France : Sèssegnon marque le but du week-end !

Revenu en grâce dans l’équipe type de Michel Der Zakarian à Montpellier , Stéphane Sèssegnon (33 ans, 8 matches , 1 but en L1 française) a marqué son premier but de la saison contre Nice cet après-midi à l’occasion de la 10e journée de championnat. Le capitaine des Ecureuils a ouvert le score d’un tir aussi puissant que précis à la 55e minute qui a laissé Cardinale, le gardien niçois pantois. Sublime. Sans aucun doute l’un des buts de la saison.  Remplacé à la 71e minute , l’ancien parisien a rendu une copie propre et s’est vu ovationner par la Mosson à sa sortie. Montpellier remonte en milieu de tableau 11e avec 12 points.

Géraud Viwami 

Transfert : Mounié plus cher que Giroud !

Après l’officialisation de son transfert à Huddersfield  aujourd’hui Steve Mounié (22 ans) est devenu le joueur béninois le plus cher et pas que.

Son transfert vers Huddersfield a été officialisé aujourd’hui  pour un montant de 13 millions d’euros plus 2,5 millions d’euros en bonus, Steve Mounié (22 ans) est devenu le transfert la plus grosse vente de Montpellier. Il bat un record précédemment détenu par Olivier Giroud. L’international français avait quitté Montpellier pour Arsenal en 2012 pour 12 millions d’euros. Formé au club et après une seule saison complète en équipe fanion, l’international béninois a permis à son ancien club de réaliser une belle plus-value.

Dans son nouveau club, Mounié arrive comme le plus gros achat de l’histoire du club.  Les Terriers n’ont jamais autant misé sur un joueur. Mounié a battu le record d’Aaron Mooy recruté il y a quelques jours pour 12 millions en provenance de Manchester City.

Géraud Viwami

Transfert : Huddersfield officialise Mounié, qui devient le béninois le plus cher de l’histoire

Dans les tuyaux depuis plusieurs  jours c’est désormais officiel, Steve Mounié (22 ans) s’est engagé pour quatre ans avec Huddersfield en Premiere League anglaise pour  un transfert estimé à 13 millions d’euros en provenance de Montpellier et devient le footballeur béninois le plus cher de l’histoire.

Steve Mounié va découvrir l’Angleterre la saison prochaine.  L’attaquant aux 14 buts en 35 apparitions avec Montpellier en Ligue 1 la saison dernière a été transféré à Huddersfield promu en première division anglaise. Le club héraultais qui vient de perdre son président légendaire Louis Nicollin touche un chèque de 13 millions d’euros. L’opération a été officialisée ce jour et confirme les propos du joueur dans un entretien que nous avons relayé hier « Je suis un Terrier » surnom des joueurs d’Huddersfield. Mounié a signé un contrat de quatre ans et devrait toucher un salaire hebdomadaire d’un plus de 60 mille euros.

De l’autre coté de la Manche, Mounié sera en concurrence notamment avec le belge Depoitre arrivé de Porto il y a quelques semaines et le congolais Elias Kachunga meilleur buteur du club la saison dernière en deuxième division anglaise (12 buts). Le club qui a validé son ticket pour l’élite anglaise à l’issue des play off aura pour mission première de se maintenir.

Joueur béninois le plus cher !

A 22 ans seulement, le natif de Parakou s’offre un record de prestige en devant le joueur béninois le plus cher de l’histoire. En effet avec un transfert estimé à 13 millions d’euros, il devance Rudy Gestede  passé de Blackburn à Aston Villa pour 8,4 millions d’euros à l’été 2014 et Stéphane Sèssegnon passé du Mans au PSG en 2008 contre un chèque de 8 millions d’euros.

Géraud Viwami

Entretien : Mounié « je suis un Terrier  »

En partance pour Huddersfield, Steve Mounié (22 ans) a accordé un entretien  à nos confrères  de  Lindépendant.fr l’attaquant international béninois qui va quitter Montpellier parle essentiellement de son futur club en Premiere League anglaise. En attendant l’officialisation des deux clubs, Mounié a bel et bien confirmé son départ et validé sa future destination. 

Vous devriez désormais jouer dans le grand monde, la Premier League. En signant en Angleterre, vous changez de dimension…

L’Allemagne m’attirait aussi (Fribourg l’avait contacté). Mais l’Angleterre, c’est « The place to be ». Le rêve quoi ! Vous imaginez, évoluer à l’Emirates Stadium, Old Trafford, Anflield Road… Défier Manchester City, United, Arsenal, Liverpool, Tottenham… ça fait rêver. Me projeter marquer un but face à de telles équipes, rien que d’y songer, j’ai les poils qui se hérissent. L’ambiance est fabuleuse dans les stades. A Huddersfield, les 20 000 abonnements (John Smith’s Stadium contient 24 500 places) sont partis en un rien de temps. Quand j’étais petit, je portais un maillot d’Arsenal. J’étais supporter des Gunners parce qu’il y avait plein de joueurs français. Mais maintenant, je suis un « Terrier » (nom des joueurs d’Huddersfield). Je vais découvrir l’Angleterre, moi qui n’y ai jamais mis les pieds.

Connaissez-vous le calendrier d’Huddersfield ?

Nous allons à Crystal Palace, puis nous recevons Newcastle avant de disputer un tour de Coupe je crois. Les premiers matches, il va falloir que je marque mon territoire. Car en Angleterre, ça ne rigole pas, vous êtes bidon et vous être mis au placard. Même si vous avez coûté 13 millions d’euros. Rien que pour la montée, le club a touché 200 millions de droits TV. Alors recruter un avant-centre à 20 millions au mercato, ça ne leur fait pas peur.

Pourquoi avoir, a priori, choisi Huddersfield plutôt que Watford, l’autre club anglais qui souhaitait votre venue ?

À Huddersfield, les choses ont tout de suite été claires. Ils me veulent, je veux y aller, point. À Watford, le président est également propriétaire du club italien de Udinese. Le club souhaitait me recruter pour me prêter dans la foulée dans le club du Frioul, en Italie. Non, je n’étais pas d’accord.

Votre ex-coéquipier à Montpellier Stéphane Sessegnon, le capitaine du Bénin, qui a joué à West Brom ou Sunderland, vous a-t-il donné des conseils sur les travers à éviter en Angleterre ?

J’ai aussi discuté avec mon coéquipier de Montpellier Yacouba Sylla (Mali), qui a joué à Aston Villa. C’est amusant mais les deux m’ont invité à prendre un préparateur physique privé. Maintenant, à Huddersfield, l’entraîneur est Allemand. Ça doit bosser pas mal, alors peut-être que cela ne sera pas utile. Benjamin Stambouli, qui a joué à Tottenham, m’a prévenu que physiquement ça tapait fort en match comme à l’entraînement. Du coup, j’ai accentué un peu la musculation ces derniers temps (sourires). Ils m’ont également mis en garde contre le piège des filles qui sont de mèche avec les tabloïds pour déclencher des scandales. Avec moi, pas de danger. Je vais rester cool, tranquille. Bien concentré sur le job.

 

Huddersfield, c’est aussi le pays du XIII… Vous iriez soutenir les Dragons Catalans quand ils affronteront les Giants?

Malgré ma fibre catalane, je n’apprécie que très modérément le rugby. Alors je ne vous promets pas vraiment d’aller supporter les Dragons.

Quels souvenirs conserverez-vous de vos années Montpellier ?

J’y ai passé neuf années tout de même. Une très belle maison. Que de bons souvenirs avec ce titre de champion de France de CFA2. Et puis j’ai aussi participé au sacre de l’équipe une en Ligue 1. Bien sûr que je suis triste de quitter l’Hérault. Mais avec le chèque que va toucher le club, je me dis que c’est un bon renvoi d’ascenseur. Mais pour moi, tout a commencé à Nîmes en Ligue 2 il y a deux ans. Un club qui avait démarré le championnat avec moins 8 points et avec lequel je me suis éclaté en marquant 11 buts. Et puis dans le Gard, quelle passion. Là-bas, je suis arrivé enfant et j’en suis parti homme.

 

  • Réalisé par Arnaud Hingray pour Lindépendant.fr

 

Entretien : Sèssegnon «  je n’ai vraiment aucun regret  »

En fin de saison, Stéphane Sèssegnon a accordé il y a quelques jours un entretien à nos confrères de So Foot. Le capitaine des Ecureuils revient sur sa saison à Montpellier, ses années parisiennes et ses choix de carrière.

 

On arrive à la fin de ta première saison montpelliéraine, sur un plan personnel, qu’en penses-tu ?

Le fait d’avoir enchaîné les matchs et d’avoir enfin pu vraiment jouer est une satisfaction. Mais je ne suis jamais vraiment satisfait. Je pense que j’aurais pu apporter plus à l’équipe, notamment en matière de passes décisives ou de buts.

 

Pourquoi être revenu en Ligue 1 à Montpellier ?

Les discours du coach et du président étaient intéressants. J’avais d’autres propositions, mais ça tardait à se concrétiser, Montpellier m’a appelé et j’ai sauté sur l’occasion parce que j’avais besoin de retrouver les terrains. Pour moi le plus important était d’avoir la possibilité de pouvoir rejouer, et d’avoir le soutien du président et du coach. Montpellier était vraiment une belle opportunité que je ne pouvais pas laisser filer.

Comment considères-tu tes six saisons passées en Angleterre ?

Ça a été une belle expérience. Je suis allé en Angleterre pour découvrir certaines choses. Je pense que j’avais encore les moyens de continuer là-bas, mais bon le destin en a décidé autrement. Dans la vie d’un footballeur, ça arrive de devoir revenir au point de départ. Mais je suis satisfait de ces années là-bas, parce qu’il m’a fallu m’adapter au jeu anglais. Même si ça ne s’est pas toujours bien passé, j’en garde un bon souvenir.

 

Tu parles de revenir au point de départ, tu as vécu ça comme un retour en arrière, le fait de revenir en Ligue 1 ?

Il ne faut pas voir les choses comme ça. J’ai quitté le championnat, j’y suis revenu, il a beaucoup évolué depuis mon départ, il faut le dire. La Ligue 1 fait partie des plus grands championnats européens aujourd’hui. Donc revenir en France pour moi, ça n’est pas un pas en arrière, au contraire, le fait de rejouer ici m’a fait du bien, ça n’est pas du tout un échec.

 

Justement, après six ans d’absence as-tu trouvé le championnat changé ?

Oui bien sûr, en six ans la Ligue 1 a bien changé surtout au niveau de l’intensité et au niveau du jeu. Ça a beaucoup évolué, je pense qu’il y a plus de talents aujourd’hui. Quand on voit une équipe comme Nice qui arrive à être dans les trois premiers du championnat, c’est différent de l’époque où j’étais au Mans ou au PSG

Estimes-tu que ton passage à Paris a été un tournant dans ta carrière ?

Ah oui, bien sûr, ça a été un vrai tournant. À l’époque, jouer dans un club comme Paris, ce n’était pas évident. Ça m’a ouvert des portes au niveau de l’Angleterre. Je ne suis pas resté longtemps dans ce club, donc quand je suis parti, ça n’a pas été une vraie séparation. Mais être à Paris m’a permis d’avoir une certaine notoriété et d’avoir une visibilité dans les championnats étrangers. Même si j’ai eu des hauts et des bas, comme souvent chez les joueurs, j’ai de bons souvenirs de ces trois années parisiennes. Le meilleur reste de loin la victoire en Coupe de France. On n’était pas bien en championnat, et cette victoire nous a permis de sauver notre saison.

 

Depuis tes débuts, il t’a souvent été reproché ton manque de régularité, comment expliques-tu cela?

Moi, je ne vois pas les choses de cette manière, je ne pense pas avoir un souci de régularité en particulier. On fait tous le maximum pour être performant tout au long de la saison, mais il y a des moments où ça n’est pas évident, où on est moins bien, ça arrive à tous les joueurs. Je ne suis pas d’accord avec ceux qui me disent que je ne suis pas régulier. Je pense qu’on me le reproche parce qu’avec la qualité et le potentiel que j’ai, je suis capable de faire encore plus, et de faire beaucoup mieux. Là dessus, je peux comprendre la critique des gens.

Qu’est-ce qui t’a manqué selon toi pour passer un palier ?

Je ne peux pas répondre à ça, je ne sais pas. Ce n’est que du football, il y a une saison où tu peux flamber, la saison d’après tu peux être moyen, c’est aussi ça qui fait la beauté de ce métier. Pour rester un top joueur, il faut être toujours bien, et ça n’est pas mon cas, c’est dommage, mais c’est comme ça.

Tu as fait quelques conneries plus jeune, est-ce totalement derrière toi aujourd’hui ?

Oui, avec l’âge je les ai laissées derrière. Après, c’étaient des bêtises de jeunesse, qui ne m’ont pas facilité les choses, notamment d’avoir le plan de carrière que j’aurais souhaité. Mais avec l’âge, j’essaye d’être un peu plus parfait, même si on ne peut jamais l’être.

À trente-deux ans, tu es proche de ta fin de carrière, quel regard portes-tu sur celle-ci?

Je suis satisfait. Comme je l’ai toujours dit, on a la chance de faire un métier que d’autres personnes rêvent de faire. Le métier est tellement difficile, il y a tellement de personnes qui veulent jouer au football et qui n’y arrivent pas. Quand on a la chance de jouer et de participer, comme moi dans tous les clubs où je suis passé, à 80% des matchs, c’est une satisfaction. En plus, j’ai eu la chance d’évoluer dans des clubs comme le PSG. Si je regarde mon parcours, je suis satisfait, jamais je ne me dirai : « J’aurais pu. » Je n’ai vraiment aucun regret.

 

PROPOS RECUEILLIS PAR MAEVA ALLICHE pour SO FOOT

Montpellier: Sèssegnon « apporter mon expérience »

Au lendemain de sa signature à Montpellier en Ligue 1 française , le capitaine des Ecureuils a accordé un entretien à nos confrères de FranceFootball. Substance.


«Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre Montpellier ?

J’avais besoin de revenir en France après six bonnes années en Angleterre. C’était une belle opportunité pour moi de revenir, de rejouer au foot.

Retrouver Frédéric Hantz, qui vous avait lancé au Mans, a été un facteur important ?

J’ai échangé avec lui avant de venir. Ces discussions ont influencé mon choix. On a discuté comme des hommes. Il m’a dit ce qu’il attendait de moi. Il a été sincère, correct, ça m’a fait prendre conscience que je revenais dans un Championnat que j’avais quitté depuis longtemps. J’avais besoin d’un entraîneur qui pourrait me faire confiance tout de suite. Je me suis dit que c’était un bon challenge.


Que pensez-vous apporter à cette équipe ?

Ça fait deux jours que je suis là et j’ai vu une bonne équipe de Montpellier à l’entraînement, avec des joueurs de talent. Je vais tenter d’apporter mon expérience. A moi aussi d’apporter ce petit truc qui manquait. Mais les réponses, on les verra sur le terrain.

Comment vous sentez-vous physiquement ?

Je ne suis pas encore prêt. La trêve internationale, la semaine prochaine, va me donner la chance de me préparer au maximum pour être prêt à commencer un match. Mais on va voir comment je serai durant les entraînements cette semaine. Le plus important est d’être à 100% pour commencer.

A quel poste allez-vous évoluer ?

L’entraîneur sait que je peux jouer attaquant ou dans un milieu à trois. L’idéal serait d’être dans une position où je pourrais apporter tout de suite.»

Source: Francefootball.fr

Transfert : Montpellier engage Sèssegnon ! (Officiel)

Malgré les rumeurs de revirement de situation de ces derniers jours, Stéphane Sèssegnon (32 ans) portera les couleurs de Montpellier en Ligue 1 française, l’arrivée du joueur a été officialisée ce jour même.

Stéphane Sèssegnon (32 ans) fait officiellement son retour dans le championnat de France, libre après trois saisons à West Brom en première division anglaise, le milieu offensif s’est engagé avec Montpellier pour les deux prochaines saisons. Le capitaine des Ecureuils qui avait passé sa visite médicale jeudi dernier est revenu comme prévu parapher un contrat de deux saisons avec l’actuel 16e de Ligue 1. En quête de renfort offensif, les champions de France 2012 réalisent une belle opération puisque l’ancien parisien débarque gratuitement. L’expérience de Sèssegnon qui compte 121 apparitions pour 15 buts en Ligue rendra bien des services au club héraultais.

Retrouvailles avec Hantz et Mounié

Six ans après son départ du PSG, il retrouve la Ligue 1 qui l’avait révélé au monde entier mais aussi Frédéric Hantz, le coach qui l’avait lancé dans l’élite française lors de son passe au Mans. Sèssegnon portera le numéro 28 et retrouvera un autre international béninois, l’attaquant Steve Mounié. Montpellier sera son quatrième club dans l’Hexagone après Créteil, Lemans et le PSG et son sixième club sur le Vieux Continent. Il quitte donc l’Angleterre après six saisons passées entre Sunderland et West Brom.

Géraud Viwami

Transfert : après avoir passé sa visite médicale, Sèssegnon tout proche d’un retour en France !

Longtemps annoncé en Angleterre Stéphane Sèssegnon (32 ans) serait tout proche d’un retour en Ligue 1 six ans après son départ du PSG. Le capitaine des Ecureuils a passé sa visite médicale à Montpellier ce matin et devrait signer un bail de deux ans dans les 48 heures à venir.

Stéphane Sèssegnon n’est plus loin d’acter son retour sur les pelouses de Ligue 1. Montpellier a flashé sur le capitaine des Ecureuils libre de tout contrat après trois saisons à West Brom en première division anglaise. Arrivé à Montpellier depuis mardi dernier, Sèssegnon a passé sa visite avec le club héraultais ce matin et devrait signer son contrat avant l’officialisation de ce mouvement par les champions de France 2012. Les dirigeants héraultais sont plutôt confiants “Tout est ok pour nous, explique Laurent Nicollin, le président-délégué du MHSC. La visite médicale est ok, nous nous sommes entendus sur les conditions salariales et le contrat est prêt. Simplement, le joueur nous a demandé quarante huit heures supplémentaires afin de régler quelques affaires personnelles à Londres, où vit sa famille.”

Sauf rebondissement, Sèssegnon sera le joker offensif de Montpellier, sèchement battu par Lyon hier 5-1 en championnat. L’ancien parisien retrouvera, Frédéric Hantz, l’entraîneur qui l’avait lancé en Ligue 1 il y a une dizaine d’année sous les couleurs du Mans. L’ancien parisien devrait assister au match de la 7e journée de Montpellier contre Metz à la Mosson samedi prochain dans le sillage de l’officialisation de sa venue. Dénouement attendu d’ici la fin du week-end prochain.
Géraud Viwami

Entretien : Mounié « faire mon trou en Ligue 1 »


Revenu à Montpellier après une saison en prêt à Nîmes en Ligue 2, Steve Mounié (21 ans) s’est confié à Bjfoot.com en exclusivité. L’attaquant des Ecureuils parle l’exercice précédent, sa préparation estivale, ses ambitions avec les Héraultais, les Ecureuils, et les Bjfoot Awards. Entretien.

Après vos onze buts en Ligue 2, la saison dernière, vous en avez déjà planté deux avec Montpellier lors de la préparation estivale vous êtes déjà chaud pour la Ligue 1 cette année ?

Oui c’est vrai que la saison démarre bien pour moi, je reviens dans mon club formateur, j’arrive en conquérant en essayant de faire mon trou en Ligue 1.

Un bilan de votre saison écoulée Nîmes au delà de vos statistiques qui ont été plutôt satisfaisantes ?

La saison dernière a été assez compliquée parce qu’on est parti avec l’équipe de Nîmes avec un déficit de moins huit points en début de saison. Donc mentalement ça été dur. Tout au long de la saison pour essayer de remonter ces points. Au final, on est fiers d’avoir réalisé ce challenge, ca vous fait forcément grandir. Au-delà des stats j’ai eu l’opportunité de pourvoir jouer une trentaine de matches en Ligue 2 (32 plus précisément). J’ai gagné en maturité en expérience et il n’y a pas mieux.

Vous avez connu des bouts de matches en Ligue 1 la saison dernière avant d’être prêté dans les ultimes instants du mercato, le nouveau coach Frédéric Hantz vous a donné des garanties pour la saison à venir ?

Déjà que ce soit même au sein de l’administration ils ont montré une volonté de me garder par le fait que mon contrat a été prolongé de deux années. C’est une volonté du coach de pouvoir m’avoir dans son effectif. Maintenant c’est à moi de gagner ma place de montrer au staff que je suis capable d’évoluer en Ligue 1. Ma prolongation est une bonne chose et prouve qu’on compte sur moi pour l’avenir au sein du club.

« Les Ecureuils ? Je suis venu quand je me suis senti prêt »

Vous étiez dans le groupe pro de lors de la saison dernière, est-ce que vous vous sentez plus aguerri qu’à l’entame de l’exercice précédent ?

L’année dernière je me sentais déjà prêt à affronter la Ligue 1 après ça été un choix de l’ancien coach qui était en place. J’ai été obligé d’accepter et me concentrer vite pour pouvoir effectuer ma saison avec Nîmes. J’ai entamé la préparation comme l’année dernière avec un état d’esprit de combattant, en voulant donner le maximum en me préparant au mieux. Je suis quelqu’un qui travaille beaucoup, je bosse au maximum pour être prêt pour la saison à venir.

Alors si vous devez définir une saison réussie en Ligue 1 ?

Mon objectif c’est de faire du mieux possible quand je vais entamer la saison. Donner le maximum sur le terrain pour marquer et réaliser les meilleures performances possibles. Pour l’instant je n’ai pas d’objectif précis en tête on verra au cours des premiers matches comment ça se passe. Parce que je découvre quand même le niveau donc. Je me fixerai les objectifs en fonction.

Parlons de votre statut d’international avec les Ecureuils que vous avez rejoint récemment après plusieurs années d’attente comment vivez vous cette expérience internationale avec le Bénin ?

Les Ecureuils c’était un choix assez facile. Un choix du cœur. Je suis natif de Parakou, j’ai grandi au Bénin, je viens régulièrement en vacances. Pour moi le Bénin c’est mon pays, le choix n’a pas été difficile à faire. C’est vrai qu’on m’avait déjà appelé auparavant mais comme j’étais assez jeune je ne me sentais pas prêt à venir en sélection. Je préférais être bien aguerri et évoluer dans le monde professionnel avant de me dire que je vais être international béninois. Pour donner le maximum de mon talent aux Ecureuils. Donc quand je me suis senti prêt je suis venu. Au sein groupe, on vit bien. Je me sens bien, j’aime venir en sélection. Je suis content de retrouver les amis béninois et ça toujours plaisir de jouer pour le pays. J’espère avoir une longue carrière avec les Ecureuils.

En septembre contre le Mali à Bamako, le Bénin va disputer un match ultime et important pour les qualifications de la Can, comment entrevoyez-vous ce rendez-vous qui pourrait ouvrir les portes d’une quatrième Can aux Ecureuils, après être passé près de l’exploit à l’aller à Cotonou ?

Personnellement je ne trouve pas que ce soit un exploit de battre le Mali. L’équipe que nous avons actuellement a les moyens de battre beaucoup d’équipes africaines. Personnellement je pense que nous devons aller au Mali en cherchant la victoire parce que c’est uniquement la victoire qui nous qualifiera de toute façon. Le Mali on sait que c’est une équipe qu’on peut battre il n’y a aucune peur à avoir. Aujourd’hui nous connaissons nos qualités, nous pouvons battre le Mali chez lui.

En janvier dernier vous étiez nominé dans la catégorie « Meilleurs Espoirs » des Bjfoot Award 2016 mais vous n’aviez pas gagné…

Je suis vraiment déçu mais ça fait toujours plaisir d’être nominé déjà.

Pour finir ?
Je remercie la rédaction de Bjfoot, c’est toujours un plaisir de lire les articles sur les internationaux béninois. Mais également aux lecteurs et aux supporters de la sélection.

Entretien réalisé par Géraud Viwami

Montpellier : Mounié prolonge jusqu’en 2019 !

Après un prêt convaincant à Nîmes en Ligue 2 où il a marqué 11 fois et signé passes décisives , Steve Mounié ( 21 ans) est de retour à Montpellier pour cet exercice. L’attaquant béninois va faire long feu au club, à un an de la fin de son contrat, il a prolongé de deux saisons jusqu’en 2019. Frédéric Hantz , le coach héraultais a déjà annoncé qu’il comptait bien utiliser le natif de Parakou en Ligue 1. Mounié devra rendre la confiance du club sur le terrain.

Géraud Viwami

Transfert : Mounié prêté à Nîmes, Hountondji à Auxerre

Dans les dernières heures du mercato, Steve Mounié (Montpellier) Cédric Hountondji (Rennes) les deux joueurs franco-béninois ont été prêtés en Ligue 2 jusqu’à la fin de la saison.

Attendu à Cotonou pour rejoindre les Ecureuils, l’attaquant Steve Mounié (20 ans, photo) a quitté Montpellier dans les dernières heures du mercato. Mounié a été prêté une saison à Nîmes 20e de Ligue 2 sans option d’achat. L’attaquant avait joué quelques minutes lors des deux premières journées de championnat en Ligue 1. C’est évidement un choix pour avoir plus de temps de jeu. Mounié est attendu par Omar Tchomogo pour étoffer l’attaque des Ecureuils actuellement en stage de préparation du match de dimanche prochain contre le Mali.

C’était dans les tuyaux depuis plusieurs semaines, le défenseur Cédric Hountondji (21 ans) a été finalement prêté une saison à Auxerre 13e de Ligue 2. Le franco-béninois n’avait encore fait aucune apparition dans le groupe de Philippe Montanier cette saison en Ligue 1. Déjà prêté la saison dernière à Châteauroux en Ligue 2, il retrouve un championnat qu’il connait bien pour y avoir fait 30 apparitions sous le maillot castel-roussins.

Géraud Viwami

Ecureuils: Gounongbé forfait , première pour Mounié

Alors qu’on pensait que sa bonne forme profiterait aux Ecureuils face à la Tanznie , Frédéric Gounongbé est finalement forfait et c’est le jeune attaquant franco-béninois , Steve Mounié qui est convoqué pour la première fois avec les Ecureuils.

Didier Ollé-Nicole , sera privé d’un élément en forme contre la Tanzanie , auteur de neuf buts en neufs journées de championnat belge , Frédéric Gounongbé est blessé. L’attaquant est touché aux ischio-jambiers, une blessure contractée le weekend dernier contre le Cercle Brugges , il devrait être indisponible au moins un mois. Une mauvaise nouvelle pour Westerlo qui sera privé d’une de ses pierres angulaires en ce début de saison.

Première pour Mounié !

Face à ce forfait inattendu ,Ollé-Nicolle a décidé de convoquer l’attaquant franco-béninois, de Montpellier Steve Mounié (20 ans, debout au milieu sur la photo). A ne pas confondre avec Anthony Mounier, l’ancien Lyonnais, qui évolue régulièrement avec l’équipe première de Montpellier.

Mounié (189m) est un attaquant puissant avec un profil similaire à ce lui de Gounongbé. En terme de statistiques cette saison, il est passé pro cette année , il a disputé 6 matches pour trois buts avec l’équipe réserve héraultaise en CFA. Puis il a fait deux apparitions sur le banc de touche en ligue 1 sans entrer en jeu (Contre Bordeaux et Guingamp).
Mounié avait été déjà convoqué avec les juniors lors de la préparation de la Can Algérie 2013. Mais il n’a pas été retenu finalement pour la phase finale. Le natif de Parakou, qui a fait quelques apparitions dans les équipes de France de jeunes, vivra une première avec les Ecureuils.
Géraud Viwami

Jonathan Tinhan va enfin signer à Montpellier

Jonathan Tinhan va découvrir la ligue 1



Libre de s’engager où il le veut après la liquidation judiciaire du GF 38, Jonathan Tinhan va officiellement rejoindre Montpellier, rapporte L’Equipe. L’attaquant de 22 ans a enfin reçu la lettre lui signifiant la nouvelle situation de son club formateur, ce qui lui permet de signer désormais sans indemnité de transfert. Le contrat qui l’attend dans l’Hérault porte sur quatre ans.

(source : francefootball)