Ecureuils : Comment Dussuyer a crée le casse tête à gauche

Pour faire face au Madagascar jeudi prochain à Antananarivo pour le compte de la première journée des qualifications du Mondial Qatar 2022, le Bénin de Michel Dussuyer  jouera sans un arrière gauche de métier malgré une liste de 24 joueurs. Explications. 

 

Un  latéral gauche  sur une liste de 24 

En ayant deux matches en moins de sept jours au programme pour les débuts des qualifications du Mondial Qatar 2022, le Dussuyer avait déjà surpris en sélectionnant qu’un seul latéral gauche. Il s’agit du champion du Togo avec l’ASKO Kara, Abdou-Samadou Bourou. L’absence de doublure était signalée lors de la conférence de presse d’annonce de la liste, Dussuyer s’était défendu en évoquant la polyvalence de l’arrière droit de Chambly, Melvyn Dorémus, qui peut dépanner à ce poste où il a joué quelques fois en club. C’était sans savoir la suite.

Samadou forfait, Ouorou blessé

Hier soir, on annonce le forfait de Bourou. Le latéral qui avait sorti une bonne copie face à la Sierra Leone en juin, sans concurrence, était parti pour être titulaire indiscutable mais hélas. Il est positif au Covid. Il manquera les deux matches contre le Madagascar ce jeudi et la RD Congo, lundi prochain. Il y a donc plus d’arrière gauche parmi les 23 joueurs présents au regroupement. Anomalie. Djalilou Ouorou le latéral des Dragons absent de la liste de départ à cause d’une gêne aux adducteurs n’est toujours pas disponible pour être rappelé. Les Ecureuils se sont envolés ce matin avec un groupe réduit sans arrière gauche de métier. Les seules possibilités qui existent dans l’effectif actuel sont : aligner Dorémus à gauche pour sa première cape avec les Ecureuils ou replacer Mattéo Ahlinvi dans le couloir. Le milieu gaucher de Dijon a déjà évolué à ce posteven équipe de jeunes en club. Mais est-ce que c’est en sélection nationale qu’on bricole sur ces des postes avec des solutions pareilles ?

Le terrible désaveu

La question d’absence de doublure sur le poste de latéral gauche crée un débat bien plus profond. Le staff des Ecureuils est à la barre. Il est souvent répété que la sélection A’ est l’anti-chambre de l’équipe fanion. Présents sur les derniers stages dirigés par Moussa Latoundji, le milieu de l’Uss Kraké Ibrahim Ogoulola et l’attaquant Roland Béakou des Buffles ont été promus pour palier les forfaits de Jodel Dossou et Sessi d’Almeida. Alors, le casse-tête à gauche s’explique déjà par une liste de départ tronquée. Une liste où le sélectionneur a empilé cinq de défenseurs centraux purs dont aucun ne peut occupé un poste d’arrière gauche par exemple. Incompréhensible.

Les solutions locales ne manquent pas loin de là. On peut aussi citer les valeurs sûres locales au même poste. En commençant par le latéral du Réal Parakou, Mouhizou Sabi Yo, titularisé avec les A’ contre le Togo il y a une dizaine de jours. Nommés parmi les joueurs réguliers au poste dans le championnat national  Florentin Gbemaito (Buffles), le champion du Bénin Kader Touré (Esae) sont aussi des valeurs sûres. Le défenseur gaucher, Caroff Sogbossi du CI Kamsar en Guinée, qui prépare la Ligue des Champions, aurait pu également rendre des services à ce poste. Passé chez les A’ en janvier contre le Togo, il  était une possibilité non considérée tous comme les autres. Le Bénin ne manque pas d’arrière gauche. C’est un faux débat. Le staff ne ratisse assez pas large et se retrouve dans une situation presque honteuse pour une équipe nationale. C’est un terrible désaveu pour le staff des Ecureuils de nous faire croire qu’à part Ouorou aucun autre des 35 autres latéraux des 36 clubs qui disputent championnat béninois n’est capable de postuler pour un rôle de doublure tout au moins en A. Quel terrible désaveu…

Géraud Viwami

Author: Geraud V.

Rédacteur en chef ! Passionné de foot un peu trop attaché aux Écureuils du Benin. @GerovinhoV

Geraud V.

Rédacteur en chef ! Passionné de foot un peu trop attaché aux Écureuils du Benin. @GerovinhoV

2 réflexions sur “Ecureuils : Comment Dussuyer a crée le casse tête à gauche

  • 31 août 2021 à 17 h 47 min
    Permalien

    Monsieur Géraud
    toujours très dur avec le staff technique des écureuils. Cependant vos analyses sont pertinentes et vérifiées. Les faits sont là, les remarques sont là.
    Nous, nous ne sommes pas des techniciens mais nous constatons les résultats
    Bonne suite à vous.

    Répondre
  • 1 septembre 2021 à 12 h 40 min
    Permalien

    Pour évoluer en équipe nationale, il faut avoir un vécu. Le sélectionneur n’est pas un novice. Il n’est pas à sa première expérience sur un banc de touche ni à la deuxième. C’est le même qui nous a emmené en quart de finale de la CAN. Si il estime que les 35 ou 36 latéraux gauches ne sont pas au niveau international, il a sans doute ses raisons. Attendons de voir ce qu’il va proposer.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.