A votre avis, comment s’échauffent les hockeyeurs ?

 

Je ne m’attendais pas, après environ dix ans passés dans la couverture de divers sports, à tomber sous le charme d’un autre que je ne connaissais presque pas : le hockey.

Emmené par un guide de choix, Philippe Ducarroz, je découvre par un mardi, un derby : Berne-Langnaü. Le champion contre un petit poucet qui va emporter la partie aux tirs aux buts…

Quelques jours passent. Je me retrouve à Fribourg. L’équipe locale s’est fait plaisir en dominant son ennemi juré bernois 4-2.

Deux jours après les fribourgeois se déplacent à Zug. Place financière réputée, mais aussi dotée de la Bossard Arena, la plus patinoire la plus neuve de hockey inaugurée en Suisse (août 2010).

Cette arène à ceci de particulier, que le chauffage est réglé de telle sorte à permettre aux spectateurs comme moi de rester au chaud, pendant que plus près de la patinoire, la température est plus basse.

Avant un duel presqu’au sommet entre deux équipes en forme, j’ai découvert une pratique pour le moins surprenante pour le profane que je suis.

A moins de deux heures du match, Les joueurs de Fribourg, quelque part derrière les camions de télé, commencent s’agglutiner autour d’un ballon. Pas le « palais » du hockey, mais un ballon de foot ! Un échauffement en jonglant.

Ah…pour moi qui me sentais perdu, je trouvai un lien entre foot et hockey. Enfin ! Patrick Andrey aux côtés duquel j’étais, m’explique que pendant les vacances, beaucoup d’équipes de hockey jouaient contre des petites formations de foot, afin de garder la forme.

Je me rends aussi compte qu’en dehors de la patinoire, ils sont des mecs charmants au physique de footballeurs, pour certains. Comme le gardien français de Fribourg Gotterron, Cristobal Huet, par exemple, qui a un faux-air de Robert Pires…

Je compris bien de gestes des hockeyeurs qui du reste on des jeux de jambes très « foot » !

Aubay

liens photos :

http://aubay.skyrock.com/photo.html?id_article=2937798825&id_article_image=2580369

http://aubay.skyrock.com/photo.html?id_article=2937801349&id_article_image=2581121

Serey Dié : « Je veux jouer pour le Bénin, je ne veux pas un sou »

 

Une rencontre improbable à Sion, dans un stade où Gaspoz et Ahouéya ont fait d belles choses il y a quelques années. Nous avons rencontré pour vous, le milieu de terrain ivoirien Serey Dié qui nous a confié son désir de jouer pour la pays de sa grand-mère maternelle : le Bénin : Exclusif !

Par Aubay

Nous avions appris avant la coupe des nations Angola 2010 que vos souhaitiez jouer pour le Bénin…

Ma grand-mère, la mère de ma mère pour être précis, est béninoise. Elle est décédée quand j’avais 10 ans. J’ai un cousin qui vit actuellement au Bénin. Il a réussi donc à me mettre en contact avec le sélectionneur d’alors (Ndlr : Michel Dussuyer). Il ne m’a pas rappelé. Je me suis dit qu’il n’avait pas besoin de moi…

La Can 2010, comment l’avez-vous vécu dès lors ?

Je me sentais là-bas. J’avais envie de défendre les couleurs béninoises. J’ai eu mal…

Parlons de votre actualité. Sion- Xamax 1-2, vient de se terminer. Vous l’avez suivi depuis les tribunes…

On n’a pas eu un beau spectacle. Je n’ai pas joué parce que je suis blessé depuis la première journée du championnat. Ligaments croisés du genou.

Cela est arrivé après une feinte, mon pied s’est enfoncé dans le gazon et le genou a tourné. J’ai été opéré le 16 août, là je suis une rééducation avec l’hôpital et les médecins du club. Je fais du vélo pour me remettre…

Vous revenez quand alors à la compétition ?

En janvier, je serai sur pied. En février, je reprendrai le championnat. Le staff s bat pour que je revienne au plus tôt.

Et après ce retour, vous penserez toujours au Bénin ?

J’ai du sang béninois dans mes veines. Je n’ai pas fermé la porte. Je ne veux pas jouer tout. Sinon, par exemple, le Burkina m’a sollicité j’ai refusé. Je veux jouer pour le Bénin parce que j’ai du sang béninois. Je ne veux rien d’autre. Pas un sou.

Vous avez grandi à Abidjan en Côte d’Ivoire, comme Sessègnon et  Adénon par exemple. Les connaissez-vous ?

Sessègnon, je l’ai vu plusieurs fois. On l’appelait « Diego Pourri » (Ndlr : en référence à Diego Maradona). S’il me voiyait, il ne me reconnaîtrait pas du tout, mais c’était mon idole. C’est un aîné que j’allais admirer dans les tournois de quartier à Abidjan. En ce moment, il ne jouait encore nulle part. On ne s’est pas revu depuis.

Sinon, Adénon, lui, c’est mon petit frère. En vacances, on loge dans le même hôtel et il me donne les nouvelles de l’équipe du Bénin. Depuis tout petit on a joué ensemble.

Sa fiche technique

Geoffroy Serey Die

Date de naissance : 07/11/1984

 Numéro de maillot : 26

Club actuel : Fc Sion

2008 – 2009 FC Sion Suisse ASL 30  

2009 – 2010 FC Sion Suisse ASL 30 / 2 buts ; Coupe d’Europe : 2 matches

Clubs précédents

EO Goulette Kram Tunisie D2

ES Sétif Algérie D1