Ecureuils Story : 2003, Bénin – Zambie  3-0 

En cette période de crise sanitaire mondiale,  Bjfoot vous rafraîchit la mémoire avec une série exceptionnelle consacrée aux matches les plus mythiques des Ecureuils des années 2000. Première escale le 6 juillet 2003 pour revivre Bénin – Zambie dernier match des qualifications de la Can Tunisie 2004. 

 

Le contexte et l’enjeu

Les Ecureuils accueillent la Zambie au stade de l’amitié de Kouhounou pour le compte de la sixième et dernière journée des éliminatoires de la Can Tunisie 2004. Avant cette rencontre, le Bénin était deuxième du groupe 3  avec dix points, devancé par son adversaire du jour, les Chipo-polos , leaders avec onze unités. L’équation était simple : Pour se qualifier, le Bénin devait s’imposer, la Zambie avait besoin d’un nul pour conforter la première place qualificative.

Dans le même groupe, le Soudan et la Tanzanie qui comptaient respectivement quatre et un point avant cette ultime journée étaient déjà hors course. Bénin – Zambie était donc comme une finale.

Le Bénin courait après sa première qualification à la Coupe d’Afrique des Nations et le stade était comble avec un engouement inhabituel. Car le pays sortait d’une longue crise qui a secoué la fédération béninoise de football et  occasionné l’absence des championnats locaux en 1999 et 2001.

Martin Adjagodo avait pris la tête de la FBF secondé par Moucharafou Anjorin , vice-président à l’époque pour un nouvel élan.

 

L’effectif

Arrivé en cours de campagne, en avril 2003, Cecil Jones Attuquayefio a  pris le relais du belge, René Taelman emporté par la lourde défaite  3-0 encaissée à Khartoum contre le Soudan lors de la troisième journée des  qualifications  et par sa gestion du cas Mouri Ogounbiyi.

Le technicien ghanéen va réussir sa mission sur les trois derniers matches à disputer dont celui du 6  juillet 2003 qui restera à jamais dans l’histoire. Voici ses soldats du jour.

Gardien : Rachad Chitou (Dragons)

Défenseurs centraux: Damien Chrysostome (Citaddella Padova/Italie), Tony Toklomety (Maccabi Netanya/Israël)  , Seidah Tchomogo (Lions Atacora)

Latéraux : Anicet Adjamossi (Bordeaux/France) , Alain Gaspoz ((Aarau/Suisse)

Milieux défensifs : Jocelyn Ahoueya (Mogas) , Jonas Okétola (Dragons)

Attaquants : Oumar Tchomogo (Guingamp/France), Moussa Latoundji (Energie Cottbus/Allemagne), Laurent Djaffo (Abedeern/Ecosse)

Le scénario  du match

Il faisait chaud, le stade remplit par trente milles spectateurs grondait ! Le match va vite se débloquer pour les Ecureuils qui ouvrent le score grâce à Oumar Tchomogo (9e). Lancé dans le dos de la défense, le guingampais montre la voie en faisant la différence avec sang froid. Les Zambiens vont encaisser un second coup dur avec la sortie du gardien Phiri  sur blessure. Derrière le Bénin va dérouler, sans être réellement inquiété. Tchomogo va s’offrir un doublé sur pénalty obtenu par Laurent Djaffo (26e). A la pause , le Bénin tenait déjà son ticket pour la Tunisie.

En seconde période, le succès sera entériné par une frappe incroyable de Moussa Latoundji des vingt mètres qui a laissé le gardien pantois (77e).

Les jaunes vont terminer le match à dix après l’expulsion de Tchomogo  à un quart d’heure de la fin mais la bande à Cecil Jones Attuquayefio va tenir bon.

Arrivé en petit poucet, inconnu sur le continent, le Bénin a plié la Zambie qui venait d’enchaîner un record de dix matches sans encaisser depuis trois ans,  sur un score sans appel de trois buts à zéro et termine premier du groupe avec 13 points. Exploit.

Pour avoir  décroché son premier sésame historique pour la Can,  le président Mathieu Kérékou débloque une prime de 60 millions de FCFA pour le staff et les joueurs. C’est le début de l’ère des gros investissements publics dans le foot béninois.

 

Le héros du jour : Oumar Tchomogo

Numéro dix dans le dos avec brassard de capitaine, il a porté les Ecureuils sur toute la campagne. Sur le match le plus important, il signe un deuxième doublé en six matches qui lui permet de terminer co-meilleur buteur des éliminatoires avec cinq réalisations. Héros.

Géraud Viwami

 

Sélection A : Nouhoum Kobena et Seidah Tchomogo appelés

 

LISTING DES JOUEURS LOCAUX

CONVOCATIONS POUR LE STAGE DU  3 ET 4 OCTOBRE 2010

PREPARATION RWANDA

NOM PRENOM        POSTE           CLUB DATE DE NAISSANCE     

OBSERVATIONS

ALLA LUDOVIC     GB      MAMBAS NOIR      18/05/90         

ALAGBE SATURNIN         GB      ASPAC          22/11/93         

ODILO KENET        GB      SOLEIL         28/02/92         

YACINTHE AKAPOVI      LAT D            CIFAS            14/08/86         

SALOMON JUNIOR           AXE D           ASPAC          04/08/86         

BARAZE SEIDOU   AXE D           TONNERRE  20/10/90         

LOUTE DANIEL      LAT G            SOLEIL         14/05/90         

ADANHOUNE GERARD   MIL D            SOLEIL         26/11/90         

COREA CEDRIC     MIL D            KRAQUE      24/09/90         

DASSAGATE WILLIAM    MIL D            ASPAC          30/06/93         

FASSASSI DJAMAL           EXC D           KRAQUE      23/11/88         

AGDOSSOU EXC G           TONNERRE  19/11/91         

MAKARIMI OUSMANE    EXC G           CIFAS            16/12/89         

BESSAN JACQUES ATT    SOLEIL         15/09/93         

LOUTE ISAAC         ATT G            SOLEIL         10/10/91         

AOUDOU MOHAMED       ATT    CLUB ALGERIEN  19/02/90       

Liste des pro invités

KOUKOU DJIMAN

SESSEGNON STEPHANE

BOCO ROMUALD

ADENON KHALED

IMOROU EMMANUEL

POTE MICHAEL

OMOTOYOSSI RAZACK

CHRYSOSTOME DAMIEN

KOBENA NOUHOUM

TCHOMOGO SEIDA

Seidah Tchomogo évoque son nouveau club et les Ecureuils version Nobilo

 

 Oman / D1

(Il a fait ses choix et c’est tant mieux)

Il n’et pas sur la black-list, mais il n’était pas parmi les revenants de l’aventure Angola 2010. Seidah Tchomogo nous dit tout dans cette interview exclusive. Son nouveau club et son premier contact avec Nobilo.

Par Aubay

Vous filez à Oman, après  4 ans à Bahreïn, alors qu’on vous espérait en Europe. Pourquoi ?

C’est vrai que je devrais aller en Europe cette saison, mais j’ai opté pour le golfe, par la grâce de Dieu surtout, de par les propositions qui m’ont été faites. Si j’ai choisi AL OROUBA CLUB c’est parce qu’il fait partie des grands clubs d’Oman. Même si la saison passée n’a pas été fructueuse pour le club. Ils (Ndlr : les dirigeants) sont ambitieux et motivés cette saison. En fait c’est un club qui me suivait depuis Bahreïn.

A quand vos débuts en compétition officielle ?

        Ici, le championnat n’a pas encore débuté à cause du mois de jeune qui vient de finir. Début octobre nous commençons la coupe et fin octobre le championnat démarre.

      Depuis plus d’une semaine nous avions participé à un tournoi de 4 clubs. Al Orouba, Oman, Al Suwaiq et Al Alia qui s’est achevé la semaine écoulée. Malheureusement nous avions perdu la finale face à AL Suwaiq  par le score de 4-3.

Parlons de la sélection nationale. Vous ne faites pas partie des bannis. Pourquoi Nobilo ne vous-a-t-il pas appelé ?

                Concernant la sélection, les rumeurs ont circulé à travers tout le pays comme quoi je suis sans club et c’est pour quoi je n’ai pas été convoqué par le nouvel entraîneur pour le 1er match du Bénin (dans les éliminatoires de la Can 2012). Le coach et certains membres de la fédération savaient bien que j’ai un club. Avant de prendre mon vol je suis allé voir le coach qui m’a demandé de faire 2 séances d’entrainement avec les locaux, ce que j’ai fait. Apres, il a fait ses choix et c’est tant mieux.

Il y a un Dieu pour tout un chacun de nous.

Pour finir, je suis béninois et à tout moment je suis prêt à défendre les couleurs du Bénin si le coach me sollicite. J’ai fais mes preuves depuis 2004 en sélection et tu le sais, donc je n’ai plus grand-chose à dire. Merci.

Ecureuils : Seidah évoque Nobilo…

seidah tchomogo (debout) laisse le peuple juge...

   »  Concernant la sélection, les rumeurs ont circulé à travers tout le pays comme quoi je suis sans club et c’est pour quoi je n’ai pas été convoqué par le nouvel entraîneur pour le 1er match du Bénin (dans les éliminatoires de la Can 2012). Le coach et certains membres de la fédération savaient bien que j’ai un club. Avant de prendre mon vol je suis allé voir le coach qui m’a demandé de faire 2 séances d’entrainement avec les locaux, ce que j’ai fait. Apres, il a fait ses choix et c’est tant mieux. » 

A lire intégralement demain

Cette semaine / à lire : Trois entretiens, trois joueurs

ici au stade de tourbillon avec Serey Dié

 

Abou Maïga au Qatar : « je viens d’arriver dans un nouveau club j’ai déjà pris mes repères, je suis même nommé capitaine donc c’est déjà bien pour moi. »

Seidah Tchomogo à Oman : «Ici le championnat n’a pas encore débuté à cause du mois de jeune qui vient de finir. Début octobre nous commençons la coupe et fin octobre le championnat démarre. »

La belle rencontre/ Serey Dié, Fc Sion – Suisse : « En janvier, je serai sur pied…Pour la sélection béninoise, je n’ai pas fermé la porte…je veux jouer parce que j’ai du sang béninois dans mes veines »

Par Aubay