Tchomogo , Omotoyossi, Poté, Suanon , Aoudou , Tamou: Le Bénin à la recherche du buteur-référence

La quatrième journée de la ligue 1 a été marquée par le triste record de trois buts seulement inscrits sur les sept matches. Le pis total sur une journée de championnat béninois. Des buteurs est-ce qu’on en a au Bénin ? Le Bénin cherche encore son buteur-référence à l’image d’un Eto’o au Cameroun ou Drogba en Cote d’ivoire.  Nous  vous proposons un sujet spécial sur la question.

 

 

On s’est vraiment ennuyé ; le weekend dernier sur les stades béninois avec les cinq nuls vierges enregistrés. Une pauvreté qui n’est pas le fruit du hasard. Le problème de réalisme chez nos attaquants persiste depuis des années. La moyenne du meilleur buteur depuis dix  ans tourne autour de 10 buts, seule Franck David Gnahoui a cassé la baraque en inscrivant 22 buts en 2007. Il est tout de même clair que seule une meilleure détection et une meilleure formation peuvent y remédier.  Un ancien sélectionneur des Ecureuils avait raison de dire  «  qu’il nous fallait créer des écoles spéciales pour les attaquants béninois »  En attendant, parlons des buteurs béninois.

 

Tchomogo , buteur-essentiel

Grand artisan de la qualification du Bénin à la Can 2004 avec six réalisations (dont cinq pénaltys). Omar Tchomogo (36 ans et retraité)  s’est révélé comme un buteur identifié aux yeux du public surtout en sélection. Même s’il a avait un style plus discret en attaque, il aimait beaucoup décrocher et comptait sur sa superbe qualité de frappe.  Il a fait une carrière modeste en passant la ligue 1 française, le Portugal et le Qatar, Tchomogo n’a pas de grandes statistiques sur le vieux continent. 9 buts en 2002-2003 avec l’ASOA Valence en ligue 2, c’est son meilleur total sur une saison. Influent il est à préciser que Tchomogo était habitué à marquer des buts décisifs aussi.

On pourrait également citer Léon Bessan , l’ancien des Requins passé par le Golfe aussi. Faute de parcours européen il n’a pas vraiment été connu.

 

 

Omogoal, le gâchis

Annoncé comme un vrai buteur de type africain avec son style puissant et sa hargne, le taureau de Pobè n’a pas fait la carrière qu’il fallait. Révélé lors de la Can junior 2005  il a séduit le grand public en 2008 avec Helsingborg. Razak Omotoyossi (28 ans) avait fini meilleur buteur championnat suédois avec 14 buts. Il est d’ailleurs le seul joueur béninois à avoir été meilleur buteur d’un championnat européen de première division. La suite vous la connaissez, il a préféré un exil en Arabie Saoudite, plutôt que de rejoindre l’Allemagne ou les pays Bas. C’est sûre il aurait pu faire une meilleur carrière.

En sélection, Omogoal a confirmé en devenant le meilleur buteur actuel de la sélection A avec 20 buts en 44 matches officiels.

Poté , la maturité tardive

Le public béninois ne l’a découvert qu’avec les Ecureuils, Michael Poté (29 ans) connait une sorte de maturité tardive en tant que buteur. Capable de jouer en pointe ou sur le coté, il a un sang-froid face aux buts identique à celui des vieux briscards italiens.  11 buts en 22 matches en 2011-2012 avec Dynamo Dresden c’est son meilleur total sur une saison de championnat. En Allemagne il est reconnu comme un buteur de métier et courtisé. L’année 2012-2013 sera moins bonne avec 6 buts en 19 matches. Avant de traverser la Ruhr il s’était révélé avec Clermont (ligue 2 française)  en 2008-2009 grâce à ses 7 buts marqués. La même année où il a rejoint les Ecureuils. Sous le maillot jaune,  en 24 apparitions il marqué 4 fois seulement.

Cette saison en cours, il n’a marqué que deux buts pour l’instant.

 

A la suite de cette génération il y a la nouvelle révélée à partir de la ligue professionnelle de 2009.

Suanon, le grand espoir !

A 18 ans  l’attaquant de l’Etoile du Sahel est considéré à juste titre comme un crack de standing international. Meilleur buteur de la saison 2010-2011 (inachevé) avec 13 buts en 16 matches alors qu’il avait à peine  16 ans, Abdel Fadel Suanon (photo) a tout pour faire une très grande carrière. Rapide, dribleur avec un sens du but redoutable. Celui qu’on surnomme Monsieur But fait déjà des stats en Tunisie avec la réserve de l’Etoile du Sahel cette saison il a inscrit 3 buts en six matches avant d’être propulser en équipe première 2 buts en 4 apparitions (2 titulaires et 2 remplaçants). Ces deux premiers buts inscrits sur un doublé dès sa première titularisation.

En sélection nationale Suanon est tout aussi performant, il a déjà fais 10 apparitions officielles toutes catégories confondues (junior, espoir et A’) pour  5 buts marqués. Il a été notamment le 2e meilleur buteur du dernier tournoi de l’Ufoa avec 3 buts en autant de matches joués. Il mérite de faire ses débuts prochainement avec les A.

Aoudou , la renaissance du héros

Révélé avec les juniors béninois grâce à son triplé contre le Maroc en 2008. Il va faire encore mieux un an plus tard avec les A. Surnommé le buteur-héros  après ses buts décisifs avec les Ecureuils contre le Mali et le Ghana lors des éliminatoires de la Can 2010 à Cotonou, Mohammed Aoudou (23 ans)  a bien eu du mal à confirmer ses talents de buteurs en clubs. Après une année d’apprentissage à Evian (quand le club était en National), c’est sous les couleurs de l’As Tonnerre au Bénin 2011-2012  qu’il va confirmer.   Aoudou avec 10 buts avait fini meilleur buteur du championnat béninois avant de prendre la direction de Meknès. Souvent utilisé comme un pivot à cause de son  jeu de tête et sa qualité athlétique, il ne marque pas assez. Arrivé cette saison  à la JS Saoura en Algérie, il se signale avec 6 réalisations en 16 journées, il est l’actuel deuxième meilleur buteur du championnat algérien. Il espère passer la barre de la dizaine de buts, lui qui est déjà très suivi sur le Vieux Continent.

Tamou , pépite en attente de confirmation !

Passé par le Cifas, il progresse bien dans le championnat local depuis trois exercices. Afissou Tamou arrivé à l’Aspac cette saison sera l’un des buteurs les plus suivis de la ligue 1. Meilleur buteur de la saison précédente sous les couleurs du Mogas avec 10 réalisations. Très explosif, difficile à tenir en un contre-un-un il a une soif de buts qui grandi au fil des saisons. Il joue cette année pour la confirmation, lui qui est déjà très suivi par les recruteurs. Il compte déjà 2 buts en quatre journées.

 

 

Au delà de ses jeunes pouces, on peut citer d’autres buteurs révélés dans le championnat local qui n’ont pas confirmé. Yaovi Bézo , meilleur artificier de la ligue pro en 2010 avec 14 réalisations, entre blessure et baisse de forme , il n’a plus jamais retrouvé son meilleur niveau. Auteur de 13 buts en 2010 aussi, Christian Kotchoni , ancien des Requins aussi s’offre actuellement un second souffle au FC Cape Town en Afrique du Sud. Franck David Gnahoui malgré ses 22 buts avec Energie en 2007  n’a jamais confirmé avec ses multiples passages en République Tchèque.

 

Les anciennes gloires à retenir

Ils n’ont pas eu la chance de faire de grande carrière à l’international, ni de gagner de grand titres, leur reconnaissance était local mais très mérité. Issus des générations 80-90,  Charles Ahouandjinou , Marouf Adéchokan  et Emmanuel Chèchè peuvent être cités comme les vrais buteurs de leur époque. Précisions tout de même que Chèchè a pu monnayer des talents de buteurs dans le championnat nigérian où il a toujours une forte réputation.

 

Géraud Viwami