La communauté béninoise ne savait pas que sa sélection nationale venait à Dakar !

 Interview avec Géraldo Gagnon, ancien footballeur béninois résident à Dakar

 

Il a fait sa classe dans le football et aura disputé deux saisons avec l’équipe de Tonnerres Fc de Bohicon en D1 au Bénin avant de filer au Sénégal. Géraldo Gagnon était un des rares béninois que nous avons croisés dans les tribunes du Stade Léopold Sedar Senghor de Dakar. Il évoque le football béninois.

 

Par Aubay à Dakar

 

Que pensez-vous de la prestation des Ecureuils au tournoi de l’Uemoa ?

Effectivement j’ai suivi la sélection béninoise dans ce tournoi. On a senti que nos joueurs n’étaient pas en jambes. Ils ont essayé de se débattre physiquement, mais le collectif n’y était pas. J’ai vu quelques individualités comme Jodel Dossou, Junior Salomon et Alain Hounsa. Mais le niveau n’était pas ce qu’il devrait être. Cela montre que le pays n’a pas de championnat.

 

Vous avez vu l’équipe des Lions du Sénégal jouer cette année contre le Cameroun dans les éliminatoires. Quelle analyse faites-vous par rapport au Bénin ?

Ce n’est pas comparable ! Le Sénégal a un championnat professionnel bien animé et régulier. Il y a beaucoup d’étrangers comme des maliens, burkinabè, ivoiriens. Les clubs travaillent beaucoup plus qu’au Bénin. Après, quand vous voyez l’équipe sénégalaise au tournoi de l’Uemoa, elle est plus forte parce que composée de joueurs mieux préparés avec un meilleur collectif. C’est des joueurs qui sont ensemble depuis 3 à 4 ans et il y a eu juste quelques changements d’une année à l’autre. C’est à peu près la même équipe qui était à Cotonou en 2009 et a remporté le tournoi.

 

Pour les béninois qui vivent au Sénégal, qui sont les meilleurs dans l’équipe nationale A ?

Ici quand on pose la question, le premier nom qui sort, c’est Sessègnon ! Ensuite, il y a Razak Omotoyossi, pas autant que Sessègnon, après il y a Adénon.

 

La communauté béninoise et le football, comment ça se passe ?

La communauté béninoise ne s’active pas trop dans le football. Même les étudiants ne s’intéressent pas trop au foot quand il s’agit de jouer entre communautés. Ils estiment qu’ils ne sont pas là pour le foot, mais pour les études. C’est dans ce sens là que même quand l’équipe nationale arrive dans le cadre du tournoi de l’Uemoa, elle n’est pas soutenue. Les gens se disent que la délégation n’aura rien à donner à la communauté.

 

On n’a pas vu un seul drapeau béninois dans les tribunes, malgré la forte communauté béninoise ici…

Posez-vous la question de savoir si la communauté béninoise est au courant de cela. On n’a eu aucun communiqué. Même au niveau du consulat il n’y a rien eu. J’ai eu l’information par une personne qui ne savait rien du programme et c’est à l’ouverture que je suis venu découvrir qu’effectivement l’équipe béninoise était là au stade. Dans ce cas, que voulez-vous ? On ne peut se décarcasser pour ce qu’on ne connaît pas !

 

Vous regretter cette situation ?

Amèrement. Parce que le Bénin est une nation et si les enfants de cette nation ne se manifestent pas dans ce genre de situation, c’est qu’il y a un problème et j’en suis désolé.