Quels enseignements peut-on tirer de la CAN 2012 pour les écureuils…

1- On peut bâtir une équipe solide avec juste quelques professionnels venu d’Europe et de bons joueurs évoluant en Afrique.

Le Gabon a beaucoup de joueurs évoluant dans son propre championnat et qui

Soudan
Soudan à l'entrainement avant son quart de finale

ont un très bon niveau, la Zambie a des joueurs évoluant presque tous en Afrique noire, le Soudan a des joueurs évoluant presque tous au soudan et le résultat est là…

2- Il y a de bon club en Afrique pour ceux qui veulent jouer au football. Au lieu d’évoluer dans certains championnats en Europe comme le font certains, ils gagneraient à venir jouer dans de vrai championnat en Afrique. Un joueur qui est titulaire au TP mazembe, Enyimba, coton sport de Garoua, Asec mimosa, Al hilal ou autres club en afrique noire n’a rien a envier au plan niveau de jeu a un joueur qui évolue en D2 maltaise, en D2 chypriote ou en D2 grec… l’exemple du Gabon et de la zambie et du Soudan nous le confirme. On se souvient d’un Mouri à Enyimba avec un niveau supérieur à beaucoup d’écureuils d’Europe.

3- On peut quitter l’Europe et revenir jouer en Afrique sans que cela ne soit considéré comme un échec. Dans l’effectif du Gabon, Daniel cousin et Stéphane Nguéma entre autre ont joué a des niveaux élevé en Europe mais sont revenu dans le championnat gabonais et on voit leur niveau n’a pas pour autant baissé. Certains de nos joueurs qui ne veulent pas rentrer en Afrique et qui s’enterre dans les championnats de pays qu’on ne connaît pas devrais prendre exemple sur ces cas.

Si nous voulons voir les écureuils aux prochaines CAN, nous supplions nos dirigeant qui prenne le football béninois en otage de penser à organiser un bon championnat et on ne sera pas obligé d’aller chercher des joueurs en Europe qui finalement ne nous apportent rien (Glèlè, Tchegnon Zola….) Mais vu ce qui se passe comme championnat actuellement… ce ne sera pas pour les 3 prochaines CAN. Autrement on pourra toujours naturaliser des joueurs qui viendront « aider le Benin » comme ils le disent eux même. Pensons donc plus au long terme et rompons avec la spirale de l’improvisation et de la médiocrité.

Thagli