Made In Bénin : Chaibou Arouna , little big maestro


A l’heure où tous les marchés sont entrain d’ouvrir leurs portes, Bjfoot  présente une série exclusive consacrée à dix  jeunes béninois  de moins de 23 ans évoluant dans les championnats locaux qui peuvent être de bonnes pioches pour l’étranger. Notre  septième numéro  de Made In Bénin est consacré  au milieu offensif de la Jeunesse Athlétique de  Cotonou , Chaibou Arouna (20 ans).

 

L’homme de base

Pur enfant de Cotonou , il a fait ses classes dans les divisions amateurs de la capital économique béninoise pour finir par  s’imposer au plus haut niveau national. Entre discrétion et travail acharné , le milieu offensif complet  a pris du poids en silence dans le trio de la Jeunesse Athlétique de Cotonou aux cotés d’Harold Avodagbé et Fabrice Mensah dans l’entre-jeu . Dans un rôle de relayeur – box to box- il a franchi des paliers grâce à son volume de jeu et sa touche technique. Devenu titulaire indiscutable avec son numéro 18 dans le dos , le coach Vizir Touré n’arrive plus à se passer de lui. Avant l’arrêt de la saison 2019-2020 en mars dernier , il comptait déjà  20 matches joués toutes compétitions confondues pour trois buts marqués et  quatre passes décisives toutes compétitions confondues. Pour sa deuxième saison d’affilée dans l’élite , le joueur arrivée de l’As Cotonou en deuxième division en 2017 n’est plus le même. Il est quasiment devenu l’homme de base.

Ndiéfi « local »

Dans ses plus jeunes années , quant il portait encore les couleurs de Onze Créateurs il était encore attaquant d’où son surnom « Ndiéfi ». Pour faire référence à sa ressemble physique en taille (1,68m) avec l’ancien international camerounais, Puis Ndiéfi passé par Sedan et champion d’Afrique 2000 et 2002.  Lui , il attend encore de soulever ses premiers titres mais  il a quand même franchi des paliers. Redescendu d’un cran en milieu de terrain, il s’est adapté à la perfection. Dans un rôle de meneur de jeu , relayer ou box to box , il n’ a pas froid aux yeux tant il a le volume de jeu pour répéter les efforts entre les lignes. Doté d’une très bonne technique de passe et d’une grosse vision de jeu, il cumule 18 passes décisives sur les quatre dernières saisons. Il a bien mûri après deux saisons en Ligue 2 béninoise sous les couleurs de l’As Cotonou entre 2015 et 2017. Son jeu court est aussi soigné que son jeu long. Il sait sentir le jeu aux abords de la surface et fait parler sa qualité de frappe dans les  trente derniers mètres. Au-delà de ces qualités , il a l’art de multiplier de les gestes simples qui font avancer la construction du jeu de son équipe. Son centre de gravité bas, son intelligence,  sa facilité d’orientation sur ces prises de balles ou dribbles peuvent faire penser au milieu espagnol, Andres Iniesta. Osé , mais c’est un maestro dans l’âme.

Rendez-vous manqué en Ligue 2 française.

Cité parmi, les milieux les plus réguliers à l’échelle locale , il jouit désormais d’une grosse côté et a tapé dans l’œil de nombreux observateurs pointilleux. Selon nos informations, il était sur la shortlist  d’un club de Ligue 2 française mais sa venue a été différée suite à la crise sanitaire qui a refroidit la piste. Mais le club Hexagonal n’était pas le seul sur le coup , il a été aussi repéré par des recruteurs d’Europe de l’Est qui seraient déjà passé à l’action. Il vit surement ces dernières semaines sur la scène locale avant une exposition attendue à l’étranger.

Géraud Viwami

Fiche

Chaibou Arouna

milieu offensif, béninois

1m68, 20 ans , Jeunesse Athlétique de Cotonou

 

Made In Bénin : Abdoul Djalilou Ouorou , le gaucher qui monte

Ouorou (12 en jaune ) en action contre la Guinée au tournoi de l’UFOA Sénégal 2019

A l’heure où tous les marchés sont entrain d’ouvrir leurs portes, Bjfoot  présente une série exclusive consacrée à dix  jeunes béninois  de moins de 23 ans évoluant dans les championnats locaux qui peuvent être de bonnes pioches pour l’étranger. Notre deuxième numéro  de Made In Bénin est consacré à l’arrière gauche international de la Jeunesse Athlétique de Cotonou  Abdel Djalil Ouorou Tchagnirou (23 ans). 

 

10 passes décisives en mode Maestro

A l’image de son parcours , de l’apprentissage aux Dragons à  maturité à la Jeunesse Athlétique de Cotonou , il a fait du chemin. Arrivé sur la pointe des pieds en 2018  en provenance de l’Aspac, le gaucher a pris du poids sans faire du bruit dans le onze du coach Vizir Touré qui en a fait un titulaire intouchable sur son côté gauche. Arrière latéral dans un quatuor défensif ou en position plus avancée comme piston quand il occupe seul le flanc , il est toujours à son aise. Formé comme milieu offensif d’où son surnom  « Maestro » avant qu’il ne recule dans le champ au poste d’arrière gauche, il fait carrière avec réussite  à ce poste « accidentel ».

Auteur de 6 passes décisives lors de son premier exercice (2018-2019) en 34 matches de championnat, il termine avec brio comme deuxième meilleur passeur du club.

En  2019-2020 , il poursuit sur sa lancée. Avant l’arrêt prématuré de la saison il a cumulé 20 matches, 4 passes décisives et 1 but toutes compétitions confondues. Au-delà de ses chiffres, il est devenu une pierre angulaire dans l’équipe. Joueur athlétique , il est doté d’un gros volume de jeu qui lui permet de multiplier les courses offensives  dans son couloir. Avant d’être un contre-attaquant doué , vif, il présente aussi de bonnes aptitudes défensives qui lui permettent de remplir correctement sa mission première. Il affiche une bonne marge de progression même s’il a déjà un bon coup de patte sur les centres mais aussi sur sa concentration. Il s’inscrit parfaitement dans la lignée des latéraux modernes capable de faire le jeu dans la moitié adverse mais aussi de sécuriser son couloir.

 

Satisfaction en Ecureuils

International A’  depuis 2016, il a appris en silence en sélection locale en étant remplaçant lors des qualification du Championnat d’Afrique des Nations (Chan) 2018 et en prenant part « officieusement » à des stages chez les A sous Oumar Tchomogo. Patient , deux années plus tard ,  il a pris le pouvoir dans le couloir lors des qualifications du Chan 2020. En s’imposant comme titulaire dans le onze de Moussa Latoundji en juillet 2019 , il  a marqué des points au-delà des espérances. Des prestations remarquées pendant les éliminatoires avec les A’ et au tournoi de l’Union Fédération Ouest Africaine 2019 au Sénégal qui ont plu à Michel Dussuyer qui lui a offert sa chance avec l’équipe fanion les mois suivants en matches amicaux. D’abord , il était sur le banc  contre la Côte d’ivoire à Caen en France  et  l’Algérie, championne d’Afrique à Blida  en septembre. Ensuite , confiance lui sera renouvelée contre  la Zambie à Porto-Novo en octobre 2019. Il a profité des absences d’Emmanuel Imorou mais il fait bonne impression aux yeux du technicien français  et son staff qui continuent de le suivre. Il a le bagage nécessaire pour aller bousculer la concurrence sur le flanc gauche dans un futur proche s’il continue sur sa lancée. Ouorou est bien plus qu’une seule simple révélation, c’est une nouvelle option.

Ouorou pose avec Ryad Mahrez à Blida après le match amical Algérie – Bénin de septembre 2019

Des scandinaves sur ses traces

Le sélectionneur des Ecureuils n’est pas le seul qu’il a séduit à Thiès il y un a un an. En effet il a aussi tapé dans l’œil des recruteurs de clubs scandinaves qui ont coché son nom sur leur shortlist pour des clubs norvégiens .

L’arrière gauche était aussi courtisé par les nigérians de Heartland FC mais il préfère patienter. Après une nouvelle saison complète , il semble désormais prêt à franchir le cap car il suscite toujours autant d’intérêts. Désormais reconnu comme une référence locale à son poste , il ne fait aucun doute qu’il peut aller chercher une meilleure expérience à l’étranger. Sa côte est montée en flèche dans la sous-région où plusieurs clubs voisins se sont déjà renseignés sur sa situation récemment. Attendu comme une relève , à 23 balais, il pourrait bien prendre son envol et marcher dans les traces de son idole Jordi Alba.

Géraud Viwami

 

Fiche

Abdoul Djalilou Ouorou Tchagnirou

Arrière gauche ,international béninois

1m73 , 23 ans , JA Cotonou

 

Ligue 1-J3 : Kotchoni plante un nouveau doublé, carton plein pour l’Aspac ,  Energie confirme 

En raison du second tour des élections prévues pour dimanche prochain, les rencontres de la 3e journée  de première division  programmés sur ce soir ont été avancées à cet après-midi. Kotchoni a signé un nouveau doublé, l’Aspac a réussi un holp up pendant qu’Energie  enfonçait Mogas. Le point.

A Djougou,  l’Aspac signe sa troisième victoire en autant de journée grâce à un court succès 1-0  face aux Panthères. L’unique but de la rencontre porte la griffe de l’attaquant Mama Souraka  , ancien joueur des Panthères.

Dans le même groupe, Energie enchaîne un deuxième succès devant le Mogas 2-0 qui perd pour la deuxième fois en deux apparitions. Marcellin Koukpo a été le héros des électriciens auteur d’un but et à l’origine du second marqué  contre son camp.

Buffles accueille Tonnerres  dans la dernière rencontre de la journée.

Kotchoni en mode doublé, match reporté pour les Dragons

Dans l’autre groupe , un autre ancien joueur à jouer un sale tour à son ancien club, dans le tout nouveau derby de la capitale économique la JA Cotonou  a battu les Requins 2-1 sur doublé de Christian Kotchoni . Avec un but inscrit de la tête  et un deuxième sur coup franc direct, l’international béninois porte son total à 4 buts et prend seul la tête du classement des buteurs.

L’autre rencontre du groupe qui devait opposer les Dragons à Esae à Charles de Gaulle a été reporté  à cause de  la pelouse qui était en mauvais état. L’opposition aura lieu le dimanche prochain.

Asos reçoit l’Uss Kraké demain.

Géraud Viwami

Ligue 1-J3 : Kotchoni « L’objectif c’est de me relancer »

Auteur d’un doublé salvateur  pour la JA Cotonou à l’occasion de la première journée du championnat à Missrété contre Ayéma, Christian Kotchoni l’ancien buteur de Denizlispor  revient sur son récent transfert avorté au Nigéria, sa forme, son parcours et ses ambitions. Avant d’affronter Requins, son ex-club en match avancé de la 3e journée il s’est confié à nous.Entretien.

 

Il y quelques semaines on vous annonçait à Sunshine Stars et contre toute attente vous revoilà dans le championnat béninois sous le maillot de la JA Cotonou, que s’est-il passé ?

 

J’étais parti pour jouer avec Sunshine Stars cette saison. J’ai effectivement signé avec le club et les formalités pour l’établissement de ma licence ont été entamées mais il y a un nouveau bureau qui a été mis en place dans la direction du club. Et dès que le président a été changé, le nouveau bureau est arrivé avec toute sa clique les joueurs y compris. C’est ainsi que mon contrat a été mis dans les placards. On m’a demandé d’attendre qu’on s’arrange d’abord avec les nouveaux joueurs et puisque  mon contrat n’avait pas été homologué par la fédération. C’est comme cela que je suis rentré comme le championnat allait être lancé ici je me suis engagé avec la JA Cotonou en attendant.

Vous n’avez pas perdu de temps puisque vous avez débuté par un doublé, le niveau local est-il devenu trop facile pour vous ?

(Rires) non même pas ! C’est vrai que j’ai pris pas mal d’expérience  avec mon parcours mais dire que le niveau est trop facile ou faible je ne crois pas. Il faut dire que je n’ai pas joué seul c’est le travail de tout un groupe c’est vrai qu’on  voit que celui qui a marqué le but mais c’est tout un travail. C’est le travail collectif que j’ai finalisé !

En parlant justement d’expérience, vous avez connu la  Belgique, la Turquie et le Maroc entre autre, vous avez eu beaucoup de mal à percer à l’étranger ?

Oui (hésitation) possible on peut le dire comme ça mais  j’ai été énormément freiné par les blessures dans mon élan. Je pense que si j’avais été autant blessé je serai peut être à un autre niveau. Et parfois il m’a manqué un peu de chances sur certaines situations. Mais aujourd’hui je prends tout cela avec philosophie sans baisser les bras. L’objectif c’est de me relancer.

Qu’attendez-vous alors de cette saison de transition ?

Personnellement c’est pour  me préparer pour une meilleure expérience la saison prochaine être en jambe. Faire de très bonnes stats marquer le plus possible. Mais de manière générale c’est un championnat de transition, cette compétition va déterminer le futur du football local. Donc j’attends beaucoup de ça. Je prie pour que ça aille à terme que chacun puisse en tirer les leçons pour la saison prochaine nous ayons un très bon championnat.  Nous sommes très en retard par rapport à beaucoup de pays limitrophes par exemple. Vivement que nos dirigeants puisse s’entendre et que la jeunesse puisse en profiter.

Entretien réalisé par Géraud Viwami