Carrière : Bouraima en quête de relance

Après un passage en suède puis en Irlande, Abdel Bouraima sort d’une pige de quelques mois à l’Aspac dans le championnat béninois, l’ailier ou milieu offensif international béninois espère se relancer cet été.

Ceux qui ont de la mémoire devraient pouvoir se rappeler de lui. Il faisait partie de la génération des juniors qui ont qualifié le Bénin à la coupe d’Afrique 2013. Titulaire durant toutes les qualifications, Bouraima était parti en stage avec le BK Hacken où il venait de s’engager ce qui a expliqué son absence en Algérie lors de la phase finale en février 2013 en Algérie. Depuis l’eau a coulé sous les ponts, l’ailier a connu des bons et mauvais moments.

Grand espoir du BK Hacken

Bouraima a été formé au Ghana d’abord à la prestigieuse académie des RedBull puis à Right To Dream , centre affilié à Manchester City. Il a connu deux clubs en Suède en 2013.
D’abord en première division au BK Hacken en première division. Le club en fait le successeur d’Abdul Majeed Waris transféré en Russie. La polyvalence de l’ailier devient un atout puisqu’il est aussi utilisé en attaque.
Puis en deuxième division à Orgyte. Ce dernier club sera relégué en troisième division, Bouraima fait pourtant son trou en s’imposant mais il ne restera pas en Scandinavie.

A l’été 2014, l’ancien pensionnaire du l’Académie Right To Dream au Ghana débarque en Irlande au FC Limerick avec un esprit revanchard. Dès les premières séances d’entrainements et matches amicaux, l’ailier faire valoir ses qualités de vitesse et de percussion. Redevenu amateur puisqu’il avait été prêté en Suède par son club formateur, sa qualification met plus de temps que prévu.Malheureusement il ne jouira pas de son bail, des complications administratives liées à son statut auprès de la FIFA l’ont empêchées de se produire en matches officiels. Le club finit par perdre patience et le joueur lève le camp. « C’était vraiment un coup dur alors que sur le terrain tout se passait bien, j’avais tout pour faire une bonne saison. Malheureusement ça s’est mal terminé mais je garde la foi et je fais confiance à l’avenir » analyse l’intéressé avec philosophie.

Un petit tour puis s’en va ?

Après un départ manqué en Pologne en début de saison dernière, Bouraima tente le pari local et fait une pige à l’Aspac dans le championnat béninois de transition. Il contribue bien aux prestations des portuaires qui ont dominé leur groupe. Mais il a déjà le regard tourné vers l’avenir. « J’espère me relancer cet été avec un nouveau challenge, je suis en plein possession de mes moyens physiques. Je suis prêt à relever n’importe quel défi. Mes agents travaillent, nous avons des pistes assez intéressantes espérons que l’une d’elle aboutisse avant la fin du marché » A 23 ans tout est encore possible pour lui.

Géraud Viwami

La Ligue1 devient Moovligue1 pour plus de 500 mille euros sur 2 ans

Signature d’accord de partenariat entre la ligue du football professionnel et Moov

Novotel, salle Baobab2. C’est le décor choisi par le réseau Gsm pour annoncer les deux années de partenariat avec le football professionnel béninois. En présence du Dg Moov Bénin, Talibi Haïdara, du président de la ligue du football professionnel Sébastien Ajavon et de Bernard Hounnouvi, directeur exécutif de la fédération béninoise de football et devant les présidents de clubs.

Ponctuée des tableaux d’animations d’ « Ori Dance », cette cérémonie très simple a consacré la mise à disposition par Moov d’une enveloppe de 325 millions de francs Cfa pour la saison en cours et celle suivante. Un jour nouveau pour le football béninois, peut-on se dire, « une date mémorable » dira Sébastien Ajavon, président de la ligue du football professionnel. « La Ligue1 est le vecteur du football professionnel et fait son petit bonhomme de chemin malgré les imperfections», poursuit-il avant de saluer les acteurs à divers niveaux de ce système, qui ont besoin de ressources. « Aucun championnat professionnel ne peut se faire sans sponsor » clamera Sébastien Ajavon, comme pour rappeler que les 16 premières journées déjà disputées sans sponsor marquent un vrai record.

« Nous remercions Moov qui a vu juste.» Ces mots seront suivis de la déclaration solennelle de Moov comme sponsor officiel de la Ligue1 qui devient ainsi la Moovligue1. Sébastien Ajavon révèlera que pour la première saison, 125 millions seront donnés par Moov. Ceci pour les 10 journées restantes. La saison prochaine, 200 millions seront octroyés à la Ligue.

Moov promet une vraie révolution

 « L’effort est le gage d’un succès durable. Si chaque membre du groupe adhère vraiment au concept de l’équipe, vous obtiendrez des résultats concrets…Ainsi chaque victoire vous affirmera pour le prochain défi.»

Talibi Haïdara, Dg de Moov dira que pour les deux saisons, chaque club aura 2 jeux de maillots et les présidents des clubs pourront désormais s’interconnecter avec le système corporate de Moov. Le patron du réseau Gsm promet beaucoup d’innovations dans les jours à venir.

« Chaque match de la Moovligue1 sera un événement spécial», annoncera-t-il en détaillant : « des animations avant, pendant et après le match avec le public ; une présence sur tous les médias pour accroître la notoriété de notre championnat ; des offres spécialement étudiées pour tous les amateurs et professionnels du football. »

Avec Moov, la ligue1 rentre dans votre vie et change vos habitudes. Moov vient pour promouvoir le football béninois et révéler des talents en collaboration avec la  Lfpb.»

Rappelons que le groupe Etisalaat, actionnaire principal du réseau Moov est le sponsor officiel du Fc Barcelone, club Espagnol de la Liga, champion d’Europe et d’Espagne en titre. Dans ce cadre, les clubs béninois pourraient aller se frotter aux équipes réserves du « Barça ». Les présidents de clubs pourront aussi être invités à assister à des matches de ce très grand club de la planète football.