Demande de reprise de l’Ag de la Fbf : Modeste Kérékou restaure l’autorité de l’Etat

 

La procédure a duré deux semaines et au bout, la sanction est tombée : Modeste Kérékou et son cabinet ont décidé de la reprise de l’Ag contestée du 15 avril 2011. Raison : des irrégularités observées ont envenimé la crise, au lieu de la résoudre.

Le courrier qu’il recevra ce lundi ne plaira pas à Moucharafou Anjorin. La raison est simple : son assemblée générale tant contestée est rejetée par le ministre des sports. Les raisons sont nombreuses.

Le non respect des textes, de l’autorité, de l’esprit de la décision e la Fifa du 3 mars, la mise à l’écart d’un bon nombre d’acteurs et enfin la création d’un nouveau corps électoral au lieu de reconduire le précédent ont amené le ministre Kérékou a rejeté les conclusions de l’Ag du 15 avril 2011.

Les documents procéduraux ont été transmis en partie, mais les documents détaillés demandés par le ministre Kérékou ne sont jamais arrivés sur sa table. De guerre lasse, Modeste Kérékou a dû constater par les enquêtes menées, que l’Ag n’a pas jugulé la crise comme tant voulue. Et qu’au lieu de calmer les choses, l’Ag du 15 avril a plutôt remis dans la rue les footballeurs professionnels et les clubs. Ces derniers n’ayant pas été convoqués à l’Assemblée générale extraordinaire.

Aubay

 

Le camp Anjorin veut-il faire suspendre le Bénin ?

Après la vague de démissions du 20 décembre, Modeste Kérékou en lisant les textes de la Fbf avait avancé que Bernard Hounnouvi était en tant que Directeur exécutif, son seul interlocuteur. La Fifa, saisie par Anjorin a volé au secours de ce dernier en agitant les sanctions habituelles. Le ministre s’est rétracté. Depuis, c’est la Fifa qui a géré l’affaire jusqu’à la l’Ag très contestée du 15 avril. Au sortir de cette Ag, la crise a pris une autre tournure. Le ministre ayant pris ses responsabilités, le camp Anjorin, irrité par les enquêtes ministérielles s’apprête, selon nos sources, à faire suspendre le Bénin en invoquant une « ingérence » du ministre des sports. Cette « ingérence supposée et surement imaginaire », clame-t-on du côté des clubs privés d’accès à l’Ag. En effet dans le cas d’espèces, et comme on l’a souligné lors de nos précédentes éditions, deux clubs ont été représentés par des délégués fictifs non mandatés. C’est donc « une fraude avérée » que dénoncent les présidents d’Aspac et d’Eternel saisis par le ministre. Ceci n’est pas du goût du camp Anjorin qui espérait vivement que le ministre fasse corps avec la décision de la Fifa. Ce dernier ayant choisi de poursuivre ses enquêtes, il est désormais menacé avec les sanctions de la Fifa. Une manœuvre tirée par les cheveux et qui a pour but de faire plier le gouvernement du « petit » Bénin, dont les textes (chartes des sports et statuts-types des associations) ne sont pas respectés.

Aubay