Football : Goavec, 5e sélectionneur pour le Bénin en 2010

 

le "moineau" va diriger les Ecureuils...

 

Michel Dussuyer et son équipe ont été dissous. Michel Sorin a assuré l’intérim avec le match amical de la date Fifa en mars dernier, et le tournoi Ufoa au Nigéria. Pour la date Fifa d’août 2010, le Bénin a affronté le Niger avec Moïse Ekoué et Fortuné Glèlè sur le banc. Ensuite, Jean-Marc Nobilo a débuté les éliminatoires de la Can 2012 et disputé deux matches. Il a fait enfin sa dernière liste en convoquant 20 joueurs pour le tournoi de l’Uemoa. Mais son départ a propulsé Fortuné Glèlè à la tête de la sélection qui s’est hissée en finale de la compétition qui s’est tenue en novembre dernier.

Ils sont ainsi 4 voire 5 (en comptant Moïse Ekoué) à tenir les rênes des Ecureuils. Ce sera Denis Goavec pour finir l’année 2010, riche en sélectionneurs.

Aubay

Denis Goavec : Un contrat de 18 mois en tant que Dtn

Dans une interview accordée il y a quelques jours à nos confrères d’Ouest France, Denis Goavec a levé un coin de voile sur sa mission et ses objectifs.

 «J’ai envie d’apporter ma contribution à l’évolution du football béninois qui possède une grosse richesse humaine et un potentiel de joueurs talentueux. Les moyens existent (…)»

Concrètement que comptez-vous apporter au football béninois ?

Le talent créatif est la marque du football africain, mais il faut que les joueurs expriment ce talent au travers d’un schéma adapté. J’aime le jeu, mais je suis rigoureux sur l’aspect tactique et défensif, base de tout système de jeu efficace. Toutefois, partout où je suis passé, j’ai toujours laissé libre cours à la créativité du joueur et à son inspiration individuelle. Le Bénin possède des joueurs et particulièrement des attaquants de talent. Mon rôle sera donc de donner à la sélection nationale ce cadre tactique et technique permettant à tous de progresser.

J’ai signé un contrat de 18 mois en tant que DTN (directeur technique national). Mon objectif est la qualification pour la CAN 2012. Je serai à pied d’œuvre à la fin de la semaine prochaine. »

(Ouestfrance)

Dissolution, sanctions , que faut-il faire ? Compromis ou comprimissions ?

mais la fracture aujourd’hui semble grande entre les Ecureuils et les dirigeants qui sont allés bien loin dans les déclarations, les révélations et avec les rumeurs agitées par supporters ou médias interposés.

Le public sportif béninois attend toujours d'être fixé

Un deal est possible dans un pays aussi petit que le Bénin où persone finalement ne saurait imposer quelque chose d’arbitraire aux autres.

mais la fracture aujourd’hui semble grande entre les Ecureuils et les dirigeants qui sont allés bien loin dans les déclarations, les révélations et avec les rumeurs agitées par supporters ou médias interposés.

Les joueurs sont-ils prêts à revenir ?

La réponse pourait être un oui complexe. Au nom du maillot jaune et de leur amour pour le foot, les grands matche sinternationaux, c’est évident; mais à quel prix ?

Il va falloir enfin construire quelque chose sur lequel tout le monde peut s’appuyer.

les dirigeants vont-ils pour autant changer leurs pratiques d’antan?

Rien n’est moins sûr.

si Les ecureuils acceptent revenir en présentant des excuses publiques pour des fautes pas forcément commises, c’est qu’ils auraient fait un grand pas, et ainsi résolu la crise par une démarche d’humilité. Ce serait quand même u risque de compromission plutôt qu’on compromis. car certains parmi eux pourraient ne plus revenir, car déjà « blacklisté » (?)

Le drapeau vaut bien cela me dira-t-on.

Mais la fédération qui s’est souvent compromise par certaines pratiques devra s’attendre à un retour du baton quelqu’il soit, à n’importe quel moment.

Ces Ecureuils-là vont mûrir et viendront balayer la maison. C’est d’une évidence inévitable.

acte1 samedi prochain 20 février on connaîtra les prochains adversaires des éliminatoires. la semaine prochaine on devrait connaître la position officielle d’un grand nombre d’Ecureuils. ce sera l’acte2.

l’histoire ne fait que commencer…

Ministère des sports : Les discussions toujours en cours pour fixer Dussuyer sur son sort

Va-t-il partir ou rester travailler dans un autre cadre au Bénin ? C’est la question qui agite aujourd’hui le monde du football. Après la nomination des intérimaires (Sorin, Bernain et Martin), le désormais ex-sélectionneur des Ecureuils a rencontré hier lundi pour une 2e fois les autorités béninoises afin d’être fixé sur son sort.

Si le principe d’un versement régulier de ses salaires jusqu’en juin est acquis, il reste à savoir si le technicien français va quitter le Bénin et attendre tranquillement juin pour travailler ailleurs. En attendant d’avoir des offres, Dussuyer pourrait bien accepter de servir autrement le Bénin, le temps que son contrat arrive à expiration.

Mais que va-t-on faire de lui ? Les éminences grises du ministère des sports devront faire des propositions concrètes d’une part, et intellectuellement épanouissantes d’autre part.

Le Bénin tout compte fait, n’est toujours pas sorti de cette galère créée par la dissolution.

Aubay

Où sont passés les 5% des recettes de la Can 2010 et les 4% des Can 2004 et de 2008?

« Le budget de la Can pour le Bénin est de 1milliard 700 millions de francs Cfa », a souligné Moucharafou Anjorin dimanche dernier sur les antennes de la Golfe TV. Quant aux recettes, il a affirmé que rien n’est alloué par la Caf aux équipes. Nous avons fouillé et

Coupes d’Afrique des nations

« Le budget de la Can pour le Bénin est de 1milliard 700 millions de francs Cfa », a souligné Moucharafou Anjorin dimanche  dernier sur les antennes de la Golfe TV. Quant aux recettes, il a affirmé que rien n’est alloué par la Caf aux équipes. Nous avons fouillé et nous avons découvert que l’Etat béninois a été dribblé 2 fois. Soit le président de la FBF a menti soit la CAF n’a pas rempli ses engagements vis-à-vis du Bénin et pourquoi ?.

Aubay

Le chapitre 40 du règlement de la coupe des nations stipule  en effet, en l’article 94 et suite, que la Caf cède 5% des ressources financières issues des Recettes de stades, de publicité et des droits de retransmissions à chacune des sélections nationales classée 3ème de leur groupe. C’est dire donc que le Bénin peut récupérer dans les jours à venir, si ce n’est déjà fait, sa part du gain de la Can 2010. En outre, conformément au règlement de la compétition, les sélections nationales classée 4ème de leur groupe ont droit chacune, à 4% des recettes effectuées par la Caf. Cela suppose que pour avoir été 4ème de son groupe lors de la Can 2004 en Tunisie puis au Ghana en 2008, le Bénin a eu droit à chaque fois, à 4% des recettes de la Caf. Seulement, il n’a jamais été annoncé que les fonds ont été rétrocédés au trésor public par la FBF. Puisque les dépenses relatives à la préparation et la participation des Ecureuils aux 24ème, 26ème et 27ème éditions de la Can ont été financées exclusivement par le contribuable. Dans la logique des choses, et parallélisme des formes oblige, toute redevance provenant de la Caf, devra être restituée au Trésor public.  Il semble que ce ne soit pas encore le cas.

On sait que dans les relations entre les fédérations et la confédération africaine de football, les Etats sont souvent écartés et leur immixtion interdite. Il va falloir que la fédération de Moucharafou Anjorin nous éclaire.

Extrait du règlement de la Can

Chapitre 40 Recettes de stades, de publicité et des droits de retransmissions

Article 94

94.1. Pour le tournoi final, les recettes sont constituées par la vente des billets de tous les matches officiels et les revenus des droits de télévision, radiodiffusion et de la publicité à l’intérieur comme à l’extérieur des stades et ce, pour toute la durée du tournoi.

94.2. Les droits de télévision et de radiodiffusion d’une part, les revenus de la publicité à l’intérieur comme à l’extérieur des stades ainsi que l’exploitation des symboles d’autre part, feront l’objet de contrats séparés et librement négociés entre la CAF et des agences spécialisées pour une ou plusieurs éditions successives.

94.3. Les droits de télévision, radiodiffusion et de publicité de la cérémonie du tirage au sort de la phase finale appartiennent à la CAF. Ils feront l’objet de contrats séparés et librement négociés entre la CAF et des agences spécialisées.

94.4. Les fédérations organisatrices sont obligées de donner leur consentement et l’accord préalable de leurs gouvernements pour le respect intégral, sur tout le territoire de leur pays, des engagements de la CAF en vertu des contrats signés avec les agences spécialisées et de faciliter la tâche de ces dernières.

94.5. Les droits de télévision et de radiodiffusion ainsi que les revenus de la publicité qui appartiennent exclusivement à la CAF seront répartis selon le barème suivant :

40% pour le fond commun,

20% pour le pays organisateur,

20% pour la CAF,

20% pour le fond de développement technique.

94.6. Les droits de merchandising et de l’exploitation des symboles qui appartiennent exclusivement à la CAF seront répartis selon le barème suivant :

50% pour la CAF

50% pour le fonds commun

94.7. Le montant total provenant des recettes des deux rubriques ci-dessus allouées au fonds commun sera réparti comme suit :

12% au vainqueur du tournoi,

11% à l’équipe classée deuxième,

8.5% à chacune des deux équipes perdantes des demi-finales,

6% à chacune des quatre équipes perdantes des quarts de finale,

5% à chacune des quatre équipes classées troisième dans leur groupe,

4% à chacune des quatre équipes classées quatrième dans leur groupe.

http://fr.cafonline.com/userfiles/file/CAN2010Frn(1).pdf

Le renfort : BEZO YAOVI, appelé en toute logique

bezo yaoviTinhan s’étant désisté, c’est le buteur Bezo Yaovi des Requins qui a été rappelé. Le buteur des Requins a montré de réelles qualités dans la ligue1 profesionnelle et c’est donc logiquement qu’il est rappelé. Il est attendu dans les minutes qui viennent au campement des Ecureuils au Sun Beach Hôtel.