Après sa demande de validation du bureau d’Anjorin : Le Gouvernement charge le ministre Aplogan de négocier avec le camp Attolou…

 

(Mais le bout du tunnel reste loin)

Mercredi dernier, la crise du football béninois a franchi un cap. Le conseil des ministres a eu droit à un compte rendu du ministre Aplogan sur la crise. Des négociations sont en train d’être ouverte avec le camp Attolou.

Aubay

 

« Un compte rendu du Ministre de la Jeunesse, des Sports et Loisirs relatif à la sentence du Tribunal arbitral du Sport sur la crise de football au Bénin ». Cette phrase que vous avez lue dans le conseil des ministres du 5 octobre 2011 et signée le 7 octobre reste brève. Mais la communication introduite par Didier Aplogan en conseil des ministres évoque en 5 points et 5 pages la crise à la Fbf. Ce document dont nous avons pu avoir une copie détaille expose la crise, telle que vue par le ministère des sports. L’objet est une question : « est-il opportun que le Gouvernement béninois prenne acte de la sentence rendue par le Tribunal Arbitral du Sport (TAS), relative à la crise que connaît la fédération béninoise de football ? »

Dans la deuxième partie de sa communication, Didier Aplogan a recommandé que le conseil des ministres « prenne acte de la sentence rendue par le Tribunal arbitral du sport (…), entérine les conclusions de l’assemblée générale du 15 avril dernier, et (…) poursuive les négociations avec les parties en conflits.»

Dans le point N5 des recommandations, le ministre Aplogan devra prendre « les dispositions nécessaires en vue d’amener les différents acteurs à se conformer à la décision du TAS. Seulement voilà, la décision du TAS n’aborde pas la crise en tant que telle dans le fond. Elle reste donc aussi floue que la crise elle-même !

En fin, le point N9 des justifications de la communication du ministre Aplogan introduite en Conseil expose que la reconnaissance du bureau d’Anjorin « permettra de situer les uns et les autres et de mettre fin aux interprétations tendancieuses de cette tendance par certains acteurs ».

Ces acteurs auxquels allusion est faite ont eux aussi leur idée sur la décision du TAS, étant partie au procès contre la Fifa ! Et il serait quand même déséquilibré de ne pas en faire cas dans cet article.

 

 

 

 

Réunion du comité des associations et du comité exécutif : La Fifa va trancher la crise du football béninois les 1er et 3 mars

 

(72% des acteurs nationaux contre Anjorin)

Depuis le 20 décembre, la situation est délicate au sein du football béninois. La Fifa continue de reconnaître Moucharafou Anjorin en délicatesse avec la justice béninoise, pendant qu’un nouveau bureau a été élu par plus de 72% des acteurs nationaux.

Après l’assemblée générale tenue vendredi 4 février par 37 délégués sur 51 de la fédération béninoise de football, la réaction de la Fifa est intervenue le 9 février. Toujours sous pression, l’instance internationale va enfin se pencher à un très haut niveau sur le cas béninois.

« Les délégués de la Fifa et de la Caf qui se sont rendus au Bénin les 27 et 28 janvier 2011 ont remis un rapport qui sera débattu lors du prochain Comité des Associations de la Fifa prévu le 1er mars 2011 et lors de la prochaine session du Comité Exécutif de la Fifa prévu le 3 mars 2011. Nous serons alors en mesure de vous faire part des décisions qui seront prises en vue de surmonter les difficultés actuelles de la Fbf».

C’est l’essentiel du dernier courrier de la Fifa en date du 9 février et signé de Thierry Regenass, « Directeur des associations membres et Développement».

Ce courrier réaffirme tout ce qu’on a pu attendre ces derniers mois au sujet de la crise. Moucharafou Anjorin reste l’interlocuteur, un peu comme en sursis en attenant la décision de la Fifa.

Aubay