Ecureuils : La shorlist de la FBF est déposée au ministère des sports !

Après quatre mois de vacances la nomination du prochain sélectionneur des Ecureuils ne devrait plus tarder. Selon nos informations, la FBF a déposé cette semaine une shortlist de trois noms comme attendue au ministère des sports pour le choix final.

Le successeur d’Omar Tchomogo à la tête des Ecureuils sera connu dans  les jours à venir la fin du processus du recrutement du sélectionneur national du Bénin est proche. Après les rumeurs et les candidatures le bureau exécutif de la fédération béninoise de football a déposé, cette semaine, une shortlist de trois au ministère des sports pour la prise de décision finale. Selon nos sources, l’opération a été menée par le président de la FBF, Moucharafou Anjorin himself en relation avec le patron des sports béninois Oswald Homeky dans une grande discrétion. La Shorlist devrait être rendue public dans les jours à venir en attendant les entretiens avec les concernés qui devraient aboutir sur l’officialisation de l’heureux élu. Précédemment évoqués,  les techniciens français Michel Dussuyer et Patrice Neveu seraient retenus. Le trio pourrait être complété par l’ivoirien François Zahoui ou encore le béninois Alain Gaspoz. A suivre.

Géraud Viwami

 

Ecureuils – Exclu : Broos n’est pas intéressé, les candidats pressentis (Exclu) !

Comme nous l’annoncions il y a quelques jours ça s’active dans les couloirs pour la nomination du prochain sélectionneur des Ecureuils. Les autorités ont déjà enregistré une trentaine de candidatures dont plusieurs favoris semblent déjà se dessiner. Bjfoot.com dévoile en exclusivité les premiers noms.

Le successeur d’Omar Tchomogo sera connu dans les semaines à venir depuis le lancement des dépôts de candidatures par les autorités béninoises les dossiers affluent.

Annoncé en Guinée il y a quelques semaines avant la nomination de Paul Put à la tête du Sily National, Huguo Bross , ancien coach du Cameroun,  selon nos sources , ne lorgne pas sur le poste au Bénin. Le technicien belge champion d’Afrique en titre avec le Cameroun n’est pas intéressé par les Ecureuils pour des raisons personnelles.

Selon nos informations une trentaine de candidatures ont été enregistrées. Des techniciens bulgares, norvégiens, croates, belges, serbes, brésiliens, tunisiens ou encore portugais se sont montrés intéressés mais une tendance semble déjà se dessiner avec cinq postulants pressentis.

Francois Zahoui (55 ans), l’ivoirien, finaliste de la Can 2012 à la tête des éléphants ivoiriens sans encaisser de buts. A la tête du Niger il a remis l’équipe locale sur pied en quelques mois mais sur le départ à Niamey il se montre visiblement intéressé par le challenge béninois.

Michel Dussuyer (58 ans), Il était déjà à la tête des Ecureuils en 2010 lors de la dernière qualification du Bénin à une Can. Apprécié sur le plan local, il connait bien le contexte béninois. Il est sans poste depuis son départ de  la Côte d’Ivoire en 2017.

Alain Gaspoz (47 ans), le  bénino-suisse était précédemment cité. Reconnu sur le plan local il  a été champion du Bénin 2010  avec l’Aspac. Titulaire d’un UEFA A, il est libre de tout engagement. L’ancien international béninois connaît le sillage de la sélection béninoise avec laquelle il a connu 2 Can (2004-2008).

Patrice Carteron (47 ans), ancien sélectionneur du Mali, 3e de la Can 2013.  Il  a également entraîné le TP Mazembé vainqueur de la Ligue des Champions 2015. Actuellement coach de Phoenix Rising (USA), le nom de l’ancien technicien circule avec  quelques doutes quand même.

Patrice Neveu (63 ans), son dernier job était à la tête de la sélection haïtienne en 2015. L’ancien sélectionneur de la Mauritanie est libre de tout contrat. Il était pressenti au Soudan en décembre dernier et ce n’est la première fois qu’on parle de lui au Bénin.

Géraud Viwami

ZAHOUI : « Nous partons donc pour Cotonou avec un groupe au mental fort qui va faire le maximum pour rapporter la victoire »

 

Ce match est important pour vous ?

C’est un match important pour notre équipe. Nous jouons à l’extérieur contre un adversaire qui a du talent. Nous tenons à faire un bon résultat et surtout à gagner ce match.

Le stage de préparation s’est bien déroulé ?

Oui. Les joueurs ont répondu présent. Malheureusement, nous avons enregistré beaucoup de défections dues à des problèmes de santé. Néanmoins, les joueurs disponibles ont démontré qu’ils ont envie de porter le maillot ivoirien et de défendre les couleurs du pays. Nous partons donc pour Cotonou avec un groupe au mental fort qui va faire le maximum pour rapporter la victoire.

L’absence de huit joueurs dont six titulaires n’entame-t-elle pas votre optimisme ?

L’état d’esprit qui m’anime depuis que j’ai accepté de diriger la sélection, c’est de faire en sorte de former un groupe homogène qui ne laisse pas de place à une certaine différenciation entre des joueurs dits « titulaires » et d’autres dits « remplaçants ». J’essaie d’inculquer un esprit de conquérant et de permettre à tous les joueurs sélectionnés de pouvoir saisir leurs chances. En équipe nationale de Côte d’Ivoire, il ne doit pas y avoir de joueurs de seconde zone. Et tout le monde doit concourir à mouiller le maillot pour donner de la joie au public ivoirien qui nous soutient.

Propos recueillis par

Eric KACOU (fif-ci.com)