorti sur blessure aux adducteurs  contre Toulouse samedi dernier. En cas d’indisponibilité de  ces deux habitués, Dussuyer pourrait faire appel à Marcellin Koukpo (24 ans) , en fin de contrat au CS Hammam-Lif et annoncé chez les Champions d’Algérie du CR Belouizdad. Suivi depuis plusieurs mois par le Dussuyer , Chabel Gomez (19 ans), lancé avec les pros à Amiens cet été et régulier avec la réserve depuis le début de la saison est aussi candidat à un retour chez les A qu’il avait connu précocement à 16 ans en 2017.

Géraud Viwami