Chan Kenya 2018 : Bénin – Nigéria 1-0, un succès à confirmer 

Le Bénin a signé un succès vital 1-0 devant le Nigéria cet après-midi  au Stade Mathieu Kérékou pour le match aller du deuxième et dernier tour des qualifications du Championnat d’Afrique des Nations (Chan) Kenya 2018 grâce à un pénalty tardif obtenu par Marcellin Koukpo et transformé par Mama Seibou. Un succès à confirmer dans une semaine à Kano pour la manche retour pour espérer accrocher le sésame pour une première qualification.

 

Le but

88: Stephen Eze hésite à dégager un ballon dans les seize mètres, Marcellin Koukpo joue avec son corps et passe devant le défenseur nigérian qui le déséquilibre. L’arbitre algérien Mr Ghorbal désigne le point de pénalty. Le capitaine Mama Seibou prend Enzewa Ikéchukwu à contre-pied 1-0.

Un premier acte prometteur

Dans ce duel entre voisins, le Bénin est entré dans le match avec le pied sur le frein. Les dix premières minutes sont clairement à l’avantage du Nigéria qui avait le ballon et prenait le dessus dans le jeu. Passé le premier quart d’heure  un peu raté, les Ecureuils vont se réveiller et prendre le contrôle du jeu. Les Ecureuils auront de meilleures situations  sur coup de pied arrêtés.  Seibou dépose un coner tiré  à la rémoise avec Mama Bah Yéré sur la tête de Koukpo au point de pénalty. L’attaquant des Buffles trouve le cadre mais aussi les gants du gardien nigérian. (16e). La bande à Omar Tchomogo combine bien mais trop loin des buts d’Ikéchukwu. Le défenseur Nabil Yarou va faire apprécier son de jeu tête offensif à deux reprises il passe près de l’ouverture du score (24e et 28e) sur des services de Seibou. Le Bénin pousse et aurait pu se faire surprendre  par les Super Eagles. D’abord sur un ballon dangereusement remis en retrait par Yarou  alors l’attaquant Eduwo Kingsley rodait, heureusement Steve Glodjinon assure sa sortie au pied (25e). Puis en fin de première période, un coner de Chima Akas occasionne un léger cafouillage dans la surface béninoise Bah Yéré va finir par dégager son camp.

La malice de Koukpo, les regrets du Nigéria 

A la reprise le Bénin peine à retrouver son niveau du premier acte, la confiance va changer de camp  avec les entrées du milieu offensif d’Akwa United Ibrahim Alhassani et l’attaquant de MFM Stephen Odey, le Nigéria va prendre la direction du match. Plus entreprenants les Super Eagles  se créent des brèches. A droite, Okoro Osas centre fort à ras de terre pour Kingsley, Yarou tacle le cuir en coner in extrémis et n’était pas loin de marquer contre son camp (65e).  Alhassani, l’homme aux 12 buts en première division nigériane, aura deux occasions d’ouvrir le score d’abord sur un slalom incroyable dans la surface béninoise qu’il n’arrive pas à conclure (70e) et une tête décroisée au premier poteau qui fuit le cadre. (82e)

Super actif sur le front de l’attaque malgré la mi-temps difficile du Bénin Koukpo s’est signalé sur un centre en profondeur de Seibou qu’il n’était pas loin de reprendre de la tete (64e). A la sortie d’une séquence de possession des béninois, Seibou trouve le cadre mais écrase sa frappe des 20 mètres. L’unique éclat collectif du Bénin dans ce second acte. (83e) Avant la libération avec ce penalty obtenu par Koukpo et transformé par Seibou (88e).

Le Bénin assure l’essentiel à domicile avant le match retour dans une semaine à Kano. Les Ecureuils sont à 90 minutes de signer une première qualification pour le Chan. Il faut vraiment aller la chercher parce que le visage montré cet après-midi n’était pas convaincant malgré la volonté des Ecureuils.

Géraud Viwami

 

Feuille de match

Stade : Mathieu Kérékou

Match aller – 2e tour Chan Kenya 2018

Arbitre : Mr Ghorbal (Algérie)

Bénin – Nigéria 1-0

But : Mama Seibou 88e (sp)

Bénin :    Glodjinon –  Bah Yéré, Fassinou, Koukpéré, Yarou – Ogoulola , Seibou  – Gomez , Aboky (Osseni 77e) – Koukpo – Elègbèdè (Houngbédji 56e)

Coach : Omar Tchomogo

Nigéria : Ikechukwu – Osas, Chima , Stephen, Orji, – Rabiu (Alhassani 56e ) , Afeez, Ifeanyi- Sikiru,Thomas (Odey 58e), Kingsley (Onwubiko 81e)

Coach : Yusuf Salisu

Journal des transferts : l’ES Tunis prête Tidjani , Koukpo pisté par Gabès, Badarou était proche d’un retour en Algérie, Adilehou résilie en Grèce , et Yarou non retenu en Afrique du Sud

Chaque vendredi retrouvez les dernières infos sur l’actualité du mercato des joueurs béninois  pendant tout ce mercato estival. Cette semaine, En Tunisie, l’Espérance de Tunis a prêté son milieu offensif polyvalent  Anaane Tidjani à Monastir pendant que le Stade Gabésien lorgne Marcellin Koukpo. Libre, le défenseur Nana Badarou n’était loin de rejoindre US Biskra en Algérie. En Grèce , Moise Adilehou n’est plus un joueur de l’AO Kerkyra. Enfin Nabil Yarou a effectué un essai non concluant en Afrique du Sud  

 

L’Espérance de Tunis  prête Tidjani à  Monastir

Après deux saisons avec l’équipe réserve de l’Espérance Sportive de Tunis, Anaane Tidjani (20 ans,photo) va connaître une première expérience première division tunisienne. Le milieu offensif polyvalent vainqueur de la coupe des Espoirs la saison dernière avec l’équipe réserve des  Sang et Or est attendu comme un renfort dans son nouveau club où il a déjà marqué deux buts en matches amicaux.  L’ancien pensionnaire d’Alodo Sports encore lié aux Espérantistes pour deux ans va renforcer les rangs du club promu dans l’élite à la faveur d’un prêt d’une année. Désigné meilleur espoir lors des Bjfoot Awards 2016, Tidjani devra confirmer son statut de joueur prometteur.

Badarou, le coup manqué de l’US Biskra 

En fin de contrat à Burgan SC (Koweit), Nana Badarou (26 ans) n’était pas loin d’un retour dans le championnat algérien où il avait brillé avec l’Aso Chlef (2013-2015). En effet, le défenseur international béninois avait signé un accord de principe avec US Birska, promu en première division algérienne. Badarou était attendu  en Algérie mais le club n’a pas pu faire enregistrer le bail du joueur avant la fermeture du marché locale le 31 juillet dernier. Le contrat de deux ans assorti d’une rémunération totale de 200 mille dollars tombe à l’eau. Un échec mal digéré par l’entourage du joueur et l’intéressé même qui est toujours à la recherche d’un  nouveau point de chute.

Adilehou résilie à l’AO Kerkyra  

Arrivé au club la saison dernière à l’AO Kerkyra en première division grecque Moise Adilehou (21 ans)  a résilié son contrat avec le club cet été. Apparu à quatre reprises en championnat, le défenseur international béninois quitte le 10e de la ligue grecque et se retrouve sans club. L’ancien du Fc Porto cherche un nouvel employeur.

Yarou n’a pas convaincu Platinium Stars

Au lendemain du match retour de la sélection locale béninoise face au Togo, Nabil Yarou (23 ans) s’est envolé pour un essai à Platinium Stars, 9e du dernier championnat sud-africain. Malheureusement l’expérience a tourné court pour le défenseur des Buffles qui est revenu au bercail et s’est produit avec son club face à l’Aspac le dimanche dernier pour la 4e journée de championnat béninois.

Le stade Gabésien s’intéresse à Koukpo

Grosse révélation des qualifications du Chan Kenya 2018 avec les Ecureuils, Marcellin Koukpo (21 ans) attise déjà les convoitises étrangères. L’attaquant des Buffles serait sur les tablettes du club tunisien du Stade Gabésien qui se renseignent auprès de l’entourage du joueur. Le club s’apprêterait d’ailleurs à formuler une offre pour l’ancien joueur d’Energie. A suivre.

Géraud Viwami

Journal des Transferts : L’Angleterre attend Mounié ,  un attaquant béninois à Witbank Spurs (Afrique du Sud) , Didavi courtisé en Turquie enfin les Buffles veulent un recrutement XXL

Chaque vendredi retrouvez les dernières infos sur l’actualité du mercato des béninois  pendant tout ce mercato estival. Cette semaine, à l’étranger : Steve Mounié est tout proche de s’engager avec le promu anglais d’Huddersfield. L’attaquant de l’UNB , Ghislain Debouto a  rejoint les sud africains de Witbank Spurs, les turcs de Trabzonspor courtisent Daniel Didavi. Enfin au Bénin, après Marcellin Koukpo , les Buffles veulent ratisser large. 

 

Au Bénin

Buffles : Koukpo , Yarou , Gozo , un recrutement XXL attendu

Les Buffles ne se cachent plus en vue de la prochaine saison au Bénin dont le démarrage est annoncé pour le 8 juillet. Le club septentrional se lance dans une opération de recrutement XXL et brandit un projet ambitieux pour attirer la crème des joueurs locaux.

Avant même l’annonce de la saison à venir les Buffles s’activaient déjà dans les coulisses, le club est passé à la vitesse supérieure depuis quelques semaines et la programmation de la prochaine saison. Le club phare de Parakou porté à bout de bras par le président Laurent Gnonssounou est prêt à investir pour afin de bâtir  une équipe capable de jouer le titre la saison prochaine et les compétitions africaines dans les années à venir.

A l’image des grands clubs européens comme Manchester City ou le PSG au puissant portefeuille le club espère attirer les meilleurs sur l’échiquier national et s’est déjà mis en route.

Koukpo pour commencer, Gozo et Yarou en attente

En décembre dernier, le club signait déjà son premier gros coup l’air de rien.  Ils avaient sorti le chéquier pour attirer Marcellin Koukpo de l’Aspac , qui venait à peine de rejoindre le club portuaire en provenance d’Energie. L’attaquant international qui sortait d’un très bon tournoi de l’Uemoa a été le premier  a cédé aux sirènes  du projet. Champion du Bénin 2010 et 2012,l’Aspac attendu comme un prétendant au titre pourrait perdre deux autres éléments majeures en route pour la cité des Kobourous. Les défenseurs internationaux Brice Gozo et Nabil Yarou, en fin de contrat au Port,  seraient déjà en négociations avancées avec le club. Mayouz Dada, gardien numéro un de l’Aspac depuis trois saisons est aussi attendu pour renforcer l’arrière-garde des Buffles.

Le titre ou rien

Champion du Bénin en 2014, le club s’est cassé les dents en Ligue des Champions l’exercice suivant face aux nigérians d’ Enyimba au premier tour.

En 2016, il a été  2e du groupe A derrière à l’Aspac à un point.

Pour apaiser son appétit, les hommes du coach togolais Idrissou Mountari ont  récemment remporté le tournoi de mise en jambes organisé au Bénin  en attendant le championnat. Un premier signal. La dernière fois que le club avait eu autant d’ambitions c’était quand le mécène Sébastien Ajavon tenait les rênes financières avec le français Xavier Bernain sur le banc en 2009-2010, ils avaient longtemps lutté pour le titre avant de finir 3e derrière l’Uss Kraké et l’Aspac. Cette fois-ci, ils veulent se donner les moyens de régner sans partage.

Géraud Viwami

A l’étranger

 

Afrique du Sud : Débouto arrive à Witbank Spurs

Après Kabirou Koutché, Witbank Spurs , 7e de la deuxième division sud africaine s’est attaché les service d’un second béninois. L’attaquant Ghislain Debouto s’est engagé avec le club jusqu’à la fin de la saison prochaine. Repéré  avec les Ecureuils locaux lors du dernier tournoi de l’Uemoa à Lomé quelques mois plus tard il a réalisé un essai concluant avec les Spurs.  Debouto formé au centre NQSA au Cameroun,  avant de s’envoler pour le pays de Nelson Mandela il était connu sur le plan local pour avoir brillé avec l’UNB en deuxième division.

Montpellier : Mounié va traverser la Manche

Steve Mounié  va quitter  Montpellier et la Ligue 1 dans les jours à venir.  Après une première saison réussie dans l’élite française où il a signé 14 buts, l’attaquant des Ecureuils serait tout proche d’Huddersfield.  Le club promu en Premiere League anglaise est déjà tombé d’accord avec Montpellier sur un transfert aux alentours de 13 millions d’euros comme annoncé cette semaine. De son côté Mounié aussi discute contrat avec le club. L’opération devrait être officialisée dans les jours à venir.

Trabzonspor sur Didavi

Malgré le maintien de Wolfsbourg , Daniel Didavi  serait sur le départ. Après l’intérêt d’Hamburg autre formation de Bundesliga , cette semaine à en croire les médias allemands ,  Trabzonspor , 6e du dernier championnat turc voudrait s’attacher les services du  milieu offensif germano-béninois.

Géraud Viwami

 

Ecureuils Chan-amical : Côte d’ivoire – Bénin 1-1

Les Ecureuils locaux ont disputé ce soir à Abidjan contre la Côte d’ivoire leur quatrième match de préparation dans le cadre du premier tour du Chan 2018 face au Togo. Mené 1-0 grâce à un but de Diabaté (69e) , le Bénin égalisera à la 81e minute par le défenseur de l’Aspac Nabil Yarou. Troisième match nul consécutif pour les hommes d’Omar Tchomogo.

Amical Chan- Burkina Faso – Bénin : avec Yarou et Elègbède , la compo des Ecureuils

Les Ecureuils affrontent à partir de 17h de Cotonou, le Burkina Faso dans le cadre de la préparation du premier tour du Chan 2018 face au Togo. Omar Tchomogo a dévoilé la compo qui débutera le match avec quatre changements comparé à l’équipe qui a débuté au Caire en mars face à l’Egypte. En défense centrale, Nabil Yarou (Aspac) a été préféré à Ramane Adjanakou (JA Cotonou). Au milieu de terrain, Luc Cakpo (Aspac) perd sa place de sentinelle au profit de Gaston Houngbédji (Aspac)  . Et double changement sur le front de l’attaque, d’abord en pointe c’est le nouveau Jules  Elegbede (Energie) qui jouera et Waris Aboky (JA Cotonou) sera sur le flanc droit où Abdel Bouraima (Aspac) avait été aligné.  Tchomogo a reconduit son 4-3-3 habituel.

Géraud Viwami

Centre de formation de football : Tanéka, 14 ans après, état des lieux….

 

Nabil Yarou, international junior,formé au centre Tanéka, défenseur central Aspac, champion 2012

 

Dans un univers où les « académies » pullulent, nous avons voulu jeter un œil critique sur une des plus en vue, située à 600 kilomètres au Nord-Ouest de Cotonou la capitale économique du Bénin. Le « Sport, études, arts et métiers » Tanékas fort de ses 14 ans d’existence doit sa renommée au partenariat fructueux et envié avec l’Aspac, le club portuaire double champion du béninois…

 

Enquête réalisée à Natitingou par Aubay

Une après-midi tranquille à Natitingou, la séance des moins de 15 ans tire à sa fin. Le jeu, sur la pelouse synthétique est un peu haché. On sent bien la rentrée, avec les hésitations, le manque de cohésion collective. A intervalles réguliers après des phases de jeu, le coach Antoine Abatan qui signe son retour cette année stoppe la partie et fait ses mises au point. 3 semaines après la rentrée scolaire, la rentrée sportive du Seam Tanéka débute… Remontant le temps.

Le carder organise un tournoi de jeunes, nous sommes en 1998 dans le département de l’Atacora. A l’issue de la compétition, le président Adrien Houandjinou suggère la mise en place d’une sélection des meilleurs talents. L’idée est acceptée, le centre Sport études, arts et métiers (Seam) Tanékas est né.

Une maison sur une hauteur de Natitingou, puis les locaux de la direction départementale des sports vont tour à tour héberger la première promotion. La dimension associative va perdre son sens au fil du temps, et seul Adrien Houandjinou, raconte son fils, aujourd’hui administrateur de l’académie, va prendre à cœur le développement du Centre.

 

Partenariat et relance de la formation

70 millions de francs Cfa (près de 110 mille euros) pour financer le centre. C’est à peu près la moitié de ce que coûtait le Cifas avant sa fermeture. Mais pour une association, cela reste un gros défi. « Qu’est-ce qu’on y gagne ? » demande l’administrateur du centre.

Deux partenaires, le port autonome de Cotonou et une société privée agro-alimentaire, permettent au Centre de tenir l’équilibre depuis quelques années. Nous évoquerons plus loin, le 3e partenaire, plutôt limité dans le temps, l’Etat béninois à travers le ministère des sports.

« Au moment où les enfants ont commencé à briller en D2 et ont été champions départementaux, nous avons eu des problèmes d’arbitrage qui nous ont recalés 3 fois de suite», rappelle l’administrateur du Centre. « C’est là où, voyant qu’il n’y avait pas d’équipe de D1 dans la région, nous avons été sollicités par l’Aspac alors en D2. Le premier contrat stipulait que 13 joueurs du centre iraient à l’Aspac contre un soutien financier annuel de 13 millions de francs Cfa. » L’Aspac n’est pas un sponsor, mais un partenaire, estime-t-il avant de préciser «Les joueurs sont considérés comme prêtés à l’Aspac. Chaque fois qu’il y a un joueur défaillant, on le remplace. Deux ou trois joueurs ont déjà été dans le même cas. Cela doit faire toujours faire 12 joueurs du Seam Tanéka chaque saison dans les rangs de l’Aspac. »

Les années sont passées, mais le Seam Tanéka n’a pu avoir une promotion aussi brillante que la première. Quelques joueurs talentueux font leur apparition de temps en temps, sans plus. Rodrigue Houandjinou dissèque : « c’est possible pour nous de placer nos joueurs venant de la D2 à l’Aspac malgré le niveau élevé du club portuaire. C’est le cas de Nabil Yarou qui s’est imposé en deux matches comme titulaire. Sur les 3 dernières années, on est restés un peu statiques. Cela n’a pas trop marché. Je pense que nous avons beaucoup regardé la D2, en trahissant un peu notre mission de formateur.»

Pour lui, l’ex-coach principal Akouess Amidou s’est un peu trop concentré sur l’équipe première sans vraiment coordonner la formation.

 

Partenariat avec le ministère des sports

18 jeunes laissés en rade cette année…

(18 millions par an, sur 3 ans)

Ces trois dernières années de statisme coïncident pourtant avec le partenariat initié par le ministère des sports. L’accord a été signé avec le ministre Etienne Kossi. Une sélection de 30 jeunes a été mise en place. A raison de 600.000 Francs Cfa (un peu moins de 1000 euros) de scolarité par an par jeune, le Seam Tanéka bénéficiait de quelques 18 millions de francs Cfa par an.

Deux problèmes se posent à ce niveau. Le ministère des sports en  initiant ce partenariat n’a pas pris les dispositions pour que le centre dispose d’un technicien d’un très bon niveau pour conduire le partenariat. Les quelques initiatives en la matière sont venues du promoteur Adrien Houandjinou qui a sollicité à plusieurs reprises l’ex-sélectionneur Edmé Codjo. Au niveau du ministère des sports, on s’est concentré sur des rapports plus administratifs que techniques.

Le deuxième problème est lié au premier. Dans un pays où on a une direction du sport d’élite, peut-on prétendre qu’en 3 ans on peut faire d’un jeune de 14 ans un footballeur déjà sur le marché ? Même les plus talentueux pris avant 14 ans on besoin de 5 ans, dans un environnement très  structuré pour éclore et s’affirmer. Le ministère des sports en tablant sur 3 ans n’a pas vraiment mûri sa stratégie. « Le partenariat devrait être renouvelé, mais nous avons écrit au ministère des sports, sans suite. Les enfants ont commencé à la veille de la rentrée à appeler. Maintenant, nous avons décidé de récupérer les meilleurs environ 12 qui sont revenus et sont là actuellement», explique Rodrigue Houandjinou. Les 18 autres ayant été priés de rentrer chez eux.

L’argent de l’Etat a servi un temps, mais n’atteindra pas le but visé. Et ce ne serait pas la première fois, car en 1999 déjà, le centre Sainte Luce des Tori avait connu un soutien financier sans une vraie coordination.

 

Le centre aujourd’hui

45 pensionnaires, 4 encadreurs

« Nous avons l’ambition cette année de redorer notre blason, et de nous distinguer dans chaque tournoi de catégorie d’âge organisé », lance Rodrigue Houandjinou. Ainsi, à l’issue de l’année scolaire 2011-2012, beaucoup de jeunes ont été remerciés pour insuffisance de résultat ou pour indiscipline. « Certains étaient juste des cas sociaux dont les parents se débarrassaient en nous les envoyant au Centre.» Durant les détections, à Cotonou, 15 nouveaux jeunes ont été repérés, 8 seront retenus. A Parakou, 6 jeunes sont recrutés par le centre. 31 anciens de l’année précédente sont restés.

Le départ d’Akouess Amidou a changé la donne au niveau du centre. Les deux parties se reprochent des choses. Cette séparation reste « le plus gros transfert » de cette année dans le monde des académies. Les choses ont donc été réorganisées au niveau du Seam Tanéka. On observe le retour d’Antoine Abatan au niveau des moins de 15 ans, de façon ponctuelle. L’ex-capitaine et très talentueux milieu de terrain des Requins de la fin des années 1980, Combiéni Elie hérite des moins de 17 ans et de l’équipe de D2.

Deux autres encadreurs, l’ivoirien Alain Digbeu et le béninois Togo Yari Emmanuel (U13) sont les deux autres membres permanents de l’encadrement du Centre.

 

Equipe D2 et formation, la quête de l’équilibre

Le recours fait à Abatan à qui les moins de 15 ans ont été confiés est jugé comme très important. « Il est un formateur avec lequel on a déjà travaillé. Il revenu avec nous pour former les jeunes. Aujourd’hui, nous comptons 200 centres de formation au Bénin (Ndlr : initiatives de formation) et pour nous, il est question d’être présent à chaque tournoi. En dehors des U13, U15 et U17, deux pôles de formation ont été lancés à Tanguiéta et Djougou. Ces deux pôles fonctionnent comme des clubs de quartiers entraînés sur les horaires libres du programme scolaire. Le but étant, explique Rodrigue Houandjinou, de récupérer les meilleurs des ces pôles dans les catégories du centre.

 

Au-delà de l’Aspac, quel rayonnement pour le centre ?

Cette histoire est typiquement béninoise et reflète le niveau réel de la formation des jeunes footballeurs dans le pays. En 14 ans, quel joueur passé par le centre a pu s’engager en Europe ? Aucun. C’est ça la différence entre un centre dit de référence au Bénin, et qui reçoit des fonds public, et un centre d’un autre pays ouest-africain quel qu’il soit. Mouftaou Adou a bien failli signer en Autriche puis s’est cherché en Suède avant de revenir à Gagnoa en Côte d’Ivoire cette saison pour se relancer…C’est le seul. Pour le reste, le bout du tunnel est long, même si Nabil Yarou et Saturnin Allagbé actuellement titulaires en équipe nationale juniors et doublures chez les A ont des chances de s’expatrier un jour…William Dassagaté parti à l’Asec la saison dernière n’aura fait qu’un tour. Les fruits n’ayant pas tenu la promesse des fleurs, le milieu de terrain est revenu au pays, sans solution, remercié par le club abidjanais.

 

 

Encadré

En savoir plus…

1999 vainqueur coupe Abimbola

2001 stage de perfectionnement en France

Victoires sur équipe des 15 ans de Lyon 2-0

U15 de Relieux-la-Pape 5-0

U17 de Relieux-la-Pape 2-1

2002 et 2004 Championne de la Division2 régionale/ 3e de la D2 nationale

2005 Recrutement de 15 joueurs par l’Aspac

2006 Mondial Saint Pierre à Nantes (France)

5e sur 24 centres de formation

2006 Vainqueur U15 Tournoi international des académies de football de Cotonou

2007 Vainqueur de la coupe filière Coton

2007-2008 Championne de la ligue Donga

Août-Sep. 2008 : demi-finaliste tournoi des centres de formation Afrique de l’Ouest U18 à Niamey, Niger

Sep-Oct 2008 : 8 joueurs (Aspac) en sélections nationales

1 en équipe Espoir ; 2 en équipe U20 ; 5 en équipe U17