Uemoa/ Fortuné Glèlè : 4 participations, une finale perdue

A la veille du tournoi, nous avions évoqué son cas. Fortuné Glèlè a été de toutes les batailles, mais n’avait encore rien prouvé sur la scène ouest-africaine. A chaque fois, il a été dans l’ombre d’un titulaire qui reste à l’écart afin de le laisser gérer. Il a à chaque fois fait ses équipes, sans succès et surtout sans conséquence pour son poste d’adjoint. Il a survécu aux naufrages, entre Ouagadougou, Bamako et Cotonou. Cette fois-ci, face à la liste laissée par Nobilo parti la veille, glèlè a eu 3 jours de préparation. Il déplorait cela en « On » comme en « Off ». Il n’y croyait pas trop. Cela a pu être un déclic. Il a resserré les liens et s’est montré modeste et réaliste dans sa composition d’équipe. Cela a payé. Le Bénin a joué sur des individualités et sur des astuces : comme des Ecureuils quoi ! Roublards et attentistes, comptant sur le pied gauche de Louté, ils ont su rester en permanence à 8 derrière. C’était un jeu à l’italienne pratiquée par une équipe de Glèlè qui n’a pas eu de réelle préparation, mais experte en bricolage.

La 3e place acquise à Cotonou en 2009, et la 2e place flatteuse acquise à Bamako (avec 4 points loin derrière le Mali premier avec 9 points) en 2008, la 3e place à Ouagadougou en 2007 sont de vieux souvenirs. Le Bénin s’est surpris et a surpris son monde. Sénégalais et ivoiriens ont eu du mal à comprendre.

Critiqué depuis un an en raison de choix tactiques peu justifiables. C’est assez complexe de comprendre pourquoi il est resté en place. Cette fois-ci, il a démontré qu’il pouvait bricoler et gagner. Les limites du jeu pratiqué et du groupe dont a disposé Glèlè ont fait chuter le Bénin face au Niger. L’équipe a connu en finale les revers de ses qualités. Elle ne s’est jamais préparée et ne pouvait rivaliser sur la longueur avec un groupe nigérien en place depuis au moins 4 à 5 ans. La logique du football de haut niveau nous a rattrapés. Pourvu que les fois à venir, on se prépare mieux. Car désormais, Glèlè ou pas, le Bénin est attendu par les plus grandes équipes de l’espace Uemoa qui n’ont pas digéré leur échec à Niamey.

Bravo Glèlè, et que cette fois serve réellement à plaider pour une préparation plus cartésienne !

Aubay

Les Ecureuils pour un trophée historique face au Niger?

 

Contre toute attente, les jaunes et rouge du Bénin ont renversé les vainqueurs du tournoi pour se hisser en finale. En face, il y aura le Niger qui pèse trois finales. C’est a revanche des pauvres dans ce tournoi de l’Uemoa. Une compétition qui apportera de la joie aux victimes de sécheresse au Niger et aux victimes des inondations au Bénin.

Finale inédite entre deux équipes qui se connaissent bien. Depuis que le Bénin a dissout sa sélection en février, les Ecureuils ont affronté le Niger deux fois en match amical journée Fifa, sans succès (2-0 à Niamey et 0-0 à Porto-Novo).

La dernière confrontation officielle en tournoi de l’Uemoa s’est soldée par une victoire Nigérienne. En un an donc, aucun pays n’a autant malmené les Ecureuils juniors. Ce sont les mêmes joueurs qui se retrouvent. Le Bénin compte une dizaine de joueurs qui connaissent bien l’équipe du Niger. Le sélectionneur Glèlè aussi. il va falloir mettre fin à la série et surtout remporter le premier trophée de l’histoire du Bénin dans le football africain!

Cette finale qui se jouera seulement dimanche ne doit pas occulter la dernière journée du groupe qui comptera pour le classement et pour l’honneur. On aura vendredi à 15 heures T.U les deux matches du jour : Bénin – Mali et Côte d’Ivoire – Sénégal.

Aubay

Ce mercredi à 16h, Bénin – Côte d’Ivoire : le choc des premiers

Groupe B –  2e journée

Ils ont engrangé 3 points dès leur premier match, et il est bien superflu de dire que le vainqueur de ce duel aurait un pied en finale. C’est une sorte de demi-finale de ce groupe B annoncé comme le plus chaud du tournoi. Les deux équipes se retrouvent 4 mois avant la confrontation entre les sélections A pour la Can 2012. Même si cela reste deux compétitions totalement différentes, la supériorité technique et surtout le sentiment de supériorité des Eléphants restent difficilement battable. En restant petit poucet dans le jeu, comme face au Sénégal, le Bénin, sans présenter un football léché, a montré qu’il sait déjouer les pronostics.

En tenant compte du fait que dans ce genre de tournoi la répétition des efforts reste un piège pour toutes les équipes, on se demande si ce 2e match en 3 jours ne sera pas lourd pour les jambes.

Sénégal – Mali : se relancer

Le duel des battus. Tous deux annoncés pour le titre ont démarré sans convaincre. Gagner. C’est le maître-mot, car seule victoire permettrait à l’un ou l’autre d’aller chercher l’unique place qualificative pour la finale du tournoi. Entre lions et Aigles, ce sera un duel très ouvert dénué de tout calcul. Malheur au vaincu !

Aubay

Dassagaté marque, Aoudou expulsé, le Bénin victorieux

william dassagaté a délivré les siens

 Tournoi de l’Uemoa / Groupe B – 2e journée

 

Ils ont réussi à tenir jusqu’au bout face au Sénégal, vainqueur en titre. Les Ecureuils emmenés par Glèlè ont trouvé le chemin des filets à la 39e minute de jeu sur corner. Le meneur de jeu de l’Aspac bat à bout portant de la tête le gardien sénégalais sur un corner de Louté Isaac. Le Bénin prend ainsi l’avantage. Mais dans la foulée, Mohamed Aoudou distrait quelque peu va faire le geste de trop sur une action arrêtée. Il est expulsé juste avant la pause.

La seconde période verra les Ecureuils tenir bon et se sauver à plusieurs reprises sur la ligne de but à la 56e notamment. Les jaunes et rouges ont ainsi signé une belle entrée et partagent la tête du classement avec la Côte d’Ivoire.

Maintenant, il va falloir récupérer des efforts fournis et se remobiliser pour affronter dès demain les ivoiriens, victorieux du Mali 2-0.

Aubay

Bénin : La bonne année pour les Ecureuils de Glèlè ?

 Tournoi de l’Uemoa Niamey 2010

Ce week-end, le Bénin et 7 autres pays ouest-africain ayant le franc Cfa et l’intégration économique en commun vont se retrouver pour la 4e fois pour marquer la tradition établie. Ouagadougou (2007), Bamako (2008), Cotonou (2009) puis Niamey pour cette année.  Voici pour vous le parcours des Ecureuils du Bénin retracé à travers les objectifs et les hommes-clés.

Aubay

Des objectifs  flous

Pourquoi le Bénin participe-t-il au tournoi de l’Uemoa ? Parce qu’il est obligé, de par son appartenance à l’institution. Et Parce que les frais de participation sont pris en charge par l’union. L’Etat béninois comme d’autres, dépense beaucoup moins d’argent par rapport aux compétitions continentales. Sur le plan sportif, le Bénin, théoriquement, participe à une compétition qui lui permet de préparer ses meilleurs espoirs. Seul hic, l’équipe à travers les joueurs sélectionnés, a beaucoup changé. D’une année à l’autre, on n’a pas noté une vraie constance dans l’ossature. Les critères de sélection ne sont pas forcément objectifs à chaque fois. Les influences diverses subies par le sélectionneur font de cette compétition une vache à lait, ce qui biaise le résultat final. Uemoa, n’est pas le lieu exclusif de préparation des espoirs du football national. L’équipe Uemoa a souvent peu de temps pour se préparer, ce qui se voit dans la qualité du football proposé à chaque édition. C’est dommage.

Le staff technique au fil des éditions

Fortuné Glèlè : Record de participations, en attendant les résultats

Fortuné Glèlè a été de toutes les batailles, mais n’a encore rien prouvé sur la scène ouest-africaine. A chaque fois, il a été dans l’ombre d’un titulaire qui reste à l’écart afin de le laisser gérer. Il a à chaque fois fait ses équipes, sans succès et surtout sans conséquence pour son poste d’adjoint. Il a survécu aux naufrages, entre Ouagadougou, Bamako et Cotonou. Il va devoir cette fois-ci, tout seul, montrer qu’il est capable de faire mieux que la 3e place acquise à Cotonou en 2009, et la 2e place flatteuse acquise à Bamako (avec 4 points loin derrière le Mali premier avec 9 points).

Critiqué depuis un an en raison de choix tactiques peu justifiables. C’est assez complexe de comprendre pourquoi il est resté en place. Cette fois-ci c’est peut-être la bonne.

En 2007, on a eu droit au duo Gomez-Glèlè avec une priorité pour ce dernier qui en 2007 a dirigé les séances d’entraînement et préparé l’équipe. Cette première édition a servi de prétexte au ministre Soglo qui a décidé de se passer du sélectionneur Gomez pour la coupe des nations suivante, Ghana 2008.

En 2008 à Bamako, Michel Dussuyer déjà en place a suivi les étapes de la préparation mais a laissé la main à son adjoint Glèlè. Une victoire sur la Guinée-Bissau sauve la participation béninoise.

En 2009, on a repris les mêmes et recommencé. Le staff n’a pas changé, le mode de fonctionnement non plus. Dussuyer cette fois-ci étant dans les tribunes, Glèlè subit tout seul les huées du public déçu de son équipe à domicile. Seule satisfaction, une victoire face à la Guinée-Bissau, comme l’année précédente.

2010 marque une année importante. Jean-Marc Nobilo le sélectionneur titulaire étant parti, c’est à l’adjoint qui connaît bien cette compétition, de se faire un nom. Le parapluie habituel du titulaire ne couvrira donc pas Fortuné Glèlè. Mais quoiqu’il en soit, il serait difficile de le virer, car c’est bien le seul qui depuis des années a su rester en place, malgré tout.

Aubay

Les différentes listes des Ecureuils par édition

Uemoa 2007

Valère Amoussou

Robert Agbo

Elysée Zangnon

Yvan Médénou

Abdramane Arouna

Ouzérou Abdoulaye

Constant Soukou

Louis Iréké

Franck David Gnanhoui

Sosthène Soglo

Bio Aï Traoré

De Gaulle Hountonto

Djiman Koukou

Koffi Agbessi

Aboubakar Santos

Marius Oké

Boris Flacandji

Cédric Coréa

Hans Agbo Prince

Uemoa   2008

FABIYI Emmanuel

VIANOU Salomon

NOUMOU Marcel

WILLIAM Felix

AÏ Traoré

SALOMON Junior

KOBENA  Nouhoum

KOUKOU Djinam

ASSANE Mohamed

FRIDAY Martin

FLACANDJI Boris

OKETOLA Jonas

ADANHOUME Gerard

HOUESSINON Paterne

TITO Rodrigue

EHOUSSOU Obed

MOHAMED Ismaïl

LEDENOU Gaël

MAYIWA Ahmed

Uemoa 2009

Jonas Bidé

Salomon Vianou

Valère Amoussou

Junior Salomon

Robert Agbo

Mouftaou Adoun

Moustapha Aziz

Parfait Quenum

Acapko Comlanvi

Patrice Djokoué

Cédric Coréa 

Gérard Adanhoumè

Louis Iréké

Djamal Fassassi

Garel Sossa

Sidoine Oussou 

Hyacinthe Sèwanou 

Ignace Fassinou

Arnaud Séka

Mohammed Assane

Uemoa 2010

Les présélectionnés

NOM PRENOM

ALLA LUDOVIC

ALAGBE SATURNIN

LAZADI FOUSSENI

YACINTHE AKAPOVI

SALOMON JUNIOR

YAYA TOURE FATAO

BARAZE SEIDOU

LOUTE DANIEL

ADANHOUNE GERARD

COREA CEDRIC

DASSAGATE WILLIAM

FASSASSI DJAMAL

SHAKIROU ABIKOYE

MAKARIMI OUSMANE

AGBOSSOU ANOUMOU A.

ADJAI MOUSSA

BESSAN JACQUES

LOUTE ISAAC

AOUDOU MOHAMED

SEKA ARNAUD

ODILO KENET

AGBOKOU JUDICAEL

YACINTE SEWANOU

AKATE GNAMA

SOSSA DIDIER

WAGBE GNOFAM

ORTEGA DJENE

Le Niger favori de son « tournoi »

 

Tournoi de l’union économique et monétaire Ouest-africaine 2010

Le Niger favori de son « tournoi »

Finaliste de l’édition précédente en 2009, les nigériens sont des favoris logiques à domicile. Leur actualité milite largement en leur faveur : Ils ont renversé l’Egypte et créé un précédent historique lors de la 2e journée des qualifications de la coupe des nations 2012.

Aubay

La stabilité du groupe, mais surtout le fait que les joueurs nigériens s’expatrient peu et que d’une année à l’autre on retrouve les mêmes dans les différentes compétitions internationales explique les bonnes performances. Des résultats d’abord sous-régionaux et désormais continentaux en club, à travers le parcours de l’Asfan en ligue des champions, puis en coupe de la confédération. Le club de Niamey s’est qualifié pour la phase de poules grâce à son succès 2-1 en tour de cadrage retour, ce samedi 31 juillet, face aux soudanais d’Al Merreikh après un nul 2-2 à Khartoum. Après deux matches nuls et 4 défaites en 6 confrontations, l’Asfan peut tirer les leçons de sa belle aventure.

La sélection s’inspire donc de ce parcours, mais surtout d’un match référence, celui remporté face à l’Egypte le 10 octobre 2010. Devant son public qui a désormais des raisons d’y croire, le Mena a la confiance pour s’adjuger une première fois le trophée de l’Uemoa et démontrer ainsi qu’il est devenu une puissance émergente du football ouest-africain.

Aubay

 

Programme du tournoi 

Dimanche 7 2010, Groupe A

 

15H: cérémonie d’ouverture

 

16 H: Burkina Faso – Togo

 

18H Niger – Guinée Bissau

 

Lundi 8 novembre 2010, Groupe B

 

 16H: Côte d’Ivoire – Mali

 18H: Sénégal – Bénin

Mardi 9 novembre 2010, groupe A

16 H: Guinée Bissau – Burkina faso

18H: Niger – Togo

Mercredi 10 novembre 2010, groupe B

16H: Côte d’Ivoire – Bénin

18H: Sénégal – Mali

Jeudi 11 novembre 2010, groupe A

16H: Togo – Guinée Bissau

18: Niger – Burkina Faso

Vendredi 12 novembre 2010, groupe B

16H: Mali – Bénin

18H: Sénégal – Côte d’Ivoire

Samedi 13 novembre 2010: repos

Finale: dimanche 14 novembre

16H: Premier A – Premier B

Cérémonie de clôture

Les vainqueurs

Côte d’Ivoire 2007, 2008

Sénégal 2009