Entretien : Hessou « ma saison la plus aboutie »


Son nom figurait à juste titre sur la présélection de 29 noms initialement dévoilé par le sélectionneur Omar Tchomogo, Harriston Hessou (22 ans) sort d’une saison pleine dans les buts d’Ethiopia Bunna en Ethiopie. L’ancien gardien des Dragons et les siens ont terminé vice-champion et l’international béninois a impressionné avec ses 21 matches sans encaisser sur 27 apparitions. En vacances sur ses terres, Hessou nous accordé un entretien exclusif où il parle de son aventure en terre éthiopienne entre autre. Entretien.


Après un passage au Cheminots FC au Congo, vous sortez d’une nouvelle expérience dans le championnat éthiopien, comment avez-vous atterrit la-bàs ?

Je remercie Dieu car c’était un coup de bol et le fruit de mon travail. J’ai eu la chance d’être repéré par un recruteur au Congo qui était à la recherche d’un gardien de but. Le contact s’est vite fait et je me suis retrouvé en Ethiopie.

Si vous devriez dresser un bilan de votre première saison ?

Cette saison a été très riche en enseignement. Cela n’a pas été du tout facile. Comme bilan je dirai très positif. Sur le plan personnel, j’ai beaucoup progressé. C’est la saison la plus aboutie de ma jeune carrière. J’ai réussi à obtenir ma place de titulaire dans l’équipe première. Puis j’ai réalisé mon meilleur ratio de match joué et de but encaissé (ndlr : 21 matches sans encaisser sur 27 joués). Sur le plan collectif, c’était une très bonne aventure humaine. Grâce à mes coéquipiers et tout le staff on a terminé vice-champions. Une véritable satisfaction, même si on aurait aimé finir champions.

Votre club a terminé vice-champion et est qualifié en coupe africaine la saison prochaine, de quoi sera fait votre avenir, vous allez rester ou faire vos valises ?

C’est un tremplin pour toute l’équipe. J’ai déjà vécu une fois l’aventure africaine avec les Dragons en Coupe Caf. Je suis très impatient de goûter à nouveau à cette compétition. En ce qui concerne mon avenir, j’ai encore un an de contrat avec mon club. Donc pour l’instant mon aventure éthiopienne continue. Mais bon dans le foot on n’est jamais sûr de rien.

Avez-vous eu des offres ?

Les sollicitations ne manquent pas. Mais pour l’instant il n’y a rien de concret.

« Travailler dur et attendre mon heure en sélection nationale »

Sinon parlez-nous de votre vie en Ethiopie, l’adaptation, la langue anglaise, la culture anglophone comment vous vous êtes intégré ?

Ce n’est pas facile de vivre loin de chez soi. C’est très différent du Bénin. Pour ma part j’ai le goût de l’aventure, découvrir de nouvelles choses donc je m’adapte vite. Dans mon club il y a aussi des coéquipiers francophones qui ont facilité mon intégration. La vie est agréable et les gens sont très chaleureux dans la ville.

Comment jugez-vous le niveau du championnat éthiopien comparé au Bénin et Congo où vous êtes déjà passé ?

Le championnat éthiopien n’est pas facile à jauger de l’extérieur. Mais c’est un vrai championnat professionnel. il est très bien structuré et régulier. Il est très difficile surtout pour les étrangers en raison de l’altitude. C’est vrai que ça manque d’impact physique à mon avis mais c’est très fluide, rapide et surtout tactique.

Vous étiez deuxième gardien lors de la Can junior 2013 et votre nom était sur la liste élargie sortie par le sélectionneur des Ecureuils il y quelques jours, vous visez clairement l’un des trois places de gardien chez les A même si vous n’avez pas été retenu dans la liste finale pour le match de Bamako contre le Mali ?

C’est déjà une véritable satisfaction d’être dans la présélection. Cela m’a un peu surpris car je ne m’y attendais pas. Le rêve de tout joueur de foot c’est d’arborer la tunique de sa sélection nationale et d’y jouer les premiers rôles. Pour l’instant je ne pense pas trop à ça. C’est déjà une satisfaction de savoir que je suis suivi par le sélectionneur national. On a une génération de très bons gardiens de but et en plus c’est un poste à concurrence plus que tout autre. Je vais juste continuer a travailler et attendre mon heure.

Entretien réalisé par Géraud Viwami

Les Ecureuils terminent le stage sur une défaite: Match amical face à l’Aspac 1-2

La deuxième semaine de stage des Ecureuils locaux s’est achevée hier sur la défaite 1-2 en match amical face à l’Aspac.

Manuel Amoros a passé au peigne fin tout son groupe, en alignant une équipe par mi-temps. Les Ecureuils locaux qui avaient plus à cœur de montrer des qualités individuelles n’ont pu contenir, l’actuel leader du championnat. Le premier but est concédé sur un pénalty transformé par Fousséni Lazadi en première période.

En seconde période, tous les remplaçants entrent en jeu. Les Ecureuils reviennent au score grâce à Isaac Louté avant de céder quelques minutes plus tard sur but de Johnson Onwuka.

Ainsi s’achèvent ces premières semaines de travail de Manuel Amoros avec le groupe local. Le sélectionneur qui tient ce jour une conférence de presse devrait annoncer les quatre ou cinq joueurs locaux qui compléteront le groupe des expatriés pour le match du mercredi prochain à Addis-Abeba face à l’Ethiopie.

Aubay