Football /Le saupoudrage et l’affairisme continuent : Un nouveau sélectionneur contacté pour quoi faire ?

 

 

(Goavec gardé ou viré ?)

 

Le ridicule et la honte ne tuent pas, mais font réfléchir. Dans le football béninois, c’est la fuite en avant qui compte. Le Gouvernement tombé dans un joli piège a viré Glèlè and co. La fédération lui tend un deuxième piège : recruter un nouveau sélectionneur…

Aubay

La leçon du dimanche n’a pas été lue et sue par tout le monde. Si le gouvernement se cache derrière un limogeage systématique, la fédération, elle, reste dans sa logique honteuse, celle de pomper à fond dans les caisses. Au moment où la réflexion est de mise et que les carottes sont cuites pour la Can 2012, des techniciens européens déjà contactés il y a des années sont remis sur le tapis. Pour faire croire que le mal c’est le cher Fortuné Glèlè, surdiplômé mais en manque de pratique réelle du foot de haut niveau. Un nouveau sélectionneur pour quoi faire ? Gagner un gros salaire (avec les pourcentages des maîtres du système !) durant 9 mois sans avoir les moyens de superviser des joueurs, de faire de vrais et sérieux stages. Quelle honte nationale !

 

Fbf et le cas Goavec : l’art de tourner en rond ?

Quand on dirige même sa propre maison, on ose prendre des décisions courageuses pour avancer. Au Bénin, on se cache derrière les meubles pour ne pas voir la saleté en face ! Goavec recruté depuis 6 mois a engrangé 30 millions sans rien faire. Deux ministres sont passés, feignant e ne rien savoir, colportant des ragots auprès de la fédération, sans vraiment aller au fond du sujet. S’il faut le licencier et payer des droits, il faudrait que le ministère demande à la fédération de la faire ! Mais qu’on le laisse là, sans rien dire au contribuable, c’est un profond manque de respect au peuple. Ceci inspire du dégoût. Goavec Gardé ou viré ? Si Anjorin n’a plus le courage de s’afficher, il faut que le ministre des sports, lui au moins à qui on ne reproche pas encore grand-chose, vienne expliquer au peuple ce à quoi sert l’argent !

Quand on se cache au Bénin pour agir, c’est que les bases ne sont ni claires, ni saines. On a vu Anjorin se faire extirper dimanche après le premier tiers du match. Il a des choses à se reprocher pour se cacher. Mais notre gouvernement, lui, a-t-il aussi des choses à se reprocher ? Le peuple attend des solutions, pas du saupoudrage ! Car le foot ne ment pas et dans 9 mois d’importantes échéances nous rattraperons encore !

 

Une direction technique plutôt qu’un sélectionneur sans staff !

 

Ils sont nombreux à afficher au cou leur 3e degré allemand, même si la plupart n’ont pas gagné un trophée de tournoi de rue. Pour la crème, on sait qu’Edmé Codjo reste le meilleur. Les autres arrivent après, avec moins de valeurs morales, et bien attirés par les combines, ce qui plombent leurs qualités de coach. Mais qu’importe ! Bien dirigés, ces coachs-là peuvent servir à monter une Dtn avec surtout des anciens joueurs qi ont connu le haut niveau. Il faut trouver l’alchimie entre ceux qui ont pratiqué le football avant de devenir entraîneurs, et ceux qui se sont enfermés pour bucher page par page les théories ! Sans cette combinaison intelligente, les premiers deviendraient la cible des seconds et bonjour la division des coaches ! C’est ce qu’il nous faut, et non un coach bien cher, sans entraîneur de gardiens, sans masseur, sans tout ce qui fait les grandes équipes.

Une structure vaut mieux qu’un expert. Ne ruinez pas plus qu’il ne le faut le contribuable !

Aubay

 

 

Denis Goavec : Ce serait malheureux que les dirigeants empêchent les joueurs de rejoindre la sélection »

Denis Goavec, sélectionneur des ecureuils du Bénin
Denis Goavec, sélectionneur des ecureuils du Bénin

(Conférence de presse du sélectionneur national)

 Face à la presse, le sélectionneur a dressé le bilan de son premier stage avec les Ecureuils évoluant au Bénin.

Objectif de départ

«Organiser deux stages avec les joueurs locaux avant le match contre la Côte d’Ivoire. Il s’agit de jauger le footballeur béninois, de déterminer une philosophie qui sied au footballeur béninois, de créer une ambiance pour donner envie aux joueurs de revenir en sélection»

La composition du staff technique

«On n’est à la recherche d’un sélectionneur national adjoint. Le choix n’est pas encore totalement fait mais il est dit qu’il doit être un béninois. Il n’y a pas de préparateur physique dans le staff parce que je suis capable de mettre en place un programme de préparation physique»

 Bilan du stage

«Il n’y a pas eu de blessés, j’ai beaucoup aimé le dernier match amical que nous avons livré. Au total, 15 joueurs sont retenus pour prendre part à un autre stage qui débutera dans une semaine. Les joueurs qui prendront part au 2ème stage sont ceux qui n’ont pas été appelés pour le premier stage puisqu’on ne pouvait pas prendre tout le monde en même temps. Maintenant, à ce jour, je suis sûr qu’on peut mettre en place une sélection nationale locale compétitive qui puisse participer au Chan»

L’absence de certains joueurs appelés

«Je suis scandalisé par l’absence des joueurs qui ont été retenus par leur club. Je vais convoquer à nouveaux les joueurs de Tonnerre et de Soleil. Ce serait malheureux que les dirigeants empêchent encore ces joueurs de rejoindre la sélection»

La préparation du match Bénin-Côte d’Ivoire

«J’ai vu la vidéo du match amical Mali Côte d’Ivoire. J’ai vu jouer les footballeurs béninois évoluant en France. J’admets que ce que je suis en train de faire actuellement, c’est du bricolage. Mais il est retenu que je puisse aller voir les Ecureuils évoluant à l’étranger dans leur club respectif. Je sais que j’aurai 3 jours pour préparer concrètement le match contre la Côte d’Ivoire. Mon souhait est de pouvoir organiser un match amical avant d’affronter la Côte d’Ivoire»

 Dans l’attente de la décision de la Fifa …

«Je n’ai pas l’habitude de pleurer avant d’avoir mal. Je ne crains donc pas une décision de la Fifa concernant la crise. J’ai étudié le droit dans mes années scolaires et  je connais les textes de lois. Je sais qu’entre les textes de loi et les arrangements entre amis, ce sont les textes qui priment.»

Ouzérou Abdoulaye

«Nous, nous sommes des footballeurs. Quand on nous appelle en sélection, nous avons le devoir de répondre. Nous ne jouons pas pour tel bureau fédéral ou pour tel autre. Nous pensons qu’il revient aux journalistes de nous protéger. Il ne faut pas qu’après le match contre la Côte d’Ivoire, qu’il soit dit que les joueurs qui auront pris part à la rencontre, sont allés jouer pour un tel camp contre un tel autre. Pour revenir au stage, je crois que tout s’est bien passé. Il s’est d’ailleurs terminé sur une note de satisfaction au regard des deux derniers matches que nous avons disputés. Il faut dire aussi que l’ambiance était saine. Il n’y a pas eu d’embrouilles entre les joueurs. Ce n’était pas évident de regrouper 25 joueurs et que tout se passe’ aussi bien. »

Par Sosthène Sèflimi (Coll.)

Football : Goavec, 5e sélectionneur pour le Bénin en 2010

 

le "moineau" va diriger les Ecureuils...

 

Michel Dussuyer et son équipe ont été dissous. Michel Sorin a assuré l’intérim avec le match amical de la date Fifa en mars dernier, et le tournoi Ufoa au Nigéria. Pour la date Fifa d’août 2010, le Bénin a affronté le Niger avec Moïse Ekoué et Fortuné Glèlè sur le banc. Ensuite, Jean-Marc Nobilo a débuté les éliminatoires de la Can 2012 et disputé deux matches. Il a fait enfin sa dernière liste en convoquant 20 joueurs pour le tournoi de l’Uemoa. Mais son départ a propulsé Fortuné Glèlè à la tête de la sélection qui s’est hissée en finale de la compétition qui s’est tenue en novembre dernier.

Ils sont ainsi 4 voire 5 (en comptant Moïse Ekoué) à tenir les rênes des Ecureuils. Ce sera Denis Goavec pour finir l’année 2010, riche en sélectionneurs.

Aubay

Denis Goavec : Un contrat de 18 mois en tant que Dtn

Dans une interview accordée il y a quelques jours à nos confrères d’Ouest France, Denis Goavec a levé un coin de voile sur sa mission et ses objectifs.

 «J’ai envie d’apporter ma contribution à l’évolution du football béninois qui possède une grosse richesse humaine et un potentiel de joueurs talentueux. Les moyens existent (…)»

Concrètement que comptez-vous apporter au football béninois ?

Le talent créatif est la marque du football africain, mais il faut que les joueurs expriment ce talent au travers d’un schéma adapté. J’aime le jeu, mais je suis rigoureux sur l’aspect tactique et défensif, base de tout système de jeu efficace. Toutefois, partout où je suis passé, j’ai toujours laissé libre cours à la créativité du joueur et à son inspiration individuelle. Le Bénin possède des joueurs et particulièrement des attaquants de talent. Mon rôle sera donc de donner à la sélection nationale ce cadre tactique et technique permettant à tous de progresser.

J’ai signé un contrat de 18 mois en tant que DTN (directeur technique national). Mon objectif est la qualification pour la CAN 2012. Je serai à pied d’œuvre à la fin de la semaine prochaine. »

(Ouestfrance)