Afrique : Hervé Renard la passe de 3

Il a sublimé la Zambie, transcendé la Côte d’Ivoire. En offrant à chacun de ces pays la victoire finale en coupe d’Afrique. 20 ans après, Hervé Renard offre au Maroc une qualification à la coupe du monde. 10 ans après ses débuts dans l’ombre de la Légende Claude Leroy, au Ghana, Hervé Renard est en train de devenir « La » référence sur le continent. Si en France ses passages à Sochaux et Lille ont été très peu réussis, il reste un technicien de très bon niveau. A travers ses brillants succès, le français relance clairement le mythe du Sorcier blanc. Très adapté aux réalités locales, très déterminé à atteindre ses objectifs en dirigeant ses équipes d’une main de fer, Hervé Renard démontre qu’il est le meilleur technicien français ayant officié en Afrique ces 20 dernières années. Oui, feu Bruno Metsu a emmené le Sénégal en quart de finale de la coupe du monde après avoir fait une finale de coupe d’Afrique. Hommage à lui. Henri Michel a disputé la coupe du monde avec deux nations africaines : Cameroun et Côte d’Ivoire. Hervé Renard aura gagné deux titres dans deux pays aussi différents que la très australe et anglophone Zambie et la très francophone Côte d’Ivoire. Tout ceci avant de hisser le Maroc à la coupe du monde. Dans des contextes toujours difficiles, il a su bâtir et fédérer autour de son projet : La victoire.

Cette fois-ci avec le Maroc, l’homme à la chemise blanche a réussi à dominer les Eléphants de la Côte d’Ivoire surtout lors de la dernière journée. Sa connaissance de l’Afrique sub-saharienne, lui aura permis d’aborder la décisive rencontre du 11 novembre 2017 d’une manière radicale : Ne rien prendre chez l’hôte ivoirien. Oui, ça sert à cela de connaître l’Afrique en intégrant la culture et les petits détails qui font les différences à l’arrivée. Le Renard n’a rien perdu de son flair. Bravo et maintenant, il va falloir aborder une première coupe du monde sur un banc de touche avec brios !

Aubay

Hervé Renard, coach de la Zambie : « L’essentiel est d’être efficace »

 

Quart de finale/Zambie – Soudan 3-0

 

C’est en compagnie de tout son staff technique qu’Hervé Renard s’est rendu en salle de presse après avoir réalisé ce qu’il appelait son rêve de demi-finale d’une Can.

Aubay à Bata

« J’aimerais remercier mon staff. On ne travaille pas tout seul. C’est toujours le head-coach qui vient en conférence de presse tout le temps. »

 

Eclair de génie de Kalaba

C’est le jeu auquel on s’attendait. On savait que ce serait difficile. Nous connaissons cette équipe dans la Cecafa. Cette une équipe qui vous endort par de petites passes. C’est ce qui est arrivé en début de seconde période avant que Rainford Kalaba sur un éclair nous a donné la lumière. Après, cela a été plus facile.

 

Des détails importants

Le piège c’était de ne pas respecter cette équipe-là. On a bien observé cet adversaire. On marque sur coup de pied arrêté et c’est des détails qui sont importants dans le football. »

 

« L’essentiel est d’être efficace »

On a joué 3-0 contre une équipe face à laquelle la Côte d’Ivoire a gagné 1-0. L’essentiel c’est d’être efficace même si tout n’est pas parfait ce soir.

 

« La star, c’est l’équipe »

Tout le monde oublie la Zambie dans ce tournoi. Mais on est tout le temps qualifié pour la Can. L’avantage c’est d’avoir des joueurs qui jouent ensemble depuis 6 ou 7 ans. Notre avantage c’est que la star est l’équipe.

 

Demi-finale : Ghana ou Tunisie ?

C’est deux équipes qui sont très bonnes. Maintenant, le Ghana pour moi c’est le meilleur des meilleurs actuellement en Afrique. Je n’ai pas peur de le dire, pour moi le Ghana est le grandissime favori. Je connais cette équipe avec laquelle j’ai travaillé en 2008 comme assistant.

Ce serait un match à jouer comme face au Sénégal, que ce soit le Ghana ou la Tunisie. Pour la Zambie, c’est une première demi-finale depuis 1996. On espère ensuite passer au tour suivant pour aller au Gabon. Ce serait bien pour l’histoire.»

Par Aubay à Bata

 

 

 

 

Soudan

 

Mohamed Abdallah « Mazda »

«  Il nous fallait plus d’expérience »

 « Notre objectif a été atteint. En 2008, nous avons juste participé. Cette fois-ci, nous sommes en quart. Nous avions besoin de plus d’expérience pour passer en demi-finale.

Maintenant quand vous perdez des joueurs-clés en début de match, c’est difficile ensuite, mais c’est le football. »

Aubay à Bata