Nigéria : terre de transition pour les béninois, Chaona l’exemple parfait  (partie 1)

Face à l’irrégularité des compétitions locales, certains joueurs béninois ont réussi ou réussissent à faire  leur trou  chez le voisin nigérian avec plus de visibilité pour percer plus haut. Chamsdine Chaona (19 ans , photo)   passé des Shunshine Stars à l’Espérance de Tunis en une saison en est l’exemple . Nous lui avons consacré la première partie de notre série sur les béninois du championnat nigérian.

L’exemple parfait : Chamsdine Chaona (19 ans, Espérance de Tunis)

Révélé avec l’équipe des jeunes des Dragons à Porto-Novo, il était courtisé par Tonnerres et  Kraké notamment en  fin d’année 2014. Milieu défensif polyvalent, il est à la fois travailleur et prompt dans la relance. Contre toute attente, Il signe dans le championnat nigérian au Sunshine Stars en janvier 2015. Et il aura eu raison puisque le championnat béninois a été stoppé en mars après 10 journées.

Avec son jeune âge  il se fond dans la masse mais doit ses 14 matches disputés dans la saison à sa polyvalence. Il a été replacé arrière droit et enchaîne des matches corrects qui lui ont permis d’être régulier dans le groupe des convoqués en sélection A chez les Ecureuils. Sa saison d’apprentissage aura été suffisante pour que  l’Espérance de Tunis lui offre quelques semaines d’essai en décembre 2015. Il tape dans l’œil du club espérantiste et signe pour trois saisons et demie en janvier 2016. Il participe au stage de préparation du club au Maroc dans la foulée mais devra patienter pour faire ses débuts en équipe première puisqu’il est mis à disposition de la réserve pour l’instant où il a disputé déjà cinq rencontres.  Mais être là un an seulement  après son départ du Bénin est la preuve que le Nigéria est une belle transition.

 

A suivre : Partie 2

Géraud Viwami

Bjfoot Awards 2015: Kiki , Mounié et Tidjani en course pour le prix Médard Zanou !

IMG-20151130-WA010

Bjfoot.com dévoile officiellement les nominés pour les Bjfoot Awards.Aujourd’hui nous vous présentons les Meilleurs Espoirs.Ce prix-ci sera décerné à un joueur âgé de moins de 23 ans et qui a prouvé à travers ses performances tout au long de l’année que le football béninois pouvait compter sur lui dans les années à venir.
Ce prix sera symboliquement nommé Médard Zanou, en hommage ce grand espoir du foot béninois décédé le 9 novembre 2009 alors qu’il signait fraichement avec le club slovaque de Ruzombrek. Zanou était international béninois et il  était à la Coupe du monde Junior 2005 avec la génération Omotoyossi.
Le vainqueur sera connu le 10 janvier 2016.  D’ici là vous pouvez voter jusqu’au 31 décembre sur ce lien.

Le vote du public comptera pour trente pour cent dans le décompte final du choix du jury de notre rédaction.

David Kiki, Niort (France) 22 ans

Passé professionnel à Niort en juin dernier, l’arrière gauche est monté en puissance avec les chamois, titulaire indiscutable, déjà dix apparitions en Ligue 2 et son premier but pro au tableau des stats , il a pris du galon aussi en sélection en faisant forte impression notamment contre le Mali et le Burkina Faso. On peut vraiment compter sur lui dans les années à venir.

Anaane Tidjani, Espérance de Tunis (Tunisie) 18 ans

Mileu offensif polyvalent, il squatte chez les équipes de jeunes de l’Espérance de Tunis depuis le début de l’année. Il affiche une belle progression avec quelques apparitions dans le groupe professionnel et il s’impose déjà comme un cadre avec la réserve (3 buts et 2 passes en 6 matches joués). L’ancien pensionnaire de l’Académie Alodo représente sans aucun doute un beau pari pour l’avenir.

Steve Mounié, Nîmes (France) 20 ans

Arrivé discrètement dans le groupe des Ecureuils, l’attaquant prêté par Montpellier à Nîmes, où il compte déjà 4 buts en Ligue 2 se fait signaler sans faire du bruit. Il représente aussi un beau pari pour les années à venir s’il suit les traces de son idole, Didier Drogba.

 

Tunisie : Tidjani encore décisif avec la réserve de l’ES Tunis

Buteur puis passeur la semaine dernière, Anaane Tidjani a récidivé dimanche dernier avec la réserve de l’Espérance de Tunis à l’occasion de la 6e journée du championnat des réserves, son club se déplaçait sur le terrain d’Hamman-Lif. Victoire des espérantistes 3-1. Tidjani a marqué un but après s’être joué du gardien adverse puis délivrer une passe décisive. Même tarif que la semaine dernière. L’ancien pensionnaire de l’Académie Alodo est en état de grâce, il compte deux buts et deux passes décisives en quatre apparitions.
Géraud Viwami

Transfert : Un espoir béninois à l’Espérance de Tunis !

Formé au Cifas il y a quelques années, le milieu offensif international béninois, Tidjani Anaane (17 ans, à droite sur la photo) a rejoint l’Espérance de Tunis, en Tunisie, récemment. Les Sang et or ont placé une option sur le joueur qui passera professionnel le jour de ses 18 ans le 29 mars prochain. En attendant il fait ses armes actuellement avec les espoirs du club. Depuis son départ du Cifas, après la fermeture du centre, il est passé par l’académie Alodo Sport puis s’est entraîné avec l’Aspac sans s’engager. Il faisait partie de la génération des cadets de 2010 conduite par Edmé qui avait été éliminé par la Cote d’ivoire lors des éliminatoires de la Can 2011. Connu un joueur très technique avec un gros volume de jeu, il est polyvalent capable de jouer à tous les postes au milieu de terrain. Il est aussi considéré comme un espoir du football béninois, on espère qu’il confirme dans les années à venir.

Géraud Viwami

William Dassagaté, meneur de jeu de l’Aspac : « On doit gagner le match de dimanche pour au moins sauver l’honneur »

 

Dimanche prochain, l’Aspac accueille l’Espérance en match de retour des 16e de finale de la ligue des champions. Après la raclée encaissée à Tunis (5-0), William Dassagaté, le milieu offensif du port s’est confié à nous. Il revient sur les conditions de l’échec tunisien et évoque la manche retour. Entretien.

Réalisé par G. Viwami et Aubay

Qu’est-ce qui justifie la débâcle de Tunis ?

Il faut reconnaître que l’adversaire était de taille et plus expérimenté. Au début du match nous étions un peu crispés, quand on regarde la carte de visite de l’Espérance on a eu un peu peur et c’est ce qui a joué sur nous surtout en première période.

 

Est-ce que c’est l’Aspac qui n’était pas organisé ou l’adversaire qui était trop fort ?

Certes l’adversaire était fort mais nous aussi on a n’a pas appliqué certaines consignes à la lettre.

Donc vous reconnaissez que l’Aspac n’était pas à 100% ?

Oui, on ne l’était pas.

Et pensez-vous que si vous êtes à 100% vous pouvez renverser la vapeur  à Cotonou?

Justement rien n’est tard même si on n’arrive pas à se qualifier, il faudra au moins prendre les trois points.

Votre semaine de travail comment s’est-elle passée ?

Au niveau du groupe l’ambiance est toujours bonne, le coach a bien bossé avec nous dans tous les compartiments. On a beaucoup travaillé avec le ballon parce que la condition physique y est déjà. Et on espère que ça payera dimanche prochain.

Dans quel état d’esprit allez-vous aborder le match de dimanche, est-ce juste pour sauver l’honneur ou pour se qualifier ?

Moi je dirai plutôt que c’est pour sauver l’honneur. Mais l’Aspac doit gagner même si on n’arrive pas à remonter la pente, on doit prendre les trois points.

Pensez-vous que le retour d’Alain Gaspoz puisse changer la donne ?

Son retour peut apporter un plus parce qu’on avait l’impression qu’il y avait quelque chose qui manquait en son absence et je crois qu’il a déjà corrigé certaines fautes qui étaient intolérables grâce à la séance vidéo que nous avons eue.