Ecureuils : ce qu’il faut retenir du tournoi de l’Ufoa

Les Ecureuils sont rentrés à Cotonou hier après avoir terminé 4e au tournoi de l’Ufoa réservé aux joueurs évoluant sur le continent africain à Cape Coast (Ghana). Nous avons retracé les cinq choses à retenir pendant ce tournoi.

On n’a méconnu Jacques Bessan

On l’attendait pour faire passer un cap à l’équipe béninoise mais il a manqué complètement son tournoi. Retardé suite à un problème de vol, l’attaquant du Stade Tunisien était absent lors du premier match face au Cap Vert et  n’a pas été à son aise dans la suite. Transparent sur toute la ligne, on a encore tous en tête son incroyable raté face au Sénégal. Il d’ailleurs été relégué sur le banc par Jules Elègbèdè. Bref une compétition à oublier.

 

On a vu une équipe limitée 

Sans vouloir cracher sur la quatrième place du Bénin, le staff conduit par Omar Tchomogo doit rendre des comptes. Avec 8 buts encaissés pour 6 marqués au-delà de ces statistiques, l’équipe béninoise préparée depuis mars dernier a globalement présenté un jeu limité en termes de qualité. On a vu des Ecureuils peu solides tactiquement et manquer d’organisation bien souvent. Avec 3 victoires et 3 défaites en 6 matches, le bilan est acceptable en termes de résultats. Des matche solides face au Nigéria , la Côte d’ivoire et la seconde période face au Cap-Verts.  Mais on retiendra  aussi les tristes prestations lors la raclée face au Sénégal et la petite victoire face à un Niger réduit à neuf. Collectivement du  travail il y en a encore. Mais est-ce que le staff a vraiment les moyens de faire progresser encore ce groupe ?

Glodjinon – Koukpo –  Gomez : On a vu de belles choses 

Quand il n’était pas là le Bénin en souffrait. Marcellin Koukpo (21 ans) est devenu naturellement le leader technique des Ecureuils. Entre percées, ses coups de reins et prises de décisions il a régulièrement conduit les meilleures situations béninoises. Impliqué dans deux des six buts marqués par le Bénin pendant le tournoi, il a séduit. Mais il doit encore progresser sur son tempérament, comme sur son rouge en demi-finale face au Nigéria et sa finition dans les seize mètres. Sinon on  a tous vu qu’il a quelque chose de plus.

A 16 piges seulement il a brûlé  bien des étapes jusqu’à devenir international A.  Il a mis du temps à rentrer dans tournoi mais il a vite pris confiance après son but face à la Côte d’ivoire.  Aligné sur le flanc gauche, il a sorti sans doute son meilleur match face au Nigéria en demi-finale. Garçon doué avec un sens du dribble et un bon coup de pied. Il a montré de belles choses qui laissent entrevoir un potentiel à polir.  Les recruteurs ont forcément coché son nom.

Si on enlève ses prestations le Bénin aurait bien pris la porte assez tôt, Steve Glodjinon a été le dernier rempart qu’il fallait au Bénin. Le gardien de la JA Cotonou a multiplié les arrêts décisifs sur sa ligne. Le joueur formé à l’USP a gagné en confiance et l’a démontré tout au long du tournoi. Enorme.

On a vu un Paterne Counou intéressant

Convoqué à plusieurs reprises chez les A mais jamais aligné, on attendait de voir le défenseur d’Akwa United sous le maillot des Ecureuils. Il était l’une des curiosités du tournoi. Joueur posé et présent dans les duels aériens grâce sa détente verticale de qualité. Il a aussi dégagé une belle assurance et une sérénité presque naturelle dans ses relances au pied. Reste à travailler son entente avec ses coéquipiers dans l’axe de la défense. Sinon il a réussi son tournoi.

 

Le Bénin a touché 25 mille dollars

Le tournoi de l’Ufoa est désormais sponsorisé par Fox Sports et les Ecureuils ne sont pas rentrés bredouilles.  Le Bénin a touché un chèque total de 25 mille dollars (environ 13 millions FCFA) pour son parcours dont 10 mille grâce à la quatrième place. Une belle cagnotte.

Géraud Viwami