Découverte : Ogoulola, du quartier au banc des Ecureuils

A 17 ans et 4 mois il a battu un record de précocité en prenant siège dimanche dernier sur le banc des Ecureuils contre la Gambie au stade Mathieu Kérékou, Ibrahim Ogoulola, le milieu de terrain prometteur des Requins vit un réveil éveillé. Récit d’un gamin passé de son quartier à l’équipe nationale en une année scolaire.

Il n’a pas eu sa première cape avec les Ecureuils mais il a vécu une après-midi qu’il n’oubliera pas de si tôt dimanche dernier. Quand nous l’avons rencontré le lendemain il ne réalisait toujours pas «je me disais que ce n’était pas vrai. j’étais touché et j’ai pleuré» disait-il. Avant d’en arriver à cette forte sensation dominicale, il a d’abord fait face à une première semaine de travail parmi ses idoles. Travailleur, il a été franc sur ses difficultés d’adaptation «la première séance à été dure. J’ai dû m’adapter au rythme des pros. Il y a eu l’ambiance lors du bizutage qui m’as mis à l’aise dans le groupe» nous a t-il raconté.

5 matches 2 buts avec les A’

Il faisait partie de la génération des juniors disqualifiés lors des qualifications de la Can 2017. Ensuite il a rejoint les Requins lors du tournoi de mis en jambe. Avec les Awissi-Wassa, il tape dans l’œil de tous malgré sa jeunesse et son gabarit peu impressionnant.

Avant d’être intégré chez les A, «Ib» a d’abord fait forte impression chez les A’ pour la préparation des qualifications du Chan 2018, où il s’est discrètement et progressivement imposé. Convoqué par Omar Tchomogo lors des premiers stages de la sélection locale en février dernier, il a vite gagné sa place de titulaire. En mars, il était aligné d’entrée au Caire  contre les Pharaons locaux. C’était sa première apparition sous les couleurs nationales et il avoue que son baptême n’a pas été facile « De tous nos matches amicaux c’était le plus difficile. Les égyptiens étaient trop rapides. Le rythme était élevé» analyse t-il. Mais il conserve sa place dans le milieu à trois du sélectionneur et rend des copies propres lors des quatre matches de préparation suivants. Il signera son premier but international contre le Burkina Faso à Cotonou le 21  mai dernier au stade Mathieu Kérékou (2-2). Il confirme sa bonne réussite du moment en marquant quelques jours plus tard contre Ghana à Accra (1-1). Lors du dernier match de la série face à la Côte d’ivoire à Abidjan, «Ib» se montre une fois encore à la hauteur. Quelques jours plus tard il fait partie des huit locaux intégrés à l’équipe  fanion  face à la Gambie pour la première journée des qualifications de la Can 2019.

Un peu d’Iniesta et de Verratti

Sa jeune carrière a débuté dans son quartier il y a quelques années à la Jeunesse Sportive de Wologuèdè. Puis il rejoint l’As Dongat en 2013 en troisième division amateur. A l’époque il était encore attaquant « j’étais attaquant de pointe, pour notre premier match de la saison à René Pleven contre Joaca , nos milieux étaient absents. Le coach Frédéric Acakpovi m’a replacé au milieu. Puis j’ai été désigné homme du match» Depuis cette performance  il a changé de poste . Doté d’une bonne vista et d’une qualité technique au dessus de la moyenne il fait aussi parler son intelligence de jeu. Il est aussi à l’aise dans un rôle de relayeur qu’en meneur de jeu.

Des qualités qui ne sont pas passées inaperçues. Il a impressionné des cadres de la sélection selon ses propres confidences  « Michael Poté m’a dit que je devais prendre plus d’initiatives pour plus servir les attaquants. Steve Mounié voulait à l’entraînement qu’on soit dans la même équipe pour que je lui fasse des passes» Des mots qui ont motivé le gamin qui veut devenir un mix entre Marco Verratti et Andres Iniesta. « Iniesta j’apprécie son comportement et son respect de l’adversaire. Verratti je prendrai ses gestes défensifs et sa manière d’organiser le jeu »

En attendant d’atteindre le très haut niveau, cet élève en classe de terminale littéraire  a vécu un réveil éveillé la semaine dernière car  « en novembre 2015 lors du match Bénin -Burkina Faso, je voulais toucher Stéphane Sèssegnon et j’ai été bousculé par les agents de sécurité. Et me voilà entrain de m’entraîner avec lui. Si on me l’avait dit je n’aurai pas cru»

Géraud Viwami

 

Bénin – Gambie : un 4-3-3 avec Seibou , Verdon et Hountondji , la compo officielle des Ecureuils

Le sélectionneur des Ecureuils Omar Tchomogo vient de dévoiler la compo des Ecureuils face à la Gambie cet  après-midi (16h) pour le compte de la première journée des qualifications de la Can Cameroun 2019. Cédric Hountondji et Olivier Verdon seront titulaires en défense. 

Omar Tchomogo est resté fidèle on système habituel le 4-3-3 mais il a effectué des choix forts notamment en défense.

Cédric Hountondji , le défenseur du Gazélec Ajaccio a  été préféré à Junior Salomon dans l’axe aux cotés de Khaled Adénon. Puis à droite, Olivier Verdon (Bordeaux, photo), occupera le flanc. Ces deux néo internationaux qui comptent une cape vivront leur première à domicile avec les Ecureuils. Au milieu comme attendu, c’est Mama Seibou de l’Aspac qui aura le rôle de relayeur aux cotés  de Stéphane Sèssegnon et Djiman Koukou. Puis le trio offensif sera composé de Dossou-Poté-Mounié avec ce dernier aligné en pointe.

Sur le banc de touche on aura, Saturnin Allagbé, gardien remplaçant. Junior Salomon, Richard Bakary, Jacques Bessan et Moise Adilehou. Puis deux joueurs locaux à savoir, le prometteur milieu Ibrahim Ogoulola (17 ans, Requins) et Marcellin Koukpo (Buffles) .

Géraud Viwami 

Bénin – Gambie : Adéoti et Imorou forfaits, huit locaux intégrés, un nouveau groupe de 23

Comme annoncé Omar Tchomogo a intégré huit joueurs locaux au groupe des Ecureuils qui préparera la réception de  Gambie à partir de lundi prochain.  En convalescence après son opération au pubis, l’attaquant de Cardiff ne pourra honorer sa convocation. Les défenseurs de Caen, Jordan Adéoti et Emmanuel Imorou  sont aussi forfaits. Blessés en fin de saison  les deux normands n’ont pas pu se remettre pour les Ecureuils. Seuls quinze joueurs expatriés seront disponibles sur les dix-huit convoqués. Le sélectionneur a donc inclus huit joueurs locaux qui étaient déjà sous ses ordres lors des stages de préparations des Ecureuils A’ qui préparent  les qualifications du Chan 2018. L’Aspac est bien représenté avec trois joueurs à savoir : l’arrière droit Rodrigue Fassinou ,les milieux Gaston Houngbédji  dont c’est la première apparition dans le sillage des A et Mama Seibou habitué (8 sélections) . La JA Cotonou a deux représentants, le gardien Steve Glodjinon qui a déjà pris part à plusieurs stages chez les A. Et le milieu offensif polyvalent, Waris Aboby qui vivra une première tout comme l’arrière gauche Mama Bah-Yéré et l’attaquant  Marcellin Koukpo des Buffles. Ibrahim Ogoulola , le milieu prometteur des Requins auteur de deux buts  en quatre matches amicaux disputés avec les A’   découvrira aussi les A. Le stage débutera lundi avec un groupe de 23 joueurs. Le Bénin joue à domicile le dimanche 11 juin contre la Gambie pour la première journée des qualifications de la Can Camerou 2019. L’Algérie et le Togo sont les deux autres équipes du groupe.

Géraud Viwami

Les 23 Ecureuils

Gardiens (3) : Fabien Farnolle (Le Havre /France), Saturnin Allagbe (Niort/France), Steve Glodjinon (JA Cotonou)

Défenseurs (9) : Junior Salomon (Plateau United/Nigéria), Khaled Adénon (Amiens/France) David Kiki (Niort/France), Rodrigue Fassinou  (Aspac), Richard Bakary (Southampton/Angleterre) , Cédric Hountondji (Gazélec Ajaccio/ France) , Moise Adilehou (AO Kerkyra/ Grèce) , Olivier Verdon (Bordeaux/France), Mama Bah-Yéré (Buffles)

Milieux (7) : Djiman Koukou (Lens/France) Stéphane Sèssegnon (Montpellier/ France) , Jodel Dossou (Austria Lustenau/Autriche), Ibrahim Ogoulola (Requins),  Mama Seibou (Aspac), Waris Aboky (JA Cotonou), Gaston Houngbédji (Aspac)

Attaquants (4) : Jacques Bessan (Club Africain/Tunisie), Steve Mounié (Montpellier/France), Michael Poté (Apoel  Nicosie / Chypre),  Marcellin Koukpo  (Buffles)

 

Sélectionneur : Omar Tchomogo

Ecureuils-Chan – Amical: Ghana – Bénin 1-1

En déplacement à Accra dans le cadre des préparatifs du premier tour des qualifications du Championnat d’Afrique des Nations Kenya 2018, Les Ecureuils ont concédé un nul 1-1 face au Ghana cet après-midi. Ibrahim Ogoulola a ouvert le score pour le Bénin à la 20e minute. Buteur le dimanche dernier face au Burkina Faso , le milieu des Requins marquait ainsi son deuxième but international. Le Ghana égalisera à la 44e minute sur pénalty par Lawal. A noter qu’en seconde période , l’ailier de l’Aspac Kola Raimi a été expulsé et que Steve Glodjinon a stoppé un deuxième pénalty concédé. Les Ecureuils mettront le cap sur Abidjan où ils joueront le 31 mai prochain contre les Eléphants locaux.

 

Ecureuils Chan : Bénin – Burkina Faso 2-2, des buts et leçons

Dans le cadre des préparations des qualifications  du Championnat d’Afrique des Nations 2018, les Ecureuils locaux ont concédé un nul 2-2 face au Burkina Faso cet après-midi au stade Mathieu Kérékou de Cotonou après avoir été menés deux fois au score. Sans vraiment convaincre dans le jeu, les Ecureuils doivent tirer les leçons de ce troisième match de préparation.  

Les buts 

37e : sur un coup franc des 20 mètres Lassina Traoré nettoie  la lucarne de Steve Glodjinon. Impeccable 1-0.

43e : Ibrahim Ogoulola opportuniste profite d’un léger cafouillage suite à coup franc expédié par Mama Seibou dans la surface de réparation pour égaliser. 1-1.

77e : Ismaël Lingani déborde à gauche et centre dans la surface de réparation, Lassina Traoré passe devant son défenseur puis décroise sa tête pour s’offrir le doublé. 2-1.

82: suite à un ballon manié dans la surface de réparation l’arbitre accorde le pénalty. Mama Seibou tire fort sur la droite du gardien burkinabè qui avait plongé du bon coté et égalise. 2-2

Homme du match : Lacina Traoré (Burkina Faso, photo)

Déjà buteur à l’aller à Ouaga l’attaquant a brillé à nouveau. D’abord par son efficacité en signant un doublé. Sans lui le  Burkina Faso aurait perdu. Son ouverture du score est un modèle du genre et son second but laisse voir tout son sens du but. Intéressant dans le jeu, il s’est montré aussi actif et difficile à maitriser. Gros match.

Ogoulola répond à Traoré

On aura vu qu’une équipe faire du jeu sur la première période c’était les Etalons. Plus posé et incisifs, les hommes du Faso se créent les meilleures occasions. Bakari Ouattara passe près d’ouvrir le score à deux reprises. D’abord à la 19e, à la conclusion d’une contre attaque menée depuis soixante mètres, dans la surface, plein axe il  écrase sa frappe sur Glodjinon. Puis à la 21e il profite d’un décalage de Sidney Sylla mais voit sa frappe finir le petit filet. Ils finiront par trouver la faille sur coup de pied arrêté grâce au bijou de Traoré (37e). Une première période presque réussi.

En face, dans son 3-5-2 le Bénin souffre à faire le jeu et brouillon dans son animation. Remuant sur le front de l’attaque, Warys Aboky a été le béninois le plus dangereux en signant la première frappe cadrée des locaux des 30  mètres (14e) et une demi volée aux abords de la surface après l’ouverture du score à la 38e. Le Bénin  aussi trouvera la faille sur coup pied arrêté,  à la retombée d’un  ballon aérien mal apprécié par le gardien burkinabé, le milieu des Requins Ogoulola marque son premier but international (41e).  Le Bénin a été plus efficace que productif.

Encore un come back

A la reprise, Omar Tchomogo , revient à son 4-3-3 habituel , le Bénin fait meilleure impression dans l’impact et joue haut. Les Burkinabès jouent un peu plus bas et placent des coups comme la percée de l’arrière gauche Yacouba Coulibaly qui est relayé par Sylla qui voit sa frappe rebondir sur Glodjinon dans les seize mètres (51e). Les visiteurs se signalent à nouveau sur coup franc  mais la reprise à bout portant de Bassirou Compaoré est bloquée par encore par Glodjinon (59e). Enorme. Les Ecureuils ont du mal à s’approcher des buts adverses et le Burkina Faso va repasser devant. A la réception d’un joli service de Lingani , Traoré place une tête victorieuse et signe le doublé (77e).

En fin de match le Bénin aura sa minute de sursaut. Sur un centre de Rodrigue Fassinou , Armand Ouedraogo a failli marquer contre son camp en dégageant en coner. Dans la foulée les Etalons craquent et concèdent un pénalty suite à une main dans la surface. Mama Seibou ne tremble pas et égalise (82e). 2-2. Les Ecureuils reviennent une nouvelle fois sur coup de pied arrêté. Un état d’esprit à retenir mais des progrès à faire dans le jeu avant le Togo en juillet. Bilan des matches de préparation deux nuls et une défaite.

Géraud Viwami

Feuille de match

Stade : Mathieu Kérékou

Arbitre : Gustave Tohouegnon

Bénin – Burkina Faso 2-2

Bénin : Glodjinon- Adjanakou (Raimi 58e) , Koukpéré © , Yarou- Fassinou, Bah-Yéré- Seibou, Ogoulola , Houngbédji (79e)-  Dah Achefon (Koukpo 41e (Elegbede 84e ), Aboky (Agnidé 58e)

Coach : Omar Tchomogo

Burkina Faso

Sawadogo-  Tapsoba , Beao, Yacouba (S. Traoré 63e ) , Ouedraogo- Sylla (Sanou 68e), Compaoré (Karambiri 80e), Ouattara (Barro 68e  )L.Traoré , Lingani, Sylla

Coach: Idrissa Malo