Aspac – Espérance de Tunis 2-0 : Dassagaté et Sèwanou livrent les secrets et regrets d’un match

 

Au lendemain d’une victoire belle et historique contre l’Espérance de Tunis, le meneur de jeu et l’avant-centre de l’Aspac livrent les secrets de la préparation de ce match important et disent leurs regrets quant à l’élimination de la ligue des champions. Entretien inédit.

Le staff technique de l’Espérance a déclaré que l’Aspac du dimanche dernier n’avait rien n’avoir avec celle du 19 mars dernier. Comment l’expliquez-vous?

Willy : Non, c’est toujours presque la même équipe. A Tunis on n’était crispé les consignes n’ont pas été respectées. Nous avions aussi peur de l’Aspac au regard de son rang. Maintenant à Cotonou, le coach Gaspoz a changé de système de jeu. Ceci nous a un peu facilité la tâche.

Hyacinthe : Oui à Tunis, on était paniqué, on n’a jamais joué un match de cette envergure. Après la défaite, nous nous sommes dit qu’il ne faudrait pas que l’Espérance nous batte encore devant notre public et sur nos installations. Effectivement, le schéma tactique mis en place par le coach a été payant.

Parlons de schéma tactique entre les deux matches, qu’est ce qui a changé?

Willy : A Cotonou, d’abord nous avons opté pour des latéraux très offensifs. Ensuite nous avons joué avec trois attaquants. Au milieu de terrain, au lieu de deux récupérateurs, nous en avons utilisé un seul.  Nous avons pu donc être très offensifs puisque nous attaquons toujours à 6.

Hyacinthe : Ce système de jeu m’a obligé à débaucher plus d’énergie parce que j’avais à mettre beaucoup de pression sur les latéraux adverses. J’avoue que ces tâches défensives auxquelles j’étais commis, bien évidemment ont émoussé mes capacités à être plus efficace devant.

En début vous étiez un peu trop timide?

Willy : Nous avons décidé d’observer l’adversaire, ils sont très expérimentés, il fallait au moins 10 minutes pour voir comment ils ont décidé de se comporter à Cotonou.

Hyacinthe : Au fait le coach nous a avertis qu’ils vont nous mettre la pression dès les premières minutes. Les consignes étaient de fermer les issues pour les empêcher de marquer dès les premiers instants.

Avant le match vous vous disiez que ce n’était pas possible de remonter 5 buts ?

Willy : Nous nous posions la question effectivement. Les avis étaient partagés dans le groupe. Certains y croyaient d’autres pas. Le staff technique, les responsables administratifs aussi étaient divisés sur la question. Les deuxièmes souhaitaient juste une victoire pour nous réconcilier avec le public. Il faut dire que les occasions que nous avons ratées et les deux buts que nous avons marqués ont fini par mettre d’accord tout le monde sur nos capacités intrinsèques à remonter les 5 buts.

Hyacinthe : Moi j‘étais de ceux qui y croyaient. Je me disais qu’on pouvait à l’image du TP Mazembé mettre 5 buts à cette équipe à Cotonou.

 

Si le match avait été programmé pour 14 heures ou 15 heures, comme l’avaient souhaité certains des dirigeants de l’Aspac, pensez-vous que vos adversaires auraient été gênés et que vos chances de marquer plus de buts auraient été plus grandes?

Willy : Même si le match avait été joué à 13 heures, je crois qu’il n’y aurait pas une grande incidence sur le match. Nous-mêmes, nous aurions eu des difficultés. Vous savez, le terrain est synthétique et quand il fait très chaud, il s’échauffe et on a très mal au pied quand on y joue.

Hyacinthe : Si le match devrait être programmé pour 14 heures ou 15 heures, il aurait fallu qu’on s’y prépare. Nous nous sommes régulièrement entraînés à 16 heures ou bien au-delà. C’est dire qu’autant que nos adversaires, nous aurions été mis en difficultés. Bien que nous ayons commencé à jouer à 16 heures, le terrain nous brûlait.

Le débat autour de l’heure du match a-t-il été fait au sein de l’équipe?

Willy : Le Président de l’Aspac et le secrétaire général sont allés nous voir à l’entraînement, à 4 jours du match pour savoir à quelle heure ion n’aurait pu programmer le match pour nous faciliter un peu plus la tâche. Nous leur avons dit qu’il faudrait mieux qu’on joue à 16 heures.

Des regrets après le match?

Willy : Oui évidemment, nous étions déçus après le match quand nous nous sommes rendu comptes qu’avec le nombre d’occasions manquées que nous aurions pu remonter les 5 buts. Nous aurions pu aller aux tirs aux buts. Mêmes les supporters nous ont dits qu’ils ne s’attendaient pas à voir cette Aspac-là. IL faut dire que c’est plutôt psychologiquement que nous avons été accompagnés. Exempté le coach qui nous parlait beaucoup, nous n’avons pas vu venir des dirigeants très engagés qui nous ait boosté à nous surpasser. Il nous a manqué de la motivation.

Hyacinthe : Les regrets ont commencé d’abord après la visualisation de la vidéo du match Aller. Avec le coach, nous avons compris que nous avons été les artisans de notre propre malheur. Maintenant, à l’issue du match retour, nous avons su que nous sommes passés à côté de quelque chose. En définitive à mon niveau je préfère retenir que nous avons beaucoup appris en 4 matches de la Ligue africaine des champions.

Réalisée avec Sosthène Sèflimi

BENIN / LIGUE1 : Le leader Aspac assure 4-0, en attendant les Requins (point complet)

Face aux Panthères

Le leader Aspac assure 4-0, en attendant les Requins

4-0 dans un match maîtrisé face à une équipe des Panthères loin du niveau de jeu imposé. Vendredi, la bande à Hyacinthe Sèwanou, auteur d’un doublé, n’est pas tombée dans le piège. Retour sur une précieuse victoire.

Aubay

En quatre matches à Kouhounou, ils n’ont pas gagné cette saison, même pas en amical. Vendredi, le défi était donc bien important, et l’adversaire emmené par Antoine Abathan avait quelques petits arguments à faire valoir.la première accélération est celle de Sakibou, le meilleur passeur de l’Aspac, le corner qu’il obtient ne donnera pas grand-chose. Les Panthères vont faire trembler le leader. Wassiou Salami dans les buts des bleus et blancs de Cotonou met en corner. Il y en aura deux de suite pour les jaunes de Djougou. Mais avant d’atteindre le premier quart d’heure, la bonne impression dégagée par les visiteurs va s’estomper. La faute à Sakibou une fois encore. Tout part de Mohamed Assane qui décale le feu follet Sakibou sur le côté. Le centre au second poteau est parfait. Sèwanou de la tête trouve la lucarne adverse. Le leader assume sa position (1-0 ; 14e).

L’Aspac monopolise le ballon, Panthères défend. Les maladresses d’un côté comme de l’autre laissent le score intact : Coup franc de’Assane au-dessus (32e), frappe de Sèwanou dans les airs, à 16 mètres des buts adverses (33e), lobe de Wahidi détourné en corner (45e). L’Aspac compte ses occasions. Les Panthères juste avant la pause, vont passer à côté de l’égalisation. Un coup franc des 20 mètres, mal tiré va ruiner leurs espoirs (42e).

De retour de la pause, Sèwanou à nouveau va manquer le cadre, alors étrangement seul dans les 16 mètres (55e). Des deux côtés, deux remplacements viennent comme pour changer quelque chose dans le match.

Moukaïla entré en jeu (66e) va placer une accélération dans les 16 mètres. Il est séché, le penalty est inévitable. Sèwanou prend ses responsabilités et marque. Doublé pour l’attaquant (9e but cette saison), assurance pour l’Aspac (2-0 ; 79e).

Dans la foulée, Kassa va porter u coup dur aux Panthères. Son centre tendu va finir dans les buts, contré par un jaune. (3-0 ; 82e). C’est le moment choisi par Abathan pour faire entrer l’international Haï Traoré. Rien n’y fit. Bouraïma Moukaïla dans les arrêts de jeu va partir seul dans le dos de la défense et s’offrir son but. (4-0 ; 95e). la messe est dite, le leader n’a pas tremblé. Prochaine étape, les Requins mercredi prochain pour un derby dégagé électrique.

Encadré

Requins, le titre s’éloigne un peu plus

Deux défaites lors des deux dernières sorties ont plombé les rêves du titre des Requins qui avant la 21e journée étaient encore à 2 points du leader. Aujourd’hui à 6 points de l’Aspac, à 4 journées de la fin, le titre semble reporté pour les Requins. Humiliés à la maison par les Buffles 0-2, battus par les Dragons hier à Porto-Novo, la bande à Yaovi devra dès mercredi se remettre de ses deux échecs face à deux rivaux historiques, et dominer l’Aspac. C’est certainement le derby le plus chaud de Cotonou en cette fin de saison au vu des enjeux déjà énormes.

Aubay

Ligue1 – 22e journée

 

Soleil-Kraké 0-1 : Capitaine Sossa entretient l’espoir

Joué vendredi, au même moment que le match entre l’Aspac et Panthères à Kouhounou, la confrontation, Soleil-Kraké a été loin d’un classique. Les jaunes d’Akpakpa sont bien en place en première période et tentent de résister aux assauts du dauphin. Avec Manzourou Oladipupo en meneur de jeu, les poulains de Touré Vizir se créent une seule véritable occasion en première période. (25’) Sur un centre d’Agbéssi venu de la gauche, Lamandousselo trouve la transversale. Kraké, visiblement timoré et peu organisé, n’effraye pas encore Soleil. (46’) Danhouan Paterne, auteur d’un coup de coude sur Nassirou est logiquement expulsé. En supériorité numérique Soleil continue sa domination stérile. Johnson Ampomah tente de réorganiser son équipe. A dix, les bleus de Kraké trouveront, la solution à quinze minutes du terme. Samuel Loba bien lancé en profondeur sur la droite, centre pour capitaine Sossa au point de pénalty, son plat du pied trouve l’intérieur du poteau gauche avant de finir sa course au fond. Soleil est assommé et ne se relèvera pas. Kraké peu flamboyant se contente  du résultat et maintient la pression sur le leader.

Mogas – Espoirs 2-1

 

Les pétroliers respirent

Ce samedi, après-midi, Espoirs était très « mal barré » au stade de l’amitié de Kouhounou.Premier coup dur pour les savalois, le gardien de but, l’international Agbokou Judicaël, fautif à l’extérieur des 16 mètres est expulsé. Les jaunes et verts de Cotonou font circuler le cuir comme à leur habitude et dominent copieusement sans trouver la faille. Les occasions nettes ne manquaient pas. Les attaquants font preuve d’une grande maladresse à la grande désapprobation du public. En seconde période le Mogas accentue la pression et continue le « festival » des ratages (46’ ,48’). Ismaël Mohammed finira par ouvrir le score à la 50’, suite à une frappe croisée après avoir débordé son vis-àvis. Stanislas Akélé est furieux sur son banc, Acakpo rassure en inscrivant le second but à la 76’. Mais les cotonois vont se faire peur en fin de rencontre avec la réduction du score d’Arnaud Sedodé dans les arrêts de jeu. Ce succès permet aux pétroliers de respirer et de  s’éloigner de la zone rouge, pendant qu’Espoirs y reste.

Géraud Viwami (Cool.)

Tous les résultats

Vendredi

Aspac-Panthères 4-0

Soleil –Kraké 0-1

Samedi

Mogas –Espoirs 2-1

Dynamo Abomey-Dynamo Parakou 0-0

Dimanche

Dragons-Requins 1-0

Tonnerres-Avrankou 0-0

Buffles –Mambas Noirs 1-0

Classement  après la 22e

1-Aspac 37 pts +17

2-Buffles 36 pts + 6

3-Kraké 36 pts + 4

4-Tonnerres 32 pts +8 

5-Dragons 31 pts + 4

6-Panthères 31 pts +3 

7-Avrankou 31 pts + 2

8-Requins 31 pts + 1

9-Mogas 29 pts + 1

10-Dynamo Abomey 25 pts -6

11-Mambas Noirs 25 pts – 9

12-Soleil 24 pts – 9

13-Espoirs 21 pts  -13

14-Dynamo Parakou 25 pts -11 

Meilleurs buteur

Bézo Yaovi  (Requins) 14 buts